Tag Archives: Financer

Idy cherche 2 milliards pour financer sa campagne 2019

Idrissa Seck charge ses militants de collecter le financement de sa campagne pour la Présidentielle 2019. Le lancement a été fait samedi par Déthié Fall qui a qualifié d’« inédite » cette initiative dans le landerneau politique sénégalais .

« Lorsqu’il s’agit de campagne présidentielle, c’est souvent le candidat lui-même qui s’occupe des finances de sa campagne. Mais pour cette fois, au niveau du parti Rewmi, les militants et sympathisants ont préféré s’occuper de cette question », s’est félicité le député devant des dizaines de responsables du parti.

Mise en place en juillet dernier, la commission de collecte de fonds pour le candidat Idrissa Seck a fixé ses ambitions. « On tourne entre 2 et 5 milliards. Au regard de l’engouement et l’interpellation de ces personnes qui sont venues vers nous depuis pratiquement 2 ans, ce serait raisonnable qu’on puisse engranger au minimum 2 milliards de francs Cfa », a prévu Aly Salé Diop, coprésident de ladite commission qu’il partage avec Abdourahmane Diouf.

En outre, Rewmi a fait le point sur la collecte de parrainages. Selon son vice-président, le parti a déjà réuni le nombre de parrains requis. « Nous avons bouclé le nombre qui nous a été demandé en 20 jours seulement. Rewmi est un très grand parti. Il suffit juste de voir nos résultats électoraux pour comprendre que nous n’avons aucune difficulté à réunir 66 mille signatures. Les Sénégalais continuent de parrainer le candidat Idrissa Seck et la collecte des signatures se poursuit », a dit Déthié Fall.

Toutefois, le député rewmiste a réfuté toute absence de son mentor de la vie politique. « Idrissa Seck n’est pas absent. Au contraire, il est très présent. Ne liez pas silence et absence ! Il suffit de faire un tour au Point E pour s’apercevoir du nombre de personnes qui lui rendent visite », a-t-il souligné.

Le Quotidien

Huit millions pour financer les femmes formées de Adeps des Hlm

L’alliance pour le développement, l’entraide et la promotion sociale (Adeps) et M Ibrahima Alioune Gaye ont fait bénéficier à soixante trois (63) femmes une formation d’activités génératrices de revenus.

Après la formation, quarante (40) femmes sont sélectionnées et vont bénéficier de huit millions (8.000.000) de nos francs.

Ce projet initié par M Ibrahima Alioune, a octroyé chacune de ces quarante femmes formées, un prêt de deux cent mille (200.000) francs remboursable en dix sept (17) mois et sans intérêt.

Les premières femmes qui ont bénéficié de ces formations ont été sélectionnées et renforcées dans leur capacité nouvelle afin de former à leur tour d’autres femmes de l’Adeps. Et les remboursements financeront aussi le reste du groupement.

La diaspora est la première source de financement externe du Sénégal (pr)

ECONOMIE : la diaspora est la première source de financement externe du Sénégal (pr)
 Antananarive (Madagascar), 28 (APS) – Les apports de la diaspora sénégalaise représentent la première source de financement externe du Sénégal, a indiqué dimanche le chef de l’Etat, Macky Sall, affirmant que cela a beaucoup contribué à inverser la balance de paiement du pays.
« C’est un peu plus de 900 milliards de francs CFA répertoriés annuellement par la banque centrale […]. Et il faut organiser cette masse d’argent qui ne doit pas servir seulement à entretenir les familles, mais qui doit aussi servir à l’investissement, pour en faire un effet levier » a-t-il souligné.

Le président Macky Sall recevait, dimanche à Antananarivo, les Sénégalais vivant à Madagascar, en marge de la clôture de la 16-ème Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage.

Selon lui, n’eût été l’apport des Sénégalais de l’extérieur, la situation économique du Sénégal aurait été beaucoup plus difficile. Il souligne que le volume des transferts annuels des émigrés sénégalais vers le Sénégal représente deux fois l’aide publique internationale. Ce qui, selon lui, est extrêmement important.

« Donc, il est essentiel que la diaspora réfléchisse sur les mécanismes d’un investissement garanti au Sénégal, puisqu’il n’y a rien de plus désobligeant que de voir des personnes travailler dur pour gagner de l’argent qui, au finish, est dilapidé par des insouciants abonnés au repos permanent », a-t-il exhorté.
« Ceux-là détruisent ces ressources hautement acquises, ce qui est totalement inacceptable », a fustigé le chef de l’Etat, dénonçant dans la foulée « les politiques de gaspillage ». Il estime que c’est là un message à adresser à ceux qui sont restés au pays, « afin qu’ils aident ceux » qui ont émigré à « bien gérer leur argent ».
APS

Paul Kagamé : L’UA doit financer ses propres projets de développement

L’UA doit financer ses propres projets de développement (Paul Kagamé)
L’Union africaine (UA) doit financer ses propres projets de développement, a affirmé dimanche le président rwandais Paul Kagamé, estimant que cette responsabilité incombe aux Africains.


’’Nous devons être ceux qui doivent financer les actions qui nous tiennent à cœur. Cette responsabilité nous incombe’’ pour réaliser les projets de développement avec ‘’la volonté politique requise’’, a dit M. Kagamé, à l’ouverture du 27e Sommet de l’Union africaine au Kigali Convention Center, en présence de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement.


La question du financement a fait l’objet d’une réunion à huis clos des chefs d’Etat et de gouvernement.


L’Union africaine doit mettre en pratique ses projets avec ‘’les moyens qu’il faut’’ et ‘’ne pas répondre aux sirènes de l’extérieur, les pieds et les poings liés’’, a lancé Paul Kagamé.


Le président rwandais, qui s’est insurgé contre les ‘’lobbies négatifs’’, a toutefois estimé que c’est évident que le travail se fera sur la base des relations que l’Afrique aura avec le reste du monde.


Selon lui, l’Afrique se développe grâce à ses populations. ‘’Il faut se lever et atteindre les sommets les plus élevés, traduire concrètement les projets que nous nous sommes engagés à mettre en œuvre’’, a dit Paul Kagamé.