Tag Archives: Gagner

Ousmane Sonko :”Si les jeunes sortent voter, nous gagnerons au 1er tour”


Le candidat Ousmane Sonko de la coalition “Sonko président” s’est dit convaincu de “remporter l’élection présidentielle au 1er tour”, si les jeunes retirent leurs cartes et sortent voter le 24 février.

“Sur les 6 600 000 électeurs inscrits, les 4 millions sont des jeunes. Et si tous les jeunes sortent voter, nous allons gagner au 1er tour”, a-t-il assuré devant ses militants et sympathisants, samedi à Rufisque.

“Nous avons la jeunesse du Sénégal et quiconque a la jeunesse de son côté va gagner l’élection. Cette jeunesse a décidé de prendre son destin en main”, a-t-il ajouté.

Ousmane Sonko a appelé les jeunes à retirer leurs cartes et à aller voter pour le triomphe de sa coalition au soir du 24 février.

“Nous allons gagner la présidentielle. J’en ai la certitude mes chers parce que les Sénégalais ont envie de changement”, a-t-il assuré devant des militants scandant “Sonko Président”.

Se disant compter sur la jeunesse et la diaspora sénégalaise, Ousmane Sonko fait noter : “vous avez tous suivi mon séjour à New-York, au Canada, à Paris, Italie, Espagne, Belgique et Suisse, aucun des autres candidats ne peut rassembler autant de personnes”.

Pour le candidat de “Sonko président”, “les artisans du Sénégal, tailleurs, menuisiers, maçons, mécaniciens, entre autres, les commerçants, le monde paysan, les pêcheurs, les éleveurs qui connaissent son programme” vont voter pour lui.

“Si on a autant de monde, soyez sûrs que nous allons gagner avec la manière”, a t-il encore assuré.

Ousmane Sonko a demandé à ses militants d’aller “convaincre le maximum de personnes, de se présenter le jour du vote dans les centres à 7 h 30, d’y rester après le vote pour contrôler afin d’éviter d’éventuelles fraudes”.

“Ne permettez à personne de donner aux gens de l’argent pour les appeler à voter pour un candidat. C’est une infraction que personne ne doit accepter” a lancé Ousmane Sonko.

“Si vous faites cela, à minuit Macky Sall sera battu…” a encore dit Ousmane Sonko, arrivé samedi à Rufisque un peu avant minuit après sa rencontre avec l’ancien chef d’Etat, Me Abdoulaye Wade, à Dakar.

« Ce Sénégal ne peut pas gagner la Can-2019 »

Demba Bâ ne mise pas pour une victoire du Sénégal pour la Can 2019 au Cameroun. L’attaquant sénégalais qui évolue en Chine s’est confié dans un entretien avec le quotidien « Record » : « Non je ne pense pas que le Sénégal pourra gagner quelque chose en 2019. Et j’espère me tromper. »

Pour expliquer ses propos, Demba vise directement la gestion l’actuel coach des Lions, Aliou Cissé. « Si j’étais coach, je n’allais jamais faire comme lui (Aliou Cissé) et je ne le suivrais pas (…) il y’a des choses qui m’ont paru bizarres dans le management d’Aliou Cissé. Mais c’est comme ça, on accepte », dénonce l’ancien joueur de Chelsea.

Retraite internationale

Il ajoute : « Quand Moussa Sow me raconte ce qu’il s’est passé lors du dernier Mondial, là je le comprends à 100% ses choix. Maintenant, j’ai tenté de le retenir quand même pour l’équipe nationale, en lui disant qu’on a encore besoin de son expérience mais je ne veux pas lui en vouloir. Vu ce qui s’est passé dans le groupe en Russie, je dirai simplement que c’était le désastre. »

Absent de la Tanière depuis 2015, Demba Bâ est conscient que l’histoire avec la sélection nationale est terminée. À 33 ans, il pense plutôt à sa reconversion. « Vu le déroulement des évènements, et vu comment Aliou Cissé m’a complètement snobé et ignoré, mis de côté sans me parler, non je dis que ça va, cette sélection n’est plus dans un coin de ma tête », dit-il.

Le Real continuera à gagner sans Ronaldo »

C’est sans Cristiano Ronaldo que le Real Madrid visera, ce mercredi face à l’Atlético, un troisième sacre consécutif en Supercoupe d’Europe à 19h. En conférence de presse, Sergio Ramos était loin d’être alarmiste, assurant que le club continuerait à gagner sans l’attaquant portugais.

Une page s’est tournée pour le Real Madrid, avec le départ de sa star Cristiano Ronaldo vers la Juventus cet été. C’est donc sans lui que le club tentera mercredi de conquérir sa troisième Supercoupe d’Europe consécutive, en faisant face à l’Atlético.

« Quoi qu’il arrive, le club continuera à gagner »

« C’était un joueur très important et perdre un joueur de cette importance n’est jamais positif. Mais ce n’est pas cela qui va nous empêcher de gagner, estime Ramos. Le club continuera à gagner, après le départ de Cris, après le départ d’autres joueurs… A nous de laisser ça derrière nous. Le Real continuera à avancer et quoi qu’il arrive, le club continuera à gagner. Il a décidé de changer d’étape et souhaitons le meilleur, pour lui et pour nous. »

Dans une interview accordée au site de la Juve il y a deux jours, Cristiano Ronaldo mettait en avant l’idée de famille… pour un tacle déguisé au Real? « Ce club est différent, toutes les personnes sont très gentilles, tout comme les supporters, ici nous sommes comme une famille« , expliquait le Portugais, sans toutefois nommer clairement le club madrilène.

« Il a toujours fait partie de la famille »

« J’ai toujours senti une famille ici, a répliqué Sergio Ramos en conférence de presse. La clé du succès réside dans le fait que nous avons toujours été une famille et qu’il en a toujours fait partie. »

Il faudra composer sans lui. Après tout, les deux derniers sacres du Real Madrid en Supercoupe d’Europe avaient été conquis sans que Cristiano Ronaldo n’ait trouvé le chemin des filets…

Rmc

Manuel Silva, sélectionneur Angola : « Comment résister et gagner le Sénégal »

Manuel Silva, sélectionneur Angola : « Comment résister et gagner le Sénégal »

« Après la difficile phase de poules, l’équipe a atteint son objectif en se qualifiant pour les quarts de finale. Depuis, elle s’améliore et je crois que les joueurs seront à leur meilleur niveau contre le Sénégal demain (aujourd’hui).
Il ne faut pas répéter les prestations des précédents matchs. Nous croisons un gros client. Néanmoins, nous pouvons gagner ce quart de finale. L’équipe sénégalaise joue très bien la transition de la défense à l’attaque et est impériale dans le jeu intérieur avec des joueurs de grande taille. Ce sont-là ses points forts.

Il nous revient d’apporter la réponse adéquate. Nous devons être rusés, bien défendre et essayer de garder l’équilibre dans les lancements de courtes et longues distances »

wiwsport

Aminata Mimi Touré : « Macky Sall sait comment gagner les élections »

Aminata Mimi Touré (ancienne PM) : "Macky Sall sait comment gagner les élections"
L’envoyée spécial du Président Sall Aminata Touré a assuré hier que le gouvernement est en train de batailler ferme pour assurer la victoire au Pr Abdoulaye Bathily, à la tête de la commission de l’Union africaine. « Le président Macky Sall s’active sans relâche auprès de sqes pairs pour appuyer votre candidature. La premiere manche qui a été remportée à Kigali en est le parfait exemple.

Macky Sall met tout son poids sur la balance pour que nous gagnions », a fait savoir l’ancien Premier ministre lors d’un panel sur la candidature du Pr Bathily. Assurant que l’ancien patron de la Ligue démocratique est le meilleur candidat du fait de son expertise, Mme Touré l’invite à œuvrer à l’essor du continent.

« Nous vous exhortons à mettre au goût du jour de grands projets comme le Nepad pour assurer le développement du continent. Macky Sall est votre chef de campagne et il sait comment gagner les élections. J’en suis certaine, il vous fera gagner », affirme Aminata Touré

 

Moustapha Cissé Lô : « C’est difficile de gagner à Touba »

moustapha-cisse-lo
Le député Moustapha Cissé Lô est d’avis qu’il faudra au pouvoir déployer d’énormes efforts pour espérer remporter une élection dans la capitale du mouridisme.

« Touba a ses spécificités ; c’est une ville cosmopolite qui s’agrandit de manière galopante, rappelle-t-il. Mais nous n’avons pas le droit de ne pas travailler pour massifier notre parti afin d’avoir plus de soutien en vue des échéances à venir.

Touba, c’est difficile. Mais je pense que si nous nous inscrivons dans la dynamique que le chef de l’État nous a indiquée, nous pourrons gagner. »

En tant qu’ancien responsable de l’Apr, battue lors des dernières élections par l’opposition, Cissé Lô sait de quoi il parle.

 

(Source : Le Soleil)

Sénégal-Cap Vert, ce soir à 20h : Bien démarrer le Mondial 2018

 

L’Equipe nationale du Sénégal entame ce soir (20h), au stade Senghor, les éliminatoires du Mondial 2018 contre le Cap-Vert. Face à un adversaire éliminé de la prochaine Can, les Lions auront à cœur de poursuivre dans leur lancée des éliminatoires : s’offrir un sans-faute. Reste à aborder le «derby» par le bon bout et offrir au public du spectacle

Après presqu’une semaine de travail dans l’ombre, loin des regards indiscrets, les Lions entament ce soir les éliminatoires du Mondial 2018 à domicile face au Cap-Vert. Et cela, après avoir réalisé un parcours sans faute lors des éliminatoires de la Can avec six victoires en autant de sorties.
Quoi de plus normal que de poursuivre dans le même élan ! Surtout à domicile devant le public de «Senghor» face au voisin capverdien. «Un derby», a rappelé le sélectionneur, Aliou Cissé, en conférence de presse d’avant match, soulignant qu’il ne sera pas facile : «On connaît l’adversaire.

Maintenant, je ne me focalise pas trop sur le Cap-Vert. On sait que c’est une bonne équipe, même si elle est éliminée de la prochaine Can. On a nos atouts qu’on essayera de mettre en place. Ce ne sera pas un match facile», a prévenu le sélectionneur. Un match important que la bande à Cheikhou Kouyaté doit impérativement remporter afin d’aborder le reste de la compétition sous de meilleurs auspices.

Cissé : «Je m’attends à un grand match face au Cap-Vert»
Avec un groupe au complet, le technicien sénégalais affiche un certain optimisme : «Le groupe est prêt. Nous avons travaillé dans une bonne ambiance avec beaucoup de sérieux et de détermination. Les gosses savent qu’ils ont une occasion de disputer une Coupe du monde. Ils sont conscients de l’enjeu et de l’opportunité qui s’offre à eux. Je m’attends à un grand match face au Cap-Vert», promet le sélectionneur des Lions.
Pour le match de ce soir, le «Sénégal du foot» espère du nouveau. Surtout après les 3 jours de huis clos. Sous ce chapitre, le sélectionneur n’a pas souhaité dévoiler ses «secrets». «On a travaillé dans la sérénité pour faire un bon résultat. Les huis clos, c’est un choix que nous avons jugé utile pour bien préparer ce match», dira Aliou Cissé. Avant d’ajouter : «Il ne faut pas que les gens fassent l’amalgame. Je ne cherche pas à couper l’équipe du public. On est conscient du lien qui existe entre cette équipe et le public. On a besoin de tout le monde pour atteindre l’objectif qu’on s’est fixé.»
Quid du onze de départ ? Mystère et boule de gomme. En attaque, l’absence de Mame Biram Diouf, suspendu pour cumul de cartons, pourrait profiter à l’un des cadres de la Tanière, Moussa Sow, qui effectue son retour au sein du groupe. Seulement, l’attaquant de Fenerbahce «souffre d’une douleur à l’épaule», a confié le sélectionneur. «On a une idée de ce qu’on veut faire. Maintenant, je ne vais pas vous le dire. Vous le verrez.» Promesse de coach !

lequotidien.sn

Classement Fifa : Les lions 39 ème, gagnent 2 places

content_image

L’équipe nationale de football du Sénégal, auteur d’un grand chelem aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2017, a progressé de deux places au niveau mondial (39-ème) et d’une place en Afrique (3-ème) du classement FIFA de ce mois de septembre.

Le parcours sans fautes des Lions a permis au Sénégal d’être dans le trio de tête du classement africain, derrière la Côte d’Ivoire et l’Algérie.

Le fait marquant dans le classement FIFA au niveau continental est la Guinée Bissau (73e, +2) qui obtient ainsi le meilleur classement de son histoire. Les Djurtus sont qualifiés pour la première fois à la CAN.

Le classement FIFA connaît quelques modifications à la suite des matches de qualifications de septembre.

L’Argentine et la Belgique ne sont néanmoins pas concernées par ces changements puisque ces deux nations ont pu consolider leurs première et deuxième places respectives.

Dans le haut du tableau, la plus forte progression est à mettre à l’actif du Brésil, qui fait un bond de cinq places. L’Espagne et l’Italie sortent du top 10 et occupent respectivement les 11e et 13e places.

Eliminatoires CAN 2017 : Les Lions invités à gagner le dernier match pour ’’rassurer le public’’ (ministre)

Lions-Onze-égypte-Caire
Le ministre des Sports, Matar Bâ a exhorté l’équipe nationale déjà qualifiée à gagner le dernier match des éliminatoires de la CAN contre la Namibie ce samedi pour ’’rassurer le public’’ en perspective de la phase finale de cette compétition prévue en 2017 au Gabon.
‘’Le dernier match doit permettre à ces joueurs-là, à l’équipe nationale, à la fédération de poser des actes allant dans le sens de rassurer la population parce qu’on va vers une compétition importante à savoir la CAN et le Sénégal a sa carte à jouer’’, a-t-il dit.
Le ministre des Sports prenait part vendredi à la première édition du tournoi de l’émergence qui a vu la victoire de l’ASC Yakaar devant l’ASC Avenir à la suite des séries de tirs au but.
‘’On y va pas pour être des figurants, on y va pour des objectifs très clairs .Maintenant ? C’est le match de demain (samedi) qui permettra aux joueurs de terminer en beauté .Mais avant cela, il faut qu’ils rassurent la population parce qu’on en a besoin’’, a-t-il lancé.

Le coup d’envoi du match Sénégal-Namibie est prévu ce samedi à 17h 30 au stade Léopold Sédar Senghor.

Dans cette perspective, Matar Bâ a demandé aux supporteurs de venir au stade Léopold Sédar Senghor soutenir les Lions qui ont gagné cinq matchs sur cinq pour dit-il mieux préparer la rencontre des éliminatoires de la Coupe du monde contre le Cap-Vert.
‘’Il ne faut pas qu’on ait tendance à dire qu’on s’est qualifié et que le match n’a pas d’importance. Si on n’avait pas gagné l’ensemble de nos matchs, on ne serait pas parmi les quatre premières équipes africaines’’, a-t-il dit.
Le ministre des Sports a rappelé que ‘’c’est ce classement qui a permis au Sénégal de se retrouver dans une poule acceptable’’ pour le tirage des poules des éliminatoires de la Coupe du monde dont la phase finale est prévue en 2018 en Russie.

HCCT : Khalifa Sall sur le pied de guerre pour gagner la ville de Dakar

HCCT : Khalifa Sall sur le pied de guerre pour gagner la ville de Dakar
Lui est prêt et n’attend que le coup de sifflet de l’arbitre pour démarrer le combat. Il s’agit, pour le nommer, du maire de Dakar qui attend de pied ferme l’élection des membres du Haut Conseil des Collectivités Territoriales afin de gagner la commune qu’il dirige.

Selon nos confrères du journal EnQuête, Khalifa Sall reste convaincu que le vote des membres du HCCT n’est que le prolongement de la bataille de 2014 et qu’il ne faut, en aucun cas, le perdre.

« C’est un combat pour Dakar, un combat des élus de Dakar, il faut donc rester debout, car c’est le prolongement du combat de 2014 », a lancé la maire de Dakar devant les conseillers municipaux de Grand Yoff, son fief.

Selon les sources du canard de Mamadou Wane, sur les 76 conseillers, près d’une soixantaine ont répondu à l’appel de Khalkifa Sall.

La visite de ce dernier dans la commune de Grand Yoff entre dans le cadre d’une série de visites initiées par le maire socialiste depuis l’ouverture de la campagne pour le scrutin du 4 Septembre prochain.

Leral

Siteu: je ne suis pas prêt à faire certains sacrifices pour gagner un combat

SITEU-2

Siteu reste un grand sportif qui sait tirer des enseignements d’une défaite. Le Phénomène de Lansar déclare qu’il a mordu la poussière contre Sa Thiès par inexpérience et par excès de confiance. Entretien

Votre défaite contre Sa Thiès est-elle amère ou pas ?

C’est la volonté divine. Je ne peux pas aller à l’encontre de la volonté du Tout Puissant. Une amère défaite ? Oui, mais au regard de mes nombreux supporters. Ils voulaient ma victoire. Ils s’étaient mobilisés pour me pousser à la victoire. Je voulais répondre à leurs attentes.

En regardant votre grand public à quelques petites secondes du coup d’envoi, qu’est-ce qui a traversé votre esprit ?

J’étais plus que motivé. J’étais devenu plus courageux que d’habitude. Je ne vis jamais de pression. Je ne la connais pas. J’ai battu des lutteurs pour ensuite fêter mon succès avec mes parents. Si aujourd’hui je mords la poussière, je ne dois pas en pleurer. Ça doit être une occasion de rendre encore grâce à Dieu.

Quelle était votre stratégie technique ?

J’ai adopté ma stratégie habituelle. Chacun de nous avait misé sur son point fort. Dieu a fait que c’est la stratégie de mon adversaire qui a eu raison de la mienne.

On s’attendait à ce que vous reconduisiez la même stratégie que contre Zarco. N’avez-vous pas été freiné par les coups fatals de Sa Thiès ?

J’avais vu une ouverture et j’ai attaqué. Je n’ai pas raté sa jambe. C’était bien calculé. Le combat ne pouvait pas se dérouler autrement. J’accepte le résultat avec philosophie.

Max Mbargane a dit que vous ne vous attendiez pas au hancher (mboot) de Sa Thiès…

Oui, je ne m’attendais pas à son mboot. Pis, j’étais trahi par mon excès de confiance. J’étais très confiant. C’est à cause de mon audace aussi que j’ai perdu. Sa Thiès n’a pas enclenché de mboot ; il a fait du diolal afin que nous nous détachions. Il avait enclenché un hancher pour se débarrasser de moi et écarter le danger. C’est ce qu’on appelle mboot diolal.

D’aucuns pensent que vous avez manqué de force pour pouvoir plier la jambe de Sa Thiès. Quelle réponse leur donnez-vous ?

J’ai perdu par manque d’expérience. J’ai passé trop de temps à danser. J’ai vraiment manqué de concentration. Il faut le reconnaitre. C’est ce qui m’a fait échouer. Je vais en tirer des enseignements. Je connais mes qualités. Je n’en doute pas. J’aurai dû avoir plus de retenue et de concentration pour me tirer d’affaire. C’est une leçon pour l’avenir.

Après la défaite, quelle était votre réaction en voyant toujours vos nombreux supporters derrière vous pour vous encourager ?

Par la grâce de Dieu, j’ai un grand public. C’est une chance. Ce que j’ai, je pense que même le président de la République ne l’a pas (Yalla natou nama loumou natawoul sakh Président). Tout le Sénégal était sorti pour m’encourager. Je pense que les Sénégalais me suivent par la volonté de Dieu et grâce à ma discipline.

Parlant de discipline, on accuse votre entourage de ne pas être un exemple. Qu’en pensez-vous ? 

Je suis de nature discipliné. Sa Thiès ne devait pas me traiter d’une certaine manière. Je ne lui veux aucun mal.

Qu’avez-vous dit à Double Less lorsqu’il priait pour son fils avant le combat ? 

Double Less est un père pour moi. Donc, je ne vais jamais lui manquer de respect. Ce que je ne dirai pas à mon propre père, je ne vais jamais le lui dire. Je lui voue du respect. Franchement. Je ne souhaite jamais dire du mal à quelqu’un de mon âge, a fortiori à quelqu’un qui peut être un père. Sa Thiès aussi n’a jamais dit du mal de moi. Je ne lui manquerai donc pas de respect. Je suis toujours dans du positif. Je sais que Sa Thiès est un bon mec.

Comment avez-vous appris son accident de la veille ?  N’était-il pas dans vos bagages mystiques ?

J’ai appris son accident après le combat. Je ne ferai jamais de sacrifices pour gagner un combat. Si pour eux la victoire vaut un certain sacrifice, ça les concerne. C’est Double Less qui a dit que ce combat lui était d’une grande importance. Qu’il serait même prêt à y laisser sa vie. Je ne suis pas prêt à tuer un chat pour gagner un combat. Je ne suis pas prêt à faire ses sacrifices.

Balla Gaye 2 est quelqu’un que vous estimez beaucoup. Trouvez-vous normal qu’il soutienne son frère ?

Je connais Balla Gaye 2. C’est quelqu’un de bien. C’est normal qu’il soutienne son frère. À l’image de Eumeu Sène, Modou Lô, etc. Balla Gaye 2 est un grand-frère. Je leur voue du respect.

Qui est votre idole ?

Nécko Rël est mon idole. C’est le seul lutteur qui me donne du plaisir quand il lutte.

Justement, on n’a pas vu vos aînés de Lansar à vos côtés le jour du combat. Que s’est-il passé ? 

Ils étaient pourtant au stade. Lansar est une et indivisible. Il n’y a aucune jalousie entre les Tidiane Faye et moi. Ils sont toujours à mes côtés. Ils me veulent du succès et de l’avancement.

On a appris que Reug Reug a été votre sparring-partner pour ce combat contre Sa Thiès. Le confirmezvous ?

Reug Reug, Trompeur, Coly Faye 2, entre autres, sont mes potes. Je me suis entraîné avec Reug Reug. Nos relations ne datent pas d’aujourd’hui. Il a prié pour ma victoire. Dieu en a décidé autrement.

Avez-vous eu d’autres propositions de combats après votre défaite ?

C’est mon staff, notamment Max Mbargane, qui se charge de ce volet-là. Il ne m’a encore rien dit concernant de nouvelles propositions de combats. Je suis à l’écoute.

Votre duel contre Lac Rose est remis au goût du jour. Est-ce toujours un combat possible ?

Encore une fois, je suis à l’écoute de mon staff.

Vous disiez à Diène Kaïré de faire ses preuves. Avec ce revers, peut-on s’attendre à ce que vous l’acceptiez ?

Je suis à l’écoute de mon staff. Je n’ai pas de mot à dire. Pour tout ce qui concerne mes adversaires, je suis à l’écoute de mon staff. Le dernier mot lui revient.

Ama Baldé nous a confié qu’il était prêt à vous croiser en cas de victoire sur Sa Thiès. Pourquoi avez-vous envie de l’affronter ?

Je ne défie personne. Si, par contre, un combat intéresse les amateurs, qu’un promoteur s’y intéresse et fait la proposition à mon staff avec un bon cachet, je ne le refuserai pas. De toutes les façons, je n’ai reçu aucun ndiguel de mon encadrement pour en découdre avec un quelconque lutteur. La lutte est mon métier. Donc je n’ai de fixation sur qui que ce soit.

Préférez-vous un adversaire plus prenable ou moins prenable ?

Je veux un adversaire de taille. Qu’il soit un lutteur avec qui on produira un combat à la fois agréable et choc.

Pourquoi choisissez-vous des adversaires très dangereux à l’image de Zarco et Sa Thiès ?

Je ne suis pas un poltron. Je suis armé de courage. Nék goor Yalla. En plus, je suis né dans un quartier (Diamagueune) où il n’y a pas de poltrons. Il y a aussi le fait que je suis un Talibé de Serigne Bamba. Si je n’étais pas courageux, j’aurais surpris beaucoup de personnes.

Que signifie Payang ? 

Payang est une forêt qui se trouve dans le Walo. Un de mes amis du nom de Mbaye disait qu’il est le seul à y avoir été. Moi, je lui ai dit que je m’y rendrai. Par la suite, le nom est devenu fréquent dans nos discours. Jusqu’à ce que tout le monde parle de Payang.

Pouvez-vous nous parler de votre préparation mystique ? 

J’ai investi tout mon argent dans le mystique. Cela, dans le but de me protéger et me blinder. Je me suis rendu partout pour ma préparation mystique.

Vos marabouts ne vous avaient-ils pas assuré la victoire sur Sa Thiès ?

Si, si. Depuis le montage du combat jusqu’au jour-J, j’avais la victoire. Il y a eu quelque chose d’imprévu (dafa am louci lakhassou). Moi, je ne suis pas prêt à faire certains sacrifices pour gagner un combat.

Voulez-vous insinuer que votre adversaire a fait des sacrifices humains pour vous battre ?

Non, je ne sais pas. Cela le concerne. Tout ce qu’un être humain fait, il en assumera les conséquences. Vous avez remarqué certaines choses après. De mon côté, aucun être humain n’a perdu la vie. J’en rends grâce à Dieu.

Serez-vous prêt à continuer la collaboration avec Luc Nicolaï ?

Si vous cherchez une personne généreuse qui n’a aucun problème, il faut aller voir Luc Nicolaï. C’est un promoteur qui te paie un bon cachet. Après, il t’offre de l’argent à part. Luc Nicolaï est d’une grande générosité. Il faut tout de même préciser que je suis là pour tous les promoteurs. Je ne suis pas là pour le seul Luc Nicolaï. Pour terminer, je remercie tous mes parents Sérère, où qu’ils soient. Je remercie aussi mes proches, mon staff, mes amis et parents qui sont aux états- Unis.

Avez-vous un conseil pour Yékini ?

Yékini est mon oncle. Il sait ce qu’il veut. Je lui souhaite une bonne santé.

SENEPLUS

 

Lutte contre le terrorisme : Un combat de la vie que nous devons gagner, dixit Macky

macky gm

La lutte contre le terrorisme est un combat de la vie que les pays du monde entier doivent gagner, a affirmé mercredi le président Macky Sall. ‘’Nous devons nous mobiliser contre ce fléau (NDRL : le terrorisme). C’est un combat de la vie, que nous devons gagner’’, a-t-il dit après la prière de l’Aïd-el-fitr à la Grande mosquée de Dakar.

‘’ Au moment où nous célébrons l’Aïd-el-fitr, je voudrais exprimer ma solidarité aux peuples frappés par le terrorisme. Hier encore, c’est dans la mosquée du Prophète, à Médine, qu’ils ont agi. Ils agissent partout pour semer la mort et la désolation’’, a condamné le président Sall.

Il a indiqué que l’Etat sénégalais a pris toutes les dispositions, pour lutter contre le terrorisme.

‘’La lutte contre le terrorisme est un combat de tout un chacun. C’est le combat des citoyens qui doivent participer dans l’effort de défense du territoire national par l’information, la communication et par la collaboration avec les services de sécurité’’, a suggéré le chef de l’Etat.

Macky Sall a saisi l’occasion pour présenter ses condoléances et celles du Sénégal aux pays frappés par le terrorisme.

‘’Que ça soit en Europe, en Amérique, en Asie, en Afrique, partout cette haine sème la mort et la désolation. Nous devons exprimer notre solidarité et faire face à ce fléau’’, a ajouté le président de la République.