Les chantres de la division (Par Serigne Saliou Gueye)

De plus en plus, le discours identitaro-communautariste est distillé dans notre pays par des personnalités de premier plan qui n’hésitent pas à s’en servir pour assouvir des desseins ou ambitions politiques. On multiplie les comportements sectaristes et l’on exalte les particularismes diviseurs pour mener un combat politique.

Parmi ces intellectuels qui véhiculent ce discours identitaire, voire communautariste, l’on note le Grand Serigne de Dakar (GSD) Abdoulaye Makhtar Diop qui, lors de son face-à-face le 28 avril dernier avec Mamoudou Ibra Kane dans le Jury du dimanche de I-radio, a déclaré que le prochain édile de la capitale doit être un lebu.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, Abdoulaye Makhtar Diop a réitéré successivement cette position stigmatisante lors du « Ndogou des célébrités » du site Dakaractu et dans l’émission de « Encore + » de la 2STV.

Aujourd’hui, c’est l’imam qui enfonce le clou en emboitant le pas au GSD.   « Je reçois des cadres, des jeunes et des femmes qui me disent : « Grand Serigne, il est temps que les cadres Lebu se manifestent et se battent pour que la ville de Dakar leur reviennent. Ils l’ont exprimé en réaction à certaines déclarations. Et ils ont raison. J’ai dit que ce n’est pas de l’ostracisme ni de la discrimination. J’ai donné des exemples historiques.

Armand Angrand maire de de Dakar toubab, Ambroise Mendy maire de Dakar Ndiago, Joseph Gomis maire de Dakar Ndiago, Lamine Guèye Saint-louisien, Clédor Sall Sénégalo-mauritanien. Seul Lamine Diack et Mamadou Diop sont des Lebu. La collectivité les a toujours accompagnés et les Lebu ont toujours occupé des postes d’adjoint.


Il faut se dire à l’époque que les Lebu ne s’intéressaient pas à la politique. Aujourd’hui, nous avons 19 communes d’arrondissement dans lesquelles nous avons sept ou huit maires lébu. S’ils sont reconduits, que cela soit Abdoulaye Diouf Sarr, Aliou Ndoye, Palla Samb, Babacar Mbengue et autres, pourquoi ne s’entendraient-ils pas pour que l’un d’entre eux soit maire de Dakar. Si vous prenez les 550 communes, les 500 sont contrôlées par des gens issus de la même localité.


Et c’est cela qui est normal. Moi je ne suis pas candidat à la mairie mais je vais les appuyer pour réaliser ce dessein ».« Si la coalition BBY présente un candidat Lebu, je le soutiens. Si c’est le PDS qui investit un candidat Lebu, c’est lui que je vais soutenir ».Telles sont les déclarations tenues au Grand Jury du dimanche de I-radio et sur le plateau de la 2STV les 28 avril et 30 mai derniers par Abdoulaye Makhtar Diop, député, 5e vice-président de l’Assemblée nationale et Grand Serigne de Dakar (GSD).

En termes clairs, le GSD milite pour que Dakar tombe dans l’escarcelle des Lebu. De tels propos qui dégagent les miasmes fétides du communautarisme, ont eu l’heur d’exaspérer Moustapha Diakhaté et Ibrahima Sène qui les ont qualifiés respectivement de « balkanisation communautariste » et de « projet est antinational et qui porte lourdement atteinte à notre cohésion sociale et à la convivialité des habitants de Dakar ». 

Le très taciturne, Doudou Diagne Diecko, président des amateurs de la lutte sénégalaise, s’est indigné d’une telle posture qui pue des réflexes identitaires ostracistes. «Je trouve que ce n’est pas sérieux de dire qu’il faut un Lebu pour diriger la ville de Dakar ou qu’il faut des Lebu pour assurer les responsabilités politiques liées à Dakar.

L’essentiel, c’est que l’élu soit natif de Dakar qui aime Dakar et qui soutient et assiste les Dakarois. Il y a des gens qui ne sont pas des Lebu mais qui sont beaucoup plus utiles pour Dakar et les Dakarois que certains Lebu. Alors qu’il y a des Lebu qui sont méchants et qui n’ont rien fait pour la communauté quand ils ont été portés à des postes de responsabilité».


Une rhétorique inféconde On pensait qu’un tel soliloque infécond, qui met à nu la dangerosité du repli identitaro-communautariste, allait être débattu à défaut d’être combattu par les Lebu, voilà que l’Imam Alioune Moussa Samb, profitant de la tribune que lui offre le prêche de la prière de l’Aïd el Fitr, rajoute une louche sur le feu de la division allumé par le GSD. « Dakar doit avoir un maire Dakarois. Paris aux Parisiens.


Dakar aux Dakarois », a-t-il déclaré impérialement le sceptre à la main. Et quand il parle de Dakarois de souche, il pense aux Lebu parce que certains d’entre eux, d’après des avatars et déformations de l’histoire, serinent que les premiers habitants de Dakar sont des Lebu. En prenant exemple sur Paris, l’imam a mis nu toute son inculture et son ignorance sur le fonctionnement de la mairie de capitale française.

L’actuel maire de Paris, Anne Hidalgo, est d’origine espagnole. Ana (son ancien nom espagnol) Hidalgo née près de Cadix, en Andalousie, s’est installée en France avec ses parents espagnols en 1961 avant d’obtenir la nationalité française en 1973. L’actuel maire de Londres, Sadiq Khan est né de parents d’origine pakistanaise. Par conséquent, cette thèse raciste et ostraciste de l’imam lebu ne peut pas être convoquée pour légitimer une éventuelle mise à l’écart anti-démocratique des citoyens candidats à la mairie de Dakar.

Ces propos exclusivistes et stériles colportés par l’imam et le Grand Serigne sont compromettants pour la belle entente et la cohésion séculaires entre les différentes ethnies de la capitale sénégalaise. Et cela risque de produire un effet boomerang car les électeurs de Dakar massivement non lebu, dans un sursaut de révulsion, voire de révolte, peuvent apporter la réplique en n’accordant aucun suffrage pour un candidat Lebu.

Une telle mentalité médiévo-hégémoniste, qui s’adosse à une ethnocratie rétrograde pratiquant une sévère discrimination à l’encontre d’une partie de ses citoyens, ne résiste pas aux valeurs universelles et modernes qui fondent la démocratie. L’omniprésence du discours identitaro-communautariste chez ces chefs Lebu est symptomatique d’une marginalisation dans la dévolution démocratique des postes électifs par les citoyens qui disposent de la seule souveraineté de délibérer lors des échéances électorales.

Par conséquent, le seul critère qui préside au choix de la tête de la mairie de Dakar, c’est d’être Lebu. Exit donc le critère d’appartenance politique, exit le programme de développement conçu pour la ville, exit la qualité de natif et résident de Dakar. La chose seule chose qui vaille, c’est d’être Lebu. Par conséquent, certains se demandent encore le criterium d’éligibilité sur lequel se fondent ces notabilités pour soutenir que la capitale doit être dirigée par un Lebu.

Sans doute la prévalence de l’appartenance à une ethnie a conduit Abdoulaye Makhtar Diop et son compère Alioune Moussa Samb à adopter des postures de rejet qui détonnent avec la transcendance de la communauté multiculturelle dakaroise. Leurs prises de position illustrent leurs comportements instinctifs de défense des intérêts de leur communauté d’origine, et non de celui de l’intérêt général. 

De telles déclarations ethnicistes venant d’une personnalité Grand Serigne de Dakar qui a l’Etat dans ses gènes, qui a presque occupé toutes les hautes fonctions nominatives ou électives ou d’un imam, symbole de la cohésion dans la diversité, ternissent l’image de l’autorité qu’ils doivent toujours incarner. Au moment où le président Macky Sall est critiqué à tort ou à raison pour son favoritisme à l’endroit de ses frères de même ethnie, voilà que le GSD et son imam brandissent eux aussi le Neddo Ko Bandum Lebu pour choisir le futur maire de Dakar.

Les Mandingues, premiers occupants de DakarEt soutenir que le prochain maire de la capitale doit être Lebu revient à dire que Dakar est une propriété des Lebu. Faire de Dakar un bien exclusif des Lebu est une imposture historique. Dakar n’appartient point aux Lebu au point que la mairie doit leur revenir de droit. En sus, les Lebu ne constituent pas l’ethnie majoritaire à Dakar au point de vouloir y imposer un maire appartenant à ladite communauté.

Il faut aller à la conquête des électeurs, gagner leur confiance pour accéder à la mairie de Dakar. A travers le monde, des groupes ethniques et linguistiques cherchent à revendiquer la primauté sur une localité en affirmant y avoir vécu plus longtemps que les autres. Mais la réalité est plus complexe que cela. Et si on revisite l’histoire, les Lebu ne sont pas les premiers habitants de Dakar.

Dans un post daté du 9 février 2016 du site Africa Check très spécialisé dans le domaine de la vérification des informations, il y est clairement indiqué que les Lebu ne sont pas les premiers occupants de l’île du Cap-Vert. Selon les historiens dont l’archéologue Ibrahima Thiaw de l’Ifan, « les Mandingues ont habité cette région bien avant les Lebu.


D’ailleurs, le site Internet de la ville de Dakar indique qu’en 1444, il y avait des Mandingues à Dakar et que l’occupation Lebu date de 1580 ».Toujours selon Africa Check, cette thèse est confortée par le professeur d’histoire Mamadou Diouf. Dans son mémoire de fin d’études intitulé « Contribution à l’étude des Lebu : la migration du Djolof au Cap-Vert », Diouf affirme que les Lebu sont « originaires du Fouta Toro (Nord) et qu’ils ont migré du Fouta Toro vers le Kayor.


Après une scission au 17e siècle, ils ont migré vers le Cap-Vert pour s’y installer ».« Mais bien avant eux, ajoute Diouf dont l’ouvrage est disponible à la bibliothèque de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, cet espace était occupé par des Mandingues. Une fois sur place, les Lebu y créèrent leur République ».Le brillant Abdou Khadre Gaye, président de l’ONG Emad, corrobore l’antériorité des Socé dans la presqu’île du Cap-vert dans ses écrits. « 


Lorsque le peuple Lebu quitte le Djolof pour Dakar il y a cinq siècles, il trouve déjà installés les Socé ou Mandingues. Les deux peuples vont cohabiter sans anicroches pendant 50 ans, avant que la discorde ne s’installe, poussant les Socé à s’exiler vers le sud du pays », enseigne-t-il. A notre époque, si sensible aux questions identitaires et communautaristes, les poncifs d’Abdoulaye Makhtar et d’Alioune Moussa mettent en lumière, la survie de stéréotypes ethnicistes, la montée d’une xénophobie de type nouveau.

Dakar est un melting-pot au point que ceux qui s’y sont installés les premiers et ceux qui y sont venus les derniers y ont les mêmes droits. Vouloir en faire une entité Lebu revient à privilégier le critère identitaire pour y élire un maire. Pourquoi demain ne dira-t-on pas que la mairie doit revenir aux tidianes, mourides ou layènes. Ou encore, chrétiens, musulmans ou athées. Rabâcher un tel discours au moment où les haines nées de l’identitarisme et du communautarisme compromettent le bon voisinage, le vouloir-vivre en commun, est une hérésie.

Le Sénégal est harassé de cette guerre irrédentiste du sud du pays construite sur des haines identitaro-communautaristes. Combien de fois n’a-t-on pas entendu les populations allogènes être qualifiés de colons nordistes par les rebelles casamançais ? De telles rhétoriques discriminantes vectrices de germes scissipares doivent être combattues par tous ceux qui sont épris de paix et soucieux de la cohésion sociale.

Pourtant l’imam Moussa Samb disait que « les Lebu ne sont pas une ethnie et que la « lébouité » est un comportement, un état d’esprit démocratique ouvert aux mondes ». Une telle phrase pleine de sagesse jure avec son sermon stigmatisant de l’Aïd el Fitr.Comme le dit le professeur d’Histoire Jean-Luc Lamouché, « tout individu – sur notre planète – ressent la nécessité d’affirmer son identité, tel un repère ou une boussole.

Cela est nécessaire et juste ; telle est la nature humaine. Ceci, à condition de ne pas vivre une identité simpliste, à sens unique, hostile à celle de l’Autre, qui devient vite l’ennemi, pour des raisons nationales, religieuses ou politiques. L’identité n’est donc pas en soi un danger, sauf si elle apparaît comme exclusive ».


 Malheureusement dans les discours distillés par les dignitaires lebu, transparaissent le refus de l’altérité, le déni de la différence, le rejet de la diversité. Or en ce 21e siècle, il faut penser et vivre « l’unité du multiple », comme le dit Edgar Morin.Se conformer à la ConstitutionQue l’on ne s’étonne pas demain si dans d’autres localités du Sénégal, l’on nous dit que telle ethnie ne doit pas briguer la mairie parce que n’étant pas originaire de la région.

La République est une et indivisible et c’est un principe unificateur qui cimente le vivre-ensemble de la Nation. Et mieux, cela est acté sur le marbre de notre Charte fondamentale dès son préambule. En effet, il y est stipulé que : « Le peuple du Sénégal souverain proclame le rejet et l’élimination, sous toutes leurs formes de l’injustice, des inégalités et des discriminations ». Et les Articles de la Constitution 1, 3 et 4 viennent renforcer cette idée d’égalité dans la République :« La République du Sénégal est laïque, démocratique et sociale.


Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race, de sexe, de religion. Elle respecte toutes les croyances ».« La souveraineté nationale appartient au peuple sénégalais qui l’exerce par ses représentants ou par la voie du référendum.

Aucune section du peuple, ni aucun individu, ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté ».« Les partis politiques et coalitions de partis politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils sont tenus de respecter la Constitution ainsi que les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie. Il leur est interdit de s’identifier à une race, à une ethnie, à un sexe, à une religion, à une secte, à une langue ou à une région ».

Serigne Saliou Gueye 

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *