Tag Archives: colere

Des éléments du Gmi en colère à Ziguinchor

Les éléments du Gmi en poste à Ziguinchor sont très remontés contre leur hiérarchie. Ils dénoncent le non-paiement de leurs primes mensuelles de 7500 francs Cfa. Selon le journal Les Echos, celles-ci, doivent être versées à chaque ayant droit tous les six mois sous forme de rappel.

Mais depuis juin dernier, date de la dernière échéance, ils ne sont pas passés à la caisse.

« Nous demandons à nos chefs en charge de la question de résoudre le problème le plus rapidement possible pour qu’on puisse rentrer dans nos fonds », ont -ils fait savoir dans les colonnes du journal.

Alioune Badara Cissé très remonté contre le régime de Macky

En tournée dans le Ferlo, le médiateur de la République, Alioune Badara Cissé, ne cache pas sa colère. Il reproche aux autorités d’avoir laissé les populations de la zone dans un « état de dénuement total ».

« Comment des citoyens et compatriotes à part entière sont maintenus dans un état de dénuement total, s’indigne-t-il, sur la Tfm. Aucun centre sanitaire, aucune voie d’accès, aucune route. Dans la plupart des villages, aucune école. Dans ceux-là où il y a des écoles, deux salles de classe, aucun sanitaire, aucun mur de clôture. »

ABC poursuit : « Des hordes énormes d’enfants, garçons et filles, entre six et dix ans, non scolarisés, qui seront demain laissés pour compte et totalement laissés en rade par rapport au Sénégal de demain. Cela fait quatre jours que je suis énervé. Dès mon retour, j’informerai immédiatement de chef de l’État de mes observations après l’en avoir informé le jour du dépôt de mon rapport. »

La grosse colère sur la préparation des Lions

Dans un entretien avec L’AS, le coach des Lions du basket, Adidas, étale sa colère contre les responsables du basket et plus généralement du sport. Son équipe est à deux doigts de la qualification pour le Mondial 2019, mais les conditions de préparation sont exécrables. Nous vous proposons l’intégralité de l’interview. Les exergues sont de Seneweb.

« C’est lamentable »
Nous avons quelques soucis concernant la préparation. Nous n’avons pas d’hôtel jusqu’à présent et il y a aussi les problèmes des billets d’avion. Certains joueurs sont là en attendant l’arrivée des autres. Je pense que c’est lamentable parce que nous allons vers des échéances importantes. Nous avons un problème d’organisation. Je ne peux pas comprendre le fait de ne pas disposer de la totalité des joueurs présélectionnés à huit jours de notre départ.

« On n’improvise pas dans le haut niveau »
Je pense l’approche doit être professionnelle. On n’improvise pas dans le haut niveau. Les choses doivent se présenter comme il faut. En tant que professionnel on se doit d’avoir une vision claire. Au départ nous avions un projet commun et ça ne peut être réalisable que si chacun d’entre nous fait ce qu’il doit faire.

On ne peut pas nous lâcher comme ça dans la nature. J’ai le droit d’être en colère. Je ne comprends pas cette approche. Nos Lionceaux sont qualifiés pour la Coupe du monde et il y a les filles qui doivent participer à la Coupe du monde. Nous avons besoin d’être aidés un peu pour développer les choses ensemble.

Changement de plan
« Nous allons faire un stage externe. J’ai décidé de ne pas attendre parce qu’il faut que nous soyons dans l’action. C’est l’action qui conditionne les résultats. Il fallait qu’on fasse bouger les choses en attendant l’arrivée des autres.

5 joueurs sans billets
« Cinq joueurs attendent leurs billets. Il faut que tout le monde soit là d’ici au 7 septembre. Je ne vais pas faire de stage interne tant que tout le groupe n’est pas au complet. Je pense qu’il faut marquer le coup et leur faire comprendre que nous sommes des professionnels. Nous voulons être juste respectés pour que les chosent avancent bien. Notre motivation reste intacte par rapport à ça. Je me rappelle de la phrase que j’avais dite lors de ma première conférence de presse : « Rien ne nous fera dévier de notre objectif. »

« Je n’approuve pas… »
« Tous ces obstacles seront une opportunité pour nous. Nous allons continuer à avancer. Nous irons jusqu’au bout, mais n’empêche nous allons tout faire pour que les choses se passent comme il se doit. Je n’approuve pas ce qui se passe au niveau du traitement. Les résultats dépendent de beaucoup de choses.

C’est important de faire une bonne préparation quand on prépare une compétition. Nous sommes engagés et nous irons jusqu’au bout. Nous allons y aller avec beaucoup de motivation malgré les difficultés qui se présentent devant nous. »

Macky reçu par des jeunes en colére noire à Cambéréne

 

content_image

 

Ça chauffe à Cambérène au moment où le président de la République, Macky Sall est reçu à l’instant par le khalife général des Layènes à Yoff.

Des jeunes ont barré la route et brûlé des pneus. Ils protestent contre l’érection du mur dans le cadre du prolongement de la Vdn (Voie de dégagement Nord). L’ouvrage sépare la cité religieuse de Seydina Issa Laye à la mer, informe la Rfm.

Les femmes de la localité ont annoncé la couleur depuis hier mercredi. Face à la presse, elles ont dénoncé la construction de l’ouvrage.

Auteur: Dié BÂ – Seneweb.com

Monsieur le Président, votre Peuple est en colère ! Par Mamadou Mouth BANE

Une fois ne saurait être coutume. Aujourd’hui, je vais porter les habits étroits de Conseiller spécial et personnel du Chef de l’Etat pour lui rapporter avec égard, ce que l’écrasante majorité de ses compatriotes dit de sa gouvernance judiciaire. Mon indépendance forge ma liberté à pouvoir transmettre fidèlement au Chef, la frustration sociale qui suinte de ses 6 ans de gestion. Ainsi, je le ferai mieux que ses conseillers qu’il a nommés et qui n’osent pas lui dire la vérité, en lui transmettant fidèlement la colère sociale, de peur de perdre leurs privilèges, leurs strapontins puisés de notre sueur.

La majeure partie des sénégalais dénonce la condamnation de Khalifa Sall, non pas parce qu’ils le soutiennent, non pas parce qu’ils sont ses militants, ou bien parce qu’ils sont convaincus de son innocence, c’est plutôt parce qu’ils ont remarqué dans le camp présidentiel des gens comme Cheikh Kanté ancien Directeur Général du Port de Dakar, qui ont fait pire, et pourtant jamais la Justice n’a pas été actionnée pour qu’ils rendent compte. Plus grave encore, au prédateur Cheikh Kanté, vous en avez fait un piètre Ministre chargé du PSE, le programme phare de votre gouvernance.

Un coup virulent contre l’image du PSE…

Monsieur le Président, votre frère Alioune Sall, pour des raisons strictement familiales, vous en avez fait le Directeur de la Caisse de Dépôt et de Consignation (CDC) extirpée du Code des marchés publics, pour lui donner plus des marges de manœuvre dans la gestion de cette «banque publique». Pourquoi ? Vous n’avez rien appris des erreurs de Wade et de son fils, il nous semble.

Monsieur le Président, les sénégalais soutiennent la reddition des comptes. Nous sommes pour la gestion transparente des deniers publics et contre la corruption quel que soit son auteur, mais aussi nous sommes des militants de l’équité, de la justice sociale et de l’Etat de droit. Les citoyens honnêtes accepteront avec nous que l’Etat de Droit s’est littéralement effondré au Sénégal.

Monsieur le président, nous pouvons accuser le président Me Abdoulaye Wade de tous les noms, mais soyons juste avec lui, en reconnaissant les actes de bonne gouvernance qu’il a posés sous son magistère. Au-delà des organes de contrôle qu’il a créés et renforcés leur pouvoir, il ne s’était pas opposé à la Justice. D’ailleurs, c’est sous Wade que des libéraux comme Bayla Wone, Idrissa Seck, Salif Bâ, Modibo Diop etc… ont été poursuivis à tort ou à raison. Ils étaient tous de grands responsables du Pds dans leur fief respectif. Wade avait des raisons politiques de s’opposer à leur arrestation.

Aujourd’hui, Monsieur le Président c’est tout le contraire que nous voyons depuis votre élection. Vous protégez vos voleurs dont la mauvaise gestion est prouvée par des organes de contrôle de l’Etat. Votre Ministre chargé du PSE Cheikh Kanté a coulé le Port de Dakar qui traverse des difficultés financières que vous avez-vous-même reconnues. Voilà les faits qui heurtent la conscience de vos compatriotes après l’annonce du verdict de Khalifa Sall. Les Sénégalais sont abasourdis et déçus face à cette justice à sens unique et injustement sélective.
Chaque année, le Sénégal reçoit plus de 600 milliards de FCFA d’Aide Publique au Développement (APD). Ces fonds jamais audités depuis 1960, disparaissent une fois introduits dans les comptes publics et deviennent des fonds de promotion de la pauvreté.

La précarité sociale rythme notre quotidien. La santé souffre de maladie chronique, les enseignants démotivés, notre système judiciaire désarticulé de l’intérieur par ses principaux acteurs, les paysans perdent espoir dans une démocratie sénégalaise déjà enveloppée dans son linceul attendant son jour d’inhumation.
Toutefois Monsieur le président, il n’est pas trop tard pour reprendre les choses en main. Il faut juste montrer à vos compatriotes que vous êtes «le Président de tous les Sénégalais» comme vous l’aviez dit le 03 Avril 2012 lors de votre première adresse à la Nation.

Par ailleurs, le président Sall déroule son plan après l’élimination de Karim Wade et Khalifa Sall, les projets de loi sur le parrainage est sur la table de Moustapha Niass sous le regard impuissant d’une opposition sans position parce que désunie, paresseuse, pusillanime et avachie. Aujourd’hui, ils dénoncent tous la condamnation du Maire de Dakar et appellent à la mobilisation dans les médias, alors qu’il suffit que l’arbitre siffle le coup d’envoi de la confrontation Gris/Balla pour qu’ils oublient Khalifa dans sa cellule en cette veille de fête de Pâques.

C’est cela la particularité de l’opposition sénégalaise. Et le président Macky tire toutes ses forces des faiblesses de cette opposition événementielle et administratrice des réseaux sociaux. Vu tous ces faits, face à «une opposition de constat», qu’est-ce qui empêchera au président Sall de passer au 1er tour en Février 2019 ? Je dis bien «passer au 1er tour» et non «réélu au 1er tour». La nuance est énorme.

Monsieur le Président, tous ceux qui ont géré les affaires publiques doivent rendre compte. Faites preuve d’indépendance, de justice et d’intégrité. Les Sénégalais ont raison de dénoncer la condamnation injuste et cette prise d’otage arbitraire contre Khalifa Sall qui n’a pas fait plus que tous ces «Madoff» de l’Apr. Nous disons «justice pour tous» pour un «Sénégal nouveau», «un Etat de droit debout» et «une démocratie vivante et exemplaire»…

Les magistrats en colére contre Cissé Lô

Le député Moustapha Cissé Lô a reçu les foudres de l’Union des magistrats (Ums) du Sénégal. L’Ums reproche au vice-président à l’Assemblée nationale sa récente sortie lors de laquelle il estime que les magistrats font «n’importe quoi».

«De tels propos, venant d’une personne incarnant des institutions aussi respectables que l’Assemblée nationale et le Parlement de la Cedeao, constituent, outre leur caractère outrageant, des dérapages inadmissibles et un manquement grave aux principes qui régissent les rapports entre les institutions de la République», regrette l’Ums dans un communiqué parvenu à Seneweb.

En condamnant «vigoureusement» la saillie du président du Parlement de la Cedeao, le regroupement des magistrats «appelle tout le monde au sens de la mesure et au respect dû à nos institutions».

Les étudiants de l’Ucad déversent leur colère sur les forces de l’ordre

La matinée a été chaude hier sur l’avenue Cheikh Anta Diop. Et pour cause. Les étudiants de l’Ucad manifestaient pour le paiement de leurs bourses avant Noël.

L’AS rapporte qu’ils ont paralysé la circulation tôt le matin en érigeant des barricades et en brûlant des pneus. Les forces de l’ordre sont intervenus avec des grenades lacrymogènes. Selon le journal, l’ordre a été rétabli vers 13 heures, après de rudes affrontements.

Auteur: Seneweb News – SenewebNews-RP

Les travailleurs de Sorano en colère

content_image

Le théâtre national Daniel Sorano a vu le rouge, ce lundi 13 novembre 2017. Les travailleurs qui étaient en sit-in ont dénoncé le non payement de leurs salaires du mois d’octobre. Ils ont également fustigé ce qu’ils qualifient de mauvaise gestion de leur société. « Nous sommes restés jusqu’au 13 sans pour autant percevoir nos salaires. Nous avons des contrats de location et les écoles de nos enfants à payer.

C’est ça tout le problème. C’est pour cela que nous manifestons devant le Théâtre pour montrer aux autorités notre mécontentement par rapport à la situation réelle qui se passe à Sorano », a déclaré Babacar Diop, secrétaire général du collège des délégués de la compagnie du Théâtre national Daniel Sorano sur les ondes de la Rfm. « Il y a aussi un problème avec le financement de la production. Nous faisons des productions mais, ils peinent à faire des publicités pour nous.

Il faut responsabiliser les artistes ; qu’ils trouvent leurs intérêts dans le théâtre Daniel Sorano. Je pense que c’est la meilleure solution pour le faire revivre. C’est juste facile de dire que les artistes ne travaillent pas. Nous devons avoir un budget de production », a ajouté Yacine Diouf dite Sélane, adjointe au secrétaire général du syndicat. Joint au téléphone par la Rfm,

Ousmane Baba Dionne, Secrétaire général de Sorano récuse les accusations. « Il n’y a pas de problème d’argent à Sorano. Le problème sera bientôt réglé. Actuellement, le dossier est dans le circuit et on attend l’approbation du ministre des Finances. », soutient-il.

Sa requête rejetée par la Cour suprême, Khalifa Sall en colère contre ses avocats

Sa requête rejetée par la Cour suprême, Khalifa Sall en colère contre ses avocats
La journée de Khalifa Sall n’a pas été joyeuse, jeudi dernier, après que la Cour suprême ait rejeté son pourvoi. Ce, non pas parce qu’il a encore perdu, mais parce que ses avocats se sont montrés «négligents », en ne payant pas les 61.000 francs CFA de sa consignation.

Selon le journal les « Echos » qui cite des sources sûres, le maire de Dakar est, en fait, convaincu qu’il ne fallait négliger aucun détail dans la bataille judiciaire et qu’il fallait donc prendre toutes les précautions.

Ce qui n’aurait pas fait ses conseils. Le maire socialiste était d’autant plus en colère contre cette «défaillance » de ses avocats, que pour la première requête aux fins de pourvoi concernant la demande de mise en liberté provisoire, la consignation avait bel et bien été payée.

Colère du Ps : Le porte parole, Abdoulaye Wilane calme les esprits

Colère au PS au lendemain du remaniement : Le porte parole, Abdoulaye Wilane calme les esprits
Les esprits s’échauffent au lendemain du remaniement ministériel opéré la semaine dernière. Moussa Bocar Thiam, porte parole adjoint avait hier indiqué que ce remaniement ne répondait pas à l’esprit de Benno. Mais son camarade de parti Wilane voit les choses autrement.
« Je voudrais inviter à rester conséquent et digne pour tout démocrate,  républicain et surtout d’obédience socialiste. Patience citoyenne et loyauté républicaine nous devons demeurer.
Je sais que dans tous les partis membres de BBY, il peut y avoir des espoirs déçus. Je sais même que dans certaines localités des sentiments de frustration s’expriment. C’est cela qui est naturel » indique t’il dans une note qui nous est parvenue.
«  Je recommande une ATTITUDE de dignité et que nous resserrions les rangs par la solidarité socialiste. Comptons sur nous qui sommes restés constants et patriotes malgré les viscicitudes, les tempêtes et coup bas » poursuit pour conclure le Maire de Kaffrine et Secrétaire général de l’Union Régionale P.S. de Kaffrine.

Les raisons de la colère de Thérèse Faye

content_image

Quelques heures seulement après la publication de la liste des nouveaux membres du gouvernement, Thérèse Faye a démissionné de la tête de la Cojer. Selon le journal Libération, cet acte est la première étape d’une rébellion après la nomination de Pape Gorgui Ndong- qui aurait bien des difficultés à parler Français- au poste de ministre de la Jeunesse.

Source : Libération-

Y en a marre reçoit 300 millions de l’Union européenne, colère noire de Macky Sall

Y en a marre reçoit 300 millions de l'Union européenne, colère noire de Macky Sall

 Cette enveloppe, écrit la LC, a été allouée pour la mise en oeuvre sur 30 mois, d’un projet de renforcement de la citoyenneté et de la solidarité pour un environnement sain dans la banlieue de Dakar.
Et toujours selon « La Lettre du Continent », cela n’a pas plu au Président Macky Sall. Et dès que la nouvelle est arrivée au plus haut sommet de l’Etat, c’est le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan qui a été envoyé au charbon. Amadou Bâ selon la LC, a « pris à partie » le chef de la délégation de l’UE à Dakar, Joaquim Gonzalez-Ducay.

Il lui a reproché d’avoir financé un mouvement « dont les activités sont politiques« . Or lui précise le ministre, cette pratique est interdite au Sénégal pour les bailleurs étrangers.
« Depuis que ce groupe a réuni des milliers de manifestants à Dakar, le 7 avril dernier, le gouvernement surveille de près les autres potentiels donateurs de Y en a marre, soulignent les confrères de « La Lettre du Continent ».

source: les échos

Tivaouane en colère contre l’arrestation de Khalifa Sall

 
content_image
Certaines autorités religieuses de Tivaouane ne sont pas du tout contents du placement sous mandat de dépôt du maire de Dakar, Khalifa Sall. D’ailleurs, note «Enquête», elles n’ont pas caché leur surprise, surtout que le porte-parole du Khalife général des Tidianes, Serigne Abdoul Aziz Sy, avait appelé le Président de la République, Macky Sall, pour évoquer avec lui le dossier.

 

Selon «Enquête», Serigne Abdoul Aziz Sy avait appelé avant-hier le chef de l’Etat pour plaider la cause de Khalifa Sall. Mais, vu la tournure des évènements, avec l’inculpation et le placement sous mandat de dépôt, Macky Sall n’a pas accédé à la requête du marabout. Ce qui a mis Tivaouane dans une colère noire.

Touba en colère contre Macky Sall : Pourquoi la ville sainte n’est toujours pas conquise…

Démission du magistrat Dème : « Sidiki Kaba merr na ba foutou »


Démission du magistrat Dème : Sidiki Kaba étale sa colère
 
Le ministre de la Justice, Sidiki Kaba, s’est prononcé sur la démission du substitut général près la Cour d’Appel de Dakar, Ibrahima Hamidou Dème, par ailleurs, membre du Conseil supérieur de la magistrature. Une pilule difficile à avaler pour la Chancellerie. Le Garde des Sceaux ne cache pas sa colère.
«On a porté le débat sur la place publique, alors que cela n’aurait pas dû être fait. Il est interdit de traiter dans les médias des sujets autres que d’ordre  technique», a rappelé le ministre, lors du vote du projet de loi portant création de l’Ordre national des experts du Sénégal (Ones).
Pour lui, le magistrat Dème a failli à son obligation de réserve. Le Garde des sceaux est d’avis que les propos du magistrat démissionnaire sont une insulte pour tous les magistrats.
En ce qui concerne d’éventuelles sanctions, le Garde des sceaux affirme que ni lui, ni le président de la République ne peut ordonner des mesures de sanction. « Le rôle du chef de l’Etat se limite à nommer. Lorsqu’un magistrat viole les règles concernant sa profession, il comparait devant le tribunal des pairs », recadre le ministre Sidiki Kaba.

10 ème renvoi de l’affaire Aïda Ndiongue : Me Mbaye Jacques Ndiaye très en colère

Me Mbaye Jacques Ndiaye est dans tous ses états. L’avocat ne décolère pas contre la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) qui, pour la dixième fois, a pris une ordonnance de prorogation de l’instruction du dossier de sa cliente Aida Ndiongue.
Selon « l’As », la Commission d’instruction (Ci) de la Crei a décidé encore de proroger la mission de l’expert-comptable Abdoulaye Dramé désigné par la Crei pour retracer et évaluer les avoirs bancaires de l’ancienne sénatrice libérale. Evidemment, cette décision met en rogne aussi bien les proches que le conseil de la célèbre femme d’affaires.

Me Mbaye Jacques, qui a reçu hier notification de l’ordonnance des mains du greffier de la Crei, alerte sur le sort de sa cliente qui est «au bord de la déprime et de la déchéance totale.»

Très amer, le plaideur estime que rien, absolument rien du tout ne justifie que Aïda Ndiongue soit poursuivie par la Crei, son dossier bloqué et ses biens saisis par la Crei. En conséquence, il exige que cette procédure qui a été déclenchée depuis avril 2014 soit immédiatement classée sans suite parce que trop, c’est trop, tonne Me Ndiaye.

En tout cas, il serait bien que les Sénégalais sachent exactement ce qui bloque ce dossier. Car cela commence à être bizarre.

Cambérène en colère

content_image
« Trop c’est trop, il faut mettre un terme aux agissements de l’Onas et au manque de considération de l’État pour la capitale religieuse des Layènes.
» C’est le cri du cœur du Comité d’initiatives pour la défense de Cambérène (Cidec) qui, dans une déclaration remise à la presse, dénonce l’impact de l’émissaire situé sur la Corniche, qui déverse ses eaux usées à quelques mètres des habitations.

Le Cidec prévient que « si la situation n’est pas rétablie au plus vite », les populations de Cambérène « prendront leurs responsabilités, advienne que pourra ».

Ses membres signalent que les eaux usées qui s’écoulent constituent « le trop-plein qui n’a pu être évacué correctement par l’émissaire qui a dépassé depuis très longtemps ses capacités réelles de traitement ». (Source : Le Quotidien)

Etats-Unis : le recomptage de voix aura lieu, provoquant la colère de Donald Trump

media

Les Etats du Wisconsin, du Michigan et de la Pennsylvanie vont recompter les bulletins du 8 novembre. L’initiative revient à la candidate écologiste Jill Stein. La campagne d’Hillary Clinton a décidé de se joindre à cette contestation. « Une décision de principe qui ne changera pas le résultat », explique l’équipe démocrate, mais qui provoque la fureur de Donald Trump.

Donald Trump ne décolère pas. Le président élu, enfermé dans sa tour, ne prend pas la parole, mais tweete furieusement. Il a gagné l’élection présidentielle mais continue de crier à la fraude. Donald Trump rejette les chiffres pourtant validés par les démocrates et les républicains, Hillary Clinton a emporté le vote populaire, avec 2 millions de voix de plus que son adversaire.

Le milliardaire affirme que ce résultat a été obtenu à la faveur d’une fraude massive mais il n’a déposé aucun recours, comme le fait remarquer Josh Earnest, le porte-parole de la Maison Blanche. « Aucune preuve ne soutient cette thèse », explique la Maison Blanche, aucune voix républicaine n’est d’ailleurs venue soutenir le candidat élu.

Quant au nouveau décompte qui aura lieu dans le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie, il ne devrait pas changer le résultat, la campagne Clinton le reconnaît. Mais cette initiative des Verts à laquelle se joint la candidate malheureuse, devrait contribuer à mettre un peu de baume au cœur des démocrates, toujours pas remis des résultats du 8 novembre.

Bitumage axe Pire/Méouane : La colère des populations de Méouane

 

Bitumage axe Pire/Méouane : La colère des populations de Méouane
 Les populations de Méouane, commune située dans le département de Tivaouane, ont bruyamment exprimé leur colère dans la rue. C’est pour réclamer le bitumage de l’axe Pire-Méouane qui est, selon leur porte-parole Ndiassé Diop, dans un état de dégradation indescriptible.
De l’avis de Ndiassé Diop la piste latéritique, la seule dont bénéficie la commune est âgée de 62 ans et n’apporte que désastre, calvaire et misère totale aux populations. Selon lui, évacuer un malade est devenu un chemin de croix à Méouane et certains perdent même la vie en cours de route, à cause d’une piste impraticable.
Et ce spectacle, se désole Ndiassé Diop, ne rime pas du tout avec les énormes potentialités de la commune de Méouane, qui est le grenier minier et énergétique avec la présence des Industries chimiques du Sénégal (Ics), la Grande Côte Opérations (Gco), etc. Selon Ndiassé Diop, la commune de Méouane, avec ses 92 villages et 52.000 âmes, était un arrondissement test lors de la mise en oeuvre de la réforme administrative et territoriale de 1972. Par conséquent, dit-il, Méouane ne mérite pas le sort qui lui est réservé.
«Le bitumage de la route Pire-Méouane n’est plus une revendication sociale, mais une exigence économique. C’est pourquoi les populations l’exigent avant les prochaines élections.
En tout cas toute la population est mobilisée, pour poser tous les actes qui puissent permettre de vaincre ce mal. Toute la population est unie comme un seul homme et si rien n’est fait, nous avons nos cartes d’identité et nos cartes d’électeur», souligne-t-il dans « l’As ».

