Tag Archives: homosexualite

Le régime de Macky Sall et sa posture ambiguë face à l’homosexualité. (Par Alassane K. KITANE).

En s’abstenant de voter contre la résolution des Nations unies en faveur des LGBTI, le Sénégal sous Macky Sall s’achemine inexorablement vers la banalisation et la légitimation des actes contre-nature.

Le concept de violence est tellement élastique qu’on peut lui faire signifier la punition des actes contre-nature, la discrimination des LGBTI, le refus de mariage homosexuel, etc. C’est toujours par les mots que les pensée les plus problématiques se faufilent pour non seulement s’exprimer, mais aussi se légitimer.

C’est toujours de cette façon que les Occidentaux ont agi dans les pays du Sud : par un vocabulaire ambigu, on commence par instiller des pensées et des actes dans les consciences jusqu’à les banaliser et les faire accepter.

Comment un monde vraiment humain peut-il rester insensible au sort épouvantable de ces milliers de jeunes dont les cadavres échouent sur les côtes méditerranéennes et s’apitoyer sur le sort des LGBTI ? Comment une humanité normale peut-elle courber l’échine devant l’horreur arrogante d’une culture de l’esclavage en Mauritanie et se révolter contre les violences faites aux LGBTI ?

Du « on n’est pas encore prêt » à cette abstention-consentement, le doute sur la bonne foi du pouvoir en place se dissipe : ils ne feront rien pour combattre les pratiques homosexuelles alors que les Sénégalais, dans leur écrasante majorité, bannissent cette pratiques. Les mots sont des fenêtres ou des murs disait Marshall Rosenberg dans le contexte d’une communication non violente.

Mais dans ce cas d’espèce, les mots sont certes des fenêtres, mais des fenêtres qui ouvrent vers la confusion, l’amalgame et la fourberie morale. L’abstention du Sénégal sur cette résolution est une preuve de lâcheté qui ne fait que révéler encore la nature charlatane, mensongère et prévaricatrice du régime de Macky Sall.

Si jamais l’intention de Waly Seck était de banaliser le pari dévergondé des LGBTI, il trouve dans ce gouvernement un allié de taille. La leçon de morale qu’il faut en tirer est toute simple : la racine du mal est qu’on a un gouvernement qui sacrifie la volonté du peuple sur l’autel des intérêts des puissances et lobbys étrangers.

C’est un signal fort envoyé au peuple et aux étrangers : les LGBTI ne seront pas inquiétés au Sénégal. Pour un régime qui trompe, pille et vole son peuple, ça n’a rien de surprenant que d’adopter une imposture morale comme ligne de conduite dans les relations internationales. Car ce qui les motive par-dessus tout, c’est la préservation et la perpétuation du régime et des prébendes qu’il procure. Un régime qui n’a pas le courage de traduire la volonté de son peuple en lois n’a aucune légitimité ni devant Dieu ni devant les citoyens.

Que personne ne nous détourne donc de notre combat pour mettre fin à ce mal absolu qu’est le régime de Macky Sall. Waly Seck est peut-être avide d’argent et de succès ou même un gamin irresponsable. Mais comparé à la politique officielle de l’Etat du Sénégal dans cette affaire, il n’est qu’épiphénomène. S’acharner sur Waly Seck et adopter la politique d’omerta face à cette incurie du gouvernement me semble relever de la mauvaise foi !

L’abstention du Sénégal face à cette résolution est une énième trahison. Il urge par conséquent de lutter certes contre l’homosexualité, mais surtout de se concentrer davantage sur le combat citoyen contre la gouvernance ignoblement non vertueuse de Macky Sall. Car, faut-il le rappeler, il ne saurait y avoir d’ambiguïté dans le domaine axiologique sans donner libre cours au libertinage universel.

Alassane K. KITANE

Homosexualité : Ibrahima Ndiaye reconnait les faits

L’affaire des homos de Liberté 4 a été renvoyée au  26 septembre par le tribunal de flagrants délits. Le juge et le procureur, qui souhaitent voir les vidéos qui mettent en cause les suspects ainsi que la comparution des accusés en fuite, ont renvoyé l’audience à cette date.

Mercredi dernier, deux des quatre accusés de cette affaire se sont présentés à la barre. Il s’agit d’Ibrahima Ndiaye et de Mariama Coly Diatta. D’après Les Échos, qui donne l’information, le premier a reconnu les faits sans détour.

Au juge qui lui dit « il vous est reproché d’avoir entretenu des rapports sexuels avec une personne du même sexe que vous, à savoir Claude André Ayna, reconnaissez-vous les faits ? », Ndiaye, 25 ans, restaurateur de son état, répond : « Oui je reconnais les faits ».

Mariama Coly, 20 ans, pour sa part, a nié les accusations portées contre elle : « Je n’ai pas filmé Ibrahima Ndiaye lorsqu’il entretenait des rapports sexuels avec Claude. Je n’ai pas, non plus, envoyé ces images à Astou Fall. »

C’est ainsi que le juge a renvoyé l’affaire. Demandant la production des images en question et la comparution d’Astou Fall et Claude André Ayna, les deux suspects en fuite.

L’affaire porte sur des vidéos qui circulent et dans lesquelles on voit les mis en cause en train d’entretenir des rapports sexuels. L’enquête a permis d’interpeller Ibrahima Ndiaye et Mariama Coly. Claude André Ayna et Astou Fall, eux, ont pris la fuite.

Tout ce beau monde est poursuivi pour acte contre-nature, collecte illicite de données et distribution d’images contraires aux bonnes mœurs.

Auteur: Seneweb News – Seneweb.com

Le Sénégal, 7ème pays le plus hostile à l’homosexualité

L’Institut Williams de l’Université de Californie, qui travaille sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, a rendu public, hier, son rapport sur l’état de l’acceptation de l’homosexualité à travers le monde, de 1981 à 2014.

Pour établir un indice global d’acception des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (Lgbt), l’Institut américain a compilé les résultats de onze enquêtes différentes.
À la 7e place du classement avec un indice mesuré à 1,57, le Sénégal fait partie des pays les plus réfractaires à l’homosexualité. Il se place derrière l’Azerbaïdjan, la Géorgie, l’Arabie Saoudite, le Bangladesh, le Rwanda et l’Egypte.

Selon Les Échos, qui a exploité le rapport, l’Islande, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark, Andorre, la Norvège, la Belgique, l’Espagne, la France et la Suisse, sont les dix pays qui les acceptent le mieux les homos.

Homosexualité : Adama Barrow suscite l’indignation

« L’homosexualité n’est pas un problème en Gambie ». Cette déclaration d’Adama Barrow fait exploser la toile en Gambie, lors de sa visite en Angleterre.
Un pays a forte croyance religieuse, 94 % de Musulmans et 5% de Chrétiens, n’accepte pas certaines déclarations. Le Président Adama Barrow a créé l’indignation en Gambie.
En visite à Londres le numéro 1 gambien a déclaré que l’homosexualité n’est pas un problème chez lui. C’était à l’occasion de son interview avec la chaîne BBC.
Interrogé sur le sort des homosexuels et lesbiennes sur les lois draconiennes anti-gai adoptées par son prédécesseur, le Président Barrow a déclaré que des projets sont en cours pour amender la Constitution afin que tous les hommes et toutes les femmes soient traités de la même manière dans le pays.
Il a ajouté que la promotion des droits fondamentaux est l’une des priorités de son gouvernement.

Ibrahima Sène sur le départ de Jammeh : le lobby Gay voulait sa peau pour avoir interdit l’homosexualité


Les vérités d’Ibrahima SENE sur sur l’épilogue de la crise post-électorale en Gambie.
Qu’en serait il si Condé et Abdoul Aziz n’avaient pas décidé de s’impliquer in extrémis dans la recherche d’une solution politique conformément à la Résolution de l’ONU?
Cette intervention auprès de Jammeh n’ a t elle pas obligé la CEDEAO de stopper son intervention?
Les deux ultimatums de la CEDEAO de 16 h et de 18h ont ils été suivi d’effet?
Je crois qu’il faut savoir raison garder et être juste.
Les négociateurs officiels de la CEDEAO avaient jeté l’éponge, ouvrant la voie à une intervention armée, immédiatement mise en oeuvre et heureusement stoppée par Condé et AZIZ.
C’est cela la triste vérité qu’il nous faut avoir le courage politique de reconnaître.
En favorisant la négociation politique jusqu’à son aboutissement pacifique à la place d’une intervention armée, Cobdé et Aziz, ont rendu une fière chandelle au Sénégal qui y gagne doublement.
La paix dans la sous-région et l’opportunité d’éradiquer de la Gambie, toute présence du MFDC et autres groupes armés, alors que Condé et Aziz ne gagnent que la préservation de la paix dans la sous-région.
Les menaces du lobby Pular sur la Guinée, et celles de Négro Africains Mauritaniens sur l’intégrité de leurs territoires respectifs les ont poussé à se la bouger.
La Gambie y gagne une paix civile et une stabilité qui vont permettre à son Président élu, de dérouler son Programme, dans lequel  » une commission paix et justice de réconciliation nationale » figure en bonne place.
Laissons donc au peuple gambien et ceux de la sous-région, goûter le plaisir d’une paix et d’une stabilité retrouvées et rudement mises à l’épreuve.
Le pire ennemi de notre pays, c’est notre chauvinisme ambiant!
Le reste de l’Afrique et du monde nous regarde !
Notre Diplomatie a su isoler politiquement Jammeh dans la CEDEAO, au sein de l’Union Africaine et de l’ONU.
C’est une prouesse historique qu’une intervention militaire aurait ternie.
En effet, Jammeh n’était pas seulement en contentieux avec son peuple, mais il l’était aussi avec les USA, où le lobby Gay veut sa peau pour avoir interdit l’homosexualité,qui y est passible de peine de mort, avec la Grande Bretagne,pour avoir quitté le Commonwealth, avec l’Union Européenne, pour avoir refusé de signer les APE, et avec notre pays, pour son rôle dans la rébellion en Casamance.
Dans ce contexte, « tuer » ou arrêter  » Jammeh sous le commandement de nos forces armées, aurait grandement porté préjudice à notre pays, réputé par sa diplomatie et pour la paix dans le monde entier.
Nous l’avons échappé bel.
QUE DIEU NOUS PRESERVE DES APPRENTIS DICTATEUR, et DES  » VA T EN GUERRE » !

Comment les politiques de prévention Sida ont favorisé le développement de l’Homosexualité

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_large_600_338/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2011-05-06T005743Z_1084143881_RP4DRIAPJTAB_RTRMADP_3_BRAZIL-GAYRIGHTS_0.JPG

Au début le Sida sévissait essentiellement chez les homosexuels, ils combattirent activement toute utilisation de cet argument contre leur mode de vie.Ils récupérèrent la lutte en leur faveur. La plupart des associations de prévention ou de soutien aux malades, comme Act up, ont été fondées par des homosexuels. Ces associations bénéficient d’un soutien solide financier à la fois des gouvernements et de la communauté homosexuelle et ont une influence prépondérante sur les politiques de santé et dominent les médias et l’opinion publique en occident sur les questions du sida. Déterminés à faire progresser la libération sexuelle dans le monde ils exigent que les campagnes de lutte contre la pandémie se limitent à la promotion du préservatif et de l’éducation sexuelle dans les écoles.

Catherine Deschamps,dans son livre ‘’Splendeur et misère de la prévention du sida‘’ affirme que : « Enhexagone, la prévention est de plus en plus considérée comme accessoire voire incitative ». Propos confirmés par le dirigeant d’une des 9associations reconnues au Sénégal. Dans le site luml.org.fr ce dernier déclare que: « Dans sa lutte contre le sida, le gouvernement du Sénégal a fait des ouvertures envers les homosexuels,ils ont saisi l’opportunité pour s’organiser et mieux défendre leurs intérêts ».

Echec et discrédit sur la prévention

Réunis à Atlanta en mars 2013 dans le cadre de la conférence sur les rétrovirus les médecins ont tiré la sonnette d’alarme. Quelques mois plus tard une étude rapportait que le nombre d’infections nouvelles au niveau de la communauté Gay en Grande Bretagne (+de 3 000 en 2012) n’a jamais été aussi élevé. De même qu’en Australie (+1253). Il en est de même pour la France selon l’INVS, il y’a eu plus de 6 000 nouvelles personnes infectées en 2012, chiffre qui a grimpé de plus de 14 % chez les homosexuels.En Thaïlande et aux USA c’est le même constat partout.

Dans l’ouvrage du Député W.Dannemayen « homosexuality in América : Shadow in land» il dit : « la communauté homosexuelle fut mise en face d’un choix face au Sida. Ou bien s’obstiner et pratiquer son mode de vie sans se soucier de la pandémie ou se plier aux restrictions et procédures employées habituellement pour combattre les maladies sexuellement transmissibles et abandonner au moins, jusqu’à ce que l’épidémie soit enrayée, l’idée de liberté sexuelle absolue. Les homosexuels choisirent de défendre et même de faire progresser la révolution sexuelle même si en le faisant ils mettaient en péril la vie de dizaines de milliers de membres de cette communauté.

D’où la déduction de cet analyste américain : « La conduite des homosexuels concernant le Sida donne raison à ceux des psychanalystes qui pensent que l’homosexualité est motivée essentiellement par une haine de soi même ; ils semblent déterminés à s’assassiner les uns des autres dans une dernière étreinte mortelle »

Résultat:Selon Huffington Post.fr/ épidémie-Vih-contamination –gay :il ya 2,5 millions de nouveaux cas chaque année et 1,7 million de morts le nombre de nouvelles infections a globalement chuté de 50 % entre 2001 et 2012 mais pas au sein d’une population : les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes (HSH).Situation confirmée par Goltfried Hirnshall directeur dudépartement Vih à l’OMS : « nous constatons une explosion de l’épidémie pour ce groupe à haut risque’’.

Selon des statistiques récoltées par les CDC (centers for disease control and prévention) dans l’état Américain de l’Arkansas le VIH Sida affectait 36 hommes hétéros sur 100 000 alors qu’il touchait 6 000 homosexuels 100 000.Les hommes homosexuels étaient donc exposés à un risque 183 fois plus élevé de contracter le VIH Sida que les hetero

 

Au début les lobbys homosexuels aux USA furent aidés par le rapport Kinsey qui estimait que 10 % des américains étaient homosexuels, information reproduite par les médias (Washington post,Newsweek, New-York Times, los Angeles Times(le loobying via les médias) ! Ce Chiffre fut discrédité par la suite par le psychologue Maslow entre autres. L’enquête du Battele Human Affairs Research center de Seattle révèle qu’en réalité seulement 1 % de la population se déclarait homosexuel. En France l’institut de recherches Inserm parle de 2 à 4 %

Le professeur Henrion du conseil de l’ordre des médecins et de l’académie nationale des médecins déclarait dans Paris match : « le très fort handicap à cette prévention du Sida est qu’il s’agit d’une maladie ou les considérations éthiques, sociologiques ont pris le pas sur les considérations purement médicales, fait jamais observé au cours de ma carrière… du fait de certaines minorités agissantes et protégées, telles que les homosexuels».

Au cours de l’année 2015 il y a eu 2 millions de personnes nouvellement infectées :Pourquoi ce phénomène ?

L’un des plans d’action des homosexuels et par conséquent des programmes de lutte contre le Sida a été :

1)la promotion des préservatifs, présentés comme unique défense contre le Sida. Or les préservatifs ont un taux de rupture élevé qui peut atteindre 20 pour 100, cette politique est tout à fait criminelle

2)Par ailleurs des associations ont organisé de vastes programmes d’éducation sexuelle dans les collèges, les lycées et les universités sous le prétexte de la prévention contre le Sida,. Dans les cours, on instruit les adolescents sur tous les comportements sexuels possibles, Judith Reisman et Edward Eichel, auteurs de l’ouvrage « kinsey, sex and fraud » dénoncent vaillamment ces programmes en ces termes: « l’éducation sexuelle pour lutter contre le Sida a été l’élément qui a en fait le plus contribué à en accélérer le développement.

Cela nous a conduit à ce qui est peut-être la plus grande hypocrisie de notre époque : nous prétendons donner aux enfants une éducation sur le sexe sans risques, alors qu’en réalité nous leur présentons 1 programme qui les encourage à pratiquer le sexe libre et qui les incite à adopter des comportements à hauts risques». . Il est évident que l’objet de ces programmes n’est pas la prévention contre le Sida mais la promotion de l’immoralité. Dans le « journal of sex éducation and thérapy » dans un article intitulé l’éducation sexuelle du futur les docteurs Lester Kirkendall et Roger Libby écrivent que dans un futur proche les programmes d’éducation sexuelle encourageront les relations sexuelles entre partenaires du même sexe.

Selon le psychanalyste Tony Anatrela l’éducation sexuelle destinée aux enfants est essentiellement un abus sexuel. Elle est plus 1 exhibition qu’une information ce qui conduit à une société incestueuse qui sexualise les enfants pour satisfaire les besoins inconscients des adultes.Ce désir délirant d’initier sexuellement des enfants sont de sérieux dysfonctionnements de la relation éducative.

North Américan man boy Love association est une association légale de pédophilie qui réclame le droit des petits garçons au même titre que les adultes à l’acte sexuel.

But : pouvoir faire librement du prosélytisme parmi les enfants et les adolescents

10 associations à los Angeles encouragent les lycéens qui pensent être homosexuels en distribuant des livres pour enfants faisant la promotion de l’homosexualité dans les lycées et bibliothèques dont le livre Daddy’s aromate (le compagnon de chambre de papa) ou « heather has two munmmies ». But endoctriner les enfants avec une attention : ne pas laisser de copies supplémentaires aux participants qui pourraient être données à leur parents ou amis.

3)L’institut Kinsey a publié sur le sujet une étude effectuée par Bell et Weinberg la plus ambitieuse jamais réalisée sur le sujet.Cette étude révèle que 28 % des homosexuels males avaient eu des relations sexuelles avec au moins un millier de partenaires chacun, seulement 1 % des homosexuels avait eu moins de cinq partenaires. D’après Bell et Weinberg seulement 14 % des homosexuels ont des relations monogames. Le site santé- guérir-notre famille.com affirme que l’homosexualité est un facteur de risque important du Sida.Les homosexuels ont très souvent de multiples partenaires, ce qui est un grand facteur de risques de propagation de la maladie. Les homosexuels sont donc une population à risque comme les toxicomanes. En France 45 % des cas sont homo, 25 % toxico, 11 % hétéro.

4)En effet à cause de l’efficacité des traitements antirétroviraux qui permettent de réduire la charge virale au point de la rendre indétectable. Les homosexuels perçoivent le Vih comme 1 maladie chronique. La généralisation dans les pays occidentaux de traitements antirétroviraux a été accompagnée d’une hausse des comportements à risque. C’est ce qu’ont remarqué les autorités sanitaires aux USA de même que l’INVS en France car il est dit qu’un traitement antirétroviral permet des relations sans être contaminés ou avec un risque faible (44% pour la Prep)

D’après la chercheuse Annie Velter de l’INVS dans le journal libération : « loin des images des séropositifs des années 80 -90, l’amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec le Vih aurait donc contribué à banaliser le virus »

Selon les chercheurs du très sérieux institut national démographiques (INED) : avec la hausse de l’homosexualité, les agressions sexuelles sur mineurs sont aujourd’hui en forte progression

 

Autres dangers qui ravagent les homosexuels

Selon la Hiv/Aids surveillance report (Atlanta CDC) 80 % de ceux qui étaient touchés par les IST les plus sérieuses en Amérique sont des personnes homosexuelles.

Selon the international journal of épidomiology publié au Canada sous la direction du British Columbia Center for excellence in HIV/Aids de l’Hôpital St Paul de Vancover, l’espérance de vie d’un homosexuel est de 8 à 20 ans moins que les autres hommes, estimant que près de la moitié des homosexuels âgés de 20 ans n’atteindront jamais leur 65ème anniversaire. Dans une étude récente sur les pratiques sexuelles dangereuses inhérentes à l’homosexualité le Dr John R.Diggs rapportait que les homosexuels contractaient la syphilis à un taux 3 à fois 4 plus élevé. IL fut également démontré que les rapports anaux (sodomie) exposent les homosexuels à des taux élevés de cancer del’anusen plus d’être une cause d’hémorroïdes,de fissures anales, de traumatismes dans la région rectale et de rétention de corps étrangers, d’hépatite B(le célèbre chanteur et leader des homosexuels Sud-africain kolo baba décédé récemment de source officielle du cancer de l’anus)

Au Senegal

Des homosexuelsimpliqués dans la lutte contre le Sida dont des représentant d’AIDES et le chef de la branche locale ont été interpellés à un domicile le 06 janvier 2009 (au total 9 Sénégalais avec la saisie sur place de jouets sexuels soi-disant « utilisés pour la lutte contre le Sida ».Ils furent condamnés à 6 ans de prison ferme mais suite aux pressions de Sarkozy à l’époque Président de la France, du directeur de l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida, du Conseil National et International du Sida, de Bertrand Delanoe et de l’association Aides, la Cour d’Appel de Dakar annule leur condamnation en Avril.

Joël Nana, coordonnateur de cet élan de soutien a déclaré à l’agence Afrik.com que « le Sénégal est l’un des principaux récipiendaires des fonds du Fond Mondial dans le Cadre de la Lutte contre le Sida chez les homosexuels ».Ce qui fait dire à certains que Le Sida nourrit plus qu’il ne tue.

La devise de L’ONUSIDA est la discrimination zéro alors que dans les centres de soins  les homosexuels y sont mieux pris en charge que les autres malades à cause du robinet financier Ce qui constitue déjà en soi une discrimination de leur part.Au centre de recherches sur le Sida de l’hopital Dantecqui devrait êtretransféré à Diamniadio en 2017 certains homosexuels y viennent mêmeen couple avec leurs petits copains.C’est la même politique qui est menée dans certaines autres structures de planification familiale ou tous les soins, les préservatifset même les lubrifiants leur sont fournis gratuitement;Ceci n’est par contre  point surprenant de la part de ces derniers pourqui sait que l’un de leurs principaux parrains et instigateurs est lemouvement Français pour le planning familial(MFPF)dont la devise affiche clairement leur orientation ’’ nous sommes 1 mouvement militant féministe et laïc qui défend toutes les sexualités »

Toujours sous le prétexte de la prévention les homosexuels Sénégalais sont regroupés en associations telles que « sourirede femmes », « sésame », « prudence », « aides », « Renapoc » soutenues par les lobbys homosexuels occidentaux alors que beaucoup de spécialistes du milieu s’accordent à dire que la prévention échoue dans ce milieu et que le seul résultat  palpable de cette politique est l’ accroissement du nombre des adhérents homosexuels et l’augmentation vertigineuse des nouveaux contaminés par le Sida.La rencontre internationale ICASA de 2007 qui a eu lieu au Senegal et qui sous le prétexte de la prévention a rassemblé les plus grands homosexuels du monde a révélé que parmi les recrues de ces associations reconnues au Senegal on comptait plusieurs mineur(e)s agé(e)s d une quinzaine d années.

Il est temps de déconstruire les dé-constructeurs.

Ceci est le titre d’une contribution du célèbrechroniqueur Français E. Zemmour quiexcédé par toutes ces politiques d’hypocrisie et de débauches affirmececi :

“Contrainte d’ingurgiter des valeurs et des mœurs aux antipodes de ce qu’elle édifie depuis des siècles. Il y a une minorité agissante qui a désintégré le peuple. Ce vaste projet subversif connait aujourd’hui ses limites. Il est temps de déconstruire les dé-constructeurs.Année après année, Président après Président, chanson après chanson,film après film, l’histoire totale d’une déconstruction joyeuse, savante et obstinée.Nousne savons plus où nous allons car nous ne savons plus d’où nous venons. Nos élites s’en félicitent et somment la France de s’adapter aux nouvelles valeurs.Elles en tirent gratification sociale et financière »

Les Soixante huitards tels queKouchner Glucksman, Delanoe, Jack Lang, Sartre, Beauvoir, Foucault, Doltoont été les promoteurs du fameux slogan liberticide « il est interdit d’interdire » ; d’après un internaute français pour la plupart de ces célébrités sus nommées toutes les formes de déviance(sodomie, lesbianisme, bisexualité, transsexuel, sadomasochisme, pédérastie, zoophilie, coprophagie) doivent donc êtrelégitimées, normalisées et légalisées en même temps. La société Française n’a pas encore souscrit à la totalité du projet. Il n’y a aucune raison d’en conclure que ses promoteurs auraient renoncé aujourd’hui à le faire progresser.

Le collectif non à l’homosexualité au Sénégal

E mail  :  valeursengal@yahoo.fr

Amadou Mberry Sylla, le député qui veut criminaliser l’homosexualité, menacé de mort


Porteur du projet de loi criminalisant l"homosexualité, le député Amadou Mberry Sylla menacé de mort
Le député Amadou Mberry Sylla, porteur du projet de loi portant criminalisation de l’homosexualité, se dit victime de menaces de mort. Le parlementaire a fait cette confidence, hier, aux Imam et Oulémas du département de Louga à qui il remettait des équipement solaires destinés à 40 mosquées implantées dans des villages non encore identifiés.
« Depuis que j’ai déposé sur la table du président de l’Assemblée nationale un projet de loi portant criminalisation de l’homosexualité au Sénégal, je ne cesse de recevoir des menaces de mort », a-t-il dit.
Comme pour convaincre les plus sceptiques, le député de l’Apr explique : « Quelques jours après que j’ai rendu publique mon intention de porter ce projet de loi, une autorité très connue dans ce pays, m’avait dit ouvertement de reculer dans cette démarche. Elle m’avait dit de laisser tranquille les homosexuels.
Quand je lui ai fait comprendre que je poursuivrai ce combat, mes ennuis ont commencé. J’ai commencé à recevoir des appels, les uns plus incendiaires que les autres ». Poursuivant ses révélations, Mberry Sylla raconte que, récemment, il a reçu un message dans lequel l’auteur lui disait : « Si ce projet de loi est voté, tu le regretteras… ». Qu’à cela ne tienne, il jure qu’il n’abandonnera pas ce combat et promet de saisir la Justice.
(L’Observateur)

Homosexualité : 4 goorjiggeen arrêtés à Thiès


Acte contre-nature : Quatre homosexuels mis aux arrêts à Thiès
La police de Nguente de la commune de Thiès a mis fin aux agissements d’une bande de quatre personnes présumées homosexuels. Selon EnQuête, ils ont été interpellés par les hommes du Lieutenant Mass Sène lors d’une opération dénommée « karangué ».

D’après nos confrères, les limiers ont surpris deux hommes en plein ébats dans une maison en construction. Il s’agit du maçon D. Diallo et du commerçant A. Mbaye. Interpellés et acheminés dans les locaux de la police, les deux tourtereaux n’ont pas mis du temps à passer aux aveux. D. Diallo a confié qu’A. Mbaye est son « petit-ami », depuis bientôt 2 ans.

En effet, renseigne le journal, voulant collaborer pour espérer la clémence des hommes de tenue, les deux amoureux ont dénoncé les deux autres membres de leur bande. Après d’intenses recherches, ils ont mis la main sur D. Thiam et D. D. Sèye à Grand Thiès. L’exploitation de leurs téléphones portables a permis de découvrir des éléments qui ont corsé leur dossier.

Au terme de leur garde à vue, les quatre prévenus ont été remis hier entre les mains du Procureur de la République de Thiès.

Islam, Laïcité, Franc-maçonnerie, Homosexualité, Intégrisme ! Par Yoro Ba

Islam, Laïcité, Franc-maçonnerie, Homosexualité, Intégrisme ! (Par Yoro Ba)
Islam, Laïcité, Franc-maçonnerie, Homosexualitéé, Intégrisme ! Le débat fait rage au Sénégal ; chacun voulant régler son compte à l’autre, souvent sur l’autel de la ‘’politique politicienne ‘’. Dioulitt Dey Mandu : celui qui prie DIEU se doit de revêtir le manteau des qualités ‘’ de tenue et retenue ’’ en toute chose !
L’histoire tragique de France nous enseigne les relations jadis fort heurtées durant des siècles entre le clergé, les tenants de la laïcité et la franc-maçonnerie ; et le bucher a souvent si servi ; la religion du roi s’imposait à l’ensemble de ses sujets. « Cujus regio, ejus religio ». « Tel prince, telle religion » ; les débats des évêques au concile Vatican II vont clore pour de bon ces pages sombres pour ouvrir l’Église à une véritable laïcité ; aujourd’hui, donc la raison a prévalu.

Ecoutons d’abord nos parents chrétiens :

« ……….Le Concile Vatican II a définitivement entériné la séparation de l’Eglise et de l’Etat et reconnu la liberté religieuse. Ceci n’empêche pas de relancer périodiquement le débat sur la laïcité dont le principe appartient à la doctrine sociale de l’Eglise.

……le concept traduit des événements douloureux qui se sont déroulés au moment de la séparation des Églises et de l’État au moment de la loi de 1905 et auparavant à la suite de la Révolution française. Il recouvre également des sentiments anticléricaux voire antireligieux dans toute une partie de la population de l’hexagone. …. »

Et ce 02 mars 2016, le pape lui-même déclarait : « La France doit devenir un Etat plus laïque ».

Citoyen zélé vous invite à prendre le temps nécessaire pour lire cette contribution ci-dessous qui date de Janvier 2001, période où le sopi était au zénith et ou son ‘’pape’’ voulait ôter le mot laïcité de la constitution ; nous n’étions qu’une poignée d’intellectuels à compter sur les doigts de la main à dire non à ce projet ; et le père Wade recula.

15 ans après, je vous livre le texte tel que (les archives des journaux le Soleil et le Témoin faisant foi) ; le texte qui suit n’a pas été mis à jour d’une seule virgule.

Islam et laïcité : Bords et extrêmes

L’autre jour, après la prière du Vendredi, quelque part en banlieue dakaroise, un Iman a interpellé les fidèles : « Que ceux qui veulent s’inscrire sur la pétition anti-laïcité viennent vers moi, munis de leur carte d’identité » ; j’étais avec un ami, notre sang n’a fait qu’un tour .Nous sommes allés rejoindre l’Iman pour être ‘’ éclairés ‘’ sur la laïcité. » La laïcité, c’est la violence, la prostitution, l’autorisation de faire n’importe quoi ; la laïcité c’est Jules Ferry franc-maçon qui l’a créé. Comment peut-on opposer la charia émanation divine et la laïcité, œuvre de l’homme ?… ».A la question, qu’allez-vous faire des chrétiens sénégalais, les réponses  » pertinentes » ont fusé de toutes parts :

–  » leur faire payer un impôt comme du temps du prophète (PSL) à Médine

–  » leur créer des tribunaux religieux propres » et la réponse fatale :

–  » on va leur appliquer la charia »

Au milieu des personnes d’inégal niveau de savoir (dont certains devenaient menaçants), nous avons essayé de donner notre vision des choses ; l’Imam est resté bouche-bée devant  »notre » conception de la laïcité (État de Médine, sourate Al kafirouna, etc.).La seule concession que nous avons pu obtenir ce jour-là, c’était un rendez-vous pour continuer le débat car nous nous étions des égarés mais des musulmans quand même (sic).

Quel amalgame !  » Il est plus facile de briser un atome qu’un préjugé » a dit Einstein.

Je comprends les propos de l’Imam mais ce qui m’a choqué d’avantage est que les réponses entendues ce jour-là sont partagées par nombre ‘‘d’intellectuels’’ si l’on en juge par les coups de boutoirs répétés de certains articles parus dans la presse.

Si la laïcité pouvait se personnifier, elle demanderait à ce que soient cités ces vers de Kipling qui si exagérées pour la circonstance qu’elles soient, résonnent à mes oreilles.

‘’Si tu peux supporter d’entendre les paroles.

Travesties par des gueux pour exciter des sots et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles sans mentir toi-même d’un mot,

Tu seras un homme mon fils »

On ne peut s’empêcher de réagir car la sécheresse des propos doublée de la pauvreté des arguments masque mal les enjeux qui concernent indiscutablement le choix d’un projet de société.

Nous aurions pu sur le même ton lapidaire répliquer par les propos réducteurs suivants :

–  »la laïcité est étrangère à notre culture ? Quelle culture ? L’ethnique, la tribale ; La confessionnelle .l’éducationnelle ou la dialectale ».

A l’heure de la mondialisation et au rendez du carrefour de donner et du recevoir, il ne doit être question que de culture universelle.

– » la laïcité n’est pas notre langue  » ; s’il fallait rejeter tout concept non codifié par celle-ci, nous serions vraiment nus.

 » L’Islam c’est aussi la politique ; on doit en discuter dans les Mosquées » ; mais non ! Le Coran, c’est la vérité ; la politique, c’est la tromperie ; d’ailleurs le Coran nous éclaire à ce sujet :

–  » les Mosquées sont consacrées à Allah : n’invoquez personne avec Allah  »Al Djinn S 72 / V18.

Le Soufi Hassan Al Basri (mort en 728) ne s’y trompe pas : » qui connaît Dieu l’aime, qui connaît le monde y renonce  »

– Faut – il la piété, toute la piété, rien que la piété ?

Non ! Nous dit le coran. Al Qasas ( le récit) V 28 S77 :

 » Et recherche à travers ce qu’Allah t’a donné la dernière demeure ; et oublie pas ta part en cette vie ». Ceci signifie ne pas déserter les intérêts matériels au profit d’une piété exagérée.Comme nous allons le voir, le débat mérite plus de profondeur car il ne s’agit pas point de l’inscription ou de l’omission du mot laïcité dans la constitution. Le débat doit être loyal, franc et ouvert sans satanisation réciproque.

La laïcité, c’est » quoi même » ?

La laïcité c’est la liberté de conscience, de croire ou de ne pas croire, de culte, de penser, de contester, c’est la neutralité de l’État vis-à-vis des croyances des religions (c’est la déconfessionnalisation des Services Publiques).

On parle plutôt de laïcité des institutions de la république que de laïcité de la personne.

C’est la recherche de l’intérêt particulier dans le cadre de l’intérêt général, c’est la recherche de l’égalité des chances pour tous dans la vie et l’école.

La laïcité n’est pas anti-religieuse ; c’est la tolérance, le compromis, non la compromission, c’est un gage de la paix civile.

Wade a raison, les définitions sont multiples et confuses d’où la complexité du concept.

La laïcité c’est la séparation du Spirituel et du temporel ; ce concept remonte à la nuit des temps. Jésus le 1er aurait dit  » Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui est à Dieu  » ; cette sentence est le révélateur de Esprit laïque.

En matière de tolérance religieuse, on retrouve l’esprit laïque du coran ; sourate Al Kafirouna ( voir aussi la S 104 V 10).

1. Dis  »O vous les infidèles »

2 . Je n’adore pas ce vous adorateurs de ce que j’adore

3. Vous n’êtes pas adorateurs de ce j’adore

4. je ne suis pas adorateurs de ce vous adorez

5. Vous n’êtes pas adorateurs de ce j’adore

6. A vous votre religion ; à moi ma religion.

Nous verrons aussi avec l’État de Médine que la laïcité était déjà du temps du prophète une  »Réalité sans Nom ».

NÉCESSITÉ DE LA LAÏCITÉ

La République authentique, » chose publique », applique à tous les mêmes réglés définies et acceptées par la majorité, en un mot elle est basée sur la démocratie ; il existe des républiques qui ne sont pas des démocraties (cf. pays africains). Mais elles sont nombreuses aussi les démocraties qui ne sont pas des républiques (cf. royaumes en Europe, qui sont des systèmes inégalitaires par excellence) : Une république démocratique ne suffit pas sinon si la majorité en se définissant des objectifs et des moyens par et pour elle pourrait écraser et /ou briser les minorités ; il faut un garde-fou qui a pour nom la laïcité ; ce mot ne figure pas dans toutes les constitutions ( vous dit-on et après ! une assemblée d’aveugles n’a jamais fait un voyant) mais l’esprit souvent y est ; au lieu de le définir sur plusieurs pages de la constitution, WADE a préféré maintenir ces quelques lettres ; la laïcité permet de régir légalement les rapports entre diverses catégories des citoyens d’un même pays qui soient de croyances ou de religions différentes.

Nous disons a certains que ce n’est pas dans les approximations historique de l’usage de la laïcité qu’il faut aller dénicher l’aspect rebutant pour démolir ce concept (qui a, j’en conviens ses lacunes et ses limites comme toutes les voies médianes).La laïcité a son intérêt dans tout pays multiconfessionnel : presque pas d’intérêt en Arabie Saoudite ou au Vatican mais Nom de Dieu ! Regardons plus loin que nos barbes !!! On ne peut que plaindre les musulmans de Cote d’Ivoire, d’Israël, les Chrétiens de Jakarta, du Nigeria ; ceux -là voudraient bien jouir d’une constitution laïque.

Le concept de laïcité a-t-il été galvaudé au point de perdre son poids et sa valeur.Mais que non !

Là où il y’ a pluralisme religieux, il est vital de se poser la question :Comment créer les conditions de participation effectives des minorités de toutes sortes à la vie culturelle, sociale, économique, à la gestion des affaires publiques ? Quel statut juridique leur appliquer ? Chaque fois que vous êtes devant un anti-laïque posez lui cette question ; là est le débat. Il ne s’agit point de voltige langagière.

LA RELIGION EST D’ABORD UNE AFFAIRE INDIVIDUELLE

Elle relève de la sphère privée, elle ressort du domaine de l’appréciation individuelle ; on est enterré seul ; on est seul dans sa tombe.Au jour du jugement dernier, ce ne sera pas la république du Sénégal qui sera interpellée mais chacun d’entre nous individu par individu ; le Coran est clair à ce sujet…

Al Baqarah (vache ) S 1/V 12

 » Et redoutez le jour où nulle âme ne bénéficiera à une autre, où l’on acceptera d’elle aucune compensation et où aucune intercession ne lui sera utile. Et ils ne seront point secourus  ».Al Isra(le voyage nocturne) S 17/V 15

 » Quiconque prend le droit chemin ne le prend que pour lui-même : et quiconque s’égare ne s’égare qu’à son propre détriment et nul ne portera le fardeau d’autrui »

La rupture S 82/ V 19

 » le jour de la rétribution c’est le jour où aucune âme ne pourra rien en faveur d’une autre âme ».

Le Fracas S 80/V 19.

 » C’est le jour où l’homme s’enfuira de son frère, de sa mère, de son père, de sa compagne et de ses enfants. Car chacun d’eux, ce jour-là aura son propre cas pour l’occuper ».

L’EXCEPTION FRANÇAISE

La laïcité en France,  » une si longue histoire  », qu’il nous plaît de schématiser ainsi :

 » Le 21 janvier 1793, le couperet de la Guillotine tranche une vie mais aussi les liens qui faisaient du souverain absolu le roi de droit divin et l’héritier d’une longue lignée » ;

Ainsi est née la République des citoyens qui n’a rien à voir avec la République léboue, toucouleur ou diola, l’Afghane ou l’Iranienne ; ne nous complexez pas avec le colonialisme.Ici l’électeur est la clé ; il doit être instruit de maniére que la conscience individuelle soit libre d’où la nécessite d’une école laïque. La laïcité, exception française ? Parlons plutôt de degré exceptionnel atteint en matière de laïcité ; l’exception c’est la France elle-même, vaste laboratoire, pays d’avant-garde en matière d’idées, de luttes qui ont permis d’avoir un acquis législatif important et d’inspirer la déclaration universelle des droits de l’homme.L’histoire de France a permis de donner un cadre, un contenu, un sens au concept de laïcité, de ‘’matérialiser » l’esprit laïque.

 » Les mots, a écrit Valéry, perdent leur sens à mesure qu’il prennent de la valeur ».

Ne scotchons pas la laïcité au passé.

L’ÉTAT DE MEDINE

Écoutons Mohamed Hammidullah dans  »le Prophète de l’Islam, sa vie, son œuvre »

 »Mohamed (PSL) consulta ses fidèles ainsi que ses voisins non musulmans ; et tous réunis, dans la maison d’Anas décidèrent de se constituer en cité état… la loi constitutionnelle fut rédigée dans un acte… Si c’est la constitution du 1er état musulman, c’est également la 1ére constitution écrite d’un état dans le monde entier. ».Cette communauté reconnaissait l’égalité des droits à chacun de ses éléments constitutifs…, Mohamed (PSL) était l’arbitre suprême. La Constitution n’en parle pas mais le coran (S 5/V 42-50) précise que les différentes communautés juives, chrétiennes… etc. doivent appliquer leurs propres lois religieuses dans toutes les affaires de leur vie. Il y eut plusieurs cas… où les juifs de Médine n’ayant pu régler leurs querelles par les décisions de leurs chefs se rendaient volontairement auprès de Mohamed (PSL) et celui-ci leur applique leur statut personnel et non la loi Islamique… ».

La Cité État de Médine est un modèle de symbiose temporel et spirituel qu’il n’ est plus possible de recréer car lié entièrement à la personnalité exceptionnelle du Prophète (PSL) qui n’a fait que respecter le coran :

Yunus(Jonas) S 99/ V 10

 » Si ton Seigneur l’avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Est-ce à toi de contraindre les gens de devenir croyants.

La Vache S 2 v 256 « La Ikraha Fi Dini Llahi ».Nulle contrainte en religion !

Ne sont-ce pas là les traits capitaux de la laïcité en matière de liberté et de respect des croyances, des cultes, etc

LA CHARIA. EST-CE LA LOI DIVINE ?

Les extrémistes sénégalais aspirent à une application de la loi « divine » en lieu et place de la loi « humaine ».La Charia s’applique au musulman. Est musulman celui qui suit les 5 piliers de l’islam (profession de foi. (Chahada), les 5 prières, le Ramadan, la Zakat, le pélérinage).Les musulmans se divisent en « au moins » 2 grandes familles :

– Les Shiites

– Les Sunnites (au Sénégal presque tous les musulmans)

Les Sunnites se divisent en « au moins » quatre grandes familles appelées écoles juridiques :

– Ecoles Hannafite

– Ecole Malikite (au Sénégal presque tous les musulmans)

– Ecole Chafeite

– Ecole Hanbalite

Ensuite viennent les confréries (Khadir, Tidjane, Mourides, Layènes …, etc…) et les hors confréries.Autant de groupes qui veulent être les représentants authentiques exclusifs de ’Islam devant une majorité de la population qui ne sait même pas à quelle école juridique elle appartient, qui ne connait même pas la place de sa confrérie dans cet échiquier et la finalité du soufisme.Pourtant Dieu a dit dans le Coran Al Anbiya S 21/ V 92

« Cette communauté qui est la vôtre est une communauté unique, et je suis votre Seigneur ».

La Charia, (à la fois voie, culte, droit et morale) a 2 principales sources : le Coran et la Sounna (Ensemble des actes, paroles et approbations du prophète) ; théologiquement, la Sounna est d’inspiration divine (comme le Coran) mais elle est incontestablement d’expression humaine.

Certains hadiths ont trait à la loi, d’autres non.Selon Mohamed Chérif, Imam de France :« si le Coran fut codifié au moment de son énonciation et qu’il n’y a pas eu de période de transmission orale entre le moment de son énonciation et celui de sa rédaction, le hadith ne le fut pas. Pour ce dernier, la période s’étale sur au moins 200 ans d’où risque d’inauthenticité (Sahih, Hasan, Daif, Mawdhu (c’est-à-dire du plus au moins authentique) ; même sur la qualification d’authenticité il n’y as pas unanimité.L’enseignement islamique comprend 3 entités :

_ La foi (A+l Aqida, ensemble de vérités (tangibles, non liées à une époque, à une société ou à une culture) :

– La Charia

– La voie (Tariqa, La mystique) ;

La Charia provient d’un travail de compréhension de la loi (fiqh) effectué par des savants pointus appelés canoniste (fuqaha) qui opèrent une interprétation humaine des textes (Ijtihad) ; le nombre de versets relatifs aux lois ne fait pas l’unanimité :

– Ghazali (Chaféite) pense que le nombre est 500 versets

– Aboubaker B. Al Arabi (Malikite) pense que le nombre est 3000

– Ibn Daqiq Al Ide (Hanbalite) estime que le nombre ne peut être délimité car il dépend de

l’intelligence et de l’inspiration du canoniste .Nous sommes d’avis avec lui que les mystères du Coran sont inépuisables.Selon les spécialistes, les Fuqada dans beaucoup de leur avis, ont introduit le droit coutumier et intégré dans la loi les traditions (El Ada) et les conventions sociales (El Ourf) de leurs époques.Parmi les autres sources de loi sont le consensus (Ijma), le raisonnement logique (Qiya) et autre fatwas qui incontestablement logique (Qiya) et autres fatwas qui incontestablement changent selon les situations, les personnes, les lieux, les époques…, etc.Par conséquent la Charte est fortement imprégnée de la touche humaine : les textes sont finis mais les cas eux sont indéfinis, serais-je tenté de dire. La Charia ne peut être un ensemble de lois rigides, scholastiques et incapables d’évoluer. Une question qu’il est intéressant de se poser : les musulmans qui vivent en minorité dans un pays (et même dans le monde) et qui ne peuvent imposer l’application totale de la Charia sont-ils dans l’illégalité, en clair sont-ils musulmans ?Ils sont vraiment minoritaires dans le monde ceux musulmans qui veulent couper des coûts, trancher des bras en appliquant « la Charia rien que la Charia, toute la Charia », celle des illuminés qui confondent jusqu’à boire la potion et le Mode d’Emploi pour soigner leur « crise de foi ».

En clair, le coran est inviolable mais toutes les lectures, toutes les interprétations sont le fait d’humains (à rang de savoir égal bien entendu).

Retournons donc vers Dieu, si nous ne savons plus où aller ! Al Imran S 3 / V 7 ;

« il s’y trouve des versets sans équivoque qui sont la base du livre et d’autres versets qui peuvent prêter à des interprétations diverses. Donc, les gens qui ont au cœur une inclination vers l’égarement mettent sur l’accent sur les versets à équivoque cherchant la discussion en essayant de leur trouver une interprétation alors que nul n’en connaît l’interprétation à part Allah ; Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent : nous y croyons/ Tout est de la part de notre Seigneur « .

LUTTES DE POUVOIR :

Les attaques les plus virulentes ne devraient-il pas d’une minorité d’un petit nombre parmi les arabophones », celle-là refoulée par l’école française par manque de niveau, mû par un désir de vengeance ou de partage du gâteau, distillant en longueur de vendredi des doses homéopathiques d’intolérance en vue de cléricaliser la république.Machiavel disait : « on ne peut clairement déterminer qu’elle est l’espèce d’hommes la plus nuisible dans une république : ou ceux qui désirent ce qu’ils ne possèdent pas ou ceux qui veulent conserver les honneurs qu’ils ont déjà obtenus ».

LETTRE AUX CATHOLIQUES :

J’invite les détracteurs patentés de la laïcité à lire ce document (Assemblée Générale des Evêques de Francs réunis à Lourdes le 09 novembre 1996; rapport rédigé par Monseigneur Claude DAGENS pour le travail du Jubilé l’an 2000).Les Chrétiens nous donnent à cette occasion en plus des leçons habituelles de discipline, de charité et d’organisation, une leçon d’humilité, d’ouverture, de tolérance, bref, une leçon de laïcité :

– « Nous refusons toute nostalgie pour les époques passées ou le principe d’autorité semblait s’imposer de façon indiscutable, nous ne rêvons pas d’un impossible retour çà ce qu’on appelait la chrétienté……..Nous tenons à être reconnus non seulement comme des Chrétiens solidaires d’une histoire nationale et religieuse mais aussi comme des citoyens qui, en respectant la laïcité constitutive et qui doivent y manifester la vitalité de leur foi……A chacun de nous de prendre ses responsabilité pour ne pas révéler les querelles antérieures… et en faisant un bon usage de la laïcité elle-même. La séparation de l’église et de l’état peut apparaître comme une solution institutionnelle… offre aux Catholiques de France la possibilité d’être des acteurs loyaux de la société civile……… Affirmer, cela revient à reconnaître le caractère positif de la laïcité non pas telle qu’elle a été à l’origine lorsqu’elle se présentait comme une idéologie conquérante et anticatholique mais telle qu’elle est devenue après plus d’un siècle d’évolution culturelle et politique… » CQFD

LA LAICITE : LIMITES, LACUNES, INSATISFACTION.

N’en déplaise aux laïcistes ou plutôt aux laïcards (généralement athées, une espèce en voie de disparition au Sénégal mais minorité significative, importante et agissante en Europe), la majorité du monde en l’an 2000 est profondément convaincu que le bonheur d de l’homme n’est plus seulement dans les béchers, les éprouvettes et autres cornues alambiquées. Par conséquent, l’état peut être neutre, transparent vis à vis des affaires religieuses mais certainement pas indifférent : dussé-je subir les fourches caudines de cette autre catégorie d’extrémistes, je dirai que : -la morale laïque n’est pas née ex nihilo mais a eu source dans le fond commun des religions et des croyances universelles. C’est une erreur monumentale plus encore en France qu’au Sénégal de ne pas procéder à l’enseignement religieux ou des croyances et à l’histoire comparée de celles-ci (cadres et modalités à définir) ; c’est par la méconnaissance que l’on diabolise l’autre (cas de l’islam en France); sur un autre registre, une chanson Ouolof dans les années 60 ne disait-elle pas? :

« La bouilloire et le chapelet, « le turban et la barbe,

« Maman, je ne déteste pas, « C’est que j’en ai une peur bleue ».

-En quoi cela gêne-t-il au Sénégal de se caler sur le calendrier musulman (vendredi férié en lieu du Dimanche) prenant aussi en compte les fêtes réellement chrétiennes ?

-La laïcité n’a jamais été l’apologie de la société permissive ; comment faire pour « contenter » quelques aspirations légitimes mais non légales, souvent partagées à la fois par les chrétiens et les musulmans (images à la télé, homosexualité entre adultes consentants, prostitutions, avortement…., etc.) bref, prise en compte de certains interdits religieux, faits nuisibles au regard de Dieu mais non répréhensibles (comme le crime, le vol, le viol) selon la République laïque car relevant des libertés individuelles. Comment vivre sa liberté sans « choquer » l’autre ? Je n’ai pas la solution de la quadrature du cercle mais il me semble que les mesures suivantes au moins pourraient être envisagées pour le plus agresser le mineur et le fondamentaliste :

Eradication du racolage dans la rue.

Les « sabars » nocturnes d’homosexuels doivent avoir lieu dans des lieux privés.

La censure de certaines images choquantes « notre » télé, bien sûr les émissions étrangères nous envahissent ; on ne peut arrêter la mer avec ses bras mais la télé nationale doit constituer un refuge.Ce ne sont là que quelques exemples.

-A l’instar de la France vis-à-vis de l’Europe, nous avons ratifié des accords pour intégrer une entité supranationale (l’Union Africaine) ; les traités et accords ratifiés auront-ils une autorité supérieure à celles des lois du Sénégal ? Comment faire respecter notre spécificité laïque ?

-Je suis pour l’autorisation de partis islamiques (on a vu récemment le score d de certains) à l’instar des partis démocrates chrétiens (en Europe) mais je reste convaincu aussi que la démocratie ne doit jamais permettre l’installation d’illuminés (souvent manipulés et financés par l’étranger) qui aussitôt au pouvoir vont s’empresser d’anéantir les libertés individuelles. Le préalable est de s’engager à respecter la constitution laïque.

LA PRIORITE ! C’EST L’EDUCATION ET LE CONCERTATION :

 » La raison de l’homme ressemble encore au globe qu’il habite : la moitié en est plongée dans les ténèbres quand l’autre est éclairé « .Robespierre

L’Etat doit aider à la vulgarisation des ouvrages. Si les intellectuels « francophones » peuvent aujourd’hui se « frotter » aux « arabophones », c’est grâce à la disponibilité du Coran traduit et de l’accessibilité à l’internet. L’Etat ne doit pas laisser le monopole de la foi à des gens non qualifiés (souvent même pas le CEPE français ou le bac arabe).L’Etat doit donner une juste et meilleure place à la langue arabe aux vrais savants religieux (non aux ‘’ maraboutons’’).

L’Etat doit assurer la formation des Imams, leur accorder des bourses, les faire voyager (la meilleure façon de produire des pro-laïque est d’amener certains chez les talibans) ; c’est une recommandation tirée du Coran, le PELERINAGE (S22/V46).

‘’Que ne voyagent-ils sur la terre afin d’avoir des cœurs pour comprendre et des oreilles pour entendre ? Car ce ne sont pas les yeux qui s’aveuglent mais ce sont les cœurs dans les poitrines qui s’aveuglent ‘’.

L’Etat doit procéder à l’identification, au recensement d’interlocuteurs représentatifs, de Fuqahas attitrés ; la difficulté qui est à la fois avantage et inconvénient est qu’en Islam il n’y a pas de papauté, de clergé, de synode ou de concile.

L’Etat doit pousser davantage à l’entente confrérique et au dialogue islamo-chrétien ; Wade aujourd’hui est très bien placé (il en a la capacité et la ruse) pour inviter ne serait-ce qu’un soit chez-lui les divers guides religieux ; le moment est propice.

J’aurais aimé qu’une organisation comme l’OCI fassent procéder au ressourcement, aux préceptes islamiques, refasse une IJTIHAD, un IJMA actuel et actualisé ;c’est une tâche utopique diront certains mais écoutons Sénèque :

‘’Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas les entreprendre c’est

parce que nous n’osons pas qu’elles paraissent difficiles’’

En conclusion, pour les extrémistes de tous bords, nous dirons qu’il faut savoir distinguer l’essentiel de l’accessoire, l’esprit de la lettre et… écouter Pascal (pensées 253)

‘’ Deux excès :

– exclure la raison

– et de n’admettre que la raison’’

Aux musulmans de mon pays, je lirai la sourate 39 V 53.

« Ne désespérez jamais de la miséricorde de Dieu, il pardonne tous les péchés »

J’ajouterai même celui de vivre dans un pays laïque ; en tous cas la laïcité est le seul espace actuel où peuvent paître ensemble le loup et l’agneau ; si la laïcit2 est le seul mot qui vous heurte dans le projet de constitution, vous pouvez aller voter des deux mains.

Je ne suis ni un exégète du Coran, ni un modèle de piété (ne pas confondre avec vertu) seulement un ingénieur, intellectuel (qui parle de tout et qui n’en sait rien) mais musulman doté de l’œil de la certitude (AYNAL YAQIN) qui demande pardon et indulgence si dans le texte il a pu y avoir erreur et /ou égratignure.

LE DERNIER MOT :

Unissons-nous autour de ce qui nous réunit ;

Réunissons-nous autour de ce qui nous unit.

Yoro Ba Hann Bel Air agnamgodo@gmail.com

Révélations fracassantes d’un ancien Grand Maître franc-maçon sur l’avortement, l’euthanasie et le mariage homosexuel

 [REPORTAGE] Révélations fracassantes d’un ancien Grand Maître franc-maçon : « Des lois comme l'avortement, l'euthanasie ou le mariage homosexuel ont été étudiées et mûries dans les loges avant d'être votées par les députés »

  « Des lois comme l’avortement, l’euthanasie ou le mariage homosexuel ont été étudiées et mûries dans les loges avant d’être votées par les députés » confirme Serge Abad-Gallardo, ancien franc-maçon.

Ils sont nombreux à quitter la franc-maçonnerie, mais rares sont ceux qui osent le dire. C’est le cas de Serge Abad-Gallardo, architecte français âgé d’une soixantaine d’années. Il a passé 24 ans au sein d’une des obédiences les plus importantes de France, celle du Droit Humain (une émanation du Grand Orient de France). Son livre J’ai frappé à la porte du Temple (Éd. Pierre Téqui), sous-titré « Parcours d’un franc-maçon en crise spirituelle » est le témoignage passionnant des années que l’auteur a passé dans la franc-maçonnerie. Après sa conversion au christianisme (il était déjà baptisé, mais s’était éloigné de l’Église), il a compris que la religion catholique et l’idéologie maçonnique étaient incompatibles et a décidé d’en sortir. Le processus de son retour à la foi a été long et semé d’embuches.

Pour quelle raison êtes-vous entré dans la franc-maçonnerie?
S.A-G : J’avais l’âge et la situation sociale idéales pour être franc-maçon : à 33 ans, j’étais haut-fonctionnaire municipal, en tant que directeur de l’urbanisme. À cette époque, je m’étais éloigné de l’Église et ma foi était bien tiède. Un ami que je ne savais pas franc-maçon m’a proposé d’y entrer. J’étais curieux de découvrir les prétendus secrets de cette organisation.

Quand avez-vous commencé à prendre conscience de ses aspects dérangeants ?
S.A.-G. : Au début, certaines paroles du rituel maçonnique (rite écossais ancien et accepté) m’ont fait reconnaître des liens entre la franc-maçonnerie et l’Église. À titre d’exemple, dans le rituel d’initiation on retrouve des phrases comme : « Cherchez et vous trouverez » ou « Frappez, et l’on vous ouvrira » qui sont extraites des Évangiles. Mais, petit à petit, je me suis rendu compte que le sens que l’on donnait à ces versets n’avait plus rien à voir avec l’esprit du Nouveau Testament. J’ai entendu aussi des expressions très anticléricales. Cela ne m’a pas plu, mais je me suis adapté car  j’étais éloigné de la foi, et surtout de l’Église. En outre, dans la franc-maçonnerie on parlait beaucoup de fraternité, mais j’ai pris conscience que derrière cette apparence de fraternité, les petits arrangements et les luttes pour le pouvoir étaient bien réels.  Enfin, quand je suis revenu à la foi, j’ai compris  que le catholicisme et la franc-maçonnerie étaient incompatibles.

Comment s’est déroulé ce processus de conversion ?
S.A.-G. : Il a duré près de neuf ans ! Je crois que Dieu m’a laissé si longtemps dans l’erreur de la franc-maçonnerie (24 ans, jusqu’à devenir Vénérable Maître et accéder aux plus hauts grades) afin qu’aujourd’hui aucun maçon ne puisse me dire – comme certains ont tenté de le faire, en toute mauvaise foi – que je n’ai rien compris. Je suis passé par divers stades. Tout d’abord, comme je l’explique dans mon livre, j’ai pris conscience de la présence du Christ à mes côtés. Cela a débuté en 2002, quand j’ai rencontré un prêtre franciscain près d’Aix-en-Provence.  Ses paroles m’ont paru maçonniques et m’ont plu parce que je pensais qu’il existait des liens entre la franc-maçonnerie et le catholicisme, mais j’ai compris au fur et à mesure que le sens de ses paroles était fondamentalement différent.

Par exemple ?
S.A.-G. : Lorsque la franc-maçonnerie parle de « Lumière », elle parle d’une « Connaissance »*, d’un savoir ésotérique, hermétique et occulte. Alors que ce Franciscain me parlait de la « Lumière » comme étant l’Amour de Dieu pour nous. Encore un exemple, quand la franc-maçonnerie reprend à son compte : « Cherchez et vous trouverez » (Matt. 7 – 7 NDLR), il s’agit d’aller chercher et de trouver au fond de soi-même. C’est la parole hermétique maçonnique « V.I.T.R.I.O.L. » (Visita Interiorem Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem : Visite l’intérieur de la terre, et en rectifiant tu trouveras la pierre cachée). Les paroles de l’Évangile ne signifient rien de tout cela en réalité : elles nous révèlent que Dieu nous cherche avant même que nous ne pensions à Le chercher. C’est Dieu qui donne l’Amour à l’homme, non le contraire. L’amour de l’homme est une image de l’Amour de Dieu. Dieu nous a faits à son image. Tout ceci n’a rien à voir avec la magie, l’occultisme ou des formules symboliques ! Je suis sorti de cette rencontre avec le Franciscain complètement bouleversé, et j’ai senti la présence du Christ à mes côtés. Je ne pouvais imaginer qu’Il m’aimait de cet Amour immense que je ressentais à présent dans tout mon être. Il n’y a pas de mots pour le décrire.

Mais ce n’était pas encore la conversion complète…
S.A.-G. : J’ai recommencé à prier, sans pour autant retourner à la messe. Un jour de 2005, à une bien mauvaise époque de ma vie, je me trouvais dans une chapelle quand le Christ m’a répondu. Une expérience incroyable, j’en suis quasiment tombé de mon banc ! Mais je résistais encore sans comprendre exactement ce que le Christ attendait de moi.

Que s’est-il passé ensuite ?
S.A.-G. : En 2012, j’ai expérimenté ce que l’on peut appeler « le Mal absolu ». J’ai vu jusqu’où va la noirceur de l’âme humaine. Par la sorcellerie et la magie**, j’ai constaté la présence du diable et son œuvre maléfique dans une vie. Cela peut paraître incroyable et je n’ai pas d’autre choix que de raconter les choses telles qu’elles se sont passées. Le monde s’est refermé sur moi. En quelques mois, j’ai perdu mon emploi, un bon salaire, la maison où nous habitions, mon voilier de 12 mètres, ma voiture de sport, mes amis… Je me sentais totalement perdu et ne trouvais plus de repères dans la franc-maçonnerie. Personne ne vous y explique pourquoi le mal existe dans le monde par exemple. Ni comment le combattre. L’idée m’est venue de faire une retraite quelques jours à l’abbaye de Lagrasse. Là bas, devant le Christ en croix, je me suis mis à pleurer et me suis rendu compte que ce Christ pleurait avec moi. Cet Amour fut comme une lumière. J’ai passé une semaine avec les moines, et mon cœur s’est ouvert totalement à l’Amour du Christ.

Et c’est à ce moment que vous êtes sorti définitivement de la franc-maçonnerie…
S.A.-G. : Tout ce que j’y vivais m’a paru faux, ou du moins tiède. Je ne pouvais plus y rester après avoir compris que la franc-maçonnerie est totalement incompatible avec la foi catholique.
A-t-elle réellement le pouvoir que lui prête sa légende ?

S.A.-G. : Oui, ce pouvoir, elle l’a ! En France, depuis 2012, une majorité de ministres du gouvernement sont maçons. Les grands maîtres du Grand Orient, du Droit Humain ou de la Grande Loge veulent changer la société. Des lois comme l’avortement, l’euthanasie ou le mariage homosexuel correspondent aux idées maçonniques d’émancipation de l’individu qui n’en réfère plus qu’à lui même, sans autre limite morale que celle qu’il se fixe. Un grand maître de la Grande Loge de France, Pierre Simon, a avoué que toutes ces lois étaient pensées et mûries en loges avant même d’être débattues par les députés.

Et elle conspire ?
S.A.-G. : La franc-maçonnerie croit en sa propre « utopie ». Autrement dit, tout ce qui est possible à un être humain, peut et doit lui être permis. La morale découle du pacte social et pas de la loi naturelle voulue par Dieu. Sans enfer ni paradis, sans jugement dernier ni rédemption, il n’y a pas d’autre mode de vie possible que l’hédonisme : le plaisir et le bonheur en cette vie sont l’unique but à poursuivre. Le Salut éternel n’existe pas, il faut jouir de la vie présente. La franc-maçonnerie conspire, dès lors, contre toute façon de penser qui ne serait pas la sienne et ne suivrait pas cet objectif.***

* La « Connaissance » que poursuivent les francs-maçons est symbolisée par le « G » souvent inscrit sur les sigles maçonniques : dans une étoile à cinq branches ou bien dans un compas et une équerre, les outils du maître-maçon, de l’architecte. Ce « G » désigne la « Gnose » (du grec gnôsis, connaissance), un savoir caché, réservé aux seuls initiés. Les premiers chrétiens, et parmi eux saint Irénée, ont sévèrement mis en garde contre une lecture gnostique de l’évangile, considérée comme une grave hérésie.
** La Franc-Maçonnerie est un ordre initiatique ésotérique. Les connaissances qu’elle dit détenir sont réservées à ses membres (du grec éso, au-dedans). Par nature elles ne doivent pas être à mises la portée de tous, ce que la maçonnerie appelle « les petits mystères et les grands mystères ». Ces mystères se perdent parfois aux frontières du spiritisme et des messes noires comme le rappelait en 2011  le père Georges Morand (†2014), ancien exorciste du diocèse de Paris au micro de France Culture.
*** v. la première lettre de saint Paul aux Corinthiens (ch. 15) :
S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité.
Et si le Christ n’est pas ressuscité, notre proclamation est sans contenu, votre foi aussi est sans contenu (…)
Et si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés (…)
Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.

Cardinal Théodore Adrien Sarr : « L’Occident ne doit pas nous imposer sa vision actuelle de l’homosexualité »

Lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de l’assemblée plénière de la CERAO, le président des évêques d’Afrique de l’Ouest a estimé que l’Occident ne peut « décider pour le reste du monde ».


Lors d’une conférence de presse de présentation des travaux de l’assemblée plénière de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO), réunie cette semaine à Accra (Ghana), son président, le cardinal Théodore-Adrien Sarr, ancien archevêque de Dakar (Sénégal) a demandé aux Africains d’être « vigilants » afin d’« éviter tout endoctrinement négatif de l’Occident d’accepter le mariage homosexuel ».

« Méfiez-vous… nous vivons dans un monde où l’Occident, notamment les Américains, se comporte comme des personnes qui pensent pour le reste du monde, qui ont à décider pour le reste du monde, mais nous leur disons que non : vous ne pouvez pas décider pour le reste du monde », a prévenu l’ancien archevêque de Dakar.

« Ce n’est pas parce que vous l’acceptez que tout le monde le doit aussi »

« Nous avons aussi notre culture, nos traditions et nous devons donc éviter les nombreuses entraves du monde occidental pour agir en fonction de nos traditions, de nos us et coutumes », a ajouté le cardinal.

Il a ensuite pris l’exemple de l’homosexualité. « Nous ne pouvons pas condamner les gens qui sont homosexuels, a-t-il expliqué. Mais ce n’est pas parce que vous l’acceptez que tout le monde le doit aussi. »

En novembre 2014, en marge du Synode des évêques sur la famille, le cardinal Sarr avait déjà souligné que « l’Occident ne doit pas nous imposer sa vision actuelle de l’homosexualité ».

« Nos peuples savent que l’homosexualité existe, ils gèrent cela à leur manière, mais on sent aujourd’hui une pression pour une dépénalisation de l’homosexualité, avait-il affirmé. Chacun a ses options, mais je ne suis pas d’accord avec le fait de présenter cela comme le nec plus ultra de l’évolution et du progrès de l’humanité. »

Crime passionnel, homosexualité, vengeance : Le double meurtre du centre ville livre ses secrets

content_image

En conférence de presse, hier, le commissaire de la Sûreté urbaine de Dakar avait annoncé l’arrestation de « deux Sénégalais âgés de 20 à 30 ans » dans le double meurtre du Franco-Libanais-sénégalais, Hachem Issam Fawaz, et de son ami et partenaire autrichien, William Klinger. Il ajoutait que « c’est un crime qui pourrait être passionnel avec une connotation de vengeance ».

« Libération » révèle que le présumé meurtrier se nomme Lamine Dabo et son complice, Bouba Samaté. Selon le journal, en décembre 2015, William Klinger avait drogué et violé Lamine Dabo. Deux mois plus tard, il est revenu, poignard à la main, pour se venger.

Premier à tomber, Bouba Samaté, qui n’a pas joué un rôle dans ce carnage, a balancé Lamine Dabo qui a été arrêté hier. Devant les éléments de la Sûreté urbaine, Dabo a fait des aveux circonstanciés. Il jure qu’il n’a fait que se venger de cette « honte suprême », cette humiliation qui le tuait à petit feu.

C’est ainsi que, raconte « Libération », il est revenu dans l’immeuble. Quand il a frappé à la porte, Fawaz a ouvert. Il lui a planté un coup de couteau avant de se ruer sur William qu’il a sauvagement poignardé.