Comptes et mécomptes du pétrole

Il y avait une fois, dans un pays situé entre la Mauritanie, le Mali, le Cap-vert et la Guinée; un pays éventré par la Gambie, deux frères qui étaient devenus, par le miracle de la politique, immensément riches dans un pays étonnamment pauvre.Pour gagner sa vie, l’un des deux frères, Aliou Baba, qui n’avait aucune connaissance du pétrole et n’avait jamais creusé un seul trou durant toute sa vie, même en jouant, trouva du pétrole enfoui à Saint-Louis, Rufisque, Bargny et Kayar.

Avant même que le pétrole ne jaillisse des entrailles de cette terre bénite par les anciens; avant même que les premiers coups de perforation ne tombent pour aller puiser cet or noir dans les entrailles de cette terre bénite, les millions et milliards avaient jailli, comme par enchantement, de ses comptes bancaires, le rendant riche du jour au lendemain. Aliou Baba avait deviné où le pétrole se trouvait exactement, comme par flair.

Certaines mauvaises langues affirmèrent que son frère, ingénieur en pétrochimie, était son flair. Son frère savait tout du pétrole. Il avait été initié au pétrole mais pas au droit.Tout ce qu’Aliou Baba avait fait, c’était ouvrir une société qui lui permettrait de trouver des partenaires peu recommandables, pour exploiter cette richesse nationale, inespérée qui allait propulser le pays vers la prospérité.

Dissuadé par son oncle Igéyeu de ne pas signer le décret qui allait autoriser l’exploitation de ce patrimoine national commun, son frère s’entêta et cautionna l’acte posé par Aliou Baba dont les émoluments prirent des proportions inquiétantes et alléchantes du jour au lendemain. L’ancien pauvre était devenu un nouveau riche.

Très vite et trop vite pour susciter les investigations de citoyens patriotes indignés.Et c’est ainsi, que de contrat à décret, de frère à frère, de cousins à courtisans, de partisans à profiteurs, de planques à banques, de maris à femmes et d’usurpateurs à receleurs, on se transmit le secret de ce fabuleux trésor dans l’espoir de vivre soi-même, ses parents et ses descendants dans le luxe et la splendeur jusqu’à la prochaine alternance qui allait réanimer la (CREIP) Cour de Répression de l’Enrichissement Indécent par le Pétrole.

Aliou Baba, le frère, vendeur artificiel et accidentel de pétrole, avait ramené au pays un ami, Pank Fumiste, dont le nom symbolisait le crépuscule, pour l’aider à extraire gaz et pétrole au nez et à la barbe des populations. Avant même qu’une seule goutte de pétrole ne sorte de terre, Aliou Baba était devenu riche. Immensément riche, à tel point que son ventre s’imposait comme un écran devant lui, l’empêchant de voir la réalité : le bien national.

Le pétrole s’était transformé en sacs d’or et en billets de banque. Le crépuscule annonçait la tombée de la nuit. Mais les voix averties multipliaient leurs décibels pour que le pays ne tombe jamais dans la nuit de la malédiction du pétrole du fait de Crépuscule.

Il fallait pour cela garder les yeux ouverts pour ne laisser aucune chance à la nuit noire du pétrole, source de tant de conflits, plonger le Sénégal dans le chaos et les règlements de compte.Un jour, des citoyens curieux et des journalistes déterminés, fouillèrent, investiguèrent et découvrirent au fond d’un repaire, en prononçant «sésame ouvre-toi», toute une richesse acquise du fait des contrats douteux signés contre les intérêts vitaux et supérieurs du pays, cette grotte enchantée.

Ils décidèrent de tirer au clair cet exploit réalisé par un homme qui, en peu de temps, était financièrement passé de rien à tout. Ils n’avaient pas besoin de le traquer. L’homme puait le pétrole, rendant sa traçabilité facile. En le pourchassant, ils prirent la précaution de ne pas allumer de feu, même pour fumer, de peur qu’il ne s’enflamme.

Le lendemain, à la nuit close, une journaliste nommé Bibici Dégn Koumpa, ne voyant pas s’autosaisir la justice et l’Assemblée nationale (l’AN), enquêta et découvrit, après les nombreux Sénégalais qui l’avaient précédé sur l’affaire et avaient déjà crié «aux voleurs! », le secret de cet enrichissement en mode fast track.

Bibici Dégn Koumpa s’alarma et révéla le scandale au grand jour. Aliou Baba, considéré comme le chef de bande ne se tint pas battu. Il sortit de sa réserve et contre-attaqua pour se justifier devant les médias.

Il prononça des paroles creuses qui allaient davantage torpiller le projet mort-né de son frère, au pouvoir, de poursuivre son rêve de traquer, jusque dans la fosse, les biens mal acquis, amassés illicitement par les 40 brigands politiciens qui ont dévoré et continuent de saigner l’énergie vitale de ce pays. Et ce rêve devint leur cauchemar …

NB: Toute ressemblance avec une personne de l’alliance pour la République n’est que pure coïncidence.
PAR IBRAHIMA SILLA 

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *