Tag Archives: Bataille

Karim Wade : L’Etat perd définitivement la bataille de Paris

Karim Wade peut jouir de ses biens en France. L’Etat du Sénégal qui a intenté une procédure pour les confisquer, a définitivement perdu la bataille. 

Après le verdict de la Cour d’appel, un délai de six jours a été imparti à l’Etat du Sénégal, lequel devait passer par le parquet général de Paris pour se pourvoir en Cassation. L’avocat général n’a pas fait de recours. Conséquence : la procédure a été jugée forclose, indique « Walf Quotidien ».

Pour rappel, en 2015, l’Etat du Sénégal avait formulé une demande d’entraide pénale internationale au parquet national financier de Paris, sollicitant de lui la saisie et la confiscation de plusieurs biens dont des appartements, appartenant à Karim Wade et Bibo Bourgi.

Mais, le Tribunal de Grande de la même juridiction avait considéré que l’enrichissement illicite reproché à Karim Wade et Bibo Bourgi, pour lequel ils avaient été définitivement condamnés au Sénégal, n’avait pas d’équivalent dans le droit français. Une décision qui sera confirmée en appel le mercredi 14 mars 2018.

Ainsi, l’Etat perd définitivement la bataille de Paris

G5- Sahel : Un budget de 423 millions d’Euros mobilisé et 5000 soldats en ordre de bataille

G5- Sahel : un budget de 423 millions d’Euros mobilisé et 5000 soldats en ordre de bataille
Les pays  membres du G5 à savoir le Tchad, le Niger, la Mauritanie, le Mali et le Burkina Faso ont réuni ce vendredi  à Bruxelles plus d’une trentaine de chefs d’État et de gouvernement européens mais aussi des partenaires et de nombreux donateurs  pour le renforcement de  la force  antiterroriste déployée au niveau  du Sahel.
Ce sommet  a permis de mobiliser plus de 300 millions d’euros : somme qui constituait l’objectif même de cette conférence. En effet,  l’Union Européenne  et  l’Arabie Saoudite ont  injecté chacun  100 millions d’euros, 49 millions d’euros des  États Unis, 30 millions d’euros  des  Émirats Arabes Unis et 9 millions d’euros de la France, en plus des  10 millions d’euros  de contribution individuelle des États membres.
D’autres  contributions sont attendues avant le début de l’opération conjointe  prévue en mi 2018.   Cette force conjointe va  ainsi déployer 5000 nouveaux soldats formés et équipés pour patrouiller dans  la zone du Sahel qui est en proie à des groupes djihadistes.
Pour rappel, 12000 militaires de la Minusma et  4000 soldats français de l’opération Barkhane sont actuellement  présents dans la zone de front

La bataille de Guédiawaye aura-t-elle lieu ? Par Bamba Ndiaye

A l’orée des élections législatives du 30 juillet 2017, beaucoup d’analystes politiques prédisaient une bataille à Guédiawaye entre le Président du Grand Parti, El Hadj Malick Gakou et le frère du Président, transféré à Guédiawaye pour briguer la mairie et la Présidence de l’Association des Maires du Sénégal.

Dans un article de Rewmi.com, paru la semaine dernière, l’analyste prédit clairement la perte de Guédiawaye par la coalition de Bennoo Bari Bakkaar nous apprend que « la guerre de Guédiawaye n’aura donc pas lieu. Il a été dit que le Président de l’Apr et de la coalition Benno Bokk Yakaar, a décidé de n’investir ni l’un, ni l’autre… { Il s’agit du frère du Président, ami de Frank Leundeum et de l’honorable député Seydina Fall, qui refuse le diktat du népotisme] Cette décision pue une défaite aux législatives », analyse le chroniqueur du site Rewmi.com.

Ballon de sonde, stratégie de diversion ou vérité absolue ? Quoi qu’il en soit, la coalition présidentielle est déjà mal barrée dans la banlieue où ils auront à faire face à un ténor du nom d’El Hadj Malick Gakou, épaulé par l’opposition significative.

Pour ce qui est du frère du président, il importe de savoir qu’il déjà hanté par un dilemme cornélien : Se hisser au rang de son frère, qui lui sert de modèle, pour ne pas dire de rival et se frotter au Président du Grand parti El Hadj Malick Gakou, pour qui il a toujours voué une admiration , qui pourrait faire de lui le président de son fans Club !

En plus de ces handicaps psychologiques, le frère du Président risque de polluer l’air pur de Guédiawaye, par l’odeur nauséabonde du pétrole que dégage la simple évocation de son nom. Un groupe de journalistes patriotes d’investigation, promettent de faire un dossier brûlant (au propre comme au figuré) sur le thème : « Pétrole et Gaz au Sénégal : comment éviter une gestion népotiste ».

Ce dossier explosif, portera un coup de grâce à tous ceux qui, de près ou de loin, avaient trempé leurs mains dans les barils de l’or noir du Sénégal… Sensés être les mieux informés du Sénégal, les dirigeants de la coalition Bennoo Bari Bakkaar, ont certainement eu vent d’un tel dossier, attendu avec impatience d’ici fin juin 2017 !

Pour qui connaît le degré de l’amertume populaire quasi générale, il est utopique pour BBY de s’attendre à une victoire quelque part au Sénégal ou dans la diaspora. Les populations sénégalaises, réduites au plus niveau dans l’échelle de la pauvreté et la précarité en ont assez d’un régime dont le dernier des Sénégalais te dira que « Khamoul foumou dieum ! ».

Pourtant, le Professeur et sociologue Malick Ndiaye avait sonné l’alerte de manière pertinente en publiant, alors qu’il était encore Ministre Conseiller auprès du Président de la République, son fameux ouvrage : « Où va la République ? ». Après 5 longues années d’exercice du pouvoir, le Président Macky Sall n’aura réussi à prouver qu’une seule chose : son incapacité à conduire le pays le développement.

Alors que les indicateurs macroéconomiques sont au rouge, les habitants des quartiers huppés de la capitale, se gavent, le soir de fondé (bouillie de mil) ou de thiéré (couscous local). Dans les campagnes, la pauvreté et la précarité ont atteint des niveaux jamais égalés. A Boulal, dans une bourgade du Dioloff, un vieux Haal Pulaar nous disait l’autre jour : « Depuis bientôt deux ans, nous avons fini d’adopter [Le Gobar-Diassi]… » .

Nous échangions des regards interrogateurs au moment où il livre le secret et délivre tout son auditoire : « Il s’agit de réduire les trois repas en un seul, faute de moyens», clame le vieux d’une voix peu audible, les larmes aux yeux. Puis il ajoute : « Je ne sais pas ce que le Président Macky Sall a fait pendant les cinq années de son mandat, mais je sais qu’il n’a pas réduit la faim et la précarité dans le monde rural… ».

Terrible sentence qui pourrait résumer le bilan du Président Macky Sall dans le milieu rural. Dans le Dioloff comme ailleurs, les populations se détournent des gouvernants actuels pour avoir compris qu’ils n’ont ni la volonté ni la capacité à tenir les promesses d’hier. Le mandat de 5 ans, les 500 mille emplois, l’autosuffisance en riz en 2017, tout comme la Couverture Maladie Universelle ne sont que de simples slogans de campagne qu’ils s’apprêtent à déterrer pour appâter des populations affamées, malnutries et malades.

Quand le frère du Président nie avoir l’ambition de devenir Président de l’Assemblée nationale, cela fait rire. Oublie-t-il qu’il ne nous a jamais dit qu‘il était intéressé par la mairie de Guédiawaye et par la poste de Président de l’Association des Maires du Sénégal ? Ce n’est qu’au dernier moment que le fauve se jette sur sa proie. Cette fois-ci, nous ne nous laisserons pas prendre au dépourvu, les habitants de Guédiawaye n’accepteront plus que leur commune se noie dans la marre d’un pétrole dont ils ne voient pas la couleur.

De même, les Sénégalais ne sont pas prêts à supporter le poids de deux frères au sommet de l’Etat: l’un, à la tête de la présidence de la République et l’autre, à la tête de l’Assemblée nationale.

Mamadou Bamba NDIAYE

Ancien Ministre

Membre du Grand Parti

Contacts :

-Tel : 77 545 85 59

-Email : ndiabamba1949@gmail.com

Macky-Khalifa : La bataille de Saint-Louis aura lieu

content_image
Faire tomber la ville de Saint-Louis dans l’escarcelle de l’opposition. C’est ce qu’envisagerait le maire de Dakar qui part à l’assaut de la capitale du nord.

Reçu par le Khalife de Mpal après la prière du vendredi, Khalifa Sall a ensuite rejoint Saint-Louis où il a enchaîné les visites de proximité et entretiens auprès des dignitaires de l’opposition, dont figure en bonne place le coordonnateur du Pds dans la localité, Ameth Fall Baraya.

Selon le quotidien Lobservateur, Khalifa Sall rencontrera l’opposition, toutes obédiences confondues. Ce qui crédite, note le journal, la création d’un large front de l’opposition dans la commune dirigée par Mansour Faye.

En plus de la Langue de Barbarie, Khalifa Sall a sillonné les localités de Gadon, Rao, Leybar, Sanar, Pikine, en compagnie des jeunes de son mouvement Adk et des responsables de la convergence socialiste.

À ces derniers, lance-t-il : « On aura devant nous des gens qui ne nous feront aucune concession ». Pour dire que la bataille de Dakar, entre l’opposition et le pouvoir, aura bien lieu.

Bataille rangée entre Thiantacounes et populations de Keur Samba Laobé

Bataille rangée entre Thiantacounes et populations de Keur Samba Laobé

Mosquée de Rufisque : Bataille rangée entre tidjanes et ibadous

content_image
La grande prière du vendredi ne s’est pas tenue à la mosquée de Diorga Montagne à Rufisque. Les fidèles ont été perturbés par une violente bagarre entre les deux imams de la mosquée, informe Le Quotidien.
Kalidou Guèye et El Hadji Ibrahima Sakho s’en sont pris dans une violente altercation : chacun estimant de son côté devoir diriger la prière. Les partisans des deux imams ont vite pris part pour leurs mentors respectifs dégénérant ainsi la situation.

La police a été appelée à la rescousse par des témoins pour contenir la situation. Selon le journal, la cohabitation dans cette mosquée construite en 2010 a toujours été problématique.

Le camp de l’imam El Hadji Ibrahima Sakho, disciple tidjane, pratique la wazifa et la khadratoul jummah. Ce que l’autre camp, des membres de la dahiratou Ibadou rahmane sous la coupole Seydou Kalidou ne peut tolérer.

Marché Thiaroye : Bataille rangée entre commerçants et agents municipaux

Marché Thiaroye : Bataille rangée entre commerçants et agents municipaux

marche_thiaroye_gare

Les commerçants ont baissé rideau tôt ce matin et des échauffourées ont éclaté entre forces de l’ordre qui ont usé de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. Le correspondant de la Zik fm parle déjà de dix (10) arrestations dont des responsables de l’UNACOIS (Union Nationale des Commerçants et Industriels du Sénégal). Les commerçants qui refusent de payer les patentes annuelles, ont pris d’assaut la mairie de Thiaroye Gare.

Pour le moment, c’est un calme précaire qui règne sur place. Mais il faut retenir qu’entre 10h30 et 11h30, la situation était très tendue avec les grenades lacrymogènes des forces de l’ordre et les jets de pierres de l’autre côté.

Tout est parti du refus des commerçants du marché de Thiaroye Gare de s’acquitter des patentes annuelles. Baissant rideau, ils se sont rassemblés.
Buzz Sénégal

Apple contre Samsung : duel au sommet devant la justice

La bataille judiciaire épique qui oppose Apple et Samsung sur le design de l’iPhone change de dimension mardi, avec une audience au sommet devant la Cour suprême des Etats-Unis.


Apple contre Samsung: duel au sommet devant la justic
Le premier volet de cette affaire concerne une pénalité controversée de 400 millions de dollars infligée au fabricant sud-coréen, reconnu coupable d’avoir partiellement copié l’iPhone. Cette somme demeure relativement modeste pour une entreprise comme Samsung, premier fabricant mondial de smartphones.

Mais la question centrale posée à la plus haute instance judiciaire américaine est celle de la portée des brevets protégeant l’iPhone. Certains prédisent d’ailleurs que la haute cour, qui n’a pas statué sur les brevets de design depuis plus d’un siècle, pourrait redéfinir à travers ce cas précis l’équilibre sensible entre innovation technologique et protection de la propriété intellectuelle.

En l’espèce, Samsung a été condamné pour avoir utilisé pour ses produits plusieurs caractéristiques brevetées par Apple, dont les fameux coins arrondis des boîtiers de ses smartphones, ainsi que le pavé d’icônes carrées apparaissant sur les écrans. Une cour d’appel a estimé que Samsung devait donc reverser à Apple tous les bénéfices tirés des ventes de ses smartphones partiellement inspirés de l’iPhone.

Protéger le design… mais pas trop
Le géant sud-coréen affirme au contraire qu’il est déraisonnable de fonder le montant des pénalités sur la valeur totale d’un smartphone qui comporte des centaines d’éléments, alors que la violation de brevet ne concerne seulement qu’une poignée d’entre eux.

Assurément technique, ce débat judiciaire vieux de déjà cinq ans pourrait avoir de grandes répercussions dans de nombreux secteurs industriels où le design et la création tiennent une large place. Tout le monde toutefois n’a pas la même vision des bienfaits ni de l’étendue souhaitable de la protection d’un design visuel.

