Aube nouvelle ( Par Almamy Abdoul Demba Tall)


8 fois, ce légendaire sénégalais alla à la conquête du Pouvoir.
Il ne le décrocha qu’à la 9é tentative.

Un cas unique de ténacité politique et militaire en Afrique et peut-être dans le monde.

Pourquoi donc, ne devrait t-il pas figurer comme le parfait modèle de persévérance et de patriotisme, pour chacun des candidats de cette Présidentielle?

La raison d’un tel sacrifice; par une si dévorante passion du pouvoir suprême?

Pour cette inoubliable figure en effet; l’énorme injustice sur son peuple, qu’il voulait réparer, en valait juste largement la peine.

Plus remarquable dans sa finale victoire; un succès diplomatique unique en son genre également; puisque toutes les ethnies du Sénégal, sans une seule exception, participèrent activement à sa si longue marche vers le Pouvoir, sur plus de 1.000 kilomètres.

C’est ainsi, qu’à la tête de cette armée à l’unique disparité dans l’histoire africaine; de Mandingues, Diolas, Wolofs, Peuls, Bassaris, Coniagis etc..même de Bagas de Guinée; il arriva enfin devant les contreforts du Fouta-Toro.

Un Fouta alors aux immenses sols fertiles, gibiers en abondance et infinies pâturages, mais sous le joug d’un Farba du Djolof.

Et l’affrontement fut épique.
Après 8 infructueux laborieux assauts sur plusieurs années donc; Koli-Tenguella-BA put accéder enfin au pouvoir suprême du Fouta, et installa sa propre dynastie, en 1459.

Mais pourquoi donc, si loin de sa demeure paternelle des hauteurs du Fouta-Djalon, et avec un si suicidaire acharnement?

Il répondit juste qu’il voulait ainsi satisfaire sa promesse à son père, roi du Fouta-Djalon mort des mains du frère de l’Askia Songhaï.

Par cette conquête du Fouta, se faisait surtout la juste réparation des brimades, graves injustices et humiliantes supertitions, que le peuple Peulh, sans royaume ni État propre, sans Chef ni organisation réelle alors, endura pendant des siècles.

Ces Peulhs, alors sans aucune organisation pour se défendre et se faire respecter; cause de leur chronique errance.

Avec ce seul Koli Tenguella; ne rétablirent-ils pas alors leur honneur; pour fonder enfin leur propre nation ailleurs? Celle des Déniyankés; si forte; qu’elle perdura 317 ans exactement.

Toujours, l’intransigeante détermination d’un seul homme, ne suffit t-il pas pour reconquérir tout ce qu’un peuple, lésé ou trahi, pensait avoir perdu à jamais?
Cet homme; pour le mener vers sa Terre promise, comme Moïse le fit par d’autres moyens?

Et si aujourd’hui, l’inutile gargantuesque endettement, les ruineuses infrastructures, la gabegie étatique, le démantèlement du système démocratique, les surpriorités négligées et la corruption généralisée de la famille régnante, constituaient l’ensemble monstreux, duquel il faut sauver ce Sénégal?

Ce peuple, n’aurait t-il pas besoin, plus que jamais de la même féroce détermination d’un Koli Tenguella, et ses 9 tentatives de conquête du pouvoir pour l’indépendance de son peuple, s’il le faut?

Ce peuple, comme les Peulhs de Koli, n’est pas lui aussi dans une quête d’une nouvelle citoyenneté en vérité?
Ne doit t-il reconquérir cette Terre Promise, qu’il occupe pourtant depuis des siècles déjà, mais presque totalement bradée à d »autres en moins de 7 ans?

Le coup de Jarnac d’une organisation électorale, qui fait déjà pouffer de rire tous les puristes en démocratie de la communauté internationale, découragera t-il ces descendants de guerriers avec ou sans armes, qu’ils sont tous sans exception aucune?

Cette vaste arnaque de ce président, sans Honneur ni Courage dans l’absolu, ne pourra t-elle pas, au contraire; déclencher l’impensable et l’inédit au Sénégal: d’un président qu’on chassa, comme un malpropre, pour la première fois dans l’Histoire?

L’esprit d’une telle prouesse populaire de reconquête de sa Terre Promise perdue; jamais ne se fit aussi palpable dans l’âme des millions de patriotes sénégalais.

Jamais, ils ne s’affichèrent plus déterminés; pour enfanter une Troisième Alternance.
Cet indispensable power-shift; afin que cette année nouvelle soit aussi une aube nouvelle, avant l’apocalypse?

« Le combat contre la tyrannie est toujours victorieux. Tôt ou tard. »: Steve BIKO-Résistant Apartheid.(1947-1977: mort à 30 ans).

« It is so easy and lazy to lead by fear. »: Michelle OBAMA.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *