L’homme qui s’était immolé au feu devant le palais est décédé

Après quelques jours passés à l’hôpital principal de Dakar, Cheikh Diop est finalement décédé des suites de ses blessures

Né en 1972, Cheikh Tidiane Diop, qui s’était immolé devant les grilles du Palais présidentiel, vivait en Italie, où il a été employé dans une grande société spécialisée en Energie solaire.

C’est lui qui avait électrifié en énergie solaire, les deux maisons test de la Cité Namora à Tivaouane Peulh, sous Abdoulaye Wade. Faisant la navette entre l’Italie et le Sénégal, il a voulu, un jour, convoyer son frère en Europe, via les services d’un démarcheur de visa.

Malheureusement, le passeport avec sequel son frère voulait embarquer était un faux. Cheikh Diop fut arrêté pour faux et usage de faux dans un document administratif et placé sous mandat de dépôt à la prison de Rebeuss.

En détention provisoire, souffrant de céphalées, il lui a été administré une injection à l’infirmerie de l’administration pénitentiaire.

Une piqûre qui avait occasionné une gangrène mixte de son avant-bras droit. Suite à son internement à l’Hôpital général de Grand-Yoff en 2016, son bras droit fut finalement amputé.

C’est ainsi qu’il a bénéficié d’une liberté d’office, sur décision du Parquet.

Une fois élargi, Cheikh Diop commet Me Assane Dioma Ndiaye pour entamer une procédure judiciaire, afin de réclamer des dommages à l’Etat. Le dossier enrôlé et jugé en première instance ne lui a pas été favorable. Il sera aussi débouté devant la Cour d’Appel. Cheikh Diop, qui était dans l’attente du jugement pour saisir la Cour suprême, a finalement décidé de passer à l’acte, en tentant de s’immoler devant le Palais présidentiel.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *