Il est dangereux de réélire Macky Sall ( Bara Diouf)

Lui accorder notre confiance, c’est accepter que demain, par sa seule volonté, nous pouvons subir le même sort que Khalifa, Karim, Diaz et tous les ex-opposants qui se sont bien aplatis par peur d’être victimes de ses humeurs.

En 2019, il ne s’agira pas seulement de choisir celui qui présidera à la destinée des Sénégalais. Ces derniers montreront leur capacité à accéder à la lucidité. Ou non. La si proche élection présidentielle transcende ceux qui convoitent prétentieusement ou légitimement leurs suffrages. Elle pourrait sceller la réconciliation du peuple avec la clairvoyance, le discernement.

Car, en 2012, le peuple avait malheureusement cédé à une émotion violente pour donner le pouvoir à son futur bourreau et à l’« agneau » des puissances étrangères. Macky Sall fut (une folle envie de le conjuguer au passé) un énorme impair. Battons notre coulpe. Nous ne lui avons même pas rendu service. Au fil de ses turpitudes, il s’est découvert des appétences périlleuses pour notre aventure collective.

Devons-nous continuer à nous le coltiner, à le traîner comme un boulet, à lui faire tort en le maintenant dans l’illusion d’un pouvoir exorbitant dont il serait le détenteur ? Evidemment que non ! Il est dangereux de maintenir le statu quo.

Autrement, on donnerait à la postérité une image indigne de notre histoire et des hommes qui ont cru à des vertus, à l’intelligence du peuple sénégalais. Donner la possibilité à Macky Sall de nous narguer à nouveau, c’est piétiner la mémoire de ces âmes qui se sont sacrifiées, en 2012, pour un Sénégal de justice dans son acception la plus inclusive.

C’est aussi promouvoir une justice aux antipodes de notre contrat social qui ignore les voleurs de la cour publiquement dénoncés par des acteurs politiques et de la société civile et identifiés par les organes de contrôle. Au même moment, sa majesté et ses exécutants, drapés dans des toges souillées par l’ignominie, s’échinent à trouver des preuves pour « casser » de l’opposant. Dans une démocratie, tout le monde n’est pas obligé de débarbouiller les gros bébés de la République, de se transformer en « dame de compagnie » comme le disait l’autre.

Accorder notre confiance à Macky Sall, c’est accepter que, demain, par sa seule volonté, nous pouvons subir le même sort que Khalifa Sall, Karim Wade, Barthélemy Diaz et tous les ex-opposants qui se sont bien aplatis par peur d’être victimes de ses humeurs viciées (on aurait dit « rigolotes » si l’heure n’était pas si grave).

C’est remettre en cause les acquis démocratiques de notre pays. On pourchasse « l’impertinent » (s’il en est un) citoyen des réseaux sociaux pour les offenses qu’il y aurait commises et on ignore royalement les injures inadmissibles proférées à maintes reprises par le vice-président de l’Assemblée nationale.

Ainsi est devenu le Sénégal. Et on est au 21ème siècle ! L’article 27 du projet de loi portant code des communications électroniques n’est, en réalité, qu’une résultante de la boulimie de puissance de ce régime. Ce pays est en lambeaux. Il faut y mettre fin.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *