Category Archives: Faits divers

Californie : Il fonce sur des piétons pensant qu’ils étaient musulmans

Isaiah J. Peoples appears for his arraignment in Santa Clara County Superior Court as his lawyer, Chuck Smith, stands at his side on Friday, April 26, 2019, in San Jose, Calif. The former U.S. Army sharpshooter Peoples is charged with eight counts of attempted murder after authorities say he deliberately plowed his car into pedestrians Tuesday. (Jim Gensheimer/San Francisco Chronicle via AP, Pool)

Un chauffard qui a foncé délibérément sur des passants, faisant huit blessés, est accusé de l’avoir fait parce qu’il lui semblait s’agir de musulmans, a indiqué la police californienne.

Isaiah J. Peoples. © ap.
L’homme âgé de 34 ans, appelé Isaiah Peoples, est visé par une enquête pour tentative d’homicide avec pour circonstance aggravante un mobile raciste, a précisé la police de Sunnyvale, près de San Francisco.

« Il y a de nouvelles preuves selon lesquelles Peoples a visé de manière intentionnelle ses victimes en raison de leur race et de la conviction qu’elles étaient musulmanes », a déclaré lors d’une conférence de presse un policier, Phan Ngo.

D’après les médias locaux, trois membres de la même famille, un père, son fils et sa fille, font partie des huit piétons blessés mardi. Aucun détail n’a été publié sur la religion ou la nationalité des victimes.

L’avocat d’Isaiah Peoples a affirmé que l’accident était « clairement la conséquence de troubles mentaux » et qu’il demanderait à ce que son client, ancien militaire qui semble souffrir de stress post-traumatique, reçoive un traitement adapté.

La police arrête un perroquet qui faisait le guet pour des dealers

South American Military macaw (Ara militaris) perching in a tree.
« Maman, la police! »: l’oiseau avait été dressé pour alerter ses maîtres de l’arrivée des forces de l’ordre.

Des policiers militaires faisaient une ronde dans la ville de Teresina, située dans le nord-est du Brésil, ce lundi après-midi, lorsqu’ils ont repéré un homme qui venait d’acheter de la drogue dans une maison, rapporte le site brésilien Itimo Segundo. Ils ont alors décidé d’intervenir et se sont retrouvés face à un perroquet qui s’est mis à hurler de façon répétée: « Maman, la police! »

Selon les agents, le perroquet a probablement été dressé pour avertir les résidents de la maison lorsque quelqu’un s’approchait. « Il doit avoir été entraîné pour cela », a déclaré le major Mello du 17e bataillon de la police militaire à l’ltimo Segundo. « Il a commencé à crier dès que la police s’est approchée ».

Malgré ses efforts, le perroquet n’est pas parvenu à sauver ses maîtres, qui ont été arrêtés en possession de drogue.

Les policiers ont également placé le perroquet en « garde à vue » et ont tenté de le faire parler davantage avec l’aide d’un dresseur et de plusieurs vétérinaires… sans succès. Selon le quotidien Globo, il a ensuite été transféré au zoo de Teresina, où des soigneurs vont déterminer s’il est capable de retourner à la vie sauvage ou non.

Une liste des 437 « filles faciles » de Dakar fait fureur sur le net…

La publication de trois listes de 437 femmes présentées comme les «filles faciles de Dakar» continue de troubler l’ordre public. Elles sont dévoilées sans aucun respect de leur vie privée : photos, noms, numéros de téléphone et même adresse sont rendus publics. La Police est en action pour dénicher les auteurs de cette «violation des données personnelles».

Un nouveau scandale éclate sur le net. Depuis mardi soir, trois listes contenant des noms, des numéros de téléphone, des adresses et des profils de femmes circulent sur les réseaux sociaux. Elles sont présentées comme les «filles faciles» de Dakar, c’est-à-dire se livrant à la prostitution, sous toutes ses formes : régulière, clandestine, via le net, entre autres.

Sur Whatsapp, Tweeter, Google ou encore Facebook, le débat est accaparé par ces listes dont on ne connait pas, pour le moment, l’origine ni les auteurs de la divulgation. Dans les groupes Facebook, tels que «T’es de Dakar si…», l’un des groupes les plus dynamiques de Facebook au Sénégal regroupant plus de 20 000 membres, chacun y va de ses commentaires les plus fous. Ces listes dont WalfQuotidien est en possession dévoilent l’identité de 437 femmes. La première liste contient 140 noms, la deuxième 65 et la troisième publiée un peu plus tard 232 femmes.

Les photos de certaines d’entre elles sont affichées dans leur profil Whatsapp, avec des noms qui sonnent bien sénégalais. Il figure sur les listes des élèves, des politiciennes membres d’un grand parti politique de l’opposition bien identifié, des émigrés et des professions diverses.

La Police entre en action

Dès que ces noms ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux, des hommes ont tenté d’entrer en contact avec eux, mais cela n’a pas été du goût des concernées qui décident de porter plainte pour tirer cette affaire au clair. Dans une audio, l’une d’elle se lamente : «Je ne sais pas celui ou ceux qui ont mis mon numéro de téléphone dans ces listes. Mais je vais répertorier tous les numéros qui m’appellent et qui m’envoient des messages sur Whatsapp pour les traduire en justice.

Si vous pensez que vous pouvez avoir toutes les filles de ce pays, vous vous trompez lourdement. Ceux qui ont fait ça sont tous des fils de p…». Une autre victime laisse voir sa colère et menace : «Je suis très remontée. Parmi les noms sur les listes, il y a des femmes mariées, des jeunes filles, des femmes voilées, des Ibadous et des femmes qui n’ont rien à voir avec le libertinage.

Ces listes sont en train de faire le tour du net et de créer le buzz dans tout le pays. Nous allons toutes à la Dic (Division des investigations criminelles) pour porter plainte. Toute personne qui nous contacte et qui insiste sera répertoriée. J’ai bloqué 56 numéros qui ont tenté de l’appeler. Je vais remettre tous ces numéros à la Police pour l’ouverture d’une enquête. Je vais balancer tous les numéros sans calcul et cela va mal finir pour ceux qui sont derrière cela». Les enquêteurs sont sur deux pistes : d’abord, qui a divulgué et publié les listes sur les réseaux sociaux ? Ensuite, sur quels critères se sont-ils fondés pour classer ces femmes comme prostituées ?

Une zimbabwéenne porte plainte contre ex qui lui a élargi le vagin avec ….

C’est une affaire peu banale que la justice zimbabwéenne va devoir traiter.

Selon le Zimbabwe Mail, Silindile Mangena, une femme de 29 ans, a décidé de traîner son ex-compagnon devait le tribunal car elle juge que ce dernier lui a déformé le vagin. Elle assure que si aujourd’hui elle n’a plus de sensations lors de rapports sexuels, c’est la faute de Mugove Kurima et de son « énorme » pénis.
Pour Silindile Mangena, personne n’a réussi à « combler l’espace » créé par son ancien compagnon. Elle réclame aujourd’hui que son ex lui paie une reconstruction de son vagin.

Source Dh.be

Homosexualité : Ibrahima Ndiaye reconnait les faits

L’affaire des homos de Liberté 4 a été renvoyée au  26 septembre par le tribunal de flagrants délits. Le juge et le procureur, qui souhaitent voir les vidéos qui mettent en cause les suspects ainsi que la comparution des accusés en fuite, ont renvoyé l’audience à cette date.

Mercredi dernier, deux des quatre accusés de cette affaire se sont présentés à la barre. Il s’agit d’Ibrahima Ndiaye et de Mariama Coly Diatta. D’après Les Échos, qui donne l’information, le premier a reconnu les faits sans détour.

Au juge qui lui dit « il vous est reproché d’avoir entretenu des rapports sexuels avec une personne du même sexe que vous, à savoir Claude André Ayna, reconnaissez-vous les faits ? », Ndiaye, 25 ans, restaurateur de son état, répond : « Oui je reconnais les faits ».

Mariama Coly, 20 ans, pour sa part, a nié les accusations portées contre elle : « Je n’ai pas filmé Ibrahima Ndiaye lorsqu’il entretenait des rapports sexuels avec Claude. Je n’ai pas, non plus, envoyé ces images à Astou Fall. »

C’est ainsi que le juge a renvoyé l’affaire. Demandant la production des images en question et la comparution d’Astou Fall et Claude André Ayna, les deux suspects en fuite.

L’affaire porte sur des vidéos qui circulent et dans lesquelles on voit les mis en cause en train d’entretenir des rapports sexuels. L’enquête a permis d’interpeller Ibrahima Ndiaye et Mariama Coly. Claude André Ayna et Astou Fall, eux, ont pris la fuite.

Tout ce beau monde est poursuivi pour acte contre-nature, collecte illicite de données et distribution d’images contraires aux bonnes mœurs.