Loi antitabac : La Listab en colère contre Wiri Wiri

content_image
La Ligue sénégalaise de lutte contre le tabac (Listab) est très remontée contre la Télévision futurs média (Tfm).  Ce sentiment résulte du comportement de ladite station qui viole la loi antitabac no 12/2014 du 14 Mars 2014 à travers les actes posés par le lutteur Balla Gaye 2 et le comédien Cheikh Ndiaye (Jojo) qui fumaient.

« Il a été remarqué que cette télévision ne cesse de faire de la publicité sur le tabac dans la série Wiri Wiri. La Listab compte porter plainte et saisir la Cnra (Commission nationale de régulation de l’audiovisuel), a déclaré la structure dans un communiqué envoyé à Seneweb.

Dans le document, il est aussi relevé que, outre cette plainte annoncée, « des courriers seront envoyées à toutes les familles religieuses du Sénégal. Car, ces dernières dans le vote de la loi, ont soutenu et adhéré au combat de la Listab. Aucune forme de publicités sur le tabac ne sera tolérée », déclare la structure sur un ton ferme.

Après la signature des décrets d’applications par le président de la République, la Listab dit appeler solennellement la Tfm « au respect pour la mise en œuvre parfaite de ces décrets d’applications. A ce titre, elle annonce la tenue prochaine d’une conférence de presse ce mercredi 2 novembre. Une rencontre pour, dit elle « porter connaissance à toute la population de ce pays, que la Tfm est dans une dynamique de saper, tout le travail colossal qu’a fait jusqu’ ici la société civile avec l’appui du ministère de la santé uniquement pour remplir leurs caisses ».

Real Madrid : la colère de Cristiano Ronaldo s’est poursuivie dans le vestiaire

Remplacé par Lucas Vazquez lors du match entre le Real Madrid et Las Palmas, Cristiano Ronaldo a mis du temps à digérer cette sortie prématurée.

Muet samedi sur le terrain de Las Palmas (2-2), Cristiano Ronaldo a fait parler de lui pour autre chose que son efficacité offensive. L’image qui concentre l’attention des médias ce dimanche est celle de sa sortie à la 72e minute. À en juger par sa réaction bougonne, l’attaquant du Real Madrid se voyait bien rester sur le pré jusqu’au coup de sifflet final.

Cristiano Ronaldo boudait toujours dans le vestiaire

L’agacement de CR7 était profond. Suffisamment pour se poursuivre après la rencontre. Comme le rapporte le site Don Balon, l’international portugais aurait affiché son mécontentement devant ses partenaires une fois rentré au vestiaire, n’adressant la parole à aucun d’entre eux durant de longues minutes. À l’évidence, la décision de Zinedine Zidane a déplu au joueur de 31 ans.

 

Que Cristiano Ronaldo se rassure, son entraîneur a déjà assuré qu’une place de titulaire l’attendait mardi face au Borussia Dortmund en Ligue des champions.

Dernière sortie d’Idrissa Seck : Wade très en colère contre son ancien PM

A la suite de sa lettre très salée contre ses détracteurs, les libéraux apporte la réplique cinglante à Idrissa Seck. Dans un communiqué rendu public par l’Ujtl, l’on apporte que Me Abdoulaye même est très en colère conte son ex-premier ministre.

 L’Union des jeunesses libérales et travaillistes demande à Idrissa Seck « d’arrêter d’entacher Abdoulaye Wade de ses souillures ». La jeunesse libérale estime que l’ignominie d’une telle conduite caractérise le degré extrême du déshonneur et de l’indignité de cet « énergumène qui cherche désespérément à entrer dans la bonne grâce des Sénégalais ».

Selon Toussaint Manga et ses frères de parti estiment que, « depuis que l’on parle du protocole de Rebeuss, Idrissa Seck est devenu une espèce de d’Olibrius de la République, car de sa bouche ne sortent que des propos diffamatoires empreints de méchanceté ».

Dans le communiqué, l’on informe de la colère noire de Wade contre Idrissa Seck. Le Pape du Sopi prépare d’ailleurs « une réponse foudroyante à la mesure de l’offense ».

L’Ujtl avertit Idy qu’il n’aura jamais de réponse venant de Karim Wade.