All posts by Oumar Diop

Magal de Touba : l’autoroute à péage gratuite pour les pélerins

Pour le grand Magal de Touba prévu ce 28 octobre 2018, le passage sur l’autoroute à péage sera totalement gratuit pour les pèlerins.

Et ce, en raison de l’arrêt du transport ferroviaire dû aux travaux du TER. Ainsi, pour faciliter le ralliement des pèlerins vers la ville sainte de Touba, les usagers habitués de prendre le train auront le privilège de bénéficier de la gratuité de l’autoroute à péage, informe senegal7.com.

Si on ne peut pas gagner le Soudan, on n’a pas notre place au Cameroun »

L’équipe nationale du Sénégal s’est entraînée hier soir au stade Léopold Sedar Senghor en vue de préparer son match du samedi contre le Soudan. Après le galop des « Lions », le capitaine Cheikhou Kouyaté a parlé au nom de ses coéquipiers.

Selon le capitaine des « Lions » les absences de Kalidou Koulibaly, Lamine Gassama et de Salif Sane seront ressenties par l’équipe mais l’objectif reste quand même la gagne : « Ils vont nous manquer parce que ceux sont des joueurs très importants pour l’équipe. Mais comme je l’ai dit tout l’heure, on va essayer de jouer pour eux. On va essayer de gagner pour eux », a-t-il indiqué.

Le milieu de Crystal Palace de poursuivre, « ce sera un match difficile mais nous n’avons pas le choix. Il faut qu’on gagne ce match si on veut aller au Cameroun. Si on ne peut pas gagner le Soudan, je pense qu’on a pas notre place à la CAN ».

Il est revenu sur son éventuel reconversion en défenseur central. Mais le natif de Khar Yalla pense qu’il peut bel et bien gérer ce poste d’autant plus qu’il l’a déjà occupé lors du match contre l’Afrique du Sud.

Sport221

Mbaye Niang : « Envie de faire plaisir au public »

Mbaye Niang : « Envie de faire plaisir au public »

« L’état d’esprit est bon. On va essayer de bien préparer ce match. On a confiance en nous et en nos qualités. Normalement, cela va bien se passer. On pense à faire un bon match. Il va falloir être concentré parce que ce sera difficile.
On a envie de faire plaisir notre public. On sait qu’ils vont venir nous supporter. Il faut qu’on donne du spectacle. On joue toujours pour gagner. On va faire en sorte de gagner les deux matchs.
On sait qu’il faudra donner le maximum parce qu’il y aura une équipe en face de nous qui voudra faire belle figure. Tout se passe très bien et on travaille très bien », rassure l’attaquant sénégalais Mbaye Niang.

Le Sénégal jouera contre le Soudan, samedi à 19h au stade LSS, en match comptant pour les éliminatoires de la CAN Cameroun 2019.

Stades

Mise en garde des grévistes de la justice

La mise en garde est du ministre de la Justice, Ismaila Madior Fall. Les grévistes membres du Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) devront s’attendre à des ponctions sur leurs salaires.

La menace est brandie par le garde des Sceaux, devant la radicalisation des travailleurs de la justice qui ont paralysé le système depuis deux semaines déjà, par une grève ininterrompue. Laquelle grève n’a pas laissée indifférentes l’organisation syndicale Unsas, l’association consumériste SOS Consommateurs ainsi que la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh).

 

La Douane a porté plainte pour la mort de Cheikhou Sakho

L’affaire du douanier Cheikhou Sakho retrouvé mort dans sa voiture à Keur Massar est loin de connaître son épilogue. Malgré l’autopsie qui révèle un suicide, la direction des Douanes a porté plainte, avec constitution de partie civile.

Selon L’AS, qui donne l’information, l’administration douanière a saisi le procureur de la République. Idem pour la famille du défunt qui  a commis trois avocats, Mes Guedel Ndiaye, Pape Leyti Ndiaye et Moustapha Dieng.

La famille, qui rejette la thèse d’un suicide, veut que la lumière jaillisse dans cette affaire.

Les résultats des opérations de sécurisation dans la banlieue

Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité sous toutes ses formes, le Commissariat central de Guédiawaye et ses secondaires, ont mené sans incident des opérations de sécurisation, dans la nuit du jeudi 11 au vendredi 12 octobre 2018, de 22H00 à 05H00.
Au terme de celles-ci, 89 individus ont été interpellés dans différentes localités pour diverses infractions réparties comme suit :
❖ Secteur (Guédiawaye, Wakhinane Nimzatt et Golf Sud)

✓ 03 pour détention et usage de chanvre indien
✓ 25 Pour vérification d’identité
✓ 07 pour ivresse Publique Manifeste
✓ 02 pour non inscription au fichier sanitaire et racolage
✓ 01 pour conduite sans permis de conduire
✓ 06 véhicules mis en fourrière
✓ 03 motos mises en fourrière
❖ Secteur (Yeumbeul, Malika et Sicap Mbao)

✓ 20 pour vérification d’identité
✓ 04 pour ivresse publique manifeste
✓ 01 pour détention de faux billets de banque
❖ Secteur (Pikine, Thiaroye et Guinaw Rails)

✓ 24 pour vérification d’identité
✓ 02 pour ivresse publique manifeste

Le Bureau des Relations Publiques
de la Police Nationale

Mushikiwabo désignée secrétaire générale de la Francophonie

content_image

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a nommé à sa tête la Rwandaise Louise Mushikiwabo, ce vendredi 12 octobre 2018 à Erevan, en Arménie. Les délégations rwandaise et française ont confirmé qu’un consensus avait été trouvé à l’occasion du huis clos entre les chefs d’Etat et de gouvernement membres de plein droit. Mme Mushikiwabo était en concurrence avec la secrétaire générale sortante de l’institution, la Canadienne Michaëlle Jean, qui n’aura fait qu’un mandat.

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian, hôte de ce 17e sommet de l’OIF, l’a officialisé en conférence de presse ce vendredi à la mi-journée : Louise Mushikiwabo est la nouvelle secrétaire générale de la Francophonie. Elle était jusqu’à présent ministre des Affaires étrangères du Rwanda.

Ce n’est pas une surprise, mais plutôt l’épilogue d’un feuilleton dont on connaissait l’issue à l’avance. On ne sait pas encore comment s’est déroulé tout à l’heure le huis clos des dirigeants – était-il tendu ? -, mais l’affaire était perdue d’avance pour Michaëlle Jean depuis l’avant-veille. Précisément depuis que le Canada a finalement abandonnée sa candidate dans la toute dernière ligne droite.

Ottawa, en se rangeant à la règle du consensus, qui penchait en faveur de Louise Mushikiwabo – soutenue par l’Union africaine, la France et la Belgique -, n’a présenté aucun candidat. Et c’est donc le Rwanda qui a vraisemblablement présenté l’unique candidature. Il se susurrait, ce vendredi matin avant la réunion, que Paul Kagame devait le faire en français. Ce qui serait une première dans une grande enceinte internationale.

Tout sourire, Michaëlle Jean et Louise Mushikiwabo sont apparues ensemble en conférence de presse. C’est la Canadienne qui a pris la parole en premier. La secrétaire générale sortante s’est gardée de lancer une dernière « flèche ». Elle n’a pas dénoncé, comme elle l’a fait jeudi à la tribune, « les petits arrangements entre États » qui lui ont coûté son poste.

Auteur: Rfi –

Bara Doly à la téte du groupe parlementaire

DOLY À LA TÊTE DU GROUPE PARLEMENTAIRE - Wade entame la guerre contre Madické et utilise, malgré lui, celui qui l'a le plus combattu à Touba
Dans une analyse précédente, Toubactu apprenait à ses lecteurs que Me Madické Niang se tromperait ardemment s’il espérait compter, dans la concrétisation de son rêve Présidentiel, sur le soutien de Cheikh Mbacké Bara Dolly.
En  désignant ce dernier Président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie, Wade prouve à ceux qui en doutaient qu’il savait encore faire usage d’astuces pour  maintenir certains sous son contrôle. L’histoire retient que c’est l’avocat Saint-Louisien qui  » a fabriqué de toutes pièces  » le Mbacké-Mbacké politicien, lui finançant toutes ses activités politiques et l’aidant à devenir un leader au sein du Pds à Touba.
L’histoire retient aussi que c’est Serigne Cheikh Mbacké Bara Dolly qui organisait des séances de récitals de Coran pour le départ de Wade du pouvoir avant 2012, qui menaçait de faire rédiger un livre de 800 pages pour décrire  » sa gestion malsaine  et lister les scandales qu’il a créés.  » C’est encore lui, avec son groupe, qui se plaisait à déclarer  » Wade persona non grata  » à Touba.
Aujourd’hui, l’on est désormais bien loin de toutes ces scènes théâtrales parce que quelques années après, le discours du Dolly a changé. Il est devenu favorable à Karim Wade et à son père. Au fil du temps, Cheikh Mbacké est devenu le bras droit de Me Madické qu’il représentera à moult reprises ces dernières années dans les cérémonies religieuses.
Seulement dès que le clash a eu entre Wade et Madické, il a préféré se cacher derrière son frère de Bokk Gis-Gis pour dérouler un simulacre de médiation qui échoua. Il fallait tout faire pour ne pas fâcher Wade. Le Pape du Sopi a compris le jeu. Et pour éloigner Me Madické Niang de Touba, il fallait lui couper son principal pont… Cheikh Mbacké Bara Dolly. 
Wade a-t-il gagné la première manche ? Quelle sera la première riposte de Me Madické Niang? L’avenir nous en dira un peu plus…

Le suspect et ses complices déférés au parquet

La Brigade de recherche a déféré, hier, Ousseynou Diop un des charretiers auteurs présumés du meurtre de Mariama Sagna. Ce, en même temps que les receleurs Khadim Guèye et Fatou Bintou Thiam qui gardait dans sa chambre, le téléviseur volé chez la victime.

A la faveur d’un retour de parquet, le trio a passé la nuit au commissariat de Guediawaye. C’est aujourd’hui qu’ils seront édifiés sur leur sort.

En vérité, Fatou Thiam n’est personne d’autre que la mère du fugitif Saliou Boye. Apres leur acte ignoble, Boye et Diop ont dérobé le téléviseur de la défunte qui a été retrouve dans la chambre de la maman, caché sous un tissu.

En fait, Khadim Guèye avait acquis le téléviseur auprès de Boye avant de le lui rendre lorsqu’il a eu des soupçons après que la presse a relayé le meurtre.

Des sources renseigne que Fatou Bintou Thiam, au-delà des faits de recel, a participé à la fuite de son fils en lui remettant de l’argent.

Libération

La Dengue : 3 nouveaux cas découverts

Dengue à Fatick : 3 nouveaux cas découverts

La dengue n’est pas totalement éradiquée à Fatick. Le médecin-chef de la région, Mamadou Sarr, a signalé ce jeudi, l’apparition de trois nouveaux cas positifs de dengue dans les communes de Diarrère et Diakhao, des localités situées en dehors de la capitale régionale où était jusque-là circonscrite la maladie depuis son apparition, le 19 septembre dernier.

Deux de ces trois nouveaux cas positifs ont été diagnostiqués dans la commune de Diarrère et le troisième dans la commune de Diakhao. « Ces trois nouveaux cas portent, à ce jour, à 29 le nombre total de cas de dengue confirmés et traités dans la région, avec 26 cas rien que dans la commune de Fatick. Ces cas correspondent à 1 500 prélèvements sanguins effectués chez des sujets suspects », a-t-il ajouté.

IGFM

Ballon d’Or : Les 6 joueurs africains les plus nommés de l’Histoire

Cette semaine, la liste des trente joueurs nommés pour le Ballon d’Or a été dévoilée. Parmi eux, seuls deux sont africains, et ils sont nommés pour la première fois. Mohamed Salah et Sadio Mané s’apprêtent à rentrer dans l’histoire du football africain. Avant eux, voici les six joueurs qui ont fait partie le plus de fois de cette liste des trente selon France Football.

6. Michael Essien (2 fois)

L’ancien milieu de terrain de Chelsea et de l’Olympique Lyonnais a réalisé cette performance deux fois en 2005 et 2007. Le Ghanéen a terminé vingt-deuxième en 2005 lorsqu’il jouait à Lyon puis vingt-quatrième en 2007 alors qu’il évoluait à Chelsea.

5. Pierre-Emerick Aubameyang (2 fois)

L’attaquant gabonais de 29 ans a également fait partie deux fois de cette liste. Il a d’abord terminé onzième en 2016 avant de rétrograder à la vingt-et-unième place l’année suivante. Les deux années au cours desquelles il a été nommé, l’ancien attaquant de l’AS Saint-Étienne jouait pour le Borussia Dortmund.

4. Georges Weah (2 fois)

L’attaquant Georges Weah est une légende vivante dans le football africain. Il a été nommé deux fois dans la liste du Ballon d’Or. Quelques mois après son transfert du Paris Saint-Germain vers le Milan AC en 1995, il remporte le ballon d’or. L’année suivante, il termine douzième mais reste aujourd’hui encore le seul joueur africain de l’histoire a avoir remporté cette distinction.

3. Yaya Touré (5 fois)

Le milieu de terrain ivoirien a été nommé cinq fois dans la liste du Ballon d’Or. En 2009, alors qu’il évolue au FC Barcelone, il termine vingt-huitième de la liste. Lorsqu’il était joueur de Manchester City, il a été nommé quatre fois et a fini douzième à trois reprises.

2. Samuel Eto’o (8 fois)

Véritable légende du football africain et du football mondial, Samuel Eto’o a été nommé huit fois dans la liste. L’attaquant camerounais a enregistré six nominations en tant que joueur du FC Barcelone et deux en tant que joueur de l’Inter Milan. Ses huit nominations ont été consécutives de 2004 à 2011. Sa meilleure performance est la cinquième place qu’il a obtenu en 2009.

1. Didier Drogba (8 fois)

L’attaquant ivoirien a été, avec Samuel Eto’o, le joueur qui est resté le plus de temps en haut de l’affiche. Egalement nommé huit fois, l’ancien attaquant de l’Olympique de Marseille a obtenu sept nominations consécutives de 2004 à 2010 et une en 2012. Toutes ses années, Drogba évoluait à Chelsea. Sa meilleure performance est la quatrième place obtenue en 2007.

90mn

Sénégal-Soudan : Les Crocodiles du Nil sont à Dakar

content_image

Le Sénégal affrontera le Soudan samedi prochain pour le compte de la quatrième journée des qualifications de la Can-2019. Les Crocodiles du Nil sont arrivés à Dakar ce mardi à 17 h 20. Ils ont été accueillis à l’Aibd par le personnel de l’ambassade soudanaise à Dakar.

Selon Stades, qui donne l’information, les joueurs soudanais vont effectuer leur première séance d’entrainement cet après-midi à 16h au terrain annexe du stade Léopold Senghor. Les Crocodiles du Nil sont logés à l’Hôtel King Fahd Palace, renseigne le journal.

Le Procureur annonce l’arrestation de trois personnes, dont une femme

L’enquête sur la mort de Mariama Sagna, responsable de Pastef à Keur Massar, commence à livrer ses secrets. Le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Pikine qui faisait face à la presse ce mardi, a annoncé l’arrestation de trois personnes, dont une femme.
Il s’agit d’Ousseynou Diop, un des charretiers que la victime avait engagés pour le transport de fauteuils après le meeting du Pastef, Fatou Bintou Thiam, mère de Saliou Boye (Ndlr: l’autre charretier en cavale) et Khadim Gueye.

Les faits
Le Procureur est revenu sur les circonstances de l’arrestation des susnommées confirmant, les informations de « Libération », selon lesquelles, il s’agit d’un viol suivi de meurtre.

De l’économie de ses propos, il ressort que le 6 octobre 2018, Mariama Sagna avait déplacé certains meubles pour les besoins du meeting du leader du Pastef. A la fin de la manifestation, elle a engagé deux charretiers pour le transport des bagages. Après négociation, elle indique son domicile, avant de les devancer.

Ousseynou Diop, l’un des charretiers, arrêté sur la base de plusieurs témoignages, a expliqué que lorsqu’ils sont arrivés dans le domicile, il n’y avait personne. C’est en avançant qu’ils ont trouvé Mariama Sagna, couverte à moitié, en train de sortir de sa salle de bain. C’est sans doute la vue de cette nudité qui a réveillé leurs instincts de prédateur. Car, les deux charretiers n’ont pas hésité à se jeter sur la dame pour la violer à tour de rôle.

Cependant, Ousseynou Diop soutient pour sa défense qu’il s’était limité à maîtriser la dame par les jambes. Il ajoute que c’est Boye qui a étranglé cette dernière, jusqu’à ce qu’elle perde la vie. Après leur forfait, ils ont pris la fuite, en emportant le téléviseur et le téléphone portable de la victime.

Interpellé sur la destination des objets volés, Ousseynou Diop a révélé que le téléviseur a été remis à Khadim Gueye qui habite Keur Massar.

Arrêté à son tour et entendu celui-ci, a soutenu avoir rendu l’appareil à Saliou Boye qui l’a ensuite remis à sa mère, Fatou Bintou Thiam, établie à Niacourab. S’étant rendu sur les lieux, les pandores enquêteurs ont retrouvé le téléviseur, soigneusement enveloppé dans un tissu dans la chambre de celle-ci.

Les trois personnes sont toujours en garde-à-vue, sauf Saliou Boye en fuite.

L. DIEDHIOU, Leral.net

Le Cio demande l’aide du Sénégal pour l’enquete

Le Comité international olympique a demandé au Sénégal de soutenir une enquête française sur Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) soupçonné de corruption, a annoncé mardi le président du CIO, Thomas Bach, informe wiwsport.
Le procureur financier français a déclaré que le Sénégalais Papa Massata Diack avait été au cœur d’un stratagème de corruption dans le sport international, accusation qu’il a démentie.

Le procureur a déclaré que des indices semblaient indiquer que des paiements avaient été faits en contrepartie des votes des membres de l’IAAF et du CIO pour la désignation des villes hôtes des Jeux olympiques et d’autres grands événements sportifs.

« Nous avons été en contact avec Seb Coe (président de l’IAAF) à ce sujet », a déclaré Bach aux journalistes. « Nous avons déjà demandé au Sénégal de participer à l’enquête et nous avons eu l’assurance il y a plusieurs mois que si les autorités françaises voulaient entendre Papa Massata Diack, elles pourraient venir au Sénégal et il serait alors mis à leur disposition. »

Le président du Sénégal, Macky Sall, était à la session du CIO en Argentine cette semaine. La capitale, Dakar, a été nommée hôte des Jeux olympiques de la jeunesse de 2022.

Macky Sall décrochent les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2022 pour le Sénégal

Rédigé par leral.net le Mercredi 10 Octobre 2018 à 11:23 | | 0 commentaire(s)|

Photos : Soham Wardini et Macky Sall décrochent les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2022 pour le Sénégal
Le Sénégal abritera les Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2022 🇸🇳
A l’issue d’un vote par acclamation lors de la session du Comité International Olympique à Buenos Aires, le Sénégal a décroché l’accueil de cet événement, une première en Afrique.

La commission d’évaluation a retenu le meilleur choix sur la base d’un rapport exhaustif, valorisant ainsi l’engagement du Président Macky SALL et les investissements conséquents du Plan Sénégal Emergent notamment dans les domaines du sport et de la jeunesse.

Présidentielle 2019 : Me Madické Niang réaffirme sa candidature

Suite au communiqué fait à Dakar le 04 octobre 2018 et signé par le Frère Secrétaire Général National du PDS, relatif à ma candidature à l’élection présidentielle de 2019, je me dois de faire à l’opinion publique la genèse de cette candidature et de prendre les décisions que mon honneur m’impose face à cette situation regrettable à tout point de vue.

Je voudrais rappeler que c’est le Président Wade lui-même qui, la première fois, a suscité en moi cette ambition de me mettre en première ligne au service des Sénégalais, lors de la Oumra que nous avons effectuée en 2012, suite à la perte du pouvoir, en me disant en substance que, dans son entourage, j’étais la personne la mieux indiquée pour reconquérir le pouvoir.

Il s’y ajoute qu’à l’issue des dernières législatives, je me rappelle ces paroles poignantes qui m’ont été adressées par le Président WADE : « Madické, tu m’as démontré que tu es l’unique personne sur qui je peux compter totalement, je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi. Ton engagement sans limite dans ces élections législatives m’amène à dire que je t’expose trop alors que tu as une famille à préserver. »

J’avais alors répondu que : « il en sera toujours ainsi, je ne lésinerai jamais sur mes moyens physiques comme matériels pour combattre et faire partir Macky SALL. C’est le sens que je donne à mon combat à vos côtés en dehors de l’amitié qui nous lie»

Que me valent alors subitement ces accusations graves, gratuites et infondées contre ma personne alors que j’avais toujours été considéré comme l’ami, le frère et le militant le plus fidèle ? Qu’est ce qui a pu changer si subitement entre-temps ? Ai-je eu tort d’avoir posé la question de la candidature alternative alors que beaucoup de Sénégalais, surtout les frères de parti, ont considéré que ma proximité avec Wade devait me permettre de jouer ce rôle ? Je laisse aux Sénégalais le soin de répondre à ces questions.

Je rappelle que j’ai fait l’objet de toutes formes d’intimidation et d’humiliation de la part du pouvoir sans vaciller un seul instant. Je tiens aussi à dire aux Sénégalais que je n’ai aucun dossier judiciaire en instance devant aucune juridiction.

Je prends à témoin les Sénégalais pour leur dire que : si Macky SALL pouvait faire pression sur moi, je ne serais pas resté avec le Président WADE alors que beaucoup de ses proches l’avaient quitté ; si Macky SALL avait les moyens de pression sur moi, je n’aurais jamais pu défendre Karim WADE avec autant de détermination et d’opiniâtreté durant ces six dernières années ; si Macky SALL avait des moyens de faire pression sur moi, je n’aurais pas pu me mettre en face de lui pour faire gagner largement le PDS à Touba.

C’est important de relever que, lors de ces élections législatives de juin 2017, mon arrestation avait été ordonnée, car beaucoup de responsables du pouvoir avaient pensé, qu’en me neutralisant, ils auraient pu empêcher la victoire du PDS ; si Macky SALL avait des moyens de pression sur moi, je n’aurais pas pu exercer à l’Assemblée Nationale avec tant d’engagement, mes fonctions de Président du groupe parlementaire. Combien de Sénégalais ont apprécié ma détermination, mon sens des responsabilités et, surtout, le dur combat pour empêcher que des lois scélérates soient votées.

Cependant, la seule pression forte que j’ai subie depuis deux ans vient de mes frères de parti mais aussi de Sénégalais de tous bords, pour me pousser à poser la question de la candidature alternative alors que j’avais, par amitié, volontairement tu toute ambition pendant toutes ces années.

Au surplus, concernant les accusations de « collusion » avec Macky SALL dont je suis l’objet, je défie quiconque de pouvoir en apporter le moindre indice, encore moins la plus petite preuve. Je laisse aux Sénégalais le soin d’en juger sur la base de mes actions concrètes au profit du PDS et pour le bien de la nation pendant les sept années de calamité de ce régime.

Au regard des faits, pour moi, le véritable « suicide » politique serait, pour le PDS, de ne pas avoir de candidat à l’élection présidentielle de 2019.

S’agissant de ma candidature, le Président Wade a dû oublier que je lui ai écrit pour lui préciser qu’elle ne saurait entrer en compétition avec celle de Karim WADE. En effet, elle ne pourrait prospérer que si, et seulement si, le Conseil Constitutionnel rejette la candidature de Karim WADE. Où est donc le mobile qui peut servir Macky SALL en affaiblissant le suffrage du candidat investi par le Parti alors qu’une fois de plus, ma candidature est une candidature alternative et non de substitution.

Concernant mes responsabilités à l’Assemblée Nationale, je dis d’ores et déjà, sans ambages, que jamais je n’engagerai un bras de fer avec le Président Wade sur quoi que ce soit. Ainsi, avant que le parti ne se saisisse de la question, j’ai décidé, pour le mettre à l’aise, de remettre en jeu immédiatement mes fonctions de Président du groupe parlementaire car mon honneur ne me permet pas de m’accrocher à des responsabilités que le Président WADE m’a confiées.

Je ne le remercierai jamais assez pour, d’abord, l’honneur qu’il me fait de me considérer comme frère et ami mais aussi, pour m’avoir confié d’importantes responsabilités. Toutefois, je souligne que j’ai la conscience tranquille pour avoir donné le meilleur de moi-même à Abdoulaye WADE, à sa famille et au PDS.

En tout état de cause, il restera toujours ma référence politique, mon ami et mon frère.
Contrairement aux accusations qui sont portées contre moi, j’ai voulu redonner espoir à tous les militants désemparés face à l’éventualité d’une élection présidentielle sans un candidat du PDS. Combien de membres de l’opposition radicale se sont ouverts à moi sur l’absence éventuelle d’un candidat du PDS en 2019, estimant qu’elle permettrait à Macky SALL de gagner facilement.

Ainsi, j’invite tous ceux qui, dans le Parti comme en dehors, sont convaincus de la nécessité d’une candidature alternative, à me rejoindre pour mener ce combat.

Enfin, je m’en remets au Tout Puissant tout en ayant la conviction forte que la vérité finit toujours par triompher.

Maître Madické NIANG

Grève Sytjust : Les citoyens de Saint-Louis dénoncent

La grève de 72 heures décrétée par le Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) a complètement paralysé le fonctionnement du palais de justice de Saint-Louis.

Au tribunal régional, la plupart des services n’ont  pas fonctionné à cause du mouvement d’humeur des membres du Sytjust. Une grève qui est durement ressentie par les populations de la vieille ville.

Très déçus de la situation qui prévaut dans cette institution judiciaire, nombreux sont les citoyens et justiciables qui ont dénoncé   les grèves répétitives notées dans le secteur de la justice.

De l’avis de Abdoulaye Faye, enseignant à l’IEF de Saint-Louis département, le moment est mal choisi parce que nous sommes en début d’année scolaire et la demande de papiers administratifs est très forte. Du côté des grévistes, le secrétaire exécutif du Sytjust /section Saint-Louis, a laissé entendre qu’ils iront jusqu’au bout de leur combat.

Me Ibrahima Diop a souligné que tout ce qu’ils demandent au gouvernement, c’est le respect de ses engagements.

Dans le même ordre d’idées, Me Diop a fait savoir que ce mouvement d’humeur de 72 heures renouvelable a permis aux membres du Sytjust de prendre toutes les dispositions pour paralyser le bon fonctionnement des tribunaux.

À Saint-Louis, le   Syndicat des travailleurs de la justice a pris des mesures de non-délivrance et de non-réception de certains dossiers tels les actes d’état civil, les casiers judiciaires, les certificats de nationalité, les registres de commerce et les extraits des décisions de justice.

Tout faire pour gagner contre le Soudan »

content_image

Touché ce weekend en Série A, Kalidou Koulibaly est incertain pour la double confrontation comptant pour les 3ème et 4ème journées des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can) Cameroun-2019, entre le Sénégal et le Soudan. Un coup dur pour Aliou Cissé, le sélectionneur de l’équipe nationale A du Sénégal, après les forfaits des défenseurs Lamine Gassama et Salif Sané.

Analysant cette situation, Aly Male prend Aliou Cissé au mot et propose le repositionnement du capitaine Cheikhou Kouyaté. « L’entraîneur a toujours dit que dans son groupe, les joueurs étaient interchangeables, rappelle le technicien interrogé par la Rfm. Le capitaine Kouyaté peut glisser dans l’axe.

Et, Alfred Ndiaye peut prendre sa place comme au début de la Coupe du monde. »Pour Male, Djibril Thiaw, la nouvelle recrue d’Aliou Cissé, pourrait être également mis à contribution pour gagner ces matchs.

Aliou Cissé : « On a trois numéro 1 »

Le sélectionneur national du Sénégal Aliou Cissé n’est pas encore prêt à dévoiler son gardien n°1. Ce lundi lors du 1er galop d’entraînement au stade Léopold Sédar Senghor, le coach rassure et soutient : « Nous avons 3 bons gardiens.
Que ce soit Alfred Gomis, Edouard Mendy ou Abdoulaye Diallo qui est en train de reprendre de l’air et du temps de jeu, ils sont tous compétitifs », a-t-il dit. Pour lui, ce cas de figure est « bénéfique pour notre équipe nationale ». Pour rester dans sa logique, le coach des lions ajoute : « j’ai envie de dire qu’on a trois numéro 1 ».

Le Sénégal se prépare à affronter le Soudan le 13 octobre 2018 à Dakar, un match comptant pour les éliminatoires de la Can Cameroun 2019. Avant d’aller 3 jours plus tard à Khartoum pour faire face encore à l’équipe soudanaise.

Le coup de fil de Me Abdoulaye Wade !

La crise couve au PDS et la médiation entreprise par certains membres du parti à l’image de Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolli se poursuit. Seulement Me Wade vient de poser un nouvel acte qui conforte un véritable divorce entre lui et Me Madické Niang.

Me Wade a appelé ce dernier, le but : demander à Me Madické Niang de ne pas altérer leurs relations parce qu’ils sont tous deux talibés mouride. Seulement, il lui a également demandé de rendre le poste du président du groupe parlementaire « Liberté et Démocratie ».
A en croire L’Observateur, une réunion se tiendra ce jeudi pour remplacer Me Madické Niang. Pas de noms ayant fuité pour le moment, seul Me Wade connaît son successeur. Le Pape du Sopi, via un appel à Serigne Bara Dolli, a indiqué sa position différente de la première: Madické Niang peut rester député.

Senenews

Barth : il va siéger 15 jours aux Parcelles Assainies

«J’ai entendu qu’il y a des gens qui étaient avec nous qui ont décidé d’aller avec Macky Sall. D’abord, je voudrais préciser que ces gens-là sont toujours nos amis et qu’on ne va jamais dire du mal d’eux…». Voilà ce qu’avait déclaré Barthélemy Dias, au lendemain de sa sortie de prison, chez la mère de Khalifa Sall.

Seulement, le maire de Mermoz Sacré-Cœur prépare une riposte de taille contre Moussa Sy. En effet, Barth et Cie vont «élire domicile» à la résidence Awa Plaza sise aux Parcelles Assainies. Selon nos informations, Dias-fils a installé ses quartiers à la résidence, rien que pour rendre la vie dure à Moussa Sy.

Durant 15 jours, son équipe va arpenter les rues des Parcelles Assainies, histoire de collecter des parrains, mais aussi montrer le vrai visage du nouvel allié de Macky Sall. En attendant, Barthélemy Dias va faire une descente aujourd’hui au Plateau, «fief» de Alioune Ndoye, pour des visites de proximité.

Les Echos

Education : les enseignantes demandent plus d’appui de la part des autorités.

Education : Pour une année scolaire apaisée et sans perturbation, les enseignantes demandent plus d’appui de la part des autorités.
Pour une année apaisée et sans perturbation, le RFEEEG, qui est une organisation féminine qui œuvre pour la pacification de l’espace scolaire, a organisé hier une grande randonnée à Dakar pour lancer leur programme annuel de zéro grève.

En effet, cette association regroupe plusieurs actrices de l’éducation venant de différents coins du Sénégal. Ce sont des enseignantes, des leaders qui œuvrent pour une noble cause : soutenir l’éducation. Malheureusement, ce regroupement rencontre certaines difficultés liées à l’absence d’appui et de soutien.

Il y a des délégations qui sont toujours à Dakar et qui peinent à rentrer dans leurs régions respectives, faute de moyens. C’est pourquoi, après avoir fait le tour des chefs religieux et des autorités, ces enseignantes trouvent qu’il est vraiment dommage de rester insensible face à leur situation vu l’importance que le chef de l’État accorde à l’éducation.

Elles estiment que ces autorités doivent se concentrer sur les préoccupations qui interpellent l’éducation, car c’est elle qui peut faire avancer notre chère nation. C’est d’ailleurs une préoccupation majeure du président de la République Macky Sall, que nous interpellons en même temps, car il est très sensible aux questions qui tournent autour de l’éducation.

Toutefois, ces enseignantes sont engagées et avec l’esprit de leadership de leur présidente, à véhiculer ce concept « Zéro grève », pour en faire une réalité et appellent pour cela, tous les fils de ce pays qui tiennent à l’éducation.

Elles se battent pour la pacification de l’espace scolaire, le retour et l’incarnation des valeurs à l’école mais également pour une implication soutenue et perpétuée des femmes dans la prévention et la résolution des crises dans le système éducatif.

Gréve : « Les malades du cancer risquent la mort »

L’Alliance des syndicats autonomes de la santé (Asas/Sutsas-Sudtm) – « And Gueusseum » remet ça. Mballo Dia Thiam et ses camarades, qui ne décolèrent pas, ont décrété 72 heures de grève à partir de ce mardi 9 octobre 2018. Un mouvement d’humeur que les syndicalistes comptent dérouler dans le cadre de leur 12e plan d’action sur l’ensemble du territoire national.

Une situation qui inquiète le professeur Mamadou Diop, le directeur de l’institut Joliot Curie de l’hôpital Aristide Le Dantec. Selon lui, les malades du cancer «souffrent beaucoup» de ces perturbations qui, quelquefois, alerte-t-il, «peuvent leur coûter la vie».

Contacté par la Radio futurs médias (Rfm), il assène : «On ne peut pas faire la grève comme ça, les yeux fermés et surtout des grèves aussi longues. Prenons l’exemple de l’oncologie : un malade qui a déjà fait sa chimio, qui a fini et qui doit être opéré au bout de six semaines. Ce malade, vu le nombre de patients qu’il y a à Le Dantec, arrive à être programmé après un très long délai d’un mois.

On lui dit que le bloc ne fonctionne pas, qu’on est en grève et qu’il doit être encore reprogrammé au bout d’un mois. Ce n’est pas acceptable».Ce malade risque de mourir, alerte le Pr. Diop. Car «il va perdre le bénéfice de cette chimiothérapie, c’est-à-dire les millions qu’il a investis pour se faire traiter.

Il va récidiver, va faire une poursuite évolutive de sa maladie. Peut-être même, à un moment donné, on ne pourra plus l’opérer et il entre dans la phase de soins palliatifs (donnés à des personnes en fin de vie). C’est ça que nous vivons à cause de ces grèves».

Mort du douanier Sakho : L’autopsie confirme le suicide

Le douanier Cheikhou Sakho, chef de la Brigade spéciale de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd), est mort par suicide. C’est ce que dit l’autopsie pratiquée sur sa dépouille.

Sakho s’est tiré une balle dans la bouche, révèle le certificat de genre de mort dévoilé par l’oncle du défunt Serigne Gaye, dans un entretien accordé à L’AS. Mais cette version est battue en brèche par la famille qui a déposé une contre-expertise, renseigne le journal.

« Non, jamais ! C’est moi qui ai éduqué Cheikhou, je le connais, e ne vois pas pour quelle raison il se suiciderait, rejette Serigne Gaye. Quand on met un terme à sa vie, c’est qu’on a des problèmes de famille, au travail ou d’argent. Ce n’est pas le cas. Il s’entend avec tout le monde dans sa famille, au travail.

Il est le cadet de la famille, mais il aidait tout le monde. »En attendant que l’enquête soit bouclée, la famille a décidé de saisir la justice pour tirer cette affaire au clair.

Les présumés assassins de Mariama Sagna identifiés

Les deux hommes soupçonnés d’être les présumés auteurs du meurtre de Mariama Sagna, tuée samedi dernier à son domicile, ont été identifiés par les enquêteurs. Selon Libération, il s’agit de deux charretiers dont l’un deux est actuellement détenu par les éléments de la Brigade de Recherches de Colobane.
L’un des charretiers a avoué le crime, reconnaissant qu’il n’est pas seul. Le jour des faits, raconte-t-il, lorsqu’ils sont arrivés au domicile de la victime, ils n’y ont trouvé personne. Ils ont trouvé Mariama Sagna, sortant de sa salle de bain, couverte à moitié. Ils se  sont ensuite jetés sur elle avant de la violer tour à tour.
Face aux cris de la victime qui voulait se tirer d’affaire, son complice l’a étranglée. Ce dernier, qui est en fuite, est  un repris de justice connu pour plusieurs faits de délinquance notoire. Il est activement recherché par la Section de Recherches.

La vérité va éclater dans 48 heures

content_image

D’ici à mercredi, la vérité devrait éclater dans l’affaire du meurtre de Mariama Sagna, la militante de Pastef qui aurait été violée et tuée samedi à Keur Massar. C’est le pronostic de Me Bamba Cissé, l’un des cinq avocats commis par la famille et le parti de la victime.

Sur la Rfm, l’avocat dit : «Pour l’instant, nous n’avons pas toutes les informations idoines mais ce que nous tenons déjà de l’enquête nous permets de dire qu’il y a quelqu’un qui aurait été arrêté. Mais en pareille matière, l’enquête est entourée de ce minimum de secret qui puisse garantir sa fiabilité, ce qui ne nous permet pas éventuellement de tout révéler mais je pense que c’est en très bonne voie. Dans les 48 heures, en tout cas, la vérité va éclater.»

Mais pour Me Bamba Cissé, au-delà de l’arrestation éventuelle de l’auteur du crime, il est important de situer le mobile. «C’est une question qui me semble cruciale, insiste-t-il. Ceux-là qui nous ont commis en l’occurrence Pastef et la famille de feu Mariama Sagna, la question de recherche du mobile est une question qui (les) tracasse. Nous avons confiance en la gendarmerie et en la police pour ce qui concerne l’éclaircissement de tout cela parce que c’est important d’éclaircir cette situation pour qu’on puisse comprendre et qu’on puisse situer les responsabilités. C‘est un crime qui me semble relever d’une certaine lâcheté.»

Idy cherche 2 milliards pour financer sa campagne 2019

Idrissa Seck charge ses militants de collecter le financement de sa campagne pour la Présidentielle 2019. Le lancement a été fait samedi par Déthié Fall qui a qualifié d’« inédite » cette initiative dans le landerneau politique sénégalais .

« Lorsqu’il s’agit de campagne présidentielle, c’est souvent le candidat lui-même qui s’occupe des finances de sa campagne. Mais pour cette fois, au niveau du parti Rewmi, les militants et sympathisants ont préféré s’occuper de cette question », s’est félicité le député devant des dizaines de responsables du parti.

Mise en place en juillet dernier, la commission de collecte de fonds pour le candidat Idrissa Seck a fixé ses ambitions. « On tourne entre 2 et 5 milliards. Au regard de l’engouement et l’interpellation de ces personnes qui sont venues vers nous depuis pratiquement 2 ans, ce serait raisonnable qu’on puisse engranger au minimum 2 milliards de francs Cfa », a prévu Aly Salé Diop, coprésident de ladite commission qu’il partage avec Abdourahmane Diouf.

En outre, Rewmi a fait le point sur la collecte de parrainages. Selon son vice-président, le parti a déjà réuni le nombre de parrains requis. « Nous avons bouclé le nombre qui nous a été demandé en 20 jours seulement. Rewmi est un très grand parti. Il suffit juste de voir nos résultats électoraux pour comprendre que nous n’avons aucune difficulté à réunir 66 mille signatures. Les Sénégalais continuent de parrainer le candidat Idrissa Seck et la collecte des signatures se poursuit », a dit Déthié Fall.

Toutefois, le député rewmiste a réfuté toute absence de son mentor de la vie politique. « Idrissa Seck n’est pas absent. Au contraire, il est très présent. Ne liez pas silence et absence ! Il suffit de faire un tour au Point E pour s’apercevoir du nombre de personnes qui lui rendent visite », a-t-il souligné.

Le Quotidien

Air Sénégal lance ses nouvelles destinations

Air Sénégal a effectué, ce jeudi, le lancement officiel de ses nouveaux vols à destinations de 8 pays dans la sous région. Au cours d’une cérémonie riche en couleurs, tenue à l’Aéroport International de Blaise Diagne (Aibd), les autorités de la compagnie ont indiqué que dans les deux prochains mois, Air Sénégal va  desservir Cotonou, Bissau, Banjul, Praia, Conakry, Bamako et Ouagadougou.

Et, c’est même, ce vendredi  5  octobre qu’Air Sénégal reliera Abidjan et Cotonou, pour son premier vol commercial. Ce sera à bord d’un Airbus A319 d’une capacité de 120 sièges du conglomérat chinois Hna avec lequel Air Sénégal Sa a signé un accord d’interligne qui permettra à chacun des deux transporteurs  de vendre un tronçon vers l’autre pays.

Air Sénégal compte  développer  son réseau Atr en proposant des vols à destination de Bissau et Banjul selon le communiqué de presse de la compagnie. Il va aussi  accueillir, à la fin du mois d’octobre, un second A319 qui sera loué au groupe américain Apollo et, qui va desservir Praia, Conakry, Bamako et Ouagadougou.

Dakar-Paris en février 2019

En sus, à partir du mois de février, Air Sénégal effectuera quotidiennement la ligne Dakar-Paris qui sera assurée par un A330-900 Neo. Un appareil de dernière génération du groupe Airbus, comptant 290 sièges, assurera la liaison. La compagnie a même annoncé qu’elle va entamer, en févier prochain, ses ventes de billets sur la ligne Dakar-Paris. Et l’objectif affiché par Air Sénégal est de «hisser la compagnie à la pointe du secteur aérien en Afrique».

Démission de son mandat de député

Apres la déclaration de candidature de Me Madické Niang, Me Wade a publié un communiqué au vitriol contre lui. Un texte dans lequel il a annoncé qu’il va saisir les députés du groupe Liberté et Démocratie pour que Madické Niang soit débarqué du poste de président. Une humiliation que ce dernier ne voudrait certainement pas vivre.

D’où sa décision de démissionner de tous les mandats obtenus grâce au Pds de son plein gré. En effet, de source sûre, le patron des députés de la coalition Wattu Sénégal a bel et bien voulu partir, mais seulement, il en a été pour le moment dissuadé par des membres du groupe parlementaire.

« Sa démission a été envisagée, par lui-même. Mais il y a eu une intermédiation de députés de son groupe, qui lui ont demandé de ne pas réagir, de ne rien dire et de ne rien faire. Ces derniers ont décidé d’entamer une médiation afin qu’il reste à la tête du groupe. Cela, au vu, expliquent-ils, de l’excellent travail qu’il a abattu depuis qu’il en a les rênes, et au vu de tout ce qu’ils ont partagé, en tant que parlementaires, depuis l’installation de cette législature il y a un an », nous a confié une source très au fait de cette affaire.

Toutefois, selon nos informations, Me Madické Niang, accusé d’être un candidat de collusion par Wade dans son communiqué, va lui porter la réplique, comme ça a été le cas la dernière fois, avec l’histoire de la lettre demandant un candidat alternatif au Pds.

Seulement, il ne va pas suivre le ton belliqueux du communiqué du patron des libéraux. « Il va répondre à Wade, mais ce sera une réponse sans polémique mais dans laquelle il éclaircira tous les points », souligne notre source. Qui ajoute que la réponse à Me Wade pourrait tomber ce week-end ci.

Les Echos

Mort du douanier : La Section de Recherches débarque à Keur Massar

Sans bruits, les enquêteurs de la Section de Recherches de la gendarmerie ont débarqué hier à Keur Massar pour donner un coup de main et mettre leur expérience à la disposition de leurs collègues de la brigade de Keur Massar.

Hier en fin de journée, ces visages inhabituels qui se sont discrètement glissés dans la cour de la brigade de gendarmerie, affichaient une détermination à élucider au plus vite la mort du douanier dont le corps a été retrouvé par les gendarmes de Keur Massar au cours d’une patrouille dans la nuit du jeudi 04 au vendredi 05 octobre 2018.

En effet, les gendarmes rejoints par leurs collègues de la Section de Recherches veulent faire la lumière autour de cette mort qui a été, hier à Keur Massar, le centre de toutes les discussions.

La tâche paraît certes complexe, mais bien loin d’être insurmontable pour les enquêteurs de la Section de Recherches qui vont mutualiser leurs expériences avec celles de leurs collègues de Keur Massar, habitués à sillonner ce tronçon qui, à partir de la Rn1, dessert Keur Massar. Sans nul doute, les lieux vont être fouillés de fond en comble à la recherche des témoignages captés ça et là pour tenir la bonne piste pouvant éclairer la mort du douanier Cheikhou Sakho.

Non loin de la forêt des anacardiers où le corps du douanier a été retrouvé dans son véhicule, a régné hier un empressement inhabituel des populations à traverser au plus vite ce tronçon. Des lieux réputés et redoutés par les populations de Keur Massar, notamment à la tombée de la nuit. En attendant, beaucoup de questions demeurent. Elles tournent notamment autour de l’arme qui aurait été retrouvée dans le véhicule du défunt douanier.

A-t-elle servi ? Est-ce l’arme de service du douanier ? Si oui, pourquoi le ou les présumés auteurs n’ont pas pensé l’emporter ? Il est, pour l’heure, exclu que cette arme puisse appartenir aux auteurs de ce crime.

En effet, il serait suicidaire pour l’auteur de crime d’abandonner volontairement son arme sur les lieux ? Existerait-il une piste autre que le crime ? Autant de questions qui seront au centre de l’enquête ouverte par la Gendarmerie de Keur Massar appuyée par la Sections de Recherches de la Gendarmerie nationale.

L’Observateur

Ofnac : Le rapport d’activités 2016 au Président Macky Sall

L’Office national de lutte contre la corruption (Ofnac) a remis son rapport 2016 au chef de l’État, ce vendredi. C’est le premier rapport de l’ère Seynabou Ndiaye Diakhaté, qui a remplacé Nafi Ngom Keïta à la tête de l’institution.

Les Échos, qui donne l’information, espère que le rapport, fruit du travail de l’équipe précédente selon le journal, ne sera pas débarrassé d’éléments gênants pour le pouvoir.

Affaire Cheikh Tidiane Gadio et Patrick Ho

Dossier Cheikh Tidiane Gadio et Patrick Ho: Une rocambolesque affaire de... trafic d’armes

Dans un document de 32 pages transmis au tribunal du District Sud de Manhattan, les procureurs américains accusent Patrick Ho, l’ex coaccusé de Cheikh Tidiane Gadio d’avoir au delà de la corruption de dirigeants africains, entretenu un réseau de trafic d’armes qui aurait profité au Qatar, à la Libye, au Sud Soudan ( alors sous embargo) en 2015 mais aussi à l’Iran sous sanctions américaines.

Le même rapport, qui cite l’ancien ministre sénégalais des affaires étrangères, atteste que Ho avait promis de fournir des armes à Idriss Deby, le président du Tchad, déjà éclaboussé par un cadeau de deux millions de dollars (1,1 milliards de F Cfa).

Le Tribunal du district Sud (Manhattan) a encore rejeté la demande de libération de Patrick Ho, l’ex-accusé de Cheikh Tidiane Gadio, poursuivi pour corruption et blanchiment d’avoir soudoyé des dirigeants africains, en échange de faveurs pour le conglomérat chinois spécialisé dans l’énergie, CEFC.
La Cour a rejeté sa demande liberté sous caution, en attendant le procès dans le fond, prévu le 5 novembre prochain. Ainsi, les procureurs américains ont communiqué aux juges un document explosif de 32 pages dans lequel, ils justifient leur opposition à la demande de mise en liberté provisoire de Ho.

La juge Loretta Preska estime que les faits évoqués sont très graves. Au-delà même des faits de corruption, les procureurs américains révèlent dans le document que le mis en cause a entretenu, via un intermédiaire, dont le nom n’a pas été communiqué, un trafic d’armes qui a bénéficié, en 2015, au Qatar, à la Lybie et Sud Souda.

Le même rapport atteste qu’il avait promis d’appuyer une requête d’Idriss Deby pour une assistance militaire chinoise au Tchad dans le cadre de la lutte congre Boko Haram à la suite d’un pacte de corruption.

Plusieurs mails, versés dans le dossier, s’appuient sur ces accusations d’une extrême gravité. Dans l’un des courriels en date d’avril 2015, Patrick Ho propose, ainsi à l’intermédiaire d’arranger une vente d’arme pour le Qatar. «Le Qatar a besoin de nouveaux jouets en toute urgence. Leur chef vient en Chine et nous espérons lui donner de bonnes nouvelles ».

Selon toujours les procureurs américains, Cheikh Tidiane Gadio qui a accepté de témoigner contre Ho après un accord, leur a révélé que ce dernier lui a affirmé que «CEFC peut trouver des armes et des équipements militaires au Tchad en échanges de contrats pétroliers »

D’ailleurs, dans un mail, l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise lui demande : « penses-tu que CEFC peut intervenir auprès de l’Etat chinois pour avoir, en urgence et dans la confidentialité, un appuie militaire significatif pour notre ami (Ndrl : Idriss Deby) qui s’est engagé dans la bataille de sa vie contre les démons de Boko Haram ? Patrick Ho de répondre : « j’accorderai la plus haute attention à cette requête »

Un autre mail en date de 2014 montre comment Patrick Ho comptait aider l’Iran, sous sanctions américaines, à se faire livrer des armes.

Source: Libération

La rencontre Soham Wardini et Macky Sall à Buenos Aires

Macky rencontre Soham Wardini
La nouvelle mairesse de Dakar, Soham Wardini va croiser Macky Sall à Buenos Aires en Argentine. Selon Les Echos, qui donne l’information, ils vont se retrouver en Argentine, pour la réception de la flamme olympique pour l’organisation des Jeux olympiques de la jeunesse (Joj) prévue à Dakar en 2022.
Ce sera, certainement, indique le journal, la première rencontre entre le Chef de l’Etat et la désormais ex-adjointe du maire de Dakar déchu, Khalifa Ababacar Sall.

La Lsdh préoccupée par la persistance de la gréve du Sytjust

48 heures de grève renouvelable. Le mot d’ordre décrété hier jeudi 4 octobre par le Syndicat des travailleurs de la justice interpelle la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh).

L’organisation de défense des droits de l’homme se dit «Vivement préoccupée par la persistance de la grève du Syndicat des travailleurs de la justice et son corollaire de paralysie du système judiciaire marquée notamment par la non délivrance de casiers judiciaires, non délivrance de permis de visite pour les parents de détenus, le report de la quasi-totalité des audiences, la non disponibilité des actes et décisions judiciaires, la prorogation systématique des délibérés à vider», liste la Lsdh.

Dans un communiqué reçu à Seneweb, l’organisation se montre «d’autant plus préoccupée que la grève dudit Syndicat est articulée autour d’un non-respect d’engagements déjà paraphés et actés».

Exigeant une matérialisation des engagements du chef de l’Etat, le Syndicat des travailleurs de la justice motive sa radicalisation par une «absence de réaction adéquate du gouvernement face à la démarche responsable adoptée par le Sytjust quatre ans durant».

Il déplore à cet effet : «le manque d’intérêt affiché par les ministres en charge de la Justice, des Finances, du Budget et de la Fonction publique dans la mise en œuvre des engagements fermes et solennels (du chef de l’État) à prendre en charge les doléances légitimes des travailleurs de la justice».

Les députés reprennent service, vendredi prochain

Après une pause de trois mois, les députés de l’Assemblée nationale reprennent service. Ils sont convoqués en séance plénière le vendredi 12 octobre prochain à 10 heures, informe un communiqué de la direction communication de l’Assemblée.

L’ordre du jour porte sur l’ouverture de la Session ordinaire unique de l’année 2018-2019 de l’Assemblée nationale, indique le texte reçu à Seneweb.

Des éléments du Gmi en colère à Ziguinchor

Les éléments du Gmi en poste à Ziguinchor sont très remontés contre leur hiérarchie. Ils dénoncent le non-paiement de leurs primes mensuelles de 7500 francs Cfa. Selon le journal Les Echos, celles-ci, doivent être versées à chaque ayant droit tous les six mois sous forme de rappel.

Mais depuis juin dernier, date de la dernière échéance, ils ne sont pas passés à la caisse.

« Nous demandons à nos chefs en charge de la question de résoudre le problème le plus rapidement possible pour qu’on puisse rentrer dans nos fonds », ont -ils fait savoir dans les colonnes du journal.

Conseil des ministres exceptionnel ce vendredi

Conseil des ministres exceptionnel ce vendredi
Selon des informations, devant s’absenter du pays la semaine prochaine, le président de la République Macky Sall a convoqué la réunion du conseil des ministre exceptionnellement ce vendredi.
Pour rappel, le président doit se rendre à Buenos Aires en Argentine pour y recevoir la flamme olympique pour l’organisation des Jeux olympiques de la jeunesse (Joj) prévue à Dakar en 2022.

Soudan-Sénégal : Les Lions se rendront à Khartoum le 16 octobre

Le Sénégal affrontera le Soudan, le 16 octobre à Khartoum. Ce, pour le compte de la quatrième journée des qualifications de la Can-2019, manche retour de la double confrontation entre les deux équipes, qui s’affronteront trois jours plus tôt à Dakar.

Pour ce long déplacement (10 heures de vol), les Lions voyageront par vol spécial. Record, qui donne l’information, souligne que le ministère des Sports a déjà trouvé un accord avec une compagnie.

Le journal informe qu’Aliou Cissé et ses hommes quitteront Dakar le 14 octobre, lendemain de Sénégal-Soudan. L’arrivée à Khartoum est prévue le même jour. Record avance que les Lions effectueront dès leur arrivée une séance de décrassage au national stadium de Khartoum, pelouse du match, avant de s’y retrouver le lendemain pour la mise en place de veille de match.

Le Sénégal (4 pts) est premier du groupe A, le Soudan dernier (4e, 0 pts).

Jurgen Klopp critique Sadio Mane après la défaite

Jurgen Klopp a analysé la défaite de Liverpool face à Naples. Pour le technicien allemand, Sadio Mane et Roberto Firmino ont tenu le ballon trop longtemps, ce qui a fait déjouer l’équipe.

« La formation n’était pas appropriée, nous nous sommes déplacés dans les zones défaillantes. Pour les trois milieux de terrain, le travail était pratiquement inconcevable », a déclaré Klopp à BT Sport repris par wiwwport.

« Nous avons trop touché le ballon. Bobby [Firmino] a trop tenu le ballon idem pour Sadio [Mane]. Lorsque cela se produit, vous ne pouvez développer de jeu » a-t-il précisé .

« La formation n’était pas appropriée, nous nous sommes déplacés dans les mauvais espaces. Pour les trois milieux de terrain, le travail était presque impossible », a souligné Klopp.

Le Japon se prépare à un nouveau typhon

content_image

Les îles japonaises du sud se préparent à l’arrivée de Kong-Rey, un nouveau typhon qui entraînera des vents violents et de fortes précipitations. Plus de 200 vols ont été annulés jeudi matin. L’institut météorologique japonais a mis en garde contre la foudre, les coulées de boue et les énormes vagues que le typhon pourrait provoquer en mer.

La population locale a été priée de prendre ses dispositions, tandis que Kong-Rey devrait atteindre Okinawa et les îles proches dans la nuit de jeudi à vendredi. Kong-Rey est le 25e typhon de l’année en Asie. Ce week-end, une grande partie du Japon a été balayée par le puissant typhon Trami, qui a causé au moins quatre morts et plus de 120 blessés.

Auteur: 7sur7.be

Une nouvelle affaire de corruption pour Lamine Diack

Lamine Diack a été placé sous le statut de témoin assisté pour l’affaire des soupçons de corruption autour de l’attribution des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. Libération, qui donne l’information, précise que l’ancien président de l’Iaaf, et son fils Massata Diack sont accusés par la justice française d’avoir touché des fonds pour influencer le vote en faveur de la capitale japonaise.

Le journal souligne que c’est la quatrième affaire suspendue au-dessus de la tête de Lamine Diack. Depuis trois ans, il est mis en examen pour corruption présumée et interdit de sortie du territoire français. Récemment, en France, il a été inculpé pour abus de confiance sur des droits de sponsoring perçus par l’Iaaf. Et au Brésil, il est poursuivi, en même temps que Massata Diack, dans l’affaire de corruption concernant l’attribution des Jo de 2016 à Rio.

Patrick Ho fixé sur son sort ce jeudi

content_image

Patrick Ho, l’ex co-accusé de Cheikh Tidiane Gadio sera fixé sur son sort ce jeudi. Un tribunal américain va statuer sur sa demande de liberté sous caution.

L’information est donnée par Libération, qui rappelle que Ho considère que sa détention ne se justifie plus à partir du moment où la justice américaine a abandonné les charges retenues contre l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise.

Gadio a été blanchi après qu’il a accepté de témoigner contre Ho. Son témoignage, à charge, est consigné dans une lettre rendue publique par le département de la justice. Il éclabousse le président tchadien, Idriss Déby, soupçonné d’avoir touché 2 millions de dollars (1,3 milliard de francs Cfa) de pots-de-vin de Patrick Ho en échange de contrats pétroliers au Tchad.

120 migrants sénégalais de retour de la Libye

120 migrants Sénégalais en provenance de la Libye sont rentrés au bercail, hier. Ils ont renoncé à l’aventure périlleuse pour rejoindre l’Eldorado européen. Leur retour a été facilité par le Comité National chargé de la gestion des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées, avec l’appui de l’Organisation internationale pour les migrations.

Ils ont été identifiés par la représentation consulaire du Sénégal pour la Libye, basée en Tunisie. Ces migrants seront accompagnés jusqu’à leurs localités de provenance par les autorités sénégalaises. Ils vont bénéficier aussi d’une assistance pour leur réintégration. Même si cela ressemble plus à des effets d’annonce puisque leurs devanciers n’en ont pas bénéficié.

Les autorités et les communautés locales vont contribuer à la mise en oeuvre d’activités de réintégration effective et durable. Il faut rappeler que de janvier à août 2018, 1749 migrants sénégalais ont été assistés dans leur retour volontaire et humanitaire au Sénégal.

Ucad: Macky Sall inaugure six nouveaux pavillons de 4000 lits

Le  président de la République Macky Sall est attendu cet aprés midi, à l’Université Cheikh Anta Diop où il  va inaugurer  de nouveaux pavillons au campus social.
D’aprés Vox Populi, il s’agit au total de 6 pavillon, dont 4 bâtis sur les ruines des ‘’pavillons préfabriqués’’ et deux à la frontières des campus de l’ESP (Ecole supérieure polytechnique) et l’ENSPT (Ecole normale supérieure d’enseignement technique et professionnel) dont grand pavillon d’une capacité d’accueil de 882 lits. Soit une capacité d’accueil cumulé de 4000 lits.
Selon le chef du département de la gestion des cités universitaires et de la vie estudiantine au COUD, Babacar Diagne, ces infrastructures ont tenu en compte des personnes à mobilité réduite. Il y’a des chambres qui leurs sont exclusivement réservées, avec un accès bien aménagé jusqu’au toilettes.

Ligue des Champions : Deuxiéme journée Koulibaly vs Sadio Mané

La deuxième journée de la Ligue des champions se joue ce mercredi 3 octobre 2018 avec l’entré en matière des 7 sénégalais (Sadio Mané-Liverpool, Diao Baldé Keita-Inter Milan, Koulibaly-Naples, Krépin Diatta- Fc Bruges, Seydou Sy-Monaco et Salif Sané-Shalke 04) en lice dans cette compétition à l’excepté de Pape Alioune Ndiaye. Cette journée garantit d’être belle avec les rencontres entre Barcelone et Tottenham ou encore Roma et Liverpool. Et surtout, Liverpool de Sadio face à Naples de Koulibaly. Des matchs qui s’annoncent rude.

Le Programme du jour :
Groupe A
Bor. Dortmund vs As Monaco

Atlètico Madrid vs Club Bruges

Groupe B
Tottenham vs Fc Barcelone

Psg Eindhoven vs Inter Milan

Groupe C
Paris Saint Germain vs E. Rouge Belgrade

Naples vs Liverpool

Groupe D
Lokomotiv Moscou vs Shalke 4

Fc Porto vs Galastaray

Omar Daf assistant d’Aliou Cissé

Omar Daf reprend service, la fédé a tranché

Laissé en quai lors du match Sénégal vs Madagascar, Omar Daf reprend service avec un statut d’assistant d’Aliou Cissé pour seulement, la double confrontation des lions contre le Soudan (13 et 16 octobre prochain), comptant pour la troisième et quatrième journée des éliminatoires CAN 2019), informe le quotidien Record.

Le sélectionneur des Lions, Aliou Cissé a toujours, montré son envie de récupérer l’actuel coach de l’équipe réserve de Sochaux.

Le président de la Fédération sénégalaise de football (Fsf), Me Augustin Senghor, a donné son accord de principe (mais pour seulement la double confrontation avec le Soudan), et compte saisir les autorités étatiques pour qu’un statut clair et définitif soit attribué à Omar Daf et à chaque personne autour de l’équipe nationale, précise le journal.

Le Sénégal rejette la judaïsation de Jérusalem »

S’exprimant devant les parlementaires de l’Organisation de la conférence islamique (Oci) à l’occasion de la 40e session du comité exécutif de l’Union des parlements de l’organisation de la conférence islamique, ouverte à Dakar, le président de l’Assemblée nationale du Sénégal, Moustapha Niasse a rappelé la position du Sénégal dans le conflit israélien et défendu la solution à deux États qui insiste-t-il, « n’est pas une revendication », mais « un droit ».

« Nous n’avons jamais cessé de défendre la cause palestinienne. Nos frères et sœurs de la Palestine se battent depuis des décennies. Nous sommes tous des Palestiniens. Il faut que soit garantie, respectée et appliquée, une mise en œuvre des droits inaliénables de nos frères de Palestine dans la paix, la sécurité, dans un État indépendant et souverain avec Jérusalem comme capitale », a réitéré le président Niasse, repris par Le Quotidien.

« Le Sénégal, dit-il, rejette de la manière la plus catégorique et la plus déterminée la tentative de judaïsation de la ville sainte de Jérusalem qui appartient à trois religions : juive, chrétienne et musulmane ».