Journée des Sokhna (Par A. Aziz Mbacke Majalis)


L’extraordinaire ferveur des sénégalais lors du magal de Porokhane, célébrant la pieuse figure féminine de Sokhna Diara Bousso, est un « fait religieux » intéressant que nos féministes locales devraient d’avantage étudier…

En effet, cette manifestation annuelle, où des dizaines de milliers de femmes et d’HOMMES convergent de tous horizons, conditions et appartenances, constitue un marqueur assez significatif de la « non essentialisation » de l’intériorité consubstantielle de la femme dans notre société (« patriarcale »), telle que théorisée par ce féminisme inadapté et radical nourri à la sève De Beauvoir.

L’attachement profond des sénégalais(es) envers Mame Diara et d’autres pieuses figures féminines de leur histoire (Mame Fawad Wélé, Mame Asta Walo etc.) remet en cause ces clichés éculés, de même que la nouvelle « approche genre » locale qui tente habilement de se rattraper, en s’appropriant les figures féminines de « pouvoir », de « confrontation » POLITIQUE, telles que les reines du Walo, les suicidées de Nder, Aline Sitoé etc.

La véritable « Journée sénégalaise de la femme », celle à laquelle s’identifie profondément son peuple, en dehors de tout plaidoyer du Caucus ou pression féministe, est le Magal de Porokhane.

Une journée où n’est pas magnifiée LA femme dans son essence (une absurdité éthique), en lui réclamant uniquement des DROITS (politiques et socioéconomiques) que la société de consommation tend d’ailleurs de plus en plus à utiliser pour en faire un objet sexuel et un banal outil marketing.

Une journée où sont célébrée, non LA femme, mais DES femmes qui ont su excellemment rappeler que ces droits ne sauraient valablement et mieux s’exercer en dehors de leurs DEVOIRS sacrés envers Dieu et envers leurs semblables.

Une journée des véritables SOKHNA dont l’incroyable esprit de sacrifice et de dépassement, dont beaucoup d’hommes ne sont pas capables, dont l’attachement aux valeurs positives SPIRITUELLES, ont marqué l’histoire.

Des VALEURS que la société moderne et son féminisme materialiste et à sens unique tend de plus en plus à leur faire oublier…

Un rappel pour mieux faire de la femme une véritable SOKHNA…

#WeToo

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *