Tag Archives: Contrat

AL Housseynou Wane , Directeur de l’exploitation à PETROSEN dénonce le contrat signé avec PetroTim.

L’an deux mille douze et le 13 juillet à Dakar, Nous Gallo Samb et Oumar Sarr, Inspecteurs généraux d’Etat en vertu de l’ordre de mission n° 035PR/CAB/IGE du 30 Mai 2012 prescrivant une enquête au niveau de PETROSEN, avons procédé à l’audition de Monsieur AL  Housseynou Wane, en sa qualité de Conseiller Exploration à PETROSEN.

  1. IDENTIFICATION
  • Prénom : Al Housseynou
  • Nom : Wane
  • Date et lieu de naissance : 31 Décembre 1952 à Dakar
  • Numéro de la pièce d’identification : 1 751 1953 000 37
  • Fonction : Conseiller Exploration à PETROSEN

1)  Depuis quand êtes-vous à PETROSEN ?

Je suis agent à PETROSEN depuis 1990     

2)Quelles ont été les fonctions que vous avez occupées à PETROSEN

         J’ai été chef de la division exploration puis directeur de l’exploration et directeur de la promotion

3) Etes vous membre de la Commission d’évaluation et de négociation ?

Oui je suis membre de la Commission de négociation depuis sa création. J’ai pratiquement assisté  à toutes les négociations. Avant la mise en place de la commission , j’étais un des principaux négociateurs  pour PETROSEN.

4) Sur quoi portaient habituellement les négociation ?

Les négociations portaient sur les contrats de recherche pétrolière . A cet effet les principaux éléments de négociations portaient sur :

–      La durée de recherche

–      Les programmes de travaux  à réaliser et les couts financiers

–      Le partage de profits

–      Le budget de formation et les formations à donner au personnel de PETROSEN

–      Les dispositions fiscales

5) Est-ce que les travaux de la commission se limitaient uniquement aux travaux de négociation ?

Généralement les compagnies font l’objet d’évaluation technique et financière par PETROSEN dés qu’elles manifestent leur intention. Lorsque l’évaluation se révéle concluante , la compagnie saisit officiellement les autorités d’une demande d’octroi de permis  de recherche. A cet effet, le Ministre en charge de l’énergie est saisi, puis nous entamons les négociations avec l’aval du Ministre. D’ailleurs la compagnie est invitée par le Ministre à entrer en négociation avec PETROSEN.

6) Est-ce toutes les demandes font objet de négociation

Absolument

7)Avez vous connaissance du contrat signé entre d’une part, l’Etat du Sénégal, d’autre part PETROSEN avec PETROTIM

Courant Avril 2012, la veille de ma mission à Houston (USA), j’ai été invité par le Directeur Général dans son bureau. Il m’a fait part de la signature d’un contrat de recherche et de partage de production d’hydrocarbures et j’ai constaté que ledit contrat portait la signature du Directeur général de PETROSEN et du Ministre en charge de l’énergie, le Ministre d’Etat Karim WADE.  J’ai fait observer au Directeur général que sans l’approbation du Président de la République , pour moi il n’y a pas de contrat

Plus tard , courant juin en parcourant le rapport de présentation du décret d’approbation du contrat signé avec PETROTIM, j’ai su que celle-ci est une filiale de PETRO ASIA dont le siége se trouve à HONG-KONG.

Je crois me souvenir que le contrat a été signé au mois de Janvier

7) Pourquoi estimez-vous que ce n’est pas un contrat ?

Le contrat doit être approuvé par décret pour être valable  

8) Avez- vous vérifié si PETROTIM est effectivement une filiale de PETRO ASIA ?

Non, je ne connaissais même pas l’existence de PETRO ASIA à plus forte raison de PETROTIM

9) Est-ce que la commission de négociation a été saisie de la demande de PETROTIM

A ma connaissance non

10)Pour vous quelles peuvent être les conséquences ?

Les risques probables sont l’absence de transparence et la non prise en compte de l’ensemble des travaux à réaliser vu que les experts qui connaissent le bassin sédimentaire et les travaux que cela nécessite n’ont pas été associés.

11)     Quel est le risque que la compagnie demanderesse n’ait pas été préalablement évaluée ?

Le risque principal est le retard apporté au déroulement du programme de recherche pétrolière dans le bassin sédimentaire. Autre risque , c’est la possibilité de voir la compagnie spéculer avec le titre qu’elle a en main. Habituellement nous mettons dans les contrats des dispositions qui sont de nature à limiter les possibilités de spéculation.

12)     Est ce PETROSEN dispose de documentation sur les compagnies bénéficiaires de contrat de recherche ?

Oui nous disposons  toutes les informations notamment les informations concernant : les statuts, les membres fondateurs, le conseil d’administration et le certificat d’incorporation.

Ces documents sont certainement archivés au secrétariat de la Direction générale ou au service juridique. Les mêmes documents doivent exister en copie au niveau de la Direction des Hydrocarbures du Ministère en charge de l’Energie.

13)     Est-ce que les compagnies bénéficiaires de contrat de recherche payent un bonus de signature

Depuis 1986, Le Sénégal a opté pour la suppression du bonus de signature. L’objectif était de rendre le Sénégal attractif en facilitant l’accès de la destination Sénégal aux compagnies de recherche pétrolière.

14)     Dans ce contexte , trouvez vous normal que le Sénégal demande à une compagnie de payer un bonus de signature ?

Non , une telle demande serait en porte à faux avec les motivations de l’exposé des motifs de loi portant Code pétrolier

15)     La demande de paiement de bonus peut –elle être motivée par le désir de rendre compétitif l’offre de la compagnie concernée ?

Toute demande tendant à rendre l’offre d’une compagnie compétitive consisterait à demander à cette compagnie d’augmenter son programme de travaux de recherche  et de les intensifier.

Le bonus , s’il est sollicité, doit faire l’objet de mention dans le contrat.

16)Est-ce qu’il y avait d’autres concurrents sur les blocs qui ont été attribués à PETROTIM

Il y avait beaucoup de concurrents notamment TULLOW OIL avec laquelle nous étions en négociation. Les négociations avec TULLOW étaient très avancés . Avec TULLOW nous étions en fin de négociation car il y avait accord sur pratiquement tous les points de négociation. Le seul point sur lequel il n’ y avait pas un accord portait sur la clé de répartition des productions et profits en cas de découverte de gaz.

Je rappelle  que TULLOW, qui a été subrogée dans le droit d’Energy Africa relativement au Saint Louis offshore peu profond , a demandé à bénéficier de contrats de recherche portant sur le Saint Louis offshore profond et le Cayar Offshore profond.

Lorsque j’ai constaté  que ces deux blocs ont été attribués à PETROTIM, j’ai exprimé au Directeur général ma désapprobation parce que j’ai trouvé la maniére peu élégante . Il y’ a un gentleman agreement qu’il faut respecter. La signature du contrat avec PETROTIM n’est pas bonne pour la réputation PETROSEN et l’image du Sénégal. Je veux parler des méthodes utilisées pour signer ces contrats. Les compagnies qui avaient déjà leurs demandes enregistrées au Sénégal pour les mêmes blocs apprenant que l’Etat du Sénégal a signé avec PETROTIM dont la demande n’était pas préalablement enregistrée auront une mauvais image du Sénégal, or dans le secteur pétrolier , les acteurs se connaissent.

Il a été précisé à TULLOW dés l’entame des négociations qu’il n’y a pas de bonus de signature

source : dakarmatin

« Tôt ou tard, Aly Ngouille Ndiaye devra justifier le contrat de 2500 milliards d’Arcelor Mittal »

Le ministre Aly Ngouille Ndiaye a intérêt à surveiller ses arrières. Pour cause : l’affaire Arcelor Mittal dans laquelle il a trempé sa signature s’est invitée dans le débat ce lundi, lors de l’examen du projet de loi portant sur la modification du code électoral. Dans une expression imagée, l’honorable député Serigne Cheikh Mbacké a invité ce dernier à surveiller ses arrières. Puisque précise-t-il, «Tôt ou tard, il (Aly Ngouille Ndiaye Ndlr) sera appelé à justifier le contrat de 2500 milliards paraphés dans l’affaire Arcelor Mittal». Démarche également adoptée par le député Moustapha Diop qui appelle ce dernier à rendre compte à apporter des justifications dans ce dossier.

Barça : les chiffres dingues du contrat d’Iniesta en Chine révélés

Barça : les chiffres dingues du contrat d'Iniesta en Chine révélés !

Les larmes aux yeux, le milieu de terrain Andrès Iniesta a officialisé vendredi dernier son départ du FC Barcelone au terme de la saison. Pressenti pour rejoindre la Chine et le club du Chongqing Dangdai Lifan, l’Espagnol a reçu une proposition impossible à refuser.
«Cette conférence de presse est pour annoncer publiquement la décision que cette saison est ma dernière ici. Après 22 ans ici, j’ai vécu le meilleur ici, j’ai eu la fierté d’être capitaine de cette équipe. (…) Il y a des choses claires, d’autres où il faudra encore attendre. J’ai déjà dit que je ne jouerai pas contre le Barça. A partir de là, en fin de saison, nous saurons où j’irai.»
Vendredi dernier, le milieu de terrain du FC Barcelone Andrès Iniesta a officialisé son départ de son club formateur au terme de la saison. A 33 ans, l’international espagnol s’apprête à céder aux sirènes chinoises en rejoignant le Chongqing Dangdai Lifan.

Iniesta va toucher le jackpot ! 

Ce jeudi, le quotidien ibérique El Mundo fait le point sur le contrat proposé par la formation asiatique à Iniesta. Et sans surprise, Chongqing n’a pas hésité à sortir le chéquier pour convaincre la légende du Barça de rejoindre le club chinois avec à la clé 81 millions d’euros pour un contrat de trois ans ! Avec un salaire annuel estimé à 27 millions d’euros, le milieu pourrait devenir l’un des joueurs les mieux payés du monde derrière Lionel Messi (40 M€), Neymar (36,8 M€) mais devant Cristiano Ronaldo (21 M€).

Mais ce n’est pas tout ! Outre ces émoluments importants, les représentants d’Iniesta ont réussi à négocier la vente de six millions de bouteilles du vin de son domaine pour la somme totale de 36 millions d’euros ! Et en plus de ça, les dirigeants de Chongqing ont accepté de lui laisser 50% de ses droits à l’image.

Une offre impossible à refuser ?

Avec de telles conditions, on peut bien évidemment comprendre pourquoi Iniesta a cédé aux sirènes chinoises. Encore performant sur les terrains cette saison, le vétéran aurait pu poursuivre sa carrière chez les Blaugrana, mais cette proposition était tout simplement irrefusable. La Coupe du monde 2018 avec l’Espagne sera donc sa dernière grande compétition avant une retraite dorée en Chine. Et étant donné les chiffres annoncés, il est difficile de lui jeter la pierre…

Macky Sall prolonge le contrat des 7000 Asp

Ouf de soulagement pour les Agents de sécurité de proximité de la promotion qui étaient sur le point d’être jetés dans la rue, pour ne pas dire au chômage. Le Président Macky Sall a décidé de « proroger, à titre exceptionnel, et pour une durée de deux (2) ans, à compter du 31 mars 2018 », leur contrat. Quelques 7000 hommes et femmes seraient concernés par cette mesures, selon le journal « Les Echos »

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a félicité ces braves hommes ainsi que « leur encadrement administratif et technique, pour la qualité reconnue du travail réalisé, partout au Sénégal, en relation directe avec les forces de sécurité, notamment la Police nationale et la Gendarmerie nationale ».

Aussi, le président de la République a-t-il rappelé que la sécurité des populations demeure une priorité majeure de son action, depuis son accession à la magistrature suprême, avec la création l’Agence de Sécurité de Proximité en août 2013.

« Ce volontariat de type nouveau, autour de la prise en charge efficace de la sécurité des personnes et des biens, participe à bien des égards à la consolidation du dispositif préventif de sécurité intérieure et de l’engagement citoyen des jeunes« , souligne-t-il.

 

Fin de contrat de 7000 Asp à partir du mois de mars

content_image

Le contrat d’engagement de la première génération d’Agents de sécurité de proximité (Asp), prolongé de deux ans en 2016, arrive à expiration au mois de mars prochain. S’il n’est pas renouvelé une nouvelle fois, ce sont quelque 7000 personnes qui vont se retrouver au chômage au bout de l’échéance. L’alerte a été lancée par le ministère de l’Intérieur dans son rapport d’activités publié récemment.

Les services d’Aly Ngouille Ndiaye recommandent la reconduction du contrat des Asp pour «faire face aux multiples défis» liés au contexte socio-politique national, marqué par l’approche de la présidentielle de 2019 et la menace terroriste qui plane.

Aussi, le ministère de l’Intérieur suggère la revalorisation des salaires des Asp, «au regard des tâches auxquelles ces derniers sont astreints», «la possibilité de leur insertion au niveau de certaines structures utilisatrices et dans la Fonction publique» et qu’un quota leur soit accordé dans le cadre des concours de la police et de la gendarmerie.

Auteur: SenewebNews – Seneweb.com

Fin du contrat avec la Sde : Une baisse du prix de l’eau en perspective.

Fin du contrat avec la SDE : Une baisse du prix de l’eau en perspective.
Hier lors du vote du budget 2018 de son département, le ministre de l’hydraulique Mansour Faye et de l’assainissement a annonce que le prix de l’eau devra baisser à la fin du contrat avec la SDE.
« Nous ne seront satisfaits que si, la question de l’eau ne sera plus un problème pour les populations… » Toujours selon le ministre de l’hydraulique, l’accès à l’eau sera atteint d’ici l’horizon 2021, car sur les 40 000 villages que compte le Sénégal, il ne resterait encore que 4 000 non bénéficiaires d’eau potable.

Cité Almadie 2: l’entrepreneur Diop Sy n’a pas respecté les délais d’exécution des travaux.

 

Dans l’émission Jakaarlo de ce vendredi,madame Mbaye ,le chef de quartier de la cité  Almadie 2 a révélé  que l’entrepreneur Diop Sy n’a pas respecté les engagements  qu’il avait pris pour rendre habitable leur cité.Madame Mbaye de poursuivre ses révélations en  annonçant que la cité habitée par des agents des impôts  et domaine,de la rts,du trésor entre autres en nombre de deux milles habitants manque de tout: eau,électricité,assainissement,voirie…Et pourtant, cinquante terrains lui ont été remis pour l’exécution  des travaux d’assainissement,d’électrification et d’adduction en eau  en contre partie.Plus grave, la chef de quartier de dire que l’honorable député a vendu l’espace vert.

Joint au téléphone par l’animateur de l’émission,Diop Sy confirme avoir bien reçu ses cinquante terrains et renouvelle son engagement à exécuter les travaux.Il a annoncé que c’est avec l’honorable député Ousmane Sonko qu’il a conclu ce marché basé sur un engagement moral.Aucun contrat n’a été signé dans ce sens.

Dossier à suivre.

Senelux.com

Saliou Ndiaye

Keur Momar Sar : Eiffage décroche le contrat de 22 milliards de FCfa

Projet de traitement et d’adduction d’eau potable de Keur Momar Sar : Eiffage décroche le contrat de 22 milliards de FCfa
Selon une information publiée hier par le site Boursorama, spécialisé dans le traitement de l’information financière, la branche Génie Civil de Eiffage a gagné le marché pour la réalisation du projet de traitement et d’adduction d’eau potable de Keur Momar Sarr (KMS 3).
Cela, pour un montant de 22 milliards F CFA, soit une contre valeur de  34 millions d’euros. Les travaux vont concerner l’installation de 38 kilomètres de tuyaux en fonte ductile de 1.500 mm de diamètre qui seront connectés à la future station de traitement. Les travaux, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par la Société Nationale des Eaux du Sénégal (Sones), seront réalisés en l’espace de 24 mois.

Pour mémoire, ce contrat s’inscrit dans un projet global d’extension de la capacité d’adduction d’eau potable de la ville de Dakar à partir du lac de Guiers, qui prévoit la construction d’une usine de traitement et de pompage d’eau potable d’une capacité de 200.000 mètres cubes par jour (lot 1) pour une mise en service en 2020, la création d’une troisième conduite d’adduction d’eau, dimensionnée pour 200.000 mètres cubes par jour reliant Keur Momar Sarr aux réservoirs de stockage de Thiès et Sébikotane puis de Dakar, ainsi que le renforcement et l’extension des réseaux de distribution.

Contrat d’affermage pour la distribution de l’eau au Sénégal : Guerre de trois !

Initialement conclu pour une durée de 10 ans, le contrat d’affermage liant la SDE à l’Etat du Sénégal est arrivé à terme en 2006. Il a fait l’objet de multiples avenants. Mais aujourd’hui, l’État a décidé de jouer la carte de la transparence, en lançant un nouvel appel d’offres. Du coup selon « enquête », la SDE doit batailler ferme face à ses sœurs françaises « Veolia et Suez, pour garder son bien ».

senelux.com

« Contrat » avec Total : Thierno Alassane Sall dément le Pm

content_imageLa polémique autour des contrats d’exploration et exploitation du pétrole et du gaz sénégalais enfle près de trois semaines après le limogeage de Thierno Alassane Sall, ex-ministre de l’Energie. Ses proches ont démenti le chef du gouvernement après ses propos tenus devant les députés de l’Assemblée nationale. Pour dire que Thierno Alassane Sall a refusé d’apposer sa signature au bas du contrat liant Total à l’Etat du Sénégal, à en croire l’entourage de l’ex-ministre qui apporte des précisions dans les colonnes de l’Observateur.

En effet, «C’est l’Etat qui a décidé de donner à Total, le ministre n’y est pour rien et on l’a fait voyager de Washington à Paris dans la précipitation, pour signer un protocole d’accords et non pas un contrat, comme veut le faire savoir à l’opinion, le Premier ministre Boun Abdallah Dionne». Ainsi réagit ce proche de l’ex-ministre de l’Energie, en réponse aux propos tenus par Aminata Touré,

Latif Coulibaly, Seydou Guèye et plus particulièrement le chef du gouvernement. «S’il y a un contrat signé entre l’ex-ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall et Total, ils n’ont qu’à le sortir. Ils ne le sortiront jamais, parce qu’il n’y en a pas. Le protocole d’accords, il n’y rien de définitif, c’est juste dire que le Sénégal négocie en priorité avec Total, mais cela n’a rien à voir avec un contrat. Il est parfaitement saugrenu de parler de contrat à ce niveau. Les conditions de signature de ce contrat préfiguraient du clash qu’il y a eu au palais», soutient un proche de l’ex-ministre dans les colonnes du journal.

Mais à en croire le Pm, «Dire que Total a été favorisé, c’est faux. Il y a eu appels d’offres. Le pétrole sénégalais aiguise les appétits de toutes les grandes puissances du monde. Les Américains, les Français, les Anglais et même Chinois sont entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. Mais le président a fait le choix de la diversité, tous les pays qui ont les moyens de s’engager dans la recherche de ressources naturelles au Sénégal, sont accueillis bras ouverts, a récemment soutenu Mohamed Dionne, devant les députés.

Foot – Nouveau contrat de Messi au Barça: 23 milliards Fcfa par an…

maxresdefault

«Il n’existe pas de salaire astronomique. Il y a juste des salaires équivalents à ce qu’un joueur apporte à l’équipe.

Le salaire que touche Leo Messi aujourd’hui, c’est un salaire qui correspond à ce que fait Messi pour nous. Et son prochain salaire signifiera la même chose.» En décembre dernier, le président du FC Barcelone, Josep Bartomeu, annonçait la couleur au sujet de la prolongation de Lionel Messi.

Sous contrat jusqu’en 2018, l’attaquant de 29 ans se trouve actuellement en négociations pour rempiler en faveur de son club de toujours. Et après quelques craintes initiales, la prolongation de l’Argentin s’annonce désormais en bonne voie, comme le révélait dimanche le quotidien madrilène Marca, pourtant pas réputé pour être pro-Barça…Moins que Tevez mais…

Une interrogation se trouve néanmoins au centre des attentions : quel sera le futur salaire du Blaugrana ? Alors qu’il était au départ question de faire du Sud-Américain le joueur le mieux payé du monde, cette perspective s’est rapidement trouvée compromise par la signature de Carlos Tevez au Shanghai Shenhua en échange de 38 millions d’euros par an.

Surtout que l’institution catalane n’a pas le droit de dépenser plus de 70% de son budget en salaires. Or, les compères de la MSN, Neymar (16 M€ annuels) et Luis Suarez (15 M€), viennent eux aussi de prolonger récemment…

… beaucoup mieux que Ronaldo ?
D’après Marca, le Barça pourrait cependant faire de sa star le joueur le mieux payé d’Europe, bien loin devant Cristiano Ronaldo (23,6 M€). En effet, en prenant en compte les retombées publicitaires à venir, l’actuel leader de Liga aurait fixé comme plafond pour le futur salaire de Messi le montant de 35 M€ nets annuels ! S’il venait à être rémunéré à cette hauteur, il s’agirait d’une sacrée hausse pour le natif de Rosario qui perçoit actuellement 20-21 M€ chaque saison.

A priori, ce chiffre devrait contenter l’Argentin, surtout que Marca annonce deux autres bonnes nouvelles pour son club : le Blaugrana ne ferait pas de l’argent une priorité absolue puisqu’il aurait logiquement refusé des propositions de 50 M€ en provenance de Chine.

Par ailleurs, le fils du quintuple Ballon d’Or est scolarisé à Barcelone et d’un point de vue familial, la seule alternative à la Catalogne consisterait à rentrer en Argentine. Une possibilité que le buteur garde pour plus tard. D’ici là, Messi devrait donc continuer à empiler les buts pour le Barça, et à garnir son compte en banque…

Source: Maxifoot,

Le contrat du coach Aliou Cissé prolongé jusqu’en 2019

aliou cisse

 

Après avoir qualifié le Sénégal en quarts de finale de la CAN 2017, Aliou Cissé va de facto rempiler jusqu’en 2019 conformément à la clause du contrat qu’il a signé avec la Fédération sénégalaise de football, le mercredi 4 mars 2015.
Dans les négociations, la FSF et l’ancien capitaine de la génération 2002 avaient convenu d’un contrat de deux ans assorti d’une qualification à la CAN-2017, reconductible pendant deux années supplémentaires en cas de bonne prestation aux joutes continentales. Après 22 mois à la tête de l’équipe nationale, Aliou Cissé présente un bilan plus qu’élogieux. Sur dix matchs officiels disputés avant la Coupe d’Afrique des Nations, il n’a perdu qu’une seule fois pour 8 victoires et 1 match nul. En phase finale de ces joutes continentales, sur les trois matchs de poule, Cissé en a remporté deux pour un match nul.
Contrairement à ses deux prédécesseurs, Amara Traoré et Alain Giresse qui ont été remerciés au retour des campagnes de 2012 et 2015 où ils n’ont pu franchir le cap du premier tour, Aliou Cissé lui est sûr de rester sur le banc de l’équipe nationale jusqu’en 2019. Comme le stipulent les termes de son contrat. Non seulement, le jeune technicien est parvenu à qualifier le Sénégal à la CAN-2017 mais il a réussi la prouesse d’atteindre le second tour. Un niveau auquel les Lions n’avaient plus accédé depuis 2006.
Depuis la nomination de l’ancien Parisien à la tête des Lions, l’envie de travailler ensemble entre les deux parties a toujours été réelle. Le technicien et l’instance dirigeante du football sénégalais ont toujours respecté les termes de leur collaboration. Autant dire qu’Aliou Cissé qui est assuré de poursuivre l’aventure à la tête des Lions aura les coudées franches pour affronter les Lions indomptables du Cameroun en quart de finale de cette CAN 2017. Mais également l’occasion d’ajouter une nouvelle ligne que ses hommes et lui sont en train d’écrire sur l’histoire du football sénégalais.

Exploitation de gaz au Sénégal : Kosmos cède à Bp 32 % de ses parts

 

content_image

 

Kosmos energy a annonce?, ce lundi 19 décembre 2016, la signature d’un protocole d’accord d’exploration avec la société Bp, dotée d’une grande expérience dans le développement en eaux profondes, ainsi que dans la production et la commercialisation de gaz naturel liquéfié. Selon les modalités de l’accord, Bp sera l’opérateur désigné et actionnaire à hauteur de 62% des contrats de Kosmos des blocs C6, C8, C12 et C13 au large des côtes de la Mauritanie, ainsi qu’une participation effective de 32,49 % des contrats des blocs de Saint-Louis Offshore Profond et Cayar Offshore Profond au large des côtes du Se?ne?gal.

Kosmos gardera une participation effective de 28% et de 32,51 %, respectivement, des licences pour les zones maritimes de la Mauritanie et du Sénégal, et continuera en tant qu’ope?rateur pendant la phase de recherche.

La nouvelle répartition des parts sur les blocs au Sénégal s’établit donc comme suit : Kosmos Energy : 32,51%, BP : 32,49%, Timis corporation : 25% et Petrosen 10%. Andrew G. Inglis, le Président-Directeur Général de Kosmos Energy, indique que l’accord avec Bp «démontre la valeur de (leur) stratégie ainsi que la qualité du bassin de?couvert au large de la Mauritanie et du Sénégal».

«Suite à un processus exhaustif d’amodiation, BP s’est montrée le meilleur partenaire pour nous aider à faire progresser le projet gazier de Tortue de façon rapide, et à faire avancer un programme de recherche prévoyant le forage de plusieurs puits, qui testera le potentiel des liquides du bassin en mi-2017»

Quant au directeur général des activités en amont de BP, Bernard Looney, il estime que « le bassin Mauritano-Sénégalais est un atout à l’échelle mondiale avec un potentiel de classe mondiale».

«Nous avons hâte de travailler avec l’équipe de Kosmos et les gouvernements de la Mauritanie et du Sénégal pour rechercher et développer efficacement son plein potentiel.» Selon les modalités de l’accord, Kosmos recevra une contrepartie fixe de 916 millions de dollars.

Kosmos recevra en outre un bonus potentiel maximal de 2 dollars par baril, jusqu’à 1 milliard de barils de liquide, ledit bonus étant une redevance sur la production, sous réserve d’une future découverte de liquide et du prix du pétrole. En outre, Kosmos et BP ont conclu un partenariat exclusif de recherche.

Kosmos demeurera l’opérateur pendant la phase de recherche pour toute nouvelle acquisition en Mauritanie, au Sénégal et en Gambie, tandis que BP sera l’opérateur pendant la phase de développement.

Cartes d’identités biométriques : Mamadou Lamine Diallo demande à Macky de rendre public le contrat avec la société IRIS


Le  président du Mouvement Tekki  demande aussi au Président Macky Sall, d’expliquer au Peuple l’impact sur la croissance de ce projet et d’accepter de rendre public le contrat établi avec la société IRIS comme l’exige le code de transparence des finances publiques.

Le président du Mouvement Tekki demande aussi au Président Macky Sall, d’expliquer au Peuple l’impact sur la croissance de ce projet et d’accepter de rendre public le contrat établi avec la société IRIS comme l’exige le code de transparence des finances publiques
Pour sa traditionnelle question hebdomadaire au Président de la République, le leader du mouvement Tekki remet en question le projet sur les cartes biométriques CDEAO.

Pour l’économiste et député du Mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, le Sénégal enregistre un coût excessif avec les cartes biométriques CDEAO.

«Le Sénégal va perdre beaucoup de temps et d’argent. Ce projet a un coût direct de 50 à 55 milliards de francs CFA. Il faut y rajouter le coût d’opportunité pour l’économie pour les travailleurs des secteurs formels et informels qui perdent une journée dans les commissions administratives que l’on peut estimer à 15 milliards au moins. Le coût total pour l’économie est de 70 milliards», explique le président du Mouvement Tekki dans sa question hebdomadaire au président de la République.

Qui demande aussi au Président Macky Sall, d’expliquer au Peuple l’impact sur la croissance de ce projet et accepter de rendre public le contrat établi avec la société IRIS comme l’exige le code de transparence des finances publiques.

Revenant sur l’affaire Petro Tim / Timis Corporation, le Président du mouvement Tekki souligne que  «il est clair que Macky Sall a favorisé la création de la nébuleuse Petrotim /Timis Corporation. La création du Comité d’orientation Stratégique pour réfléchir sur le futur ne saurait effacer le passé récent où les intérêts du Sénégal n’ont pas été défendus au mieux. Il n’y a aucune raison que Timis Corporation apparue en 2014 se taille 30% de notre gaz naturel, 135 milliards de m3 de gaz au détriment du peuple sénégalais. Président Macky Sall, rend au peuple Sénégalais les 30% de son gaz naturel détenus par Timis Corporation. La cause est entendue, la question permanente se transforme désormais en revendication populaire et citoyenne.»

Me Madické Niang et les contrats de recherche d’or : Suite et pas fin

 

Me Madické Niang et les contrats de recherche d'or : Suite et pas fin
 Encore l’ancien ministre des Mines, Madické Niang, pourrait-on dire. Hier, nous vous parlions du contrat signé avec Cheikh Faye de Mdl qui est au cœur d’un rapport accablante de la CENTIF, chargée de traquer l’argent sale.
Eh bien, les radars et antennes de Libération sont encore tombés sur une autre convention pour recherche d’or dont le bénéficiaire réfugié derrière la société 3 S International présente un profil «intéressant». Comment ça ? «Xana» qu’il s’agit d’un expert comptable qui avait été inculpé dans le cadre d’une rocambolesque affaire de détournement de fonds présumé à l’ANACS. «Teuss » !

NBA: Vers une prolongation du contrat de Gorgui Dieng chez les Wolves de Minnesota

Le pivot Gorgui Dieng est parti pour rester des années encore chez les Wolves de Minnesota dans le championnat nord-américain de basket-ball.


L’aventure en NBA, qui avait commencé en 2013, risque de se poursuivre dans la ville de Minneapolis pour le joueur sénégalais. D’après le journal Stades, la franchise des wolves annonce sur son site que la prolongation du contrat de Gorgui Dieng se précise. Ce qui devrait se faire avant le 31 octobre prochain qui est le deadline pour Minnesota. La preuve que le staff technique compte beaucoup sur son Lion qui semble avoir gagné sa place dans le cinq majeur de cette saison.

Il a joué comme titulaire lors des quatre matchs (4 v et 1 D) de la pré-saison 2016-2017 avec une moyenne de 22 minutes de temps de jeu pour 7.7 points, 5 rebonds, 2 contres en moyenne. Cela confirme aussi tout le bien que le coach Tom Thibodeau disait du natif de Kébémer : «sa valeur est inestimable parce qu’il fait tellement de petites choses qui nous aident à gagner.

Parfois ça ne se voit pas sur la feuille de match, comme ses écrans, ses rebonds, sa capacité à prendre des tirs ouverts. L’équipe marche bien quand Gorgui Dieng est sur le terrain (…) Il est très efficace en tête de raquette, pour prendre des décisions rapidement ou attendre le deuxième écran. Il a été très solide.»

Scandale financier au sommet de l’Etat : Le gouvernement confirme avoir donné 13 milliards à Bictogo

Adama-Bictogo1-592x296

Voilà un scandale qui n’en finit pas d’étonner. Alors que la presse avait parlé d’une indemnisation de 12 milliards de francs Cfa, l’Etat a… démenti pour dire qu’il a dégainé, en réalité, beaucoup plus. Dans un communiqué, le porte-parole du gouvernement révèle que c’est en fait 13 milliards de nos pauvres francs qui ont été fourgués au prince Adama Bictogo, patron de la société Snedai. Nous reproduisons in extenso le communiqué de Seydou Guèye pour expliquer pourquoi une telle indemnisation. Chacun appréciera…

 

COMMUNIQUE SUR LA CLOTURE DU SYSTEME DES VISAS BIOMETRIQUES

 

Depuis plusieurs semaines, des articles de presse relayent des propos tendant à faire  croire que les finances publiques ont subi un impact négatif du fait de la clôture du système des visas biométriques. Le manque d’information, manifestement, est à la base de ces insinuations totalement contraires aux faits.

 

Pour la bonne information de l’opinion, le Gouvernement rappelle les faits suivants :

 

  1. Au regard de la situation d’insécurité sous-régionale caractérisée, notamment, par l’action de nombreux mouvements djihadistes dans la bande du Sahel, l’Etat du Sénégal a initié un important projet de modernisation et d’équipement des services de sécurité et de l’administration territoriale. Il a conclu, dans ce cadre, le 25 mars 2014, un contrat de partenariat avec la société SNEDAI, concessionnaire de services publics pour la production de visas biométriques.
  2. L’Etat du Sénégal avait décidé d’affecter sa quote-part des ressources financières, générées par les visas biométriques, à l’achat, par le prestataire SNEDAI, d’équipements d’intervention mobiles ainsi que d’équipements militaires. Ces équipements sont mis à la disposition des forces de police et de l’administration territoriale. La quote-part attendue de l’Etat devait aussi servir, en sus de l’équipement de forces de police et de l’administration territoriale, à la réhabilitation et la construction, par la société SNEDAI, d’édifices publics destinés aux services déconcentrés de l’Etat (préfectures, sous-préfectures, commissariats de polices, etc.).
  3. Auparavant, le 8 janvier 2014, l’autorité contractante au nom du Gouvernement avait reçu l’autorisation de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) par sa décision n°010/14/ARMP/CRD.
  4. Comme pour toute autre opération de titrisation de recettes à venir pour l’Etat, cette affection exceptionnelle ne pouvait résulter que « d’une disposition de la loi de finances d’initiative gouvernementale », conformément aux dispositions de l’article 19, dernier alinéa, de la loi organique n°2001-09 du 15 octobre 2001, relative aux lois de finances. Ainsi, le Gouvernement a soumis au vote de l’Assemblée nationale, cette affectation de recettes, dans la loi de finances rectificative pour l’année 2014, (cf. Article 29 de la LFR 2014). L’Assemblée en avait ainsi décidé.
  5. Ainsi, toutes les obligations d’ordre légal et réglementaire sur la conclusion de ce contrat de partenariat ont été observées et remplies, à date, par le Gouvernement.
  6. Le 03 avril 2015, le Gouvernement a décidé de suspendre le visa payant sur le territoire national à compter du 1er mai 2015. Le Gouvernement donnait ainsi une suite favorable à la demande maintes fois réitérée de suppression des visas par les acteurs privés du secteur touristique national. Il convient de rappeler que ce secteur était alors lourdement menacé par l’impact de la situation sécuritaire sous-régionale et de la maladie à virus Ebola.
  7. A cette date, la société SNEDAI avait fini de préfinancer et de mettre à la disposition de l’Etat du Sénégal la totalité des équipements prévus par le contrat, soit:
  8. a) 338 véhicules et 156 motos pour un coût global de 889.350.000 FCFA, décomposés comme suit :
  • 147 véhicules et 156 motos pour les services de polices ;
  • 191 véhicules pour l’Administration territoriale
  1. b) des matériels d’intervention militaire des forces spécialisées de police pour un coût global de 978.880.000 FCFA.
  2. A la date de la rupture du contrat par l’Etat, la société SNEDAI a ainsi préfinancé pour le compte de l’Etat du Sénégal, sur les recettes attendues par l’Etat de la mise en œuvre du système de visas biométriques, la somme de neuf milliards huit cent soixante-dix-huit millions cinquante-six mille cinq cent soixante-douze francs CFA (9.878.056.572 FCFA). Les équipements ont été livrés. Ils sont utilisés actuellement par les forces de police et l’administration territoriale.
  3. Au surplus, à la date de la rupture du contrat par l’Etat, la société SNEDAI a remis à l’Etat du Sénégal, pour pleine propriété, l’ensemble des équipements informatiques (matériels et logiciels) acquis dans le cadre de la mise en œuvre du système de visas biométriques, après négociations, à leur valeur résiduelle, soit 829.073 FCFA (pour des investissements d’un coût initial de 1.316.309.316 FCFA).
  4. Les opérations en suspens, notamment les salaires et rémunérations dus, les dettes fournisseurs, les engagements bancaires, les intérêts sur emprunts, ainsi que les moins values de recettes pour la société ont été évalués par la SNEDAI au moment de la rupture du contrat et soumises au Gouvernement. Ces opérations avaient autorisé la société SNEDAI à réclamer à l’Etat, pour solde du contrat de partenariat, un montant global de 708.514.802 FCFA. L’Etat a finalement payé à la société SNEDAI, la somme de 13.000.000.000 FCFA.

Telles sont les opérations, menées dans la transparence et la légalité, dans le cadre du contrat qui liait l’Etat du Sénégal à SNEDAI.

Tels sont les faits.

 

 

Le Ministre, Porte-parole du Gouvernement