Category Archives: International

Trump joue l’apaisement avec l’Iran: “Rien ne presse”

Le président américain a jugé vendredi que « rien ne press[ait] » pour résoudre les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran, après une série d’incidents et d’invectives

« Nous avons le temps. Rien ne presse, ils peuvent prendre leur temps », a dit Donald Trump à son arrivée au G20 d’Osaka, lui qui parlait encore il y a peu de « guerre » contre les Iraniens.

Ces propos apaisants tranchent avec le ping-pong des déclarations choc qui s’était poursuivi jeudi entre l’Iran et les Etats-Unis. Téhéran avait mis en garde contre l' »illusion » d’une « guerre courte » entre les deux pays ennemis. La crise entre les Etats-Unis et l’Iran doit être au menu des discussions du sommet du G20 qui s’est ouvert vendredi au Japon.

Une crise de 40 ans

Le même jour, des représentants des Etats encore parties à l’accord nucléaire signé en 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne, Iran et Russie) doivent se retrouver à Vienne pour faire le point sur l’application du texte. Les Européens pressent l’Iran de ne pas commettre l' »erreur » de se retrouver en violation de ses engagements.

Après leur retrait de l’accord en 2018, les Etats-Unis ont rétabli des sanctions économiques qui asphyxient l’économie iranienne et privent Téhéran des bénéfices qu’il attendait de ce pacte.

La crise au long cours qui caractérise depuis 40 ans les relations entre les Etats-Unis et l’Iran connaît depuis environ deux mois un nouvel accès de fièvre, sur fond d’escalade dans la région du Golfe et d’inquiétudes pour la survie de l’accord nucléaire, menacé depuis que les Etats-Unis s’en sont retirés.

“Ennemi principal”

Un nouveau pic a été atteint lorsque l’Iran a abattu un drone américain, le 20 juin, après une série d’attaques d’origine inconnue contre des tankers attribuées par Washington à Téhéran qui a démenti.

Dans ces circonstances ultratendues faisant craindre un embrasement, M. Trump avait évoqué mercredi la possibilité d’une guerre courte contre Téhéran. « Nous sommes dans une position très forte, et ça ne durerait pas très longtemps, je peux vous le dire. Et je ne parle pas de troupes au sol ».

L’idée d’une « +guerre courte+ avec l’Iran est une illusion », a réagi le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif dans un message sur Twitter destiné, selon lui, à corriger certaines « idées fausses » du président américain qui « menacent la paix ».

Un drone américain abattu

Mardi, le président iranien Hassan Rohani a déclaré à son homologue français Emmanuel Macron que l’Iran ne cherchait la guerre « avec aucun pays », pas même les Etats-Unis. Pour autant, Téhéran multiplie les mises en garde.

A Téhéran, les funérailles publiques de près de « 150 martyrs » tombés lors de la guerre Iran-Irak ou en Syrie, ont donné aux autorités l’occasion d’exalter la « résistance » face à l' »ennemi principal »: les Etats-Unis.

S’adressant à la foule, le chef de l’Autorité judiciaire, Ebrahim Raïssi, est revenu sur la destruction du drone américain – abattu selon Téhéran dans l’espace aérien iranien, ce que Washington conteste. « La main bénie qui a attaqué le drone américain a confirmé que pour résister devant l’ennemi, la République islamique d’Iran n’a aucune hésitation », a-t-il déclaré.

“Accord durable”

Cherchant à calmer les inquiétudes, Mark Esper, secrétaire américain à la Défense par intérim, a assuré jeudi à l’Otan que son pays ne voulait pas d’un conflit avec l’Iran. « Notre propos est d’amener l’Iran à négocier un accord durable », a-t-il assuré alors que Washington veut un nouvel accord avec l’Iran, pour qui, au contraire, le pacte de 2015 n’est pas négociable.

Par l’accord de Vienne, l’Iran s’est engagé à ne jamais chercher à se doter de l’arme atomique, et à limiter drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée partielle des sanctions internationales. En riposte au retour des sanctions américaines, Téhéran a fait connaître le 8 mai son intention de se délier progressivement de ses engagements si Européens, Russes et Chinois ne l’aidaient pas à contourner les mesures américaines.

Un franchissement du seuil d’uranium?

L’Iran a annoncé ce jour-là ne plus se sentir tenu par les limites que l’accord de impose à ses réserves d’eau lourde et d’uranium faiblement enrichi, et a menacé de s’affranchir d’autres engagements à partir du 7 juillet.

Il avait indiqué le 17 juin que ses réserves d’uranium dépasserait à partir du 27 juin le plafond des 300 kilos fixé par l’accord, mais aucune confirmation du franchissement de ce seuil n’est venue ce jour. Les Iraniens ne « dépasseront pas (la limite) aujourd’hui », a indiqué jeudi à l’AFP un diplomate à Vienne, évoquant une possible « raison politique » à cette retenue.

Mais un responsable iranien à Vienne a affirmé sous couvert de l’anonymat que la limite n’avait pas été dépassée pour des « raisons techniques », soulignant que jeudi et vendredi étaient des jours de repos hebdomadaire en Iran.

Source: Belga

Trump s’acharne contre les médias et traite les journalistes d’ennemis du peuple

epa06403266 US President Donald J. Trump speaks to members of the news media while signing bills in the Oval Office of the White House in Washington, DC, USA, 22 December 2017. Trump signed the tax bill, a continuing resolution to fund the government, and a missile defense bill before leaving to spend Christmas in Mar-a-Lago, Florida. EPA/MICHAEL REYNOLDS

« Ils devront se mettre à genoux et implorer mon pardon, ce sont vraiment les ennemis du peuple ». Le tweet présidentiel, d’une agressivité inouïe, visait le New York Times. Les attaques au vitriol de Donald Trump contre les médias n’ont rien de nouveau. Mais elles ont encore gagné en fréquence et en férocité ces dernières semaines.

Son meeting de campagne samedi soir à Green Bay, dans le Wisconsin, devrait selon toute vraisemblance donner lieu à de nouveaux assauts contre les journalistes. D’autant qu’au même moment aura lieu, à Washington, le dîner de l’Association des correspondants de la Maison Blanche (WHCA). Comme en 2017 et 2018, le milliardaire républicain a décidé de bouder ce rendez-vous annuel – « ennuyeux » selon ses termes -qui met la liberté de la presse à l’honneur et donne l’occasion au président américain de prononcer un discours, en général teinté d’autodérision, sur l’année écoulée.

Les raisons de l’intensification des attaques du président de la première puissance mondiale contre les médias qu’il qualifie à la moindre occasion de « Fake News »? Difficile de se prononcer avec certitude. Mais, au-delà de la volonté de galvaniser sa base électorale en désignant un « ennemi », la diffusion des conclusions du rapport du procureur spécial Robert Mueller sur l’enquête russe a incontestablement déstabilisé le locataire de la Maison Blanche.

Le point presse disparaît

Autre hypothèse: le milliardaire américain raffole de l’attention des journalistes, or elle lui échappe un peu avec l’entrée en lice des candidats démocrates pour l’élection présidentielle de 2020. Kamala Harris, Beto O’Rourke, Pete Buttigieg, Joe Biden: un a un, depuis plusieurs semaines, ils captent un peu de la lumière, et déplacent l’attention des médias américains au-delà de la seule Maison Blanche. Les attaques sont d’autant plus remarquables qu’elles s’accompagnent de la quasi-disparition du point de presse quotidien de la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Cela fait plus de 40 jours que cette dernière ne s’est pas présentée au podium de la célèbre salle de presse pour faire face aux questions des journalistes. Et cette année, contrairement à l’année dernière, elle ne participera pas, elle non plus, au dîner de gala: tous les membres de l’équipe Trump ont reçu comme consigne de décliner l’invitation. « Soyons clairs: le fait que cette administration réduise les points de presse de la Maison Blanche, du Pentagone et du département d’Etat est infiniment plus grave que de la question de savoir si le président participe au dîner des correspondants », souligne, dans Politico, Olivier Knox, président de la WHCA.

Certes, le président lui-même répond plusieurs fois par jour aux questions des journalistes. Mais cela se fait toujours dans une certain désordre, suivant son tempo, dans les jardins de la Maison Blanche avant qu’il ne monte dans son hélicoptère, ou dans le Bureau ovale au milieu d’un véritable brouhaha. Et rien n’indique que les relations du 45e président des Etats-Unis avec la presse sont sur le point de s’apaiser. Jeudi, Sarah Sanders s’est bien présentée au pupitre. Mais c’était pour répondre aux questions des enfants du personnel de la Maison Blanche qui participaient à la journée « Emmenez vos enfants sur votre lieu de travail ».

Dangereux pour les journalistes

Vendredi, devant les membres de la NRA, puissant lobby des armes, Donald Trump n’a pas fait dans la dentelle: « Le niveau de malhonnêteté et de corruption dans les médias est incroyable », a-t-il lancé. Pour Jeffrey Morosoff, qui enseigne le journalisme à la Hofstra University près de New York, le président américain « joue un jeu dangereux ». « Un jour, l’un de ses supporteurs va s’en prendre physiquement à un journaliste ».

Nouvelle-Zélande: une fusillade dans une mosquée fait plusieurs morts

Police and ambulance staff help a wounded man from outside a mosque in central Christchurch, New Zealand, Friday, March 15, 2019. A witness says many people have been killed in a mass shooting at a mosque in the New Zealand city of Christchurch. (AP Photo/Mark Baker)

Les faits se sont produits à Christchurch, localité de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande.

La situation est « critique » selon les autorités. Des policiers armés ont été déployés dans le centre de Christchurch vendredi 15 mars alors que la presse locale faisait l’état d’une fusillade dans une mosquée de cette localité de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande.

« La police répond à des informations sur des tirs dans le centre de Christchurch », a-t-elle déclaré dans un communiqué. Les médias locaux ont fait état de nombreuses victimes dans une mosquée, ajoutant qu’une autre avait été évacuée. Le bilan reste incertain, même si des témoins ont affirmé à Associated Press que plusieurs personnes étaient mortes. Ce que les autorités ont confirmé dans un second temps, sans fournir de bilan précis, la situation étant « grave et mouvante et toujours en cours ».

La presse a également déclaré que des membres de l’équipe de cricket du Bangladesh était présents sur l’un des sites. Un joueur a cependant précisé que l’équipe « entière » était saine et sauve. Le commissaire Mike Bush a déclaré que toutes les écoles de la ville avaient été bouclées en réponse à un « grave incident impliquant des armes à feu toujours en cours ».

« La police appelle tous ceux qui sont présents dans le centre de Christchurch à ne pas sortir et de signaler tout comportement suspect ». Un témoin a raconté à Radio New Zealand qu’il avait entendu des coups de feu et vu quatre personnes gisant au sol, « avec du sang partout ».

Les autorités ont procédé à l’arrestation d’un individu, sans que l’on sache dans un premier temps s’il s’agit du tireur. Par ailleurs, la police a demandé aux fidèles musulmans d’éviter les mosquées « partout en Nouvelle-Zélande ».

Mushikiwabo désignée secrétaire générale de la Francophonie

content_image

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a nommé à sa tête la Rwandaise Louise Mushikiwabo, ce vendredi 12 octobre 2018 à Erevan, en Arménie. Les délégations rwandaise et française ont confirmé qu’un consensus avait été trouvé à l’occasion du huis clos entre les chefs d’Etat et de gouvernement membres de plein droit. Mme Mushikiwabo était en concurrence avec la secrétaire générale sortante de l’institution, la Canadienne Michaëlle Jean, qui n’aura fait qu’un mandat.

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian, hôte de ce 17e sommet de l’OIF, l’a officialisé en conférence de presse ce vendredi à la mi-journée : Louise Mushikiwabo est la nouvelle secrétaire générale de la Francophonie. Elle était jusqu’à présent ministre des Affaires étrangères du Rwanda.

Ce n’est pas une surprise, mais plutôt l’épilogue d’un feuilleton dont on connaissait l’issue à l’avance. On ne sait pas encore comment s’est déroulé tout à l’heure le huis clos des dirigeants – était-il tendu ? -, mais l’affaire était perdue d’avance pour Michaëlle Jean depuis l’avant-veille. Précisément depuis que le Canada a finalement abandonnée sa candidate dans la toute dernière ligne droite.

Ottawa, en se rangeant à la règle du consensus, qui penchait en faveur de Louise Mushikiwabo – soutenue par l’Union africaine, la France et la Belgique -, n’a présenté aucun candidat. Et c’est donc le Rwanda qui a vraisemblablement présenté l’unique candidature. Il se susurrait, ce vendredi matin avant la réunion, que Paul Kagame devait le faire en français. Ce qui serait une première dans une grande enceinte internationale.

Tout sourire, Michaëlle Jean et Louise Mushikiwabo sont apparues ensemble en conférence de presse. C’est la Canadienne qui a pris la parole en premier. La secrétaire générale sortante s’est gardée de lancer une dernière « flèche ». Elle n’a pas dénoncé, comme elle l’a fait jeudi à la tribune, « les petits arrangements entre États » qui lui ont coûté son poste.

Auteur: Rfi –

Le Cio demande l’aide du Sénégal pour l’enquete

Le Comité international olympique a demandé au Sénégal de soutenir une enquête française sur Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) soupçonné de corruption, a annoncé mardi le président du CIO, Thomas Bach, informe wiwsport.
Le procureur financier français a déclaré que le Sénégalais Papa Massata Diack avait été au cœur d’un stratagème de corruption dans le sport international, accusation qu’il a démentie.

Le procureur a déclaré que des indices semblaient indiquer que des paiements avaient été faits en contrepartie des votes des membres de l’IAAF et du CIO pour la désignation des villes hôtes des Jeux olympiques et d’autres grands événements sportifs.

« Nous avons été en contact avec Seb Coe (président de l’IAAF) à ce sujet », a déclaré Bach aux journalistes. « Nous avons déjà demandé au Sénégal de participer à l’enquête et nous avons eu l’assurance il y a plusieurs mois que si les autorités françaises voulaient entendre Papa Massata Diack, elles pourraient venir au Sénégal et il serait alors mis à leur disposition. »

Le président du Sénégal, Macky Sall, était à la session du CIO en Argentine cette semaine. La capitale, Dakar, a été nommée hôte des Jeux olympiques de la jeunesse de 2022.

Affaire Cheikh Tidiane Gadio et Patrick Ho

Dossier Cheikh Tidiane Gadio et Patrick Ho: Une rocambolesque affaire de... trafic d’armes

Dans un document de 32 pages transmis au tribunal du District Sud de Manhattan, les procureurs américains accusent Patrick Ho, l’ex coaccusé de Cheikh Tidiane Gadio d’avoir au delà de la corruption de dirigeants africains, entretenu un réseau de trafic d’armes qui aurait profité au Qatar, à la Libye, au Sud Soudan ( alors sous embargo) en 2015 mais aussi à l’Iran sous sanctions américaines.

Le même rapport, qui cite l’ancien ministre sénégalais des affaires étrangères, atteste que Ho avait promis de fournir des armes à Idriss Deby, le président du Tchad, déjà éclaboussé par un cadeau de deux millions de dollars (1,1 milliards de F Cfa).

Le Tribunal du district Sud (Manhattan) a encore rejeté la demande de libération de Patrick Ho, l’ex-accusé de Cheikh Tidiane Gadio, poursuivi pour corruption et blanchiment d’avoir soudoyé des dirigeants africains, en échange de faveurs pour le conglomérat chinois spécialisé dans l’énergie, CEFC.
La Cour a rejeté sa demande liberté sous caution, en attendant le procès dans le fond, prévu le 5 novembre prochain. Ainsi, les procureurs américains ont communiqué aux juges un document explosif de 32 pages dans lequel, ils justifient leur opposition à la demande de mise en liberté provisoire de Ho.

La juge Loretta Preska estime que les faits évoqués sont très graves. Au-delà même des faits de corruption, les procureurs américains révèlent dans le document que le mis en cause a entretenu, via un intermédiaire, dont le nom n’a pas été communiqué, un trafic d’armes qui a bénéficié, en 2015, au Qatar, à la Lybie et Sud Souda.

Le même rapport atteste qu’il avait promis d’appuyer une requête d’Idriss Deby pour une assistance militaire chinoise au Tchad dans le cadre de la lutte congre Boko Haram à la suite d’un pacte de corruption.

Plusieurs mails, versés dans le dossier, s’appuient sur ces accusations d’une extrême gravité. Dans l’un des courriels en date d’avril 2015, Patrick Ho propose, ainsi à l’intermédiaire d’arranger une vente d’arme pour le Qatar. «Le Qatar a besoin de nouveaux jouets en toute urgence. Leur chef vient en Chine et nous espérons lui donner de bonnes nouvelles ».

Selon toujours les procureurs américains, Cheikh Tidiane Gadio qui a accepté de témoigner contre Ho après un accord, leur a révélé que ce dernier lui a affirmé que «CEFC peut trouver des armes et des équipements militaires au Tchad en échanges de contrats pétroliers »

D’ailleurs, dans un mail, l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise lui demande : « penses-tu que CEFC peut intervenir auprès de l’Etat chinois pour avoir, en urgence et dans la confidentialité, un appuie militaire significatif pour notre ami (Ndrl : Idriss Deby) qui s’est engagé dans la bataille de sa vie contre les démons de Boko Haram ? Patrick Ho de répondre : « j’accorderai la plus haute attention à cette requête »

Un autre mail en date de 2014 montre comment Patrick Ho comptait aider l’Iran, sous sanctions américaines, à se faire livrer des armes.

Source: Libération

Le Japon se prépare à un nouveau typhon

content_image

Les îles japonaises du sud se préparent à l’arrivée de Kong-Rey, un nouveau typhon qui entraînera des vents violents et de fortes précipitations. Plus de 200 vols ont été annulés jeudi matin. L’institut météorologique japonais a mis en garde contre la foudre, les coulées de boue et les énormes vagues que le typhon pourrait provoquer en mer.

La population locale a été priée de prendre ses dispositions, tandis que Kong-Rey devrait atteindre Okinawa et les îles proches dans la nuit de jeudi à vendredi. Kong-Rey est le 25e typhon de l’année en Asie. Ce week-end, une grande partie du Japon a été balayée par le puissant typhon Trami, qui a causé au moins quatre morts et plus de 120 blessés.

Auteur: 7sur7.be

Une nouvelle affaire de corruption pour Lamine Diack

Lamine Diack a été placé sous le statut de témoin assisté pour l’affaire des soupçons de corruption autour de l’attribution des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. Libération, qui donne l’information, précise que l’ancien président de l’Iaaf, et son fils Massata Diack sont accusés par la justice française d’avoir touché des fonds pour influencer le vote en faveur de la capitale japonaise.

Le journal souligne que c’est la quatrième affaire suspendue au-dessus de la tête de Lamine Diack. Depuis trois ans, il est mis en examen pour corruption présumée et interdit de sortie du territoire français. Récemment, en France, il a été inculpé pour abus de confiance sur des droits de sponsoring perçus par l’Iaaf. Et au Brésil, il est poursuivi, en même temps que Massata Diack, dans l’affaire de corruption concernant l’attribution des Jo de 2016 à Rio.

Patrick Ho fixé sur son sort ce jeudi

content_image

Patrick Ho, l’ex co-accusé de Cheikh Tidiane Gadio sera fixé sur son sort ce jeudi. Un tribunal américain va statuer sur sa demande de liberté sous caution.

L’information est donnée par Libération, qui rappelle que Ho considère que sa détention ne se justifie plus à partir du moment où la justice américaine a abandonné les charges retenues contre l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise.

Gadio a été blanchi après qu’il a accepté de témoigner contre Ho. Son témoignage, à charge, est consigné dans une lettre rendue publique par le département de la justice. Il éclabousse le président tchadien, Idriss Déby, soupçonné d’avoir touché 2 millions de dollars (1,3 milliard de francs Cfa) de pots-de-vin de Patrick Ho en échange de contrats pétroliers au Tchad.

120 migrants sénégalais de retour de la Libye

120 migrants Sénégalais en provenance de la Libye sont rentrés au bercail, hier. Ils ont renoncé à l’aventure périlleuse pour rejoindre l’Eldorado européen. Leur retour a été facilité par le Comité National chargé de la gestion des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées, avec l’appui de l’Organisation internationale pour les migrations.

Ils ont été identifiés par la représentation consulaire du Sénégal pour la Libye, basée en Tunisie. Ces migrants seront accompagnés jusqu’à leurs localités de provenance par les autorités sénégalaises. Ils vont bénéficier aussi d’une assistance pour leur réintégration. Même si cela ressemble plus à des effets d’annonce puisque leurs devanciers n’en ont pas bénéficié.

Les autorités et les communautés locales vont contribuer à la mise en oeuvre d’activités de réintégration effective et durable. Il faut rappeler que de janvier à août 2018, 1749 migrants sénégalais ont été assistés dans leur retour volontaire et humanitaire au Sénégal.

Cheikh Tidiane Gadio devant un Tribunal américain demain

Le Mouvement Panafricain et Citoyen – Luy Jot Jotna « MPCL » a tenu à démentir des informations faisant état d’un probable face à face entre Cheikh Tidiane Gadio et un juge demain Jeudi. Selon les services de communication de Gadio, « de telles informations sont délibérément mensongères et sans aucun fondement, en plus d’être totalement risibles »

Suite à une campagne de calomnies et de désinformation systématiques menées par certains médias, certains compatriotes en sont venus à croire que le Président du MPCL, Dr. Cheikh Tidiane Gadio, « sera jugé le jeudi » ou « sera devant le juge jeudi prochain à New-York!

De telles informations sont délibérément mensongères et sans aucun fondement, en plus d’être totalement risibles ! Comment le Docteur Gadio qui a bénéficié d’un retrait total de la plainte qui le concernait peut être blanchi et … jugé ? » s’insurge le MPCL. Ces derniers d’ajouter dans un registre de provocation que
« le seul procès que subit Gadio est celui que lui ont intenté certains journaux (pour le compte de qui ?) depuis qu’ils ont appris, apparemment avec beaucoup de peine, que Gadio ne sera ni inculpé, ni jugé par la Justice américaine ».

Cheikh Tidiane Gadio sera donc chez lui « ce Jeudi 4 octobre, devant son ordinateur pour poursuivre ses travaux au service du Sénégal et de l’Afrique !» conclut la même source.

Une sénégalaise de 25 ans égorgée par son mari en Espagne

Maguette Mbengue, une jeune sénégalaise de 25 ans a été trouvée morte, égorgée, dans une maison à Bilbao (Espagne). Elle aurait été tuée par son mari, également d’origine sénégalaise d’après les médias espagnols repris par Les Echos.
L’As précise que le mari se nomme Bara Ndiaye, originaire de Guédiawaye. A en croire les mêmes sources, la scène d’horreur a eu lieu dans la journée d’hier vers 13 heures 30, dans leur maison, située à 25th Stree Olerias Atlas, devant les deux filles du couple.

Après son crime, le présumé meurtrier avait pris la fuite avant d’être arrêtée cinq heures plus tard à Mutriku, une ville située 70 kilomètre de Bilbao. Une histoire de règlement de compte serait à l’origine de l’assassinat de la jeune femme, d’après les médias. Qui signale que la victime avait porté plainte contre son mari devant la police municipale pour violence conjugale.

Sidiki Kaba hué à New York

Le ministre des Affaires étrangères, Sidiki Kaba, a été conspué aux États-Unis, où il séjourne pour les besoins de la 73e Session de l’assemblée générale des Nations Unies à New York.

Selon L’AS, qui donne la nouvelle, le chef de la diplomatie sénégalaise, a été copieusement hué par des personnes se réclamant militants et sympathisants de Karim Wade.

Le journal renseigne que ces derniers, arborant le drapeau national et pancartes à la main, se sont dressés sur son chemin pour exiger  la libération de leur mentor en exil à Doha. A noter que Sidiki Kaba représente le chef de l’État, Macky Sall qui n’a pas fait le déplacement.

Macky sera absent à la rencontre de l’Onu

 

Le chef de l’État n’assistera pas à la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui s’ouvre ce lundi à New York. Une première depuis son accession au pouvoir en 2012.

Selon L’AS, Macky Sall a désigné les ministres des Affaires étrangères, Sidiki Kaba, et de l’Économie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, pour le représenter.

Le journal indique que le chef de la diplomatie sénégalaise lira le discours du Président Sall à la tribune de l’Onu.

I’accord secret entre Gadio et la Justice américaine

On comprend maintenant pourquoi le service de communication de Cheikh Tidiane Gadio s’est empressé d’envoyer un texte aux rédactions pour annoncer qu’il avait été « totalement blanchi » par la Justice américaine. La vérité est que l’ancien ministre des Affaires étrangères a passé un accord avec les procureurs, selon le système américain.
Comment ça ? Il a « acheté » l’abandon de ses charges en « donnant » son complice présumé, Patrick Ho, qui se trouve être un gros poisson.
À preuve, l’une des conditions de l’accord signé avec la Justice américaine était que Gadio fournisse – en guise de bonne foi et en attendant le procès – des informations concernant l’implication de Ho dans le système de corruption mis en place par l’entreprise chinoise CEFC dont il était l’intermédiaire. Ces négociations, ayant abouti à un accord d’abandon de poursuites, ont tiré en longueur.
C’est pourquoi d’ailleurs son dossier a été « détaché » de celui de Patrick Ho qui sera jugé en novembre prochain. Là où l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise n’avait même pas été formellement mis en examen. Les procureurs fédéraux ont reporté à… neuf reprises l’inculpation formelle de Gadio, qui allait conduire à son procès, arguant qu’ils travaillaient avec lui sur une « résolution ».

États-Unis : Gadio va témoigner contre Ho

Blanchi par la justice américaine dans l’affaire de corruption et de blanchiment d’argent présumés qui lui a valu une arrestation puis une assignation à résidence, Cheikh Tidiane Gadio va témoigner contre son désormais ex co-accusé, l’homme d’affaires chinois Patrick Ho.

Selon Les Échos, qui donne l’information, l’ancien ministre des Affaires étrangères va charger Ho lors du procès de ce dernier, prévu en novembre prochain. D’après son avocat, Sean Hecker, repris par Libération, Gadio a hâte de coopérer avec les autorités américaines pour retourner au Sénégal…

La justice américaine a abandonné les poursuites contre l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise dans le cadre d’un accord dont les détails n’ont pas été fournis. Indiquant qu’il n’a pas commis les faits qui lui étaient reprochés.

Gadio a été arrêté le 17 novembre 2017 à New York. Il était assigné à résidence pour corruption, blanchiment d’argent, évasion et fraude fiscale. Il était soupçonné d’avoir perçu une commission de Patrick Ho qu’il aurait mis en rapport avec le Président tchadien, Idriss Deby, pour obtenir des droits pétroliers au Tchad, en échange de pots-de-vin.

Un sénégalais condamné pour trafic de migrants en Italie

Mamadou Bâ, un sénégalais de 21 ans, a été condamné par la Cour d’appel de Palerme (Italie) à quatre ans de prison ferme, assorti d’une amende d’un million d’euro. Libération, qui donne l’information, indique qu’il a été jugé coupable d’avoir tenté en 2015 de convoyer 202 migrants de la Libye à Lampedusa. Condamné en première instance, signale le journal, il avait fait appel.

Iaaf : Nouveau mise en examen de Lamine Diack en France

Déjà mis en examen pour « corruption passive », Lamine Diack, ex-patron de la fédération internationale d’athlétisme est poursuivi depuis le 26 juin pour « abus de confiance ».
Ce n’est pas encore la fin des ennuis judiciaires pour Lamine Diack, ancien patron de l’IAAF. Le Sénégalais voit son dossier judiciaire s’épaissir avec sa mise en examen, le 26 juin, pour des soupçons d’ “abus de confiance” a-t-on appris, ce vendredi 14 septembre.

Il est soupçonné d’avoir permis à son fils, Papa Massata Diack, de bénéficier “des recettes de l’IAAF provenant de sponsors », tels que la banque d’Etat russe VTB, le Sud-Coréen Samsung, la société chinoise Sinopec, Abu Dhabi Corporation ou la télévision chinoise CCTV.

Les affaires s’empilent pour Lamine Diack

Président de la Fédération internationale d’athlétisme de 1999 à 2015, Lamine Diack est déjà poursuivi, depuis novembre 2015, par un trio de juges d’instruction mené par Renaud van Ruymbeke. Il est soupçonné d’avoir couvert des cas de dopage en Russie contre de l’argent et pour faciliter des négociations avec des sponsors et des diffuseurs russes, avant les JO de Londres 2012 et les Mondiaux d’athlétisme à Moscou en 2013. Conseiller marketing à l’IAAF, son fils, Papa Massata Diack, est suspecté d’être un maillon clé du pacte de corruption.

Le journal Le Monde, daté de 2015, révélait les aveux passés par Lamine Diack alors mis en examen pour  »corruption passive » et  »blanchiment aggravé », face aux enquêteurs de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales. Il y expliquait, dans le détail, la procédure qui lui avait permis de recevoir de fortes sommes d’argent de la part de la fédération russe.

Face à la menace de suspension d’athlètes russes aux passeports biologiques anormaux, Lamine Diack s’est entendu avec Habib Cissé, son conseiller juridique, et Gabriel Dollé, le responsable du département médical et antidopage de l’IAAF pour couvrir les pratiques dopantes et retarder les suspensions, en échange d’argent.

“Nous nous sommes entendus, la Russie a financé” avait-il déclaré au juge Van Ruymbeke, avant d’ajouter : “C’est Balakhnichev (le président de la fédération russe) qui a organisé tout ça. Papa Massata Diack qui s’est occupé du financement avec Balakhnichev”.

Interdit de quitter la France, Lamine Diack est de nouveau menacé par la justice, grâce à la coopération de l’IAAF. La Fédération avait alerté la justice en juillet 2017 sur les conditions douteuses de contrats de droits télévisés et de sponsoring, passés de 2008 à 2015, avec le géant japonais de la publicité Dentsu, chargé de commercialiser les droits. Le consultant, Papa Massata Diack, y occupait, là encore, une place primordiale.

La justice française ignorée

Depuis Dakar, Papa Massata Diack, visé par un mandat d’arrêt, a toujours refusé de répondre à la justice française. Dans une autre enquête menée à la fois en France et au Brésil, Lamine Diack et son fils sont aussi soupçonné d’avoir acheté des voix en marge de l’attribution des Jeux Olympiques de Rio de 2016.

Source: TV5Afrique

Etats Unis: Cheikh Tdiane Gadio blanchi par la justice

La justice américaine retire sa plainte contre l’ancien ministre sénégalais des affaires étrangères et annule toutes les poursuites.
La plainte retirée, sa caution sera annulée, de même que son assignation à résidence. Il recouvre sa liberté.
La famille, les proches et les nombreux amis à travers le monde du Dr. Cheikh Tidiane Gadio doivent se sentir soulagés et heureux après l’annonce faite par son avocat Sean Hecker du cabinet Kaplan, Hecker & Fink, de la fin de toutes les poursuites contre lui, ce vendredi 14 Septembre 2018.

On se rappelle que le 17 novembre 2017, le gouvernement américain avait procédé à l’arrestation à New York du Dr. Cheikh Tidiane Gadio, député, ancien ministre des Affaires étrangères et président de l’Institut Panafricain de Stratégies, suite à une plainte de l’administration fédérale, portant sur des accusations aussi, graves que des actes de corruption, de blanchiment d’argent, d’évasion et de fraude fiscale.

Toutes ces accusations faisaient suite à la facilitation par le cabinet de consultation du Dr. Gadio d’une transaction entre la China Energy Fund Company et le gouvernement du Tchad entre 2014 et 2016.

Si aujourd’hui, dans le cadre d’un « Non-Prosecution Agreement« , en français : “Accord de cessation de toutes les poursuites”, le gouvernement américain reconnait que Gadio n’a pas commis les crimes susmentionnés et décide de retirer sa plainte, »ceci ne peut être qu’une très bonne nouvelle pour tous ceux qui vouent un grand estime à Cheikh Tidiane Gadio et, à son parcours exceptionnel de militant panafricaniste convaincu » ,a déclaré à SenePlus.com, un proche de celui qui a été ministre des Affaires étrangères du Sénégal pendant près de 10 ans.

Son avocat Sean Hecker a réussi ce que de nombreux spécialistes qualifient « d’exploit » à obtenir du redouté Southern District de New York, une cessation totale de toutes les poursuites contre son client. Dans un communiqué reçu par SenePlus.com, il a exprimé son bonheur et celui de son client d’avoir obtenu “une juste résolution de ce dossier judiciaire”. Il dit « sa gratitude et celle de son client aux autorités américaines » et réitère leur disponibilité annoncée depuis le mois de novembre 2017 à contribuer à la manifestation de la vérité et de toute la vérité sur ce dossier.

La plainte retirée, la caution du Dr. Gadio sera annulée, de même que son assignation à résidence. Gadio recouvre sa liberté.

L’avocat de Gadio a également exprimé son souhait de le voir retourner au plus vite au Sénégal pour poursuivre “son service au peuple sénégalais, et sa contribution à la paix et, à la sécurité dans la région du Sahel”.

Selon plusieurs sources washingtoniennes proches de l’ancien ministre d’Etat, il ne fait aucun doute que Cheikh Tidiane Gadio est lui aussi, impatient d’aller poursuivre son combat pour « l’unité de l’Afrique et sa renaissance politique, économique et socio-culturelle« , pour utiliser des propos qui sont souvent les siens.

Auteur: seneplus

Emigration : l’Etat annonce leur rapatriement immédiat

Avis sans frais pour les émigrés sénégalais en situation irrégulière à l’étranger, particulièrement en Europe. Le gouvernement du Sénégal a décidé de concert avec leur d’accueil de les rapatrier, selon Sory Kaba directeur des sénégalais de l’Extérieur. 

«L’Etat du Sénégal compte organiser des missions humanitaires dans ces pays où l’immigration prend de plus en plus d’ampleur, pour identifier les sénégalais en situation irrégulière, les ramener au pays afin de leur offrir des opportunités », a-t-il déclaré mardi, rapportent les journaux « Les Echos » et « Vox Populi » .

« Il y a aujourd’hui près de trois millions de Sénégalais hors du pays. Parmi eux, il y a ceux qui sont dans une situation régulière et ceux qui le sont pas. Parmi ces derniers, il y a 250 000 qui ont passé par la mer pour joindre l’Italie, la France ou encore l’Allemagne (…) L’Etat va les identifier et les rapatrier. C’est un choix à faire et nous sommes dans cette résolution », a ajouté Sory Kaba.

Il précise cependant que «ceux qui ont duré et intégré dans ces pays d’accueil, qu’ils soient en situation régulière ou pas, ils ne sont pas concernés et l’Etat du Sénégal s’engage à renforcer leur existence. Par contre ceux qui viennent d’être arrêtés, seront rapatriés ».

«Le Sénégal n’est pas un pays qui traverse la guerre, encore moins un Etat non démocratique pour que ces ressortissants puisse faire une demande de réfugié dans les pays comme l’Allemagne. C’est ce qu’ils avaient commis comme erreur.

Après les recherches menées et les résultats qui montrent qu’ils viennent du Sénégal, le rapatriement est très facile. Le problème qui se posera, c’est celui du passeport ou du laisser passer qui assurera le voyage jusqu’au Sénégal. C’est là que l’Ambassade va intervenir pour distribuer les permis de voyage », a-t-il dit.

Macky en Chine pour la coopération sino-africaine

Le Président de la République Macky Sall a quitté Dakar aujourd’hui pour se rendre en Chine sur l’invitation de son Excellence Monsieur Xi Jinping,   Président de la République Populaire de Chine pour prendre part au Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine qui se tient les 3 et 4 septembre, à Beijing.
Selon les services de communication du Palais, le Forum sur la coopération sino-africaine, créé en 2000, est un cadre intergouvernemental de dialogue politique et de coopération économique entre la Chine et l’Afrique.
Le Président Sall participera également à Hangzhou, capitale de la province chinoise du Zhejiang, au Sommet sino-africain dédié au secteur privé visant à encourager les échanges économiques entre la Chine et l’Afrique.
Pour finir le 7 septembre, le Président Sall sera à Chengdu, capitale de la Province chinoise du Sichuan, pour participer à une rencontre économique organisée par ladite Province dans le cadre de la promotion des échanges et de l’investissement entre la Chine et le Sénégal.
Au cours de son séjour, le Président Sall s’entretiendra également avec son homologue chinois et d’autres personnalités, conclut la note qui indique que le Chef de l’État quittera Chengdu pour Dakar le 7 septembre.

Carlos Nuzman se lave à grande eau…la famille Diack

Pape Massata Diack a intérêt à ne pas bouger du Sénégal et pour cause ! Les mails qu’il a envoyés à Carlos Nuzman, ancien président d’organisation de Rio et du Comité olympique brésilien et Arthur César de Menezes, un homme d’affaires, ont été épluchés par les procureurs.
Carlos Nuzman a fait face au juge Marcelo Bretas et le fils de Lamine Diack était au centre des débats.
Les mails réquisitionnés dans l’affaire Lamine Diack commencent à livrer leurs secrets. En effet, l’ancien président du Comité d’organisation de Rio et du Comité olympique brésilien (Cob), âgé de 76 ans, a comparu devant le Tribunal pénal fédéral pour dénoncer les accusations, portées contre lui devant le juge Marcelo Bretas.
Les autorités allèguent que le fonctionnaire, un avocat de métier, a contribué à verser 2 millions de dollars en pots-de-vin pour influencer les votes des membres africains du comité international olympique (Cio). Il a été arrêté en octobre 2017, dans le cadre de l’opération « jeu injuste » et accusé d’avoir tenté de truquer le vote olympique pour amener les Jeux à Rio de Janeiro. Dans l’acte d’accusation, il est soupçonné par les procureurs d’être le lien principal entre Arthur César de Menezes, un homme d’affaire surnommé « King Arthur », et Lamine Diack.

Devant le juge etdevant le Tribunal pénal, l’ancien chef de Rio 2016, Carlos Nuzman, a nié avoir été impliqué dans un programme d’achat de voix visant à amener les Jeux Olympiques et paralympiques au Brésil. Au tribunal, Nuzman a nié aussi, avoir rencontré de Menezes. « Je ne connais aucune proposition d’achat de voix », a-t-il déclaré. « Je ne connais aucune action qui aurait pu générer cela. Je ne connais pas M. Arthur Soares, je ne l’ai jamais rencontré. C’est ce que je peux vous dire avec certitude », a déclaré Nuzman au juge Marcelo Bretas.

Et comme depuis le début de cette affaire, Papa Massata Diack est cité chaque fois qu’une des personnes impliquées dans ce scandale est entendue. En effet, les procureurs ont exhibé des courriels, montrant que M. Nuzman et l’ancien directeur général de Rio 2016, Leonardo Gryner, avaient été saisis sur les ordres de paiement par Pape Massata Diack.

Le fils de Lamine Diack aurait déclaré dans un mail que « tout était résolu ». Mais, Nuzman a affirmé que ces messages étaient courants et qu’il ne savait pas de quoi il s’agissait. « Je n’ai répondu à aucun courriel de Papa Massata Diack. Mais un jour il a dit que tout était résolu dans l’un des courriels que j’ai reçus, et je ne savais pas comment cela avait été résolu », a-t-il déclaré au Tribunal.

Les Echos

Gambie : La première Dame au coeur d’un scandal

GAMBIE : La première Dame au coeur d'une affaire intrigante
Libération révèle que Fatoumata Bah-Barrow, l’une des épouses du président gambien est au cœur d’une affaire intrigante, pour ne pas dire troublante, qui risque de révéler bien des surprises. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un transfert de 752.544 dollars versés dans le compte de la Première dame ouvert dans les livres de la Uk Guaranty trust Bank sise au Royaume Uni.
Le transfert a été effectué depuis un compte logé à Honk Kong. L’affaire est si accablante
que la Première dame n’a pas cherché à nier le virement. Au contraire, sa Fondation assure avoir ouvert une…enquête en jurant ne pas savoir qui est à l’origine de cette donation. Libération sait. Rendez-vous dans nos prochaines livraisons…

Deux Sénégalais arrêtés en Espagne avec 2500 kg de cocaine

content_image

Deux Sénégalais ont été arrêtés en Espagne pour trafic de drogue dure présumé. Ils font partie de l’équipage du Titan 3, un navire dans lequel les autorités espagnoles ont trouvé 2500 kg de cocaïne. Les deux autres membres de l’équipage sont des Espagnols.

Selon Libération, qui donne l’information, les identités des deux Sénégalais n’ont pas été révélées. Le journal signale que l’opération de saisie a été menée conjointement entre l’Espagne et plusieurs autres pays.

Mali : la victoire d’IBK validée par la Cour constitutionnelle

Mali : la victoire d’IBK validée par la Cour constitutionnelle
La Cour constitutionnelle « déclare élu » Ibrahim Boubacar Keïta. L’investiture officielle aura lieu le 4 septembre. Les recours déposés par Soumaïla Cissé, ont été rejetés.

Ibrahim Boubacar Keïta est élu pour un second mandat de cinq ans. La Cour constitutionnelle a rendu public les résultats définitifs lundi 20 août, à la mi-journée. IBK est vainqueur avec 67,16%, face à Soumaïla Cissé (32,84%). Le taux de participation est de 34,32%.

C’est Manassa Danioko, présidente de la Cour constitutionnelle du Mali, qui a fait la lecture de la décision de la haute juridiction, revenant longuement sur les différents recours déposés par Soumaïla Cissé et son équipe. Au total, la Cour a écarté 518 voix en faveur d’IBK et 216 voix en faveur de Soumaïla Cissé.

Ibrahim Boubacar Keïta sera officiellement investi le 4 septembre prochain, pour un mandat qui prendre fin le 3 septembre 2023. Une cérémonie doit être organisée le 22 septembre, selon des sources proches de la présidence, lors de laquelle seront invités chefs d’État et de gouvernement.

Jeuneafrique

Un Sénégalais de 27 ans tué en Italie

Encore un Sénégalais mort à l’étranger. Cette fois-ci, le drame s’est produit en Italie dans la ville de Pescara. Un Sénégalais de 27 ans, marié à une italienne et père de trois ans, est mort dans un accident avant-hier alors qu’il était sur son scooter.
N.M.S est mort sur le coup après avoir été heurté violemment par un particulier.

Décès de l’ancien Kofi Annan sécrétaire général de l’Onu

Décès de l'ancien Secrétaire général de l'ONU : Kofi Annan, une vie d’engagements en faveur de la paix
Kofi Annan est mort samedi 18 août d’une « brève maladie », ont annoncé sa famille et la Fondation Kofi Annan, dans un communiqué commun. L’ancien secrétaire général des Nations unies (de 1997 à 2006) et prix Nobel de la paix était âgé de 80 ans. « Il va terriblement manquer à beaucoup de gens dans le monde, comme aux équipes de sa Fondation et à ses anciens collègues des Nations unis. Il restera dans nos cœurs à jamais », écrivent-ils.

Une vie d’engagements en faveur de la paix

Né au Ghana, 8 avril 1938, il a fait des études supérieures au Massachusetts Institute of Technology avant d’occuper différentes fonctions pour les Nations unies à partir de 1962. Il devient secrétaire général de l’ONU le 1er janvier 1997. En 2001, Kofi Annan et les Nations unis reçoivent conjointement le prix Nobel de la paix pour leur engagement en faveur de la paix dans le monde.

Kofi Annan est resté engagé sur les questions internationales après la fin de son deuxième mandat à la tête de l’ONU, qui s’est achevé le 31 décembre 2006. Il est notamment devenu président de la Fondation de soutien à l’Organisation mondiale contre la torture en 2007. Il avait également accepté le poste de médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie, dont il a démissionné en 2012, estimant ne pas avoir « reçu tous les soutiens que la cause méritait ».

L’actuel secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a rendu hommage samedi à son prédécesseur, « une force qui guidait vers le bien ». « De bien des manières, Kofi Annan était les Nations unies », a-t-il salué.

Les officiels brésiliens lavent Lamine Diack

Les choses sont peut-être en train de s’arranger pour l’ancien ministre des Sports sénégalais. Interdit de sortie du territoire français depuis plus de deux ans, Lamine Diack a enfin reçu une bonne nouvelle.

En effet, l’ancien gouverneur de Rio de Janeiro Sergio Cabral a démenti les propos qui lui ont été prêtés par le rapport des enquêteurs, dans cette affaire qui n’a pas fini de secouer l’athlétisme mondial. Vendredi dernier, Cabral a témoigné devant la Cour fédérale de son pays. Au vu de sa déposition, tout porte à croire que l’ancien président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (Iaaf) est véritablement victime d’un sordide complot.

En tout cas, l’ancien officiel brésilien, sur qui les enquêteurs avaient bâti leur rapport à charge contre Lamine Diack, a nié avoir corrompu notre compatriote pour l’organisation des Jeux Olympiques Rio 2016. Il a même taxé de raciste, l’argumentation des enquêteurs qui soutiennent « l’achat des votes africains», allant même jusqu’à parler d’accusation injuste.

Mieux, dans son témoignage devant la Cour fédérale, Cabral a déclaré qu’il n’a rencontré Lamine Diack qu’une fois « Avec tout le respect que je vous dois, votre rapport ressemble à un préjugé racial. Je le dis, cette affirmation selon laquelle les Africains se sont réunis pour vendre leurs voix, est un préjugé raciste », dit-il.

Et de dire qu’il n’a jamais eu à corrompre Lamine Diack. « Je n’ai rencontré Lamine Diack qu’une seule fois. C’était lors d’une réunion et il y avait plusieurs participants et donc, sans aucune intimité

Après le témoignage aux allures d’attaque de Cabral, le procureur de la Cour fédérale, Stanley Valeriano, a répliqué. Et c’est pour dire à celui-ci que la Cour sait ce qu’elle a à faire et qu’elle n’a pas de leçon à recevoir. « La cour n’élit pas de thèses, elle travaille sur des faits discutés pendant des mois », a rétorqué le procureur.

Poursuivant, le ministère public fédéral noté que Sergio Cbaral a ordonné l’achat du vote de Lamine Diack, membre africain du Comité international olympique (Cio). Le paiement de 2 millions de dollars, selon la plainte, a été négocié par Carlos Arthur Nuzman, alors président du Comité olympique brésilien, et représenté par l’homme d’affaires Arthur Soares, le roi Arthur, l’ami personnel de Cabral. Interrogé à son tour, Carlos Arthur Nuzman a aussi blanchi Lamine Diack. Puisqu’il soutient n’avoir « jamais négocié l’achat de votes« .

C’est aussi ce qu’a fait savoir l’ancien directeur des Opérations du comité de Rio 2016, Leonardo Grynaer. Devant le juge, il a nié toute participation au prétendu programme d’achat de votes pour le choix de Rio pour l’organisation des Jeux Olympiques « Je n’ai pas négocié pur les votes, je ne me suis pas impliqué et je ne connais aucune forme d’achat de voix. Je n’ai eu des contacts avec aucun des accusés« , a-t-il déclaré à l’ouverture de l’audience, jeudi 9 août. Mais ce n’est pas pour décourager le procureur, qui a insisté sur des mails dans lesquels Lamine Diack se plaint de l’absence de paiements. Sur ce point encore, Gryner a blanchi Lamine Diack.

Les Echos

Un Sénégalais de 53 ans poignardé à mort a Paris

Mercredi 8 août, un homme de 53 ans avait été mortellement poignardé dans un bus à Paris. L’agresseur présumé a été interpellé lundi par la brigade criminelle de la police judiciaire.
Le suspect était en fuite depuis déjà plusieurs jours. Lundi, une source policière a indiqué qu’un trentenaire soupçonné d’avoir poignardé mortellement un homme dans un bus parisien avait été interpellé par la brigade criminelle de la police judiciaire. Les témoignages recueillis sur place, porte de Clignancourt (XVIIIe arrondissement), avaient permis de conclure à l’hypothèse d’une altercation entre la victime et son agresseur, qui tentait de monter dans le bus 255 avec son vélo vers 7h du matin.
À ce jour, cette piste n’a pas encore été confirmée. L’homme est mort sur le trottoir, au pied du bus, après avoir tenté de poursuivre son agresseur. Âgé de 30 ans, ce dernier «a été arrêté lundi en fin d’après-midi, début de soirée à son domicile», a indiqué le Parquet de Paris au Figaro ce mardi. Il a ensuite été «placé en garde à vue», et est connu des services de police «pour différents types d’infractions», selon une source policière confirmant une information d’Europe 1.

Des empreintes laissées sur le vélo, plusieurs témoignages ainsi qu’une vidéosurveillance du bus de la RATP ont permis aux policiers en charge de l’enquête d’identifier le suspect.

La victime quant à elle, était « un homme de 53 ans, d’origine sénégalaise », a déclaré le Parquet de Paris au Figaro. Le cinquantenaire était domicilié dans le Val-de-Marne et se rendait à son travail en Seine-Saint-Denis, selon des informations du Parisien. D’après les propos d’une témoin révélés par le quotidien «le monsieur lui a juste dit: «qu’est-ce que tu veux? Et il s’est pris ce que j’ai cru être un coup de poing», et qui était finalement un coup de couteau dans la carotide.

Pour l’heure, les motivations de l’agresseur n’ont pas été révélées et la brigade criminelle de la police judiciaire a été chargée de l’enquête.

Mali : Les résultats reportés à demain

content_image

Au Mali, le ministère de l’Administration territoriale qui avait annoncé la publication des résultats provisoires de la présidentielle pour ce mercredi 15 août, informe que finalement la publication aura lieu jeudi dans la matinée, soit 24 heures avant la fin des délais légaux.

Officiellement, ce report s’explique par le fait que les procès-verbaux physiques des résultats dans les localités de Tessalit, de Menaka et de Nampala ne sont pas encore parvenus à la Commission nationale de centralisation des résultats.?

Auteur: Rfi –

Corruption : La confrontation Lamine Diack/Sebastian Coe reportée

CORRUPTION : La confrontation Lamine Diack/Sebastian Coe reportée
La rencontre était prévue vendredi 25 mai. Elle a été reportée. Lamine Diack, l’ancien président de l’IAAF, accusé de corruption et de blanchiment par la justice française dans le cadre du scandale de dopage dans l’athlétisme russe, devait être confronté à son successeur, Sebastian Coe, dans le bureau du juge Renaud Van Ruymbeke au palais de justice de Paris.
Une rencontre organisée à la demande du Sénégalais. Mais elle a été annulée, officiellement à la demande de ce dernier pour «raisons médicales». Aucune nouvelle date n’a été précisée.

Ligue des champions : fausse alerte à la bombe à Kiev

content_image

Une fausse alerte à la bombe a été signalée ce samedi dans le métro à Kiev, où se joue la finale de la C1.

L’opérateur du métro de Kiev a annoncé ce samedi qu’une alerte à la bombe a été signalée dans le réseau, alors que la finale de la Ligue des champions entre le Real et Liverpool doit se disputer dans la capitale ukrainienne. Cinq stations ont été fermées. Aucun engin explosif n’a été retrouvé. Le trafic a depuis repris.

Auteur: lequipe

La justice refuse de nouveau de libérer Tariq Ramadan

 

 

 

Tariq Ramadan reste en prison, selon franceinfo. Ce mardi, la cour d’appel de Paris a refusé de libérer le théologien suisse, mis en examen pour viols.
Demande de remise en liberté rejetée, ce mardi, pour Tariq Ramadan. Le théologien, mis en examen pour viols, avait déposé une demande devant la Cour d’appel.
Incarcéré depuis trois mois dans le cadre d’une enquête pour viols, l’intellectuel musulman Tariq Ramadan contestait mardi matin devant la  justice le refus, le 4 mai dernier, de sa remise en liberté.
Son avocat a notamment mis en avant son état de santé – il est atteint d’une  sclérose en plaques – incompatible selon lui avec sa détention à la maison d’arrêt de Fresnes. Il avait proposé un contrôle judiciaire de son client, avec remise de son passeport suisse et une caution de 150.000 euros, ou avec un bracelet électronique.

Éviter tout risque de pression sur les victimes présumées Le 4 mai dernier, le juge des libertés et de la détention avait refusé de lui accorder cette mise en liberté sous contrôle judiciaire pour éviter tout risque de pression sur les victimes, et pour garantir sa présence en France.

L’enquête a été déclenchée en octobre par les plaintes de deux femmes, dans le sillage du scandale Weinstein aux Etats-Unis. Elles ont été rejointes en mars par une troisième. L’audition prévue le 5 juin de Tariq Ramadan – la première depuis sa garde à vue – pourrait conduire à une nouvelle mise en examen pour ces faits. Une quatrième femme a également déposé plainte pour viol à Genève.

Rdc : Découverte du vaccin contre le virus Ebola

Découverte du vaccin contre le virus Ebola :  le rVSV-ZEBOV testé en RDC
Il s’agit d’une prouesse scientifique, selon notre confrère Le Temps. « Pour la première fois, les agences de santé de la RDC pourraient déployer un remède, le rVSV-ZEBOV (ou VSV-EBOV), initialement développé par l’Agence de la santé publique du Canada et dont la licence est détenue par les laboratoires Merck », annonce notre confrère.

Le rVSV-ZEBOV (ou VSV-EBOV a été testé « en plusieurs endroits dans le monde, notamment aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), il avait démontré sa capacité à déclencher, sans danger, la production par l’organisme d’anticorps dirigés contre le virus Ebola lors d’essais cliniques de phases I et II, effectués chez des volontaires sains.

Des résultats encourageants qui avaient logiquement conduit à mener des essais de phase III, à plus grande échelle et chez des personnes en contact avec le virus. Le rVSV-ZEBOV avait alors démontré une efficacité de l’ordre de 75 à 100% chez 7651 personnes d’après la revue The Lancet.
Des chiffres non pas obtenus contre placebo, pour d’évidentes raisons éthiques, mais lors d’une campagne de vaccination dite en ceinture, dans laquelle les personnes entrées en contact direct avec un malade diagnostiqué, ainsi que leurs propres contacts (soit deux degrés de séparation) étaient vaccinés ».

« Bien que tout porte à le croire, nous n’avons pas encore de certitude que ce vaccin fonctionnera aussi dans la présente situation », Laurent Kaiser, virologue.

« Un autre essai clinique d’envergure eut lieu plus tard en Guinée auprès de 5837 personnes répondant à ces critères de contact et conclut à un taux d’efficacité de 100%, aucun cas d’Ebola n’ayant fait surface dans les dix jours après la vaccination.

Dans la foulée, un stock de 300 000 doses de rVSV-ZEBOV a été constitué en cas de nouvelle flambée épidémique grâce à l’appui de Gavi Alliance, organisation sise à Genève qui œuvre à faire bénéficier les pays les plus pauvres d’un accès rapide à des traitements onéreux », ajoute Le Temps.

Cependant, le journal précise : « Malgré l’efficacité et la disponibilité du vaccin, la prudence reste de mise. «Il reste à confirmer si ces 39 cas sont bien des cas d’Ebola», dit Laurent Kaiser, virologue aux HUG. Il existe dans la région de nombreuses maladies infectieuses entraînant des symptômes similaires.

Et bien que les virus de 2014 et de 2018 appartiennent à la même souche «Zaïre», rien ne garantit pour le moment le succès du vaccin. «En 2015, les essais cliniques ont eu lieu lors d’une unique étude en Guinée, en fin d’épidémie et donc après l’urgence. Bien que tout porte à le croire, nous n’avons pas encore de certitude que ce vaccin fonctionnera aussi dans la présente situation», rappelle le médecin ».

Cedeao : les principaux obstacles à l’adhésion du Maroc

Le Maroc est dans son « bon droit » quand il demande à intégrer la CEDEAO, car ce serait une excellente chose pour lui. Mais il y a un obstacle d’abord géographique, car l’Union africaine est très attachée aux « zones » suivant lesquelles elle a découpé le continent.
Si le Maroc rejoint la CEDEAO, de même que la Tunisie et la Mauritanie, c’en sera définitivement fini de l’Union du Maghreb arabe. Un deuxième obstacle, maintenant que le roi a dit qu’il était prêt à souscrire à une monnaie unique, c’est qu’en terme de production, l’économie marocaine est très en avance sur les nôtres.
On a vu le problème que cela pose, dans le cas par exemple des mandarines marocaines importées au Sénégal. Avant, le kilo coûtait 800 francs. Quand les Marocains sont arrivés, ils ont cassé les prix pour l’établir à 500 FCFA, tuant la production locale. Dès qu’il a eu le monopole, le Royaume a eu les mains libres pour remonter le prix à 1000 FCFA.
Si on ouvre les frontières, il risque de se passer la même chose avec le cuir. Le Maroc en est déjà à l’étape de production industrielle, alors que nous n’en sommes qu’au stade artisanal. Économiquement, nos structures ne sont pas encore prêtes pour affronter la concurrence marocaine.
Le Maroc doit accepter des mesures compensatoires, ou bien différer son adhésion, le temps de permettre à nos industries de monter en gamme. Pour moi, ce n’est pas demain qu’il va accéder à la CEDEAO. Ça va prendre un peu de temps, parce que les États membres ont peur que le Maroc les massacre.
Les Nigérians par exemple, qui sont en train de développer une industrie automobile, craignent d’être inondés par les Peugeot et les Dacia produites au Maroc – qu’ils soupçonnent en plus d’être le cheval de Troie des produits français. Si on lève toutes les barrières douanières, on est morts, parce que notre industrie manufacturière n’est pas encore assez mature.
C’est pour toutes ces raisons que je pense que dans cinq ans, le Maroc n’aura toujours pas intégré la CEDEAO. À l’avenir, c’est irrémédiable, mais il devra avant tout gagner la bataille des cœurs.

Le FBI fouille dans les mails de l’ancien ministre Gadio

L’enquête sur l’affaire Cheikh Tidiane Gadio se poursuit aux Etats-Unis. Le Fbi est en train d’éplucher des documents de 35 mille pages. Les Echos qui relate l’information ce jeudi, précise qu’il s’agit de emails et pièces-jointe saisis sur ses comptes Google et Yahoo, et qu’il aurait échangé avec son co-accusé, Chi Ping Patrick Ho.

Chi Ping Patrick Ho, 68 ans, et Cheikh Tidiane Gadio, 61 ans, ont été arrêtés en novembre 2017 à New York. Ils sont accusés par les autorités américaines, d’avoir corrompu pendant plusieurs années, de hauts responsables au Tchad afin d’obtenir des avantages pour une entreprise pétrolière chinoise.

Les pots-de-vin représenteraient plusieurs millions de dollars. Si l’ancien chef de la diplomatie sénégalais a bénéficié d’une mise en liberté provisoire après avoir versé une caution, c’est tout le contraire pour l’homme d’affaires chinois, dont la demande a été constamment rejetée

Centrafrique : Deux Sénégalais tués et brûlés en plein jour

content_image

Deux Sénégalais ont été hier à Bangui, en Centrafrique, les victimes collatérales des affrontements entre musulmans (séléka) et chrétiens (anti-balaka). Il s’agit d’I. Diallo et un certain Guissé, deux commerçants établis dans ce pays avec leurs familles depuis plusieurs années.

Selon L’Observateur, qui donne l’information, les victimes ont été attaquées par les anti-balaka, armés de couteaux et de machettes, alors qu’ils partaient acheter à manger. Ils seront lapidés à mort avant que leurs corps  ne soient brûlés.

Le journal précise que le drame s’est déroulé au Kilomètre 5, un quartier de la capitale centrafricaine. Qu’après leur forfait, les meurtriers se sont mis à danser autour des cadavres sans doute pour savourer leur crime.

France : Un vendeur sénégalais mortellement fauché par une voiture de police

content_image

Fauché par une voiture de police qui le pourchassait, un Sénégalais d’une soixantaine d’années a succombé à ses blessures, ce mardi à l’hôpital Pompidou de Paris. La victime, « un sans papiers », était vendeur à la sauvette. Il a été identifié sous  le nom d’Ismaël Bocar Deh.

L’accident a eu lieu dimanche dernier vers 13 heures à la rue Carnot, à Versailles (Yvelines). Selon le site du journal français Le Parisien, Deh tentait d’échapper aux agents de la police qui le poursuivaient. La même source indique que c’est en essayant de traverser brusquement la rue qu’il a été heurté par la voiture de patrouille.

Il a été transporté d’urgence à l’hôpital Pompidou, avec un pronostic vital engagé. Il avait trois côtes cassées, la jambe fracturée et un traumatisme crânien.

Une enquête est ouverte pour déterminer les causes exactes de l’accident.

Seneweb a appris que la dépouille a été retenue pour autopsie. Elle devrait être remise à la famille du défunt dans une dizaine de jours.

Auteur: Seneweb news – Seneweb.com

Affaire Gadio : La preuve qui accable le Tchad sur 2 millions de dollars

Selon Libération, le département de la Justice américaine a déposé devant le tribunal du district Sud de New-York, des documents attestant que la Présidence tchadienne a reçu un « don » de 2 millions de dollars de la part de Cefc China energy dont le représentant, Patrick Ho est mis en cause aux Etats-Unis pour corruption en même temps que Cheikh Tidiane Gadio.
La Présidence tchadienne a toujours démenti ces informations mais la publication de ces documents explosifs, en marge du procès de Ho, change la donne. Alors que Gadio n’est toujours pas édifié sur son sort, Patrick Ho qui reste en détention, a été présenté à plusieurs reprises aux juges dans le cadre de son procès qui est toujours en cours. Dans le volet relatif au Tchad, Gadio est accusé par la Justice américaine d’avoir joué le rôle de facilitateur.

Congo Brazzaville : Macky Sall a quitté Dakar ce samedi

Le président de la Republie a quitté Dakar ce samedi pour Brazzaville où il doit prendre part, avec bon nombre de ses pairs africains, dont le roi Mohammed VI, au premier sommet sur le Fonds bleu du Bassin du Congo.

Cette rencontre internationale, selon le ministère congolais de l’Environnement et du Tourisme, a pour objectif de « s’approprier la Commission Climat Bassin du Congo et le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo pour une croissance inclusive en Afrique Centrale et de l’Est ; susciter un ensemble d’engagements pour mobiliser les ressources nécessaires au financement de l’Unité de démarrage du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo ; adopter la Déclaration des Chefs d’Etat sur l’opérationnalisation de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo ».

Le président Macky Sall doit revenir à Dakar ce dimanche.

Concessions portuaires en Guinée et au Togo : Vincent Bolloré mis en examen

Au terme d’une garde à vue de deux jours, prolongée d’une nuit, dans les locaux de l’office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre (Hauts-de-Seine), Vincent Bolloré a fait face, ce mercredi, aux magistrats du pôle financier qui ont décidé de le mettre en examen. Selon Le Monde, le groupe Bolloré a informé que l’industriel breton n’a pas été placé sous contrôle judiciaire.

« Les juges d’instruction, Aude Buresi et Serge Tournaire, connus pour instruire l’affaire du présumé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, ont donc considéré qu’après plusieurs années d’enquête, il existait des indices graves ou concordants laissant penser que le groupe Bolloré avait eu recours à des méthodes illégales pour décrocher des contrats dans deux pays d’Afrique de l’Ouest », ajoute notre source.

« Le milliardaire breton n’a par ailleurs jamais lésiné pour présenter avantageusement les chefs d’Etat africains avec lesquels il entendait faire des affaires. Outre l’agence de communication Havas, il mettait aussi à disposition les médias qu’il détient. Les chefs d’Etat où son groupe opérait avaient ainsi les honneurs de couvertures avantageuses et d’entretiens complaisants faisant l’impasse sur les affaires de corruption et les violations des droits de l’homme.

Plus récemment encore, comme l’a révélé le site d’informations Les Jours, la chaîne Canal + a diffusé, en décembre 2017, un publireportage de plusieurs minutes sur le Togo qui pourtant ne passe pas encore comme un modèle de démocratie. Le pays est plongé, depuis plusieurs mois, dans une profonde crise politique et le régime a recouru à la force et à l’interruption d’Internet », a poursuivi Le Monde.

640 millions de FCfa volés à l’Ambassade du Sénégal à Lisbonne

640 millions de FCfa volés à l'Ambassade du Sénégal à Lisbonne

Selon les informations de « Libération », l’inspecteur du Trésor Galadio Konaté est interrogé sous le régime de la garde-à-vue à la Division des investigations criminelles (Dic). En cause, 640 millions de Fcfa qu’il avait volés alors qu’il était agent comptable particulier de l’ambassade du Sénégal à Lisbonne, au Portugal. En fuite depuis 2006, il vient d’entrer interpellé alors qu’il tentait de revenir au Sénégal par la voie terrestre.
Libération est en mesure de révéler qu’un inspecteur du Trésor est interrogé sous le régime de la garde-à-vue à la Dic. Ce, en attendant sa présentation au procureur de la République dans le cadre d’une rocambolesque affaire de détournement de deniers publics. Gladio Konaté, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était agent comptable particulier de l’ambassade du Sénégal à Lisbonne, au Portugal.
Alors qu’un contrôle avait été déclenché dans cette représentation diplomatique, courant 2006, l’inspecteur du Trésor avait, sans avertir, disparu dans la nature au moment où les vérificateurs commençaient à lui poser certaines questions. En vérité, M. Konaté savait qu’il allait être serré puisque la mission de contrôle a découvert qu’il avait détourné, sur la base de faux et dépenses fictives, pas moins de 640 millions de Fcfa.
L’Etat, à travers son agent judiciaire, avait déposé une plainte. Mais, depuis, qu’il avait disparu dans la nature après avoir reconnu avoir « déconné », en utilisant une partie des fonds détournés pour monter des sociétés et « gérer » des problèmes personnels.

Croyant sans doute que les services de sécurité l’avaient oublié, la mis en cause présumé a tenté de rallier le Sénégal il y a de cela quelques jours, en passant par la frontière terrestre. Il ignorait sans doute que son signalement était partout. C’est d’ailleurs grâce à ce dispositif qu’il a pu être arrêté par la Direction de la Police de l’air et des frontières avant d’être remis à la Dic pour des investigations poussées.

L’enquête qui suit son cours risque de révéler (enfin) ses secrets puisque la question qui se pose est de savoir comment l’agent comptable particulier a pu détourner seul et sans complicité, 640 millions sans éveiller le moindre soupçon. Une affaire à suivre.

Libération

Sécurité : la France se méfie de l’Américain WhatsApp

Sécurité des communications de l’Etat : la France se méfie de l’Américain WhatsApp
 « Pour échapper aux yeux indiscrets des services secrets étrangers ou des hackers… d’ici à l’été 2018, les services de l’État (administrations et cabinets) disposeront donc de leur propre messagerie sécurisée.

L’application est actuellement en développement par la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (DINSIC). Le projet reçoit aussi les contributions de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), des DSI du ministère des Armées et du ministère de l’Europe et des affaires étrangères », informe La Tribune.

« Il s’agissait du seul moyen pour s’assurer de la confidentialité des échanges, les communications des deux services étant chiffrées de bout en bout », précise notre source.
Le site d’information rappelle que WhatsApp (une application très utilisée dans l’administration sénégalaise) a été récemment critiquée abondamment pour des « failles de sécurité ».

Etats-Unis : Des Sénégalais expulsés pour divers délits

Ils sont au nombre 42 à être débarqués à l’aéroport de Dakar à bord d’un vol spécial affrêté par la police américaine. Ces Sénégalais dont certains sont natifs des Etats-Unis, «de mère ou de père américain», sont arrêtés et condamnés à divers délits : trafic de drogue, viols, braquages, contrefaçon, escroquerie…

Selon Le Témoin, qui donne l’information, ils ont été livrés, menottes au poignet, à la Police de l’Air et des Frontières sénégalaise.

Paris : l’opposition et la société civile vont manifester contre la visite de Macky Sall

Mardi grave à Paris : l’opposition et la société civile vont manifester contre la visite de Macky Sall
Avis sans frais au président de la République qui se trouve en France au moment où ces lignes sont écrites ! Selon les sources de Dakaractu, l’opposition sénégalaise et de larges franges de la société civile affectent de manifester ce mardi à Paris contre les projets de loi relatifs au parrainage et à la modification du code électoral. Ce sera sous les yeux de Macky Sall qui est attendu à un endroit « stratégique », non encore dévoilé.
De nombreux leaders de cette opposition, disséminés à travers l’Europe, assisteront à cette manif qui se tiendra à l’instigation du Parti démocratique sénégalais. C’est dire que la bataille de Paris, prévue cet après-midi, se veut une veillée d’armes en direction de jeudi prochain. A très prochainement !

Cedeao : La situation en Guinée Bissau en exergue

Le Président de la République, Macky Sall, sera à Lomé en Togo ce vendredi 13 avril 2018 pour prendre part à la session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO prévue le samedi 14 avril 2018.

Ce Sommet, selon un communiqué de la Présidence, sera consacré à la situation en Guinée Bissau. Le  Chef de l’État selon la même source, regagne Dakar le même jour à la fin de la rencontre

Mort de Winnie Mandela à l’âge de 81 ans

Winnie Mandela, ex-épouse de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, est morte à l’âge de 81 ans, a annoncé ce lundi son entourage.
« C’est avec une grande tristesse que nous informons le public que Mme Winnie Madikizela Mandela est décédée à l’hôpital Milkpark de Johannesburg lundi 2 avril », a déclaré son porte-parole Victor Dlamini dans un communiqué. Cette militante de la lutte anti-apartheid avait épousé Nelson Mandela en 1958. Ils s’étaient séparés en 1992, deux ans après la sortie de prison de son mari.
Elle était la seconde épouse de l’ancien président sud-africain et était une femme politique très engagée, militant au sein de l’ANC aux côtés de son mari, et sans relâche durant les vingt-sept années de prison de celui-ci. Le couple a été le symbole de la lutte antiapartheid, jusqu’à leur divorce. Une image qui s’est ensuite écornée à la fin des années 1990, avec les révélations, entre autres, sur le train de vie de l’ex-première dame d’Afrique du Sud.