Tag Archives: 1er tour

Il faut en finir avec Macky dès le 1er tour


La capitale orientale a reçu en grandes pompes le candidat de la coalition Idy2019. Occasion pour Idrissa Seck de se désoler de la situation dans laquelle se trouve Tambacounda. Idrissa Seck d’inviter les populations à en finir avec Macky Sall dès le 1er tour

Devant une foule immense, Idrissa Seck se désole du chômage des jeunes de la capitale oriente. «Le régime de Macky Sall vous a complètement oublié pendant 7 ans dans la conception de son programme de développement. Tambacounda a été oublié par Macky Sall dans le programme de développement», ajoute-t-il. «Et vous avez raison de lui tourner le dos», lance-t-il à la foule en liesse.

«Les jours de Macky Sall à la tête de ce pays sont comptés du bout des doigts. Il faut qu’on en finisse avec ce régime d’incompétents et d’amateurs dès le premier tour pour mettre en place un programme de développement qui donnera du travail à cette jeunesse de Tambacounda», soutient Idrissa Seck

Ousmane Sonko :”Si les jeunes sortent voter, nous gagnerons au 1er tour”


Le candidat Ousmane Sonko de la coalition “Sonko président” s’est dit convaincu de “remporter l’élection présidentielle au 1er tour”, si les jeunes retirent leurs cartes et sortent voter le 24 février.

“Sur les 6 600 000 électeurs inscrits, les 4 millions sont des jeunes. Et si tous les jeunes sortent voter, nous allons gagner au 1er tour”, a-t-il assuré devant ses militants et sympathisants, samedi à Rufisque.

“Nous avons la jeunesse du Sénégal et quiconque a la jeunesse de son côté va gagner l’élection. Cette jeunesse a décidé de prendre son destin en main”, a-t-il ajouté.

Ousmane Sonko a appelé les jeunes à retirer leurs cartes et à aller voter pour le triomphe de sa coalition au soir du 24 février.

“Nous allons gagner la présidentielle. J’en ai la certitude mes chers parce que les Sénégalais ont envie de changement”, a-t-il assuré devant des militants scandant “Sonko Président”.

Se disant compter sur la jeunesse et la diaspora sénégalaise, Ousmane Sonko fait noter : “vous avez tous suivi mon séjour à New-York, au Canada, à Paris, Italie, Espagne, Belgique et Suisse, aucun des autres candidats ne peut rassembler autant de personnes”.

Pour le candidat de “Sonko président”, “les artisans du Sénégal, tailleurs, menuisiers, maçons, mécaniciens, entre autres, les commerçants, le monde paysan, les pêcheurs, les éleveurs qui connaissent son programme” vont voter pour lui.

“Si on a autant de monde, soyez sûrs que nous allons gagner avec la manière”, a t-il encore assuré.

Ousmane Sonko a demandé à ses militants d’aller “convaincre le maximum de personnes, de se présenter le jour du vote dans les centres à 7 h 30, d’y rester après le vote pour contrôler afin d’éviter d’éventuelles fraudes”.

“Ne permettez à personne de donner aux gens de l’argent pour les appeler à voter pour un candidat. C’est une infraction que personne ne doit accepter” a lancé Ousmane Sonko.

“Si vous faites cela, à minuit Macky Sall sera battu…” a encore dit Ousmane Sonko, arrivé samedi à Rufisque un peu avant minuit après sa rencontre avec l’ancien chef d’Etat, Me Abdoulaye Wade, à Dakar.

Macky sera le 1er président de l’histoire à être battu dès le 1er tour

C’est en toute logique que j’ai choisi Thiès, ma ville pour venir démarrer ma campagne ici. Avec cette forte mobilisation, j’en déduis que le président de l’APR, est le premier président de la République du Sénégal à ne faire qu’un seul mandat…

Il sera aussi, le premier président sortant de l’histoire politique du Sénégal à être battu dès le premier tour.

En attaquant aussi sauvagement le président Abdoulaye Wade qui lui a tout donné, je comprends que le peuple sénégalais ne tolère pas qu’on touche à ses symboles.

En agressant judiciairement ses adversaires, il ne comprend pas que le peuple sénégalais ne tolère pas l’injustice. ». Idrissa Seck de poursuivre : « Il n’a pas compris, il n’a pas eu la culture et la sagesse de comprendre qu’être président de la république du Sénégal exige de la hauteur, de la sagesse de la bonté… envers les populations. On ne dirige pas un peuple par la force et le «Niangal » ; on dirige un peuple comme le Sénégal par la culture, par la miséricorde, par la générosité et par la capacité de pardonner ». A l’en croire, Macky Sall ne s’est pas seulement contenté de vendre le pays aux étrangers mais de s’accaparer de nos richesse avec sa famille.

Je vous avais dit que sa vision s’arrête à Diamniadio, mais moi, je veux amener cette vision partout au Sénégal. Comme ici c’est la capitale du Rail, je vous promets que le premier gros chantier sera naturellement, la reconstruction de la ligne du chemin de fer Dakar-Bamako ». Après

Moustapha Cissé Lô:« je connais la méthode pour réélire Macky Sall au premier tour en 2019 »

Fidèle à son habitude, le président du Parlement de la Cedeao, Moustapha Cissé Lô, n’a pas dérogé à la règle. Connu pour son langage véridique, il a rappelé à ses camarades de parti et de la mouvance présidentielle, qu’il ne faut pas se voiler la face. Car dit-il, pour élire Macky Sall en 2019, la lutte sera âpre, notamment à Dakar.
« La bataille de Dakar ne sera pas facile. Je suis prêt. Je vais engager le combat dans les 19 communes pour amasser le maximum de voix possible pour la réélection de Macky Sall. Je connais la méthode qu’il faut et la manière, pour donner une victoire éclatante à Macky Sall au soir du 24 février 2019 », a fait savoir le vice-président de l’Assemblée nationale. Pour arriver à ses fins, il a déjà pris son bâton de pèlerin pour sillonner le pays. Et le signal serra donné le 30 septembre lors du lancement de son mouvement politique.
« Je peux me rendre à Pikine, Guédiawaye, Touba et… Diourbel pourvu que ce soit pour la réélection de Macky Sall dès le premier tour avec une victoire entre 55 voire 65% », a-t-il déclaré, avant de conclure sous les ovations du public.

Libération

Le parrainage ne nous fait pas peur (Cheikh T. Ndoye)

Le PUR étend ses tentacules dans la vieille ville. En effet, le Parti de  l’Unité et du Rassemblement poursuit de plus belle l’installation de cellules dans les différents quartiers de la ville de Rufisque et du département.
La dernière en date est celle de la cellule A de la cité millionnaire, sise à Rufisque Ouest. Une de plus est-on tenté de dire, si l’on sait « que de manière systématique nous installons des cellules partout dans le département ».  Une installation aux allures d’un meeting politique qui a été l’occasion pour les hommes de M. Issa SALL, de tirer à boulets rouges sur le régime du président Macky « ses nouveaux riches et ses nouveaux alliés qui ont tous renié leurs paroles et qui ne méritent plus la confiance des Sénégalais » a dit l’un des responsables du parti.
Venu présider l’installation de la cellule composée de 72 membres, le secrétaire général départemental du PUR de Rufisque, M. Cheikh Tidiane NDOYE, a saisi cette occasion pour appeler les Sénégalais à se poser les bonnes questions. En effet,  selon lui, « on doit se demander pourquoi SONKO ? Pourquoi TELIKO ? Pourquoi  DEME ? Pourquoi le juge DIA ? Le combat de ces derniers doit être le combat de tout le peuple. Les Sénégalais ne doivent pas laisser ces gens se battre tout seul.
On doit les aider. Heureusement, les Sénégalais commencent à comprendre et le mouvement est irréversible. Le peuple commence à comprendre. » Ce qui fait dire à l’homme fort du PUR à Rufisque « qu’il est impossible que Macky SALL gagne au 1er tour en 2019. De 65% à la présidentielle de 2012, il est à 49% aux législatives de 2019.
Et il va encore chuter en 2019 » Surtout, poursuit-il, « plus il y aura de candidats, plus probable sera un second tour, c’est pour ça qu’ils ont inventé le parrainage, mais nous cela ne nous fait pas peur. Nous sommes déjà dans le parrainage et qui connait notre camarade, le frère secrétaire général national, M. Issa SALL, sait que le parrainage ne nous fait pas peur »

Ferdinand Coly : « Passer le premier tour serait déjà un exploit »

Formé à Poitiers, Ferdinand Coly a fait les beaux jours du RC Lens (France) ou encore du Parme (Italie). Mais c’est en équipe nationale du Sénégal qu’il va connaître son heure de gloire. Arrière droit alliant élégance et performance, il a été un des héro de la saga des « Lions » en 2002. Après la finale de la CAN perdue au Mali face au Cameroun de Rigobert Song, Ferdinand Coly a étalé sa classe en phase finale de coupe du monde (Corée Japon), avec une place de quart de finaliste pour les protégés de feu Bruno Metsu. Et c’est riche de cette expérience qu’il se penche sur le rendez-vous russe qui verra la participation du Sénégal, pour la seconde fois de son histoire. Dans cet entretien, il est revenu sur le parcours des « Lions » en 2002, mais également les chances du Sénégal pour l’édition 2018.

Qu’est ce que cela représente pour un joueur de disputer une coupe du monde ?

Déjà, la coupe du monde est un rêve de gamin. Tout enfant regarde avec envie et passion cette compétition. C’est cet amour pour ce jeu qui pousse tout jeune à bosser pour devenir footballeur. C’est une grande chance pour un footballeur de disputer la coupe du monde. Comme vous le savez, ce n’est pas donné à tout le monde. C’est une grande fierté d’avoir joué et marquer mon nom dans les annales de cette compétition avec le Sénégal.

Comment un joueur qui découvre la compétition doit se préparer ?

Ce n’est pas du tout évident. A l’époque avec notre, on partait vers l’inconnu. On n’avait pas beaucoup d’expérience, contrairement aux autres équipes de notre groupe (France, Uruguay et Danemark). On a souvent beaucoup de pression. Maintenant, le plus important, c’est de prendre un peu de recul. Se dire que je vais entrer sur le terrain et donner le meilleur de moi-même. Il ne faut pas se mettre la pression. Il faut juste ne rien lâcher et faire ce qu’on doit faire.

A la veille du mondial 2002, dans quel état d’esprit étiez-vous ?

Je dirais que c’était une pression de 3 ou 4 mois. On avait hâte d’être au jour j. Le Sénégal et la France, c’est une vieille histoire. Et on avait à cœur de jouer ce match. Jouer cette rencontre à l’ouverture de la compétition était exceptionnel. C’était une chance de jouer contre le champion du monde et d’Europe. Nous avions envie de créer cet exploit. Et ce n’était pas évident de gagner ce match.

Avez-vous une anecdote particulière de 2002 à nous raconter ?

On n’avait beaucoup de pression. Et à la vieille de ce match, il y avait un scandale au niveau de la Tanière avec Khalilou Fadiga. Toutefois, l’envie de gagner ce match nous avait permis de tout surmonter. Nous étions tous motivés et engagés lors de cette rencontre. Sur le plan physique, nous avons rien lâché. Nous voulions marquer notre présence et montrer que nous ne sommes pas le gâteau de la compétition. Nous étions prêts à tout pour gagner. Je me rappelle quand Aliou s’est jeté devant l’adversaire pour l’empêcher d’aller dans nos buts…

Macky Sall : « Je veux être réélu dès le 1er tour en 2019 »

 

« Je veux être réélu dès le premier tour de la présidentielle de 2019 ». Macky Sall a fait la confidence à ses militants de Tivaouane, hier, lors d’une audience dans le hall de la suite présidentielle  au complexe Seydi El Hadji Malick Sy.

Mais, pour réussir le coup, le patron de l’Apr leur a fait savoir qu’il fallait qu’ils s’investissent davantage sur le terrain pour satisfaire les préoccupations des Sénégalais. Non sans fustiger les piètres résultats enregistrés à Tivaouane aux dernières législatives. « Si c’était une élection présidentielle, avec vos piètres résultats je serais au second tour. Vous êtes en deçà de 50%, presque 39% », dit-il.

Pour le patron de l’Apr,  il est inconcevable que les militants de Tivaouane aient enregistrés de si faibles taux  alors qu’ils comptent un fort potentiel électoral.

Macky Sall leur fera comprendre que la prédiction du Khalife des tidianes pour un second mandat est à décrypter. «  Une élection se gagne par le travail sur le terrain », soutient-il. Son objectif : que Tivaouane fasse un score de 60% à la présidentielle de 2019.

Auteur:  (L’Observateur) –

Eliminé au premier tour des primaires républicaines, Sarkozy rate son retour

2

Le candidat final des républicains sera connu dans un second et dernier tour.Le vainqueur de ces primaires sera très certainement le prochain président de la république de France. Voici les résultats, sur 4 219 bureaux dépouillés (sur 10 228 bureaux au total), dévoilés par la haute autorité de la primaire. Cela représente 1,13 million d’électeurs.

François Fillon 43,3 %
Alain Juppé 26,2 %
Nicolas Sarkozy 23,7%
Bruno Le Maire 2,9 %
Nathalie Kosciusko-Morizet 2,2 %
Jean-Frédéric Poisson 1,4%
Jean-François Copé 0,3 %