Auteur: Seneweb News – Seneweb.com

Révélations sur la Sale affaire d’homosexuels de Liberté 4

On sait un peu plus sur la vidéo à caractère pornographique qui fait le buzz à la Sicap Liberté 4 et qui montre deux hommes en train de s’accoupler.
En réalité, le Commissariat de Dieupeul n’a pas déféré au parquet deux homosexuels et deux lesbiennes. Mais seulement, l’un des mis en cause et la fille qui a vulgarisé la vidéo. Retours sur les détails de cette sordide affaire…
Le quartier de la Sicap Liberté 4 est secoué depuis ce week-end, par une affaire d’actes contrenature qui a atterri à la police de Dieuppeul.Tout a commencé dans cette affaire la nuit du Samedi, lorsque les jeunes du quartier se sont rendus chez l’imam et le chef de quartier pour les interpeller sur une vidéo qui circule.
Ils ont ainsi, clairement expliqué à ces dignitaires qu’ils ne vont pas vivre dans le quartier avec des homosexuels. Seulement, avant même l’intervention de ces derniers vers les coups de 21h, les jeunes ont fait une descente au domicile de I. Ndiaye pour lui régler son compte.
C’est dans ces circonstances vers 23 heures qu’une personne, désirant garder l’anonymat, a appelé les limiers pour une intervention, au motif qu’une personne allait être lynchée par des jeunes du quartier Liberté 4. En réalité, il s’agissait du jeune I. Ndiaye qui s’était enfermé à double tour pour échapper à la furie des jeunes de son quartier qui le traitent d’homosexuel et qui était sur le point de défoncer la porte de sa maison pour le lyncher.

Si ce dernier, l’a échappé belle, ce n’est pas le cas de son « amant » qui a été sévèrement bastonné. C. A. A., qui est jusque-là introuvable, serait même blessé. Le jeune homme, cité dans la procédure, n’a pas en effet été retrouvé jusqu’à la clôture du dossier.

Embarqué sous bonne escorte, I. Ndiaye a reconnu sans ambages les faits d’actes contrenature qui lui sont reprochés. Né en 1993, il a soutenu devant les enquêteurs que des jeunes armés de pierres et de bâtons ont voulu le lyncher. Et, c’est de l’intérieur de sa maison qu’il a entendu ces derniers, parler d’une affaire d’homosexuels et d’une vidéo de lui, en train de s’accoupler avec un homme.

Des faits qu’il a finalement reconnus. Je reconnais qu’une fois, j’ai eu un rapport sexuel avec un individu (C. A. A) qui est d’origine béninoise. « C’est la première fois que je le fais », a dit I. Ndiaye, qui serait très efféminé, avec des formes généreuses.

Revenant sur les circonstances qui lui ont valu de verser dans l’homosexualité, il a expliqué : « mon père m’avait fait sortir de la maison. Je n’avais pas d’endroit où vivre. Depuis quelque temps, le sieur C. A. A. m’appelle pour me proposer de m’accoupler avec lui. Mais jamais, je n’avais cédé ».

Le jour des faits, étant à court d’argent et n’ayant pas d’endroit où dormir, il a tout de suite accepté, lorsque ce dernier, l’a appelé pour lui proposer de coucher avec lui, moyennant rémunération. Une forme de prostitution qui ne dit pas son nom. Et à cet effet, il avait loué une chambre dans un appartement meublé.

Quoi qu’il en soit, il a mentionné dans ses explications, qu’au moment du marchandage, il était avec un de ses amies à qui, il partage tous ses petits secrets, en l’occurrence Monica. D’ailleurs, c’est cette dernière qui a filmé la scène obscène, avant de diffuser la vidéo.

Selon I. Ndiaye, lorsque son partenaire est venu toquer à la porte, la fille était encore dans sa chambre. Il a demandé à cette dernière, de se cacher dans la salle de bain, le temps que C. A. A., parte. Mais, ce qu’il ignorait, c’est que la fille avait filmé leurs ébats.

Née en 1998, Monica, qui a été interpellée par la suite, a été aussi déférée au parquet avant-hier, lundi, pour diffusion de données personnelles et d’images à caractère pornographique. Et, lors de son audition, elle a expliqué qu’elle l’a fait juste pour s’amuser.

Ayant fait des aveux circonstanciés, Monica, qui habite à Dieuppeul 1, a expliqué que depuis longtemps, elle entend les gens dire que I. Ndiaye est un homo. C’est pour en avoir le cœur net et une preuve, qu’elle a filmé leurs ébats.

« Lorsque C. A. A. est venu, je ne pouvais plus sortir. C’est ainsi que je me suis cachée dans la salle de bain. J’ai commencé à filmer lorsqu’ils se sont déshabillés et, ont commencé à flirter », a-t-elle raconté.

Selon elle, après les faits, elle a ouvertement dit à I. Ndiaye qu’elle les avait filmés pendant qu’ils faisaient l’amour. « Il n’y voyait rien de grave. Nous nous racontions beaucoup de choses en rapport avec nos vies personnelles », a dit la jeune fille.

Reconnaissant son erreur dans cette affaire, elle a également reconnu avoir envoyé la vidéo à un de ses amies qui l’avait hébergée chez elle à la Sicap Liberté 4, durant quelque temps.

D’ailleurs, cette dernière a été entendue par les limiers de Dieuppeul, avant d’être relâchée. A. Fall, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est en effet née en 1996. Selon elle, Monica avait l’habitude de lui envoyer des vidéos et photos obscènes qu’elle supprimait à chaque fois. Mais dans le cas d’espèce, elle avait choisi de la gardé au cas où. Puisque,  après son sommeil dernièrement, il avait envoyé l’image à une de ses cousines qui vit en France.

En l’en croire toujours, lorsque la vidéo s’est rependue dans le quartier, Monica avait nié toute implication dans cette affaire. Mais à l’arrivée des policiers, elle s’est volontairement présentée pour leur dire que, c’est elle qui avait envoyé la vidéo via WhatsApp. Selon elle, Monica est une habituée de faits et, elle à l’habitude de se prendre en photo, nue, ou en train d’embrasser son amant.

Le jeune I. Ndiaye et Monica vont incessamment être jugés devant le Tribunal de grande instance, statuant en matière de flagrants délits.

Vox Populi

Des goordjigeen arrêtés à la Sicap

Une bande de jeunes homosexuels a été arrêtée, ce week-end à Sicap Liberté 4. Composée de deux garçons et deux filles, ils ont été appréhendés, par les agents de la police de Dieuppeul pour acte contre nature et atteinte aux bonnes mœurs. Placés en garde à vue, dans les locaux dudit commissariat, ils risquent d’être déférés au parquet, ce lundi, a appris Seneweb.

Les mis en cause ont été épinglés dans des vidéos qui ont commencé à faire le tour de Sicap Liberté 4, où certains d’entre eux sont domiciliés. Dans celles-ci, on les voit entretenant des rapports sexuels classés d’actes contre nature et sadomasochistes.

L’affaire, qui s’est ébruitée, grâce au partage des vidéos défraie la chronique à Sicap. Les deux filles qui avaient pris part à cette partie de plaisir ont été les premières à être arrêtées. Avant que les deux autres homos ne soient cueillis par la police. L’un des garçons serait d’ailleurs un fils de notable du quartier.

A

Un bébé attrape le Sida entre l’hôpital Principal et l’hôpital de Pikine

Un bébé attrape le Sida entre l'hôpital Principal et l’hôpital de Pikine
Un scandale secoue le milieu hospitalier. Un bébé dont les deux parents ne sont pas porteurs du virus du Sida, a contracté la maladie après avoir été hospitalisé dans deux centres hospitaliers, l’Hôpital Principal de Dakar et celui de Pikine.

Selon Vox Populi, qui donne l’information, la maman du bébé a accouché à l’Hôpital Principal où est retenu le nouveau-né durant 14 jours. Elle retrouvera son enfant, mais constatera qu’il est «devenu maladif». Le journal signale que l’Hôpital Principal a refusé de lui remettre le carnet de santé du bébé.

La maman décide alors de se rendre à l’hôpital de Pikine, pour en avoir le cœur net. Un test Vih/Sida est pratiqué, qui se révélera positif. La maman, convaincue que son enfant a été contaminé lors de ses deux hospitalisations, a saisi le procureur d’une plainte contre les deux structures hospitalières.

Contacté par Vox Populi, le directeur de l’hôpital de Pikine dégage en touche et jure que le bébé n’a pas été dans l’établissement de santé qu’il dirige.

Seneweb

«Garçons retrouvés le sexe coupé» : Le deuxième suspect tombe

content_image

La police a mis la main sur le deuxième suspect de l’affaire des deux enfants retrouvés le sexe coupé. M. C., âgé de 17 ans, a été arrêté avant-hier à Thiaroye Kao Sam sur dénonciation d’I. K., le premier suspect arrêté.

Mais contrairement à I. K., qui a reconnu les faits en avançant cependant qu’il jouait à circoncire les victimes, M. C. a tout nié devant les enquêteurs. Il jure qu’il était absent des lieux le jour du  drame et qu’I. K. cherche à le mouiller pour ne pas tomber seul.

Les deux suspects seront présentés au procureur, ce mercredi. Ils sont poursuivis pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une mutilation ou amputation de parties génitales.

Auteur: Seneweb

Un Mbacké-Mbacké disparait mystérieusement à l’aéroport de New-York

Plusieurs fois arrêté pour détention d’armes à feu, Mouhamed Lamine Mbacké, qui vivait à Detroit aux Etats-Unis, a, par une opération du Saint-Esprit, échappé à la vigilance des policiers chargés de mettre en œuvre la mesure d’expulsion le concernant.

Cette cavale spectaculaire s’est déroulée hier, à l’aéroport John Fitzgerald Kennedy de New-York, précisément à la porte B23, dans le terminal 4 vers 20h30, heure locale.

Le Mbacké-Mbacké s’y est pris avec une telle vitesse d’exécution que même les caméras de surveillance n’ont pas retenu ses traces. Si cette mystérieuse disparition a pu se faire, c’est parce que non seulement les menottes étaient déjà enlevées, mais aussi parce que les responsables de l’ICE et de la TSA n’ont pas informé le Département de police de l’Autorité portuaire de l’évasion à temps.

Un avis de recherche est lancé contre le fugitif qui devait être embarqué dans un avion à destination du Sénégal.

Ils se faisaient passer pour des inspecteurs de la Dic

Ils se faisaient passer pour des inspecteurs de la Dic

Sale temps pour les faux hommes de tenue qui tombent les uns après les autres. Apres le faux douanier qui a été condamné à une peine de 4 ans et le faux gendarme, deux faux inspecteurs de la Division des investigations criminelles (Dic) viennent d’être alpagués. Il s’agit d’un agriculteur du nom de D. Ndao et S. Sané, un agent de sécurité.

Selon nos informations, tous est parti d’une affaire de location de maison. A. Kane, un gérant de station d’essence, avait loué sa maison. Après plusieurs années, il a décidé de la reprendre. Il l’a fait savoir à son locataire qui est un agent de sécurité. Ce dernier lui a demandé un délai pour trouver un autre local dans les parages, à cause de la scolarité de ses enfants. Mais le sieur Kane n’a rien voulu entendre.

De pression en pression, il est passé à la menace. Il a dit à son locataire que s’il ne quitte pas son domicile dans les plus brefs délais, il va le regretter. Puis, il a appelé un de ses amis et lui a demandé de se faire passer pour un inspecteur de la Dic. D. Ndao a alors appelé le locataire pour le menacer de le déférer au parquet, si jamais il ne quittait pas la maison.

Apres cette première mise en garde, un autre ami répondant au nom de S. Sané est entré dans la danse. Il a téléphoné au locataire pour lui dire qu’en tant qu’inspecteur de la Dic, il lui est facile de faire sortir ses bagages dehors, s’il traîne les pieds. Il y a eu d’autres menaces.

Ils ont reconnu les faits qu’on les reproche

Pris de peur, le locataire a quitté le domicile avec sa famille. Seulement, ayant été touché dans sa dignité et prenant son courage à deux mains, le locataire a porté l’affaire devant la justice. Il a confié sa plainte entre les mains des enquêteurs de la Dic. Les hommes du commissaire Ibrahima Diop, mis au parfum, sont parvenus à coincer le trio.

Entendu une première fois, A. Kane a nié avoir demandé aux deux faux inspecteurs de proférer des menaces. Mais il a changé de discours lors de la confrontation. Ils ont tous reconnu les faits. Ce faisant, ils ont été remis entre les mains du procureur à la fin de leur période de garde-à-vue. D. Ndao et S. Sané pour usurpation de fonctions et A. Kane pour complicité d’usurpation de fonctions.

Libération

Un membre du staff d’Ama Baldé, arrêté pour trafic de drogue

Le lutteur Ama Baldé Baldé qui doit disputer un combat avec Papa Sow, le 17 février est décapité de son bras droit. Celui qui assure son « Cumikaay » ( préparation mystique ») a été arrêté par la police de Pikine pour trafic de drogue.

L’Observateur informe que c’était tôt dans la matinée du mercredi du 24 janvier 2018. A la suite d’un renseignement obtenu par les limiers de l’ombre, les éléments de la brigade de recherches de la police de Pikine se sont rendus dans une maison située à Pikine Ouest, non loin des cimetières.

Sur les lieux, ils ont procédé à des fouilles au cours desquelles ils ont découvert quinze (15) blocs de chanvre indien pour un poids total de trente (30) kg, soigneusement dissimilés dans un enclos à bœufs. Les quatre (4) individus trouvés sur les lieux sont ainsi arrêtés et conduits au commissariat de police de Pikine, la drogue saisie.

Ce n’est qu’à l’identification que les interpellés sont constitués essentiellement de proches de l’écurie Falaye Baldé et de supporters du porte-drapeau de cette écurie, en l’occurrence, Ama Baldé. Le lutteur s’est d’ailleurs présenté deux fois à la police pour s’enquérir de cette affaire, qui a fini d’éclabousser son écurie.

Finalement, les mis en cause ont été déférés au parquet hier vendredi pour les délits de trafic interne de chanvre indien et association de malfaiteurs.

25 millions et 1,5 tonne de marchandises saisis

content_image

 L’unité de scanner de la gendarmerie et la section spéciale de la gendarmerie chargée de l’environnement ont saisi 25 millions de FCFA et 1,5 tonne de marchandises, a annoncé la division de la communication de la gendarmerie nationale.

« C’est dans la journée du 19 décembre que l’unité mobile scanner de la légion d’appui à la surveillance du territoire installée à Diamniadio en 2016, a procédé à la saisie d’une forte somme d’argent en coupure d’euros, de dollars et de francs suisse d’une valeur globale de 25 millions FCFA », a indiqué dimanche le commandant de l’unité, le lieutenant Atou Mboup présent à la 26e Foire internationale de Dakar (FIDAK, 16-31 décembre).

« Cette importante somme d’argent était transportée de manière irrégulière par trois personnes interpellées dont deux ressortissants d’un pays étranger frontalier au Sénégal », a-t-il ajouté, précisant que ces individus seront mis à la disposition de la police judiciaire pour « élucider l’origine et la destination réelle de cet argent ».

Dans la même veine, le chef de la section de gendarmerie chargée de l’environnement, lieutenant Ndongo Dieng a appris que ses hommes ont, le même jour, mis la main sur 1,5 tonne de produits impropres à la consommation à Dakar plateau, plus précisément dans le garage de Petersen.

« C’est au cours d’une patrouille dans le cadre des opérations de sécurisation que nos éléments ont découvert ces produits périmés et parfois contrefaits sur des marchands qui ne détenaient même pas de papiers légaux pour attester de l’originalité de ses produits », a laissé entendre le lieutenant Dieng.

Qui a appelé les populations à « plus de vigilance face à ces faits produits impropres à la consommation ».

« Appelez les numéro vert de la gendarmerie si vous découvrez des choses pareilles » a lancé à l’endroit des populations le lieutenant Dieng.

Auteur: APS –

L’Imam Mbaye Sy Diop serait égorgé par son fils

Nous vous parlions dans nos précédents posts d’un Imam égorgé à Diamagueune icap Mbao. Les pandores de Mbao ont ouvert une enquête après enlèvement du corps. Mais selon les derniers développements, l’imam Serigne Mbaye Sy DIOP a été sauvagement  étêté par un de ses fils qui, nous dit-on, souffre de problèmes psychiques.

Attentat à la voiture-bélier à New York : 8 morts et 11 blessés

Manhattan, New York (Etats-Unis), le 31 ocotbre 2017. La police démarre son enquête après une attaque terroriste. REUTERS/Andrew Kelly

Le chauffeur d’une camionnette a fauché des cyclistes et des passants, dans le sud de Manhattan, avant d’être interpellé. Six étrangers figurent parmi les huit victimes. Il s’agit du premier attentat meurtrier à New York depuis le 11 septembre 2001.

Un homme au volant d’une camionnette a fauché des cyclistes et des passants mardi après-midi à Manhattan, au coeur de New York. Cette attaque a fait huit mort et onze blessés.

Les faits

Il est 15 heures à New York  et les Américains se préparent à fêter Halloween et à participer au grand défilé costumé de Greenwich Village. Une camionnette fonce sur la piste cyclable et le couloir de promenade qui longent la rivière Hudson.

Sur près d’un kilomètre, le chauffeur renverse des cyclistes et des passants. Puis le véhicule percute un bus de ramassage scolaire. Le chauffeur s’extirpe alors du véhicule. Il est armé d’un fusil à air comprimé et d’un fusil de paint-ball. Il est blessé par un policier puis interpellé.

Les victimes

Huit personnes sont décédées. Parmi elles, on compte cinq Argentins et une femme de nationalité belge, ont indiqué les autorités respectives des victimes, depuis Buenos Aires et Bruxelles.

Les cinq Argentins tués dans l’attentat, originaires de Rosario dans le centre de l’Argentine, «fêtaient le 30e anniversaire de la fin de leurs études», selon un communiqué officiel de Buenos Aires. La femme belge tuée, originaire de Roulers, visitait New York en compagnie de sa soeur et de sa mère

Les pompiers ont parlé de 11 blessés hospitalisés, dans un état «sérieux» mais pas critique. Trois Belges ont été blessés, a précisé Bruxelles.

Le suspect

L’identité du suspect n’a pas été diffusée par les autorités. La police a simplement indiqué qu’il avait 29 ans et qu’elle ne recherchait pas d’autre suspect.

Selon plusieurs médias américains, il s’agirait de Sayfullo Saipov, un Ouzbek habitant dans le New Jersey où la camionnette avait été louée. Il disposait d’un titre de séjour permanent, la « «carte verte», et travaillait comme chauffeur pour Uber, selon le New York Times, en précisant qu’il avait déjà «été sous le radar» de la police. Selon CNN, l’homme a laissé un mot dans le camion suggérant qu’il avait commis cette attaque au nom de Daech.

La police a précisé qu’il avait été touché par balle au ventre et hospitalisé. Selon plusieurs médias, il aurait été opéré en soirée et son pronostic vital ne serait pas engagé.

Les réactions

Le maire de New York, Bill de Blasio, a rapidement qualifié cette attaque, d’ «acte lâche de terrorisme», sans parler de jihadisme. Le président américain Donald Trump a évoqué sans attendre l’organisation Etat islamique (EI, ou Daech), et ordonné un renforcement du contrôle des étrangers souhaitant entrer aux Etats-Unis.

«Etre politiquement correct, c’est bien mais pas pour ça», a-t-il encore ajouté. «Nous savons depuis septembre 2001 que nous sommes une cible» mais «nous allons vivre nos vies et n’allons pas laisser le terrorisme l’emporter», a déclaré de son côté Andrew Cuomo, gouverneur démocrate de l’Etat de New York.

Plusieurs dirigeants européens, à commencer par le Français Emmanuel Macron et la Britannique Theresa May, ont manifesté leur solidarité. « Horrifiée par cette lâche attaque, mes pensées vont vers tous ceux qui ont été touchés, ensemble nous vaincrons le terrorisme», a tweeté la Première ministre britannique.

«J’exprime l’émotion et la solidarité de la France à New York et aux Etats-Unis», a déclaré pour sa part Emmanuel Macron, ajoutant dans un tweet: «Notre combat pour la liberté nous unit plus que jamais».

Incendies en Californie : au moins 31 morts

Environ 77.000 hectares ont été détruits par la vingtaine de départs de feu signalés depuis dimanche. Quelque 3.500 constructions ont été réduites en cendres par les flammes.

Rob Giordano, le shériff du comté de Sonoma, à une centaine de kilomètres au nord de San Francisco, a indiqué que plus de 400 personnes étaient portées disparues. On ignore à ce stade si elles ont été victimes des flammes ou n’ont pas pris contact avec les autorités après avoir fui leur habitation.

Santa Rosa, la plus grande ville de la région viticole, à une heure de voiture de San Francisco, a été particulièrement touchée. Des quartiers entiers ont brûlé.

« C’est comme traverser une zone de guerre », a raconté J.J. Murphy, un jeune homme de 22 ans au nombre des quelque 25.000 personnes évacuées.

Au moins 14 personnes ont péri dans le comté de Sonoma.

Dans celui voisin de Napa, autre zone très touristique, les 5.000 habitants de la localité de Calistoga ont reçu l’ordre d’évacuer les lieux mercredi soir.

Un centenaire et son épouse de 98 ans figurent parmi les morts. Treize établissements vinicoles y ont été détruits.

D’autres décès ont été signalés dans les comtés de Mendocino et de Yuba, portant le bilan global des incendies en cours à un niveau supérieur à celui d’octobre 1991, quand 25 personnes avaient péri dans les flammes dans les Oakland Hills, dans les hauteurs de la ville d’Oakland.

Les autorités s’attendent à voir le bilan s’alourdir au fil de l’avancée dans les zones qui ont été dévastées des 8.000 pompiers déployés dans la région.

Dans les archives californiennes, l’incendie le plus meurtrier à ce jour remonte à octobre 1933 : on avait déploré 29 décès à Griffith Park, à Los Angeles.

charlatanisme et tentative d’enlèvement: la fille de l’ancien Président Abdou Diouf citée

content_image

Ibrahima Fall et son ami Alla Thiaw ont fait face au Tribunal correctionnel de Dakar pour répondre des chefs de tentative d’assassinat et de charlatanisme au préjudice d’un « mongolien ».

Pour se dédouaner, Ibrahima Fall, qui se trouve être le chauffeur de la fille de l’ancien président Abdou Diouf, dit avoir été envoyé par cette dernière pour donner en guise d’aumône 7 mètres de percale et 7 noix de cola rouge et blanc à quelqu’un.

Dans ses réquisitions, informe « L’As » qui livre l’information, l’avocat général a demandé la requalification des faits en séquestration avant de requérir 6 mois ferme. Délibéré le 9 novembre prochain.

Auteur: Seneweb News – Seneweb.com

La bourse des étudiants cambriolée : 23 millions de FCFA emportés

Dans la nuit du 25 au 26 Août dernier, la régie de paiement des bourses, entité de la Direction des bourses a été cambriolée. Dans le bureau du régisseur, les malfrats, Mor Lo Seck un ancien étudiant de la Faculté des Lettres et son acolyte Bakary Siby,  sont tombés sur une valise bourrée d’argent, 23 millions de FCFA exactement.
Argent destiné au paiement des bourses des étudiants. L’argent a été partagé dans un hôtel de la place par les deux cambrioleurs, qui avancent la somme de 13 millions, là où le régisseur parle de 22 millions. Ils ont été finalement arrêtés par la Police le 4 et le 15 Septembre dernier respectivement, ils ont chacun déjà dépensé plusieurs millions.  Ils seront déférés demain au parquet.

Incroyable mystère à Mbour : Le Kankourang se transforme en ange tueur

Incroyable mystère à Mbour : Le Kankourang  se transforme en ange tueur
Il fait encore parler de lui sur la Petite côte! En effet, le Kankourang qui finalement s’est transformé en ange tueur, a ôté la vie à un adolescent de 17 ans, du nom de Mamadou Top Thiombane.
Sauvagement tabassé par les accompagnateurs du Kankourang, selon nos sources, le jeune homme a été violenté par le Kankourang lui-même qui, après plusieurs coups de coupe-coupe, lui a sectionné les veines du poignet.
La famille de la victime a déposé une plainte qui a conduit à l’ouverture d’une enquête par la police de ladite localité, ajoutent toujours nos sources…

Scandale à la cour d’Appel de Dakar. Une dizaine de personnes placées sous mandat de dépôt

Scandale à la cour d’Appel de Dakar.   Une dizaine de personnes placées sous mandat de dépôt
Au moins, 11 individus ont été placés sous mandat de dépôt ce jeudi, par le doyen des juges dans l’affaire du trafic de mise en liberté éventée à la cour d’Appel de Dakar. Le juge Samba Sall a retenu contre eux les chefs d’association de malfaiteurs, de corruption active et de corruption passive, d’entrave à l’exercice de la justice, de faux et usage de faux dans un document administratif et de complicité de ces faits pour certains.

Lamine Diagne, un garde pénitentiaire à la retraite mais maintenu au service d’enrôlement du parquet général, est désigné comme étant le cerveau de cette affaire scandaleuse. Il serait de mèche avec deux de ses collègues : Aby Gaye et Lala Ndiaye.

Le reste des prévenus seraient des justiciables. Tout est parti d’un constat fait par des juges d’appel, qui avaient remarqué que des personnes devant être rejugées, ne se présentaient pas. Car elles étaient déjà libres, alors qu’elles n’avaient ni purgé ni bénéficié d’une liberté provisoire de la part du parquet général.

Ces prévenus en attente de jugement, monnayaient leur libération avec le sieur Diagne qui confectionnait les ordres de mise en liberté. Mais, il aura été perdu par des écoutes téléphoniques qu’il aura du mal à nier.

 

2 jeunes arrêtés avec plus de 1000 cartes d’électeurs par Bamba Fall et Barth

2 jeunes originaires de Matam en possession de plus de 1000 cartes d’électeurs toutes votant au lycée Ngalandou Diouf dans la commune de Mermoz Sacré-Coeur ont été arrêtés par Barthélémy Dias et Bamba Fall. Ces jeunes auraient reçues ces cartes des mains de l’adjoint du sous préfet qui leur donne un salaire fixe depuis des mois.

sanslimites

Kolda : un enfant se noie dans les eaux de ruissellement

Un garçon de huit ans a été emporté par les eaux de ruissellement à la suite des fortes pluies qui se sont abattues sur Kolda (sud), dans la nuit de jeudi à vendredi, a appris l’APS.
Outre ce drame qui a eu lieu au quartier dit Polyvalent, les 65 mm d’eau recueillies lors de cette averse ont causé de nombreux dégâts matériels. Les eaux ont inondé certains quartiers et provoqué l’effondrement de bâtiments.

Après une chaude journée ,le calme revient à Touba

Trois blessés dont deux femmes touchées par balle, tel est le bilan des heurts qui se sont déclenchés à Touba  ce dimanche.Selon un témoin,  c’est un policier qui a tiré des balles réelles sur la foule.Une thèse réfutée par le commissaire Modou Mbacké Fall qui déclare que les calibres extraits des corps des blessés se sont  pas de la police. Les dernières informations qui nous parviennent de la ville sainte font état des  trois blessés internés à l’hôpital Matboul fawzeyni.Aucun décès n’a été constaté.

San Francisco : Une fusillade fait 3 morts dont le tireur

Une fusillade dans un entrepôt de la société de messagerie UPS à San Francisco a fait mercredi trois morts et le tireur, qui a retourné son arme contre lui, est également décédé, a déclaré la police.


San Francisco : Une fusillade fait 3 morts, le tireur est décédé
Deux autres personnes ont été blessées, a précisé Toney Chaplin, chef par intérim de la police de San Francisco, lors d’une conférence de presse, soulignant que l’incident ne semblait pas de nature terroriste.

Le tireur portait un uniforme d’UPS, a noté M. Chaplin, ajoutant que les enquêteurs n’avaient néanmoins pas déterminé à ce stade s’il était ou non un employé de l’entreprise.

Les forces de l’ordre ont à présent « le contrôle du bâtiment » où travaillent 850 personnes, et enquêtent sur les faits, avait préalablement indiqué une porte-parole d’UPS.

Cette fusillade intervient quelques heures après qu’un Américain a ouvert le feu contre une vingtaine d’élus républicains et leurs collaborateurs qui s’entraînaient pour un match de baseball caritatif, blessant le numéro trois de la Chambre des représentants et quatre autres personnes. Le tireur a été abattu par la police.

Un homme remonté contre Trump ouvre le feu sur des élus Républicains à Washington

Une fusillade a éclaté ce mercredi sur un terrain de sport d’Alexandria, au sud de Washington. Les dizaines de coups de feu rapportés par les témoins auraient fait plusieurs blessés, dont un élu républicain. Le tireur présumé a été arrêté.


D’après les témoins de la fusillade, il s’agit d’une attaque délibérée, sur un terrain de sport utilisé par les parlementaires républicains. Les faits se sont produits à Alexandria, une petite ville qui jouxte Washington, à la hauteur de l’aéroport Ronald Reagan, dans la proche banlieue de la capitale américaine.

Selon les témoins, un homme blanc, muni de ce qui semble être un fusil d’assaut, a délibérément fait feu sur les hommes qui faisaient du sport aux alentours de 6h30 du matin heure locale, 10h30 temps universel.

Steve Scalise, chargé de la discipline de vote à la C hambre et n° 3 dans l’ordre de la hiérarchie du Congrès, a été touché le premier, à la jambe semble-t-il, puis ses gardes du corps  et d’autres parlementaires dont les noms n’ont pas été divulgués ont été blessés.

La fusillade a duré une dizaine de minutes, et le tireur a été arrêté, mais toute la zone est restée bouclée par les forces de l’ordre. Plus de 20 parlementaires faisaient du sport à cette heure matinale.

La police d’Alexandria a indiqué avoir arrêté un homme suspecté d’être le tireur. « Les victimes sont transportées dans des hôpitaux », ont précisé les forces de l’ordre.

« J’étais sur le terrain et j’entends « bam! », je me retourne et je vois un fusil sur la troisième base […] J’entends un autre « bam! » et je réalise qu’il s’agit d’un tireur. Au même moment, j’entends Steve Scalise pousser un cri. Il a été touché […]. L’arme était un semi-automatique et il a continué à tirer sur différentes personnes », a-t-il raconté sur CNN.

Le tireur serait un homme blanc, d’âge moyen, selon ce témoin interrogé par CNN.

Le représentant Jeff Flake d’Arizona était sur place. Il a improvisé un point presse avant d’être évacué avec les autres. Ils étaient plus de 20 au moment des faits, à 6h30 locales. « Nous étions nombreux sur le terrain. Steve Scalise était au centre, il tapait dans la balle et brusquement, nous avons entendu un coup de feu très fort, raconte-t-il. Ça ressemblait à un pistolet et ça venait d’un peu plus loin, sur le bord, avec la vue sur tout le terrain. Puis on a entendu d’autres tirs qui se rapprochaient, donc on a commencé à se cacher, en essayant d’appeler les secours. Ça a duré au moins  10 minutes. On pouvait voir Steve Scalise sur le terrain. Il a essayé de se trainer après avoir été blessé, puis il s’est effondré sans bouger. Je voulais m’approcher, mais ça tirait encore dans tous les sens. Finalement, quand on a entendu que le tireur était neutralisé, j’ai couru vers Steve pour essayer de contenir sa blessure. »

Le président Donald Trump, tenu informé des suites de l’affaire, a rapidement réagi dans un communiqué : « Nous sommes profondément attristés par la tragédie. Nos pensées et nos prières vont aux membres du Congrès, leurs  équipes, la police du Capitole, les premiers secours ainsi que tous ceux qui ont été affectés. »

Londres : 12 morts dans le gigantesque incendie d’un immeuble de 27 étages

Pays-Bas : une voiture percute plusieurs piétons à Amsterdam

L’automobiliste a été interpellé, selon la police néerlandaise. Il n’aurait pas foncé sur la foule délibérément.


 Une voiture a percuté des piétons ce samedi, en début de soirée, à proximité de la gare centrale d’Amsterdam, aux Pays-Bas. Au moins huit blessés sont à déplorer, dont deux graves. On ignore s’il s’agit d’un accident de la circulation ou d’un acte volontaire de la part du conducteur, qui a été interpellé, selon la police d’Amsterdam. Un porte-parole des forces de l’ordre a toutefois indiqué que les premiers éléments de l’enquête ne laissaient pas penser à «un acte délibéré».

Parmi les blessés, deux auraient été conduits à l’hôpital, tandis que les cinq autres, souffrant de blessures plus légères, ont été soignés sur place, indique un tweet de la police néerlandaise.
Peu après 22 heures, la police néerlandaise indiquait que le suspect ne semblait «pas avoir agi délibérément». Ce dernier pourrait avoir cherché à fuir un contrôle de police.

Le conducteur était néanmoins toujours interrogé par les enquêteurs. Depuis les attentats à la voiture bélier commis à Nice, Berlin ou Londres, les forces de l’ordre sont sur le qui-vive. Nous continuons «à explorer toutes les hypothèses a indiqué la police».

Une Sénégalaise arrêtée par la police française pour liens présumés avec des jihadistes

En garde à vue en ce moment, elle sera entendue sur ses rapports véritables avec cet apôtre du djihadisme en Irak et en Syrie. Dans l’attente du déroulement de cette affaire, la psychose s’empare des Africains en séjour en France, car il ne se passe pas un jour qu’un des leurs ne soit interpellé.

Finale Ligue des champions : 1000 blessés dans un mouvement de panique à Turin

 
Un énorme mouvement de panique – qui pourrait avoir été provoqué par l’explosion de pétards – a eu lieu samedi soir sur la place San Carlo de Turin où étaient réunis des milliers de supporters de la Juventus afin de regarder la finale de la Ligue des champions. Dimanche matin, la police italienne indique que le bilan s’élève à mille blessés.

La soirée a tourné au cauchemar samedi soir pour les supporters de la Juventus Turin. Avant même la fin de la finale de la Ligue des champions de football qui se déroulait à Cardiff (pays de Galles) et qui a été remportée par le Real Madrid face aux Turinois (4-1), un énorme mouvement de foule a gâché l’événement au coeur de la cité piémontaise.

Réunis par milliers sur la place centrale de Turin (piazza San Carlo) afin de suivre le match sur écran géant, les supporters turinois ont été emportés par un impressionnant mouvement de foule à une dizaine de minutes de la fin de la rencontre. Pendant la nuit, le premier bilan faisait état d’environ 200 blessés mais celui-ci a été revu à la hausse dimanche matin, la police transalpine évoquant désormais un total de 1000 blessés.

London Bridge et Borough Market, l’Angleterre de nouveau frappée par le terrorisme

Quelques jours après le terrible attentat kamikaze à la sortie d’un concert d’Ariana Grande à Manchester (qui a fait 22 morts dont des enfants) l’Angleterre a de nouveau été frappée samedi soir par le terrorisme. Et comme le 22 mars dernier sur le pont de Westminster (5 morts), c’est la capitale qui a été visée : sur le London Bridge puis à Borough Market.

Ce samedi, Londres et le Royaume-Uni ont une nouvelle fois été frappés par une attaque terroriste : sur le London Bridge et dans le quartier de Borough Market, où trois assaillants ont d’abord foncé sur la foule au volant d’une camionnette avant d’en descendre pour s’attaquer à des passants. Ces derniers mois, les Britanniques ont été la cible d’autres attaques.

Ainsi, il y a plus de deux mois, le 22 mars dernier, une voiture avait foncé dans la foule sur le pont de Westminster, au pied du Parlement britannique, dans la capitale anglaise. L’attaque, qui avait fait 5 morts et de nombreux blessés, avait été revendiquée par Daech.

Ce que l’on sait déjà sur l’agression sanglante du boutiquier aux HLM Nimzatt

Ce que l’on sait déjà sur l’agression sanglante du boutiquier aux HLM Nimzatt
Les populations des HLM Nimzatt sont dans l’émoi suite à l’agression sanglante d’un boutiquier survenue dans la nuit du vendredi au samedi en face la mercerie « Tabou ».
Beaucoup de gens ignorent encore les détails des faits sur l’agression sanglante du pauvre boutiquier. Mais Leral.net qui tient l’information de ses réseaux bien informés, est en mesure de vous en dire un plus sur les faits.

Contrairement à l’information relayée par la presse faisant état de deux boutiquiers morts, nous tenons de sources dignes de foi, qu’il s’agit d’un gang d’agresseur qui a porté  des blessures graves sur un boutiquier.

La scène de crime a été découverte aux environs de 4 heures du matin quand un des frères de la victime s’était rendu à la boutique pour des besoins du « kheud », ou « sâdiq » (période de la nuit lors du Ramadan où il est permis au musulman de manger et de boire).

Contre toute attente, il découvrit le sang qui a giclé partout et son grand frère allongé sous les coups des blessures graves. Ainsi, il prit la responsabilité sur lui d’amener son grand frère à l’hôpital.

A son retour vers le lieu du crime tôt dans la matinée avec des habits tachés de sang, il est vite accueilli par la police qui a été appelée par les riverains. Interrogé par les limiers, le jeune frère de la victime a révélé que son grand frère a été agressé par 4 personnes qui ont pris la fuite dans une voiture 4×4 de couleur teintée. Il est présentement gardé dans les locaux de la police pour les besoins de l’enquête.

Quant à la victime, il est à l’hôpital pour y suivre des soins. Pour le moment, les assaillants ne sont pas encore identifiés. La police a ainsi ouvert une enquête.

Leral

Un réseau de prostituées chinoises démantelé à Bel air

content_image

bLa Sûreté urbaine de Dakar qui a démantelé des réseaux de prostituées ukrainiennes, autrichiennes, marocaines et mauritaniennes, a nouvellement sévi contre un autre réseau de prostituées chinoises cette fois-ci. Les faits se sont déroulés le dimanche 28 mai 2017, dans une maison appartenant à un ministre, à la Cité Isra de Bel-Air.

Hier matin, la patronne du réseau, qui les a fait venir à Dakar dans le but d’ouvrir une boite de nuit, a été alpaguée par les hommes du commissaire El Hadji Cheikh Dramé à la Médina, informe le quotidien L’As.

Les dix belles de nuit chinoises et leur patronne pourraient être déférées aujourd’hui devant le procureur. Les prostituées ont été arrêtés pour non inscription au fichier sanitaire et la dame pour proxénétisme et traite de personnes. Elle avait confisqué les documents de voyage de ses compatriotes et leur avait loué la maison du ministre qui, selon le journal, ignorait les tenants et les aboutissants de ce trafic. Âgées de 20 à 25 ans, les chinoises ne parlent ni français, ni anglais, uniquement leur langue maternelle.

Leur clientèle était constituée d’étrangers. Une quantité impressionnante de préservatifs a été retrouvée dans les poubelles à l’extérieur, informe la source.

Scandale : Un prêtre homosexuel filmé et rançonné par 2 jeunes à Ouakam

 


AFFAIRE DE CHANTAGE SUR FOND DE VIDEO HOMOSEXUELLE: comment un missionnaire du sacré-cœur a été filmé et rançonné
Libération révèle que c’est un missionnaire de la congrégation religieuse du Sacré-Cœur qui se trouve au cœur de la sordide affaire de chantage ayant conduit à l’arrestation d’ElHadj Mactar T. alias ‘’Chris’’ et Mouhamed Gueye dit‘’Méka’’.

Déjà éclaboussée par plusieurs affaires de mœurs, la Congrégation des frères du Sacré-Cœur s’est invitée dans un dossier de mœurs dont le délibéré est prévu ce mercredi.
Comme nous l’écrivions, un prêtre et enseignant de surcroît a été victime de trois maître-chanteurs qui menaçaient de mettre en ligne une vidéo compromettante contre lui.

Libération a pris connaissance de l’enquête de la Division des investigations criminelles (DIC) et il se trouve que c’est un missionnaire camerounais de cette Congrégation N. O. qui se trouve au cœur de cette affaire, en qualités de victime.  Dans sa plainte, il affirmait que dans le courant du mois de février 2017,il a pris en auto stop à l’entrée de Pikine sur chemin de retour de Guédiawaye un jeune individu du nom de Papa Abdou N.

Au cours de ce trajet, ils ont sympathisé et échangé leurs contacts téléphoniques. Le sieur O. poursuivant ses explications a déclaré que dans la nuit du 17 avril, il a reçu un message de Pape Abdou N. qui demandait à le rencontrer de nouveau le lendemain chez lui
à Ouakam, pour lui soumettre un problème dont il ne lui a pas expliqué la nature. Donnant suite à sa proposition, il s’y est rendu. Mais une fois dans la chambre et sur invitation de Pape Abdou N., il s’est allongé dans le lit en ôtant pour, dit-il, «ne pas la froisser ».

C’est en ce moment que Pape a commencé à le caresser. Le plaignant d’ajouter que,emporté par le plaisir, ils ont tous les deux enlever leur chemise et se sont allongés sur le lit, Pape au-dessus de lui : « Pape s’est levé, a fermé sa porte à clef, enlevé son tee-shirt blanc à longue manche pour commencer à me tripoter,à me toucher un peu partout. J’avoue là que je me suis laissé emporter par ce que je ressentais et je suis même allé jusqu’à le laisser ôter mon décolleté que j’avais sous ma chemise.
D’ailleurs c’est l’acte que je regrette le plus. Et c’est après avoir rapidement baissé mon pantalon sans m’en rendre compte et pendant qu’il était sur moi que deux autres
jeunes ayant la vingtaine ont fait irruption dans la chambre », narre O. lors de son audition à la DIC.

Les choses s’enchaînent à partir de ce moment. Aussitôt entré, l’un des deux individus s’est mis à les filmer avec un téléphone portable tandis que l’autre menaçait d’ameuter la foule pour les lyncher. Pris de panique, il s’est mis à les supplier de le laisser partir. Mais après s’être accaparé de la clef de sa voiture, ils ont exigé contre la libération le versement d’une rançon de 3,5 millions de FCfa.

Au terme d’une ferme promesse, il a été libéré après avoir été dépouillé de la somme de 10.000 FCfa qu’il avait gardé dans son fauteuil et confisqué sa voiture de marque Kia type Rio immatriculé DK141…de couleur fraîche beige.

Le sieur O. de préciser que la voiture est la propriété de la congrégation religieuse du Sacré-Cœur. Plus tard, les enquêteurs de la DIC identifieront les deux individus comme étant ElHadji Mactar T. et Mouhamed G. Continuant ses révélations, le plaignant a dit que le lendemain, ces individus ont commencé à le faire chanter en menaçant de publier
la vidéo si jamais il ne versait pas la somme d’argent indiqué.

Il a ainsi négocié et obtenu d’eux le versement de 100.000 FCfa espérant ainsi récupérer sa voiture.Il a précisé que cette remise a eu lieu au Monument de la Renaissance sise à Ouakam. Mais ce montant n’a pas satisfait les malfaiteurs qui se sont barrés et depuis lors il a perdu leurs contacts.

Interceptés, les deux malfaiteurs présumés ont reconnu avoir pris une part active aux dits faits. Toutefois,ils ont affirmé avoir été embarqués dans cette affaire par Pape Abdou N. qui en est l’instigateur et qui s’est enfui en Gambie en emportant la voiture de la victime. A rappeler que les deux mis en cause risquent deux ans ferme si le tribunal suit le réquisitoire du Procureur.

Mississippi : au moins 8 morts dont l’adjoint d’un shérif dans des fusillades

content_image

Alors qu’il vient d’être arrêté par la police, Cory Godbolt répond aux questions d’une journaliste. (Capture vidéo The Clarion-Ledger.)

Les fusillades ont eu lieu samedi soir dans trois lieux différents de l’Etat du Mississippi. Un individu unique a ouvert le feu dans trois maisons différentes du comté de Lincoln, dans le sud de Jackson, la capitale du Mississippi faisant au moins 8 morts. Un adjoint du shérif est décédé.

Selon Associated Press, deux premières fusillades ont eu lieu dans la ville de Brookhaven et une troisième à une vingtaine de kilomètres de là, à Bogue Chitto. Les enquêteurs relèvent des indices sur les trois différents lieux. Mais, pour l’heure, rien n’explique pourquoi l’individu a tiré et s’il connaissait ses victimes dont les identités n’ont pas encore été révélées à la presse.

Il a tiré sur ses victimes parce qu’il «aimait sa femme et ses enfants»

Un suspect est en garde à vue depuis ce dimanche matin très tôt mais il n’a pas encore été mis en examen et les enquêteurs estiment qu’il est prématuré d’évoquer un quelconque mobile. Dans une étrange vidéo tournée par des journalistes du Clarion Ledger, le suspect, fraîchement interpellé, entouré de policiers, explique qu’il a tiré sur ses victimes parce qu’il «aimait sa femme et ses enfants». Cory Godbolt a également confié qu’il aurait souhaité pouvoir «être tué par la police».

Cet homme, âgé de 35 ans, a un casier judiciaire déjà très lourd, croit savoir le Daily Leader qui énumère ses condamnations depuis 2005 dont certaines pour des agressions.

Colombey-les-Deux-Eglises : la tombe du général de Gaulle vandalisée

La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises.

La croix qui surmontait la tombe de Charles de Gaulle a été renversée et brisée par un homme d’une trentaine d’année qui était recherché.

«C’est notre symbole… Un grand homme du 20ème siècle», se désole une habitante. La tombe du général de Gaulle a été vandalisée ce samedi après-midi à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne), révèle France 3 Grand-Est. Le général, qui possédait une propriété dans la commune, y repose depuis son décès en 1970, aux côtés de son épouse Yvonne et de sa fille Anne.

Selon nos informations, un homme a été vu en milieu d’après-midi par des passants dans le cimetière de Colombey. Il était monté sur la tombe et a poussé la croix qui s’est effondrée sur la stèle. La tombe n’a été ni taguée ni gravée mais, selon les gendarmes, la croix d’environ 1,50 mètre a été brisée.

«La tombe, filmée en permanence, a été dégradée à 17h14 par un individu seul qui est monté dessus et a donné deux grands coups de pied sur le socle de la croix de la tombe, provoquant la chute de celle-ci. Mais le socle de la tombe est resté intact», a déclaré à le procureur de Chaumont, Frédéric Nahon.

L’individu, âgé d’une trentaine d’année, a ensuite quitté les lieux, tandis que les témoins prévenaient les gendarmes. Il n’avait pas le visage dissimulé et certains l’ont vu cracher sur la tombe. Il n’était pas prouvé, dans un premier temps, que son acte était intentionnel. La tombe de l’auteur de l’Appel du 18 juin, récemment rénovée par sablage, peut passer inaperçue.

 

«Le dimanche, beaucoup de monde vient se recueillir»

Jointe par Le Parisien, une restauratrice évoque l’«animation» inhabituelle dans ce village de quelques centaines d’habitants. «J’ai dû voir une dizaine de gendarmes, la police scientifique, et puis aussi les pompes funèbres», énumère-t-elle.

L’accès au cimetière a depuis été «sécurisé», ajoute-t-elle. Et de se poser la question de la durée de cette mesure. Elle souffle : «Le dimanche, on accueille beaucoup de monde qui vient se recueillir…».

«Pas contente», elle qualifie l’acte d’«inadmissible», de «honteux», ou encore d’«anormal». «On n’aurait jamais imaginé ça. Déjà, le faire sur n’importe quelle tombe, mais là… Non, on ne peut pas faire ça», tranche-t-elle.

 

«L’émotion» de Macron, «un acte contre la France» pour Philippe

L’Elysée a assuré samedi soir que «toutes les actions requises en réponse» à la dégradation de la tombe du général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne) seront«conduites dans les meilleurs délais». «La mémoire et la figure du général de Gaulle sont chères à tous les Français», souligne la présidence qui précise qu’Emmanuel Macron «s’est assuré (…) de la prompte réparation de la sépulture». Le président Macron a appris«avec émotion (…) l’acte de vandalisme perpétré contre la tombe du général de Gaulle» et a adressé à sa famille «ses sincères pensées», toujours selon l’Elysée. «Un acte de vandalisme commis sur la tombe du général De Gaulle, c’est un acte contre la France», a tweeté pour sa part le Premier ministre Edouard Philippe, exprimant sa «tristesse» et sa «consternation».

 

«Honte et mépris à eux !»

Du côté des politiques, l’heure est à l’indignation alors que beaucoup ont invoqué le général de Gaulle durant la campagne présidentielle. Certains signalent que cette profanation intervient en pleine journée nationale de la Résistance. Joint par Le Parisien, l’ancien président du Conseil s’emporte : «Faut-il être à ce point détraqué pour oser commettre un tel acte qui déshonore son ou ses auteurs… Honte et mépris à ceux qui sont les auteurs de cet acte abjecte !».

«La dégradation de la tombe du Géneral de Gaulle à Colombey nous indigne et nous choque tous en ce jour de commémoration de la Résistance», se désole de son côté François Baroin (LR) sur Twitter. Même constat pour le président du Sénat, Gérard Larcher (LR) qui lance sur Twitter : «Honte aux profanateurs qui salissent notre histoire».

Gilbert Collard, député affilié FN du Gard, considère qu’«en France maintenant, on assassine aussi les symboles». Le député de Seine-et-Marne, Yves Jégo (UDI) condamne également les dégradations et appelle à ne pas laisser «sans suites cet acte tant il est intolérable au regard du respect dû à sa personne».

  leparisien.fr

Manchester : la police publie des photos de Salman Abedi, l’auteur de l’attentat

 La police britannique a publié samedi soir deux photos de Salman Abedi prises par une caméra de surveillance la nuit de l’attentat

Les enquêteurs demandent au public de communiquer toute information sur les faits et gestes du kamikaze depuis le 18 mai, date de son retour au Royaume-Uni.

La police britannique a publié samedi soir deux photos de Salman Abedi prises par une caméra de surveillance la nuit de l’attentat qu’il a perpétré à Manchester, lançant un appel à témoin pour reconstituer son parcours dans les jours ayant précédé l’attaque.Dans un communiqué commun de la police et de l’anti-terrorisme, les enquêteurs demandent au public de communiquer toute information sur les faits et gestes du kamikaze depuis le 18 mai, date de «son retour au Royaume-Uni».

 

Une source proche de la famille avait indiqué à l’AFP qu’Abedi se trouvait en Libye quatre jours avant l’attentat. La police allemande a signalé qu’il avait fait escale à Dusseldorf (ouest) à ce moment-là. Abedi, 22 ans, a loué un appartement dans le centre-ville de Manchester, d’où il s’est rendu à la salle Arena. Cet appartement intéresse particulièrement les enquêteurs : ils pensent que «ce pourrait bien être l’endroit où a été assemblé l’engin» explosif utilisé pour l’attentat, selon le commissaire Ian Hopkins et le responsable de l’anti-terrorisme Neil Basu.

 

Abedi s’est fait exploser en faisant détoner un engin qu’il portait dans un sac à dos à l’intérieur de la salle Arena, à la sortie d’un concert de la chanteuse pop américaine Ariana Grande, faisant 22 morts et 116 blessés, dont bon nombre d’enfants et d’adolescents. L’attentat a été revendiqué par le groupe jihadiste État islamique (EI), qui multiplie les attaques en Europe alors qu’il enregistre des reculs sur son terrain en Syrie et en Irak.

Quatorze perquisitions sont en cours, ont indiqué les enquêteurs, et onze personnes ont été placées en garde à vue. Ils assurent avoir établi l’identité du kamikaze«en deux heures». Lors de l’enquête, qui mobilise un millier de personnes, les forces de sécurité ont collecté «des informations intéressantes sur Abedi, son entourage, ses finances, les endroits où il s’est rendu, la façon dont l’engin explosif a été fabriqué et le complot plus vaste» ayant entouré l’attaque. Le père et un frère d’Abedi ont été arrêtés en Libye. Son père était un membre du Groupe islamique combattant libyen (Gicl) très actif dans les années 1990, et opposant au régime du dictateur Mouammar Kadhafi, renversé en 2011, a indiqué jeudi à l’AFP un responsable de la sécurité à Tripoli.

 

 

Mbour : L’explosion d’une chaudière de l’usine Copelit Afrique fait 1 mort et 18 blessés dont 3 graves

L’usine qui s’active dans la transformation de poissons s’est effondrée après que la chaudière a explosion. Un bilan provisoire fait état d’un (1) mort, quinze (15) blessés légers et trois (3) graves. Une enquête a été ouverte.


Pas plus tard qu’hier, les habitants de Mballing dans le département de Mbour, en brassards rouges et pancartes, ont assiégé les locaux de l’usine de transformation de poissons «pour dénoncer les conséquences désastreuses sur le plan sanitaire».

La manifestation avait finalement  viré en affrontements avec les forces de l’ordre, quatre (4) blessés dont un (1) gendarme ont été notés.

La situation sera bien pire le lendemain. «On nous a alertés vers 07h15 pour une explosion à l’usine Copelit. Sur place, nous avons trouvé qu’il y avait une chaudière qui a explosé et s’est désintégrée sur un rayon d’environ 200 mètres», explique le Commandant de la Compagnie des Sapeurs-pompiers de Mbour, au micro de la Rfm.

Le Capitaine Cheikh Tidiane SY Ndiaye indique que quinze (15) blessés légers ont été extraits en plus de trois (3) blessés graves et un (1) corps sans vie.

Pris en charge, tous ces blessés ont été évacués à l’hôpital et le corps sans vie à la morgue.

La gendarmerie a ouvert une enquête.

Une infirmière du Texas suspectée d’avoir tué jusqu’à 60 bébés

https://i.ytimg.com/vi/OyQ_Srkb2FI/maxresdefault.jpgUne infirmière emprisonnée pour le meurtre d’un nourrisson au Texas dans les années 1980 a été inculpée d’un deuxième meurtre et pourrait avoir tué au total jusqu’à 60 bébés, ont annoncé les autorités américaines.

Genene Jones, 66 ans, « est le mal incarné et la justice veillera à ce qu’elle réponde de ses crimes », a promis dans un communiqué publié jeudi Nico LaHood, le procureur du comté texan de Bexar.

« Notre bureau fera tout pour retrouver chaque enfant dont la vie a été prise par les actes de Jones », a-t-il ajouté.

Genene Jones purge actuellement deux peines de réclusion, de 99 et 60 ans, pour deux crimes commis en 1984 sur des bébés alors qu’elle travaillait en milieu hospitalier.

Elle avait tué une fillette de 15 mois, Chelsea McClellan, en lui administrant un décontractant musculaire. Et elle avait injecté de l’héparine, un médicament anticoagulant, à un nourrisson de quatre semaines, Rolando Santos, qui lui avait survécu.

Jeudi l’ancienne infirmière a été inculpée par un grand jury du meurtre en 1981 d’un bébé de 11 mois, Joshua Sawyer. Elle est accusée de lui avoir injecté une dose fatale d’un produit anti-épilepsie.

« Jones est suspectée d’avoir tué jusqu’à 60 bébés », a affirmé dans son communiqué le procureur LaHood.

En raison d’une loi de remise de peine en vigueur à l’époque de ses premières condamnations, l’ancienne soignante actuellement doit sortir en mars 2018 de sa prison, située entre Austin et Dallas.

Elle sera auparavant transférée dans le comté plus au sud de Bexar, où elle sera à nouveau traduite en justice. Elle encourt une autre sentence de 99 ans de réclusion.

Ouakam : Un prêtre gay filmé nu avec son copain

OUAKAM - Rocambolesque affaire d'actes contre nature et de chantage pornographique : Un prêtre gay filmé nu avec son copain
 C’est une affaire mal venue dans un contexte où il est beaucoup question au niveau mondial de religieux accusés d’attouchements sexuels sur des enfants. Selon le constat de Libération, un prêtre d’une Congrégation très reconnue était partie civile mercredi dernier dans une rocambolesque affaire d’extorsion de fonds et de chantage.
Selon la version livrée par le prêtre et enseignant dans une école de la place, il était avec un ami à Ouakam mais ce dernier l’aurait piégé. P. Ndiaye aurait ourdi un plan machiavélique avec deux de ses amis.
Il l’aurait invité chez lui et une fois le prêtre dans sa chambre P. Ndiaye aurait attendu que ses deux amis ouvrent la porte qui n’était pas fermée pour se déshabiller.
Selon le prêtre, il se serait mis alors sur lui pendant qu’un de ses amis filmait la scène. Ensuite, ce dernier a menacé de mettre la vidéo sur Facebook si le religieux n’acceptait pas de payer 100.000 FCfa.
Ce qu’il a fait en plus de s’être vu arracher les clés de sa voiture qui se trouve entre les mains de P. Ndiaye qui est en fuite en Gambie. L’affaire a fini entre les mains de la DIC qui a arrêté les deux mis en cause présumés qui risquent deux ans ferme si le tribunal suit le procureur lors de son délibéré qui sera rendu mercredi prochain.
N’empêche, cette version du prêtre mise en place par les avocats de la défense a été contre-dite par un des mis en cause. Ce dernier, élève de son état, soutient effectivement qu’il était venu voir son ami lorsqu’il l’a surpris en plein ébat avec le prêtre.
Instinctivement, il a filmé la scène qui a duré dix secondes non sans menacer de mettre celle-ci sur les réseaux sociaux si le prêtre ne lui donnait pas de sous. Ce que celui-ci a fait avant de porter plainte plus tard.
Les avocats de la défense ont reconnu que leurs clients ont commis une faute mais comme tous les ados ils ont vu une occasion de se faire de l’argent lorsque P. Ndiaye leur a proposé de prendre sur le fait un prêtre gay, ami à lui, pour le faire chanter ensuite.
L’avocat du cabinet François Sarr qui défendait la partie civile a estimé que même si son client avait fait ce qu’on lui reproche les mis en cause n’avaient pas le droit de le faire chanter et de le filmer sans son consentement.

Royaume-Uni : 19 morts dans une « attaque terroriste » à Manchester après un concert d’Ariana Grande

La première ministre britannique, Theresa May, a condamné un acte « épouvantable ». Les témoins évoquent une explosion. Une cinquantaine de blessés sont aussi à déplorer.

Des spectateurs ont été évacués après l’explosion à la Manchester Arena, dans la nuit de lundi à mardi.

Au moins 19 morts et une cinquantaine de blessés sont à déplorer après « l’incident grave » qui s’est produit lundi 22 mai lors d’un concert à la Manchester Arena, au Royaume-Uni, une salle de près de 20 000 personnes où se produisait la chanteuse américaine Ariana Grande, a annoncé la police locale, qui évoque un « possible acte terroriste ».

Dans un communiqué publié mardi, la première ministre britannique Theresa May a condamné « une attaque terroriste épouvantable » à Manchester. « Nous travaillons à établir tous les détails », a-t-elle souligné, en exprimant sa sympathie aux familles. Si la nature terroriste de l’explosion était confirmée, il s’agirait de l’attentat le plus meurtrier dans le pays depuis celui de Londres en juillet 2005, où 56 personnes avaient été tuées.

Lors d’une conférence de presse, le chef de la police locale, Ian Hopkins, a confirmé que ses enquêteurs « traitaient [l’attaque] comme un incident terroriste jusqu’à preuve du contraire ». Il a précisé travailler « étroitement avec les services antiterroristes nationaux et les services de renseignements partenaires du Royaume-Uni ».

« Déflagration »

Certains témoins, cités par les médias britanniques, ont évoqué une « déflagration » à la fin du concert, vers 22 h30, alors que les lumières venaient de se rallumer. Elle aurait eu lieu en dehors du bâtiment, selon la direction de la salle sur Twitter. Des témoins évoquent, eux, une explosion dans le hall d’accueil.

La police de Manchester a par la suite procédé à une explosion contrôlée dans les jardins de la Cathédrale, situés à quelques dizaines de mètres de la salle de concert Arena. « Si vous entendez du bruit, n’ayez pas peur », a-t-elle prévenu sur son compte Twitter. Elle a ensuite affirmé qu’il s’agissait « de vêtements abandonnés ».

Venu assister au concert avec sa sœur, Oliver Jones, 17 ans, a raconté au quotidien The Guardian, avoir « entendu une détonation » lorsqu’il était aux toilettes, au moment où le show venait de s’achever. « J’ai vu les gens courir et crier dans une direction, avant de repartir en sens inverse », témoigne-t-il, se disant « choqué et effrayé ». « On voit ça tout le temps aux informations, mais on ne s’attend pas à ce que cela nous arrive. »

Indemne, Ariana Grande « ne trouve pas les mots »

La foule a été prise dans des mouvements de panique et de confusion. « Des gens criaient qu’ils avaient vu des gens recouverts de sang mais d’autres disaient que c’était des ballons éclatés ou un haut-parleur », a déclaré Robert Tempkin, 22 ans, de Middlesbrough, à la BBC.

Eux aussi interrogés par la chaîne, Gary Walker et sa femme se trouvaient à quelques mètres du lieu de l’explosion, attendant leurs filles à la sortie du concert. « Tout à coup, il y a eu un énorme flash, suivi d’une explosion et de fumée, raconte le père de famille, blessé. J’ai un trou dans mon pied où j’ai un peu de shrapnel. »

Ariana Grande est indemne, a signalé Joseph Carozza, un représentant du label de la chanteuse. L’artiste a ensuite réagi sur Twitter :

« Brisée. Du fond de mon cœur, je suis tellement désolée. Je ne trouve pas les mots. »

Parcelles : 4 jeunes arrêtés pour diffusion d’images obscènes sur WhatsApp

Alors qu’on n’a pas fini d’épiloguer sur l’affaire Nadège Da Souza et Liliane, un autre fait en rapport avec les réseaux sociaux défraie la chronique aux Parcelles Assainies.

Il s’agit d’une bande de copains qui utilisait le réseau social WhatsApp pour contraindre une fille à des rapports sexuels. S. Camara, I. Konaté, B. Bane et M. Sène avaient fait de la nommée K. Diop, leur jouet sexuel et publié des photos nues d’elle sur WhatsApp.

Arrêtés par les hommes du commissariat des Parcelles Assainies, les mis en cause ont été déférés au parquet pour associations de malfaiteurs, viol, tentative de viol, chantage et menaces, transfert illégal de donées à caractère personnel.

(Source: Vox Populi)

Scandale photos de Lika Dioum nue : Nadège et Liliane prennent 1 mois de prison ferme


Diffusion d’images à caractère pornographie : Nadège et Liliane prennent 1 mois de prison ferme
 Nadège de Souza et sa copine Liliane jugées, devant le Tribunal des flagrants délits de Dakar, pour diffusion d’images à caractère pornographie et menaces de mort ont pris un mois de prison ferme. Le Procureur avait requis 2 ans de prison dont 6 mois ferme. L’ex épouse du couturier Djily Création et son amie. ont été arrêtées pour avoir partagé sur WhatsApp et Facebook les images de Lika Dioum, amie de Nadège et présentée comme la copine du couturier Djily Création.

Fass-Colobane : Les sauvageons de l’Apr s’illustrent encore dans la violence


La caravane du ministre de la jeunesse Mame Mbaye Niang dans la commune de Fass-Colobane a fini en queue de poisson.  Des bagarres ont éclaté entre deux camps de jeunes de la Cojer. A l’heure où Macky Sall, appelait les uns et les autres à se pencher sur l’essentiel, les sauvageons de l’Apr, eux s’entre-déchiraient.
Selon le coordinateur de la COJER que nous avons joint, c’est « Pape Maël Diop qui est derrière tout cela ». Il a instrumentalisé un jeune à l’APR, Ass Ndoye, Chef de parking à l’aéroport de Dakar pour semer le bordel dans la commune.
Ce dernier, avec une bande de nervis, a mis fin à la réunion convoquée par le ministre Mame Mbaye Niang, devant la mairie de Colobane. Le ministre et le maire Ousmane Ndoye, étant même obligés de se réfugier à l’intérieur de l’institution. Des chaises ont été cassées et des blessés dénombrés…

Mbao : Un Chinois accusé de viol sur une fillette de 14 ans

En voilà, un fait divers qui défraie la chronique à Mbao Un chinois est accusé de viol et d’acte de pédophilie sur une mineure de 14 ans. Ce dernier a nié les faits, lors de son audition à la police et devant le procureur et exige un test ADN.
Selon Les Echos, le chinois vivant au Sénégal depuis 2015, a divorcé d’une femme sénégalaise. C’est durant sa vie de couple qu’il a connu la fille de 14 ans. Il a réussi à ferrer la victime en la couvrant de petits cadeaux. Et de fil en aiguille, après plusieurs rendez-vous galants, il a réussi à gagner la confiance de la petite et entretenir des rapports sexuels avec elle, malgré son incompréhension du wolof.

 

Un fait en amena un autre. La fille finit par contracter une grossesse et déclare que le chinois a abusé d’elle à trois reprises. Elle a rapporté que ce dernier lui remettait la somme de 3000 francs CFA, à chaque rapport sexuel.
Une plainte a été aussitôt déposée par ses parents à la Police. Le chinois est donc accusé de viol et acte de pédophilie suivi de grossesse sur une mineure. Il a été interpellé et conduit au poste de Police de Sicap Mbao, depuis le 30 avril 2017. Il fait l’objet d’une audition libre à la Police.

Source: Les Echos