Soutien de la Silicon Valley
Samsung assure que la multiplication de brevets nuit à l’innovation, en augmentant les risques de poursuites judiciaires farfelues ou coûteuses pour des pseudo-violations de concepts. Dans son appel à la Cour suprême, le groupe sud-coréen a reçu le soutien de géants de la Silicon Valley et du secteur informatique, parmi lesquels Google, Facebook, Dell ou Hewlett-Packard, ainsi qu’une association de professeurs de droit. A l’opposé, Apple a obtenu l’appui de grands créateurs de la mode et de l’industrie, comme les groupes Calvin Klein ou Adidas, ainsi que des juristes spécialisés dans les droits de propriété intellectuelle.

Smartphones qui se ressemblent
« Un solide dispositif de brevets force les entreprises technologiques à innover, et non pas à copier », assure Matthew Siegal, un expert spécialisé. « Les différences entre les smartphones de Samsung et d’Apple sont (devenues) marginales en raison des copies et non de l’innovation ». L’audience mardi devant la Cour suprême à Washington se tiendra dans la grande salle aux colonnes de marbre où siègent les huit juges de la vénérable institution. A noter que les appareils électroniques y sont bannis, qu’il s’agisse de caméras vidéo ou de smartphones.

Ce rendez-vous judiciaire au sommet intervient par ailleurs dans un contexte très difficile pour Samsung, plombé depuis septembre par l’explosion de plusieurs de ses Galaxy Note 7 porteurs de batteries défectueuses. Le groupe a enjoint mardi l’ensemble de ses partenaires mondiaux de mettre fin à la vente et aux échanges de cet appareil, après que des modèles déjà remplacés ont pris feu, et a conseillé à ses clients d’immédiatement « éteindre » leur « phablette ».

Quant à Apple, il peine à relever le défi d’une concurrence internationale exacerbée, en perdant notamment des précieuses parts de marché en Chine, son nouvel iPhone 7 se voyant reprocher de ne pas présenter d’innovations notables. Le jugement qui sera rendu dans plusieurs mois pèsera lourd dans la lutte technologique et judiciaire acharnée que se livrent les deux géants mondiaux. Ce conflit s’est un temps déroulé sur plusieurs continents, avant de se concentrer désormais devant les tribunaux américains.

Election des Hauts conseillers ce dimanche : Dakar, au centre de la bataille


Election des Hauts conseillers ce dimanche : Dakar, au centre de la bataille
Le département de Dakar, qui compte au total 1088 électeurs concernés par l’élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) de ce dimanche 4 septembre, retient l’attention de plus d’un. En effet, après l’échec des négociations entre la coalition Benno Bokk Yakaar et celle de And Taxawu Dakar, suivi du dépôt de listes parallèles, ainsi que les accusations mutuelles d’achat de consciences, sans oublier les assurances de chaque camp de capter les 3 postes mis en compétition pour le département, l’on est tenté de dire que Dakar reste l’attraction de cette élection au suffrage indirect. Surtout quand on relève que, lors des élections locales du 29 juin 2014, la coalition du maire de Dakar, Khalifa Sall, avait fait une razzia devant celle du président de la République, Macky Sall, qui n’avait gagné qu’une seule commune à Dakar, notamment celle de Yoff.

Bataille rangée au Cices : Kader Ndiaye et les gardes du corps de Cheikh Amar se donnent en spectacle

cheikh-amar

Bataille rangée au Cices : Kader Ndiaye et les gardes du corps de Cheikh Amar se donnent en spectacle

Il a fait très chaud vendredi dernier au Cices. Les antennes de People.sn déployées partout dans Dakar font état d’une bataille rangée sans précédent, entre des employés du Cices et les gardes du corps de Cheikh Amar. Alors que le milliardaire était sur les lieux pour assister au débarquement d’une commande de véhicules, les employés du Cices se sont rapprochés du célébrissime bienfaiteur, certainement pour bénéficier de ses largesses.
Seulement, mécontents de n’avoir rien reçu pour avoir déjà empoché un pactole d’un million la veille de la part de Cheikh Amar, People.sn révèle que les ouvriers proféreront quelques insultes et menaces. Ce qui a eu le don de faire sortir le géant garde du corps de ses gonds. Il s’en est  suivi une bataille rangée au cours de laquelle Kader Ndiaye, cousin du patron de TSE, insulté de mère, s’est donné en spectacle pour régler son compte à celui qui a osé défier l’autorité de son patron. La gendarmerie de la Foire alertée a pu constater qu’il n’y a pas eu d’échauffourées graves après le départ des employés du Cices.

people.sn