Tag Archives: Malick Gakou

On se tiendra prêt pour libérer le peuple sénégalais des scories d’un régime anti-démocratique, népotique


Chers compatriotes,
Chers camarades,
Chers amis,

Le Conseil Constitutionnel a confirmé ce que nous savions tous, sous la dictée de l’exécutif, consacrant ainsi l’invalidation de ma candidature à l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Cet acte fort, illégitime et anticonstitutionnel demeure une illustration parfaite de la volonté du président Macky Sall de ne pas affronter le candidat de la Grande Coalition de l’Espoir/ Suxxali Senegaal que je suis pour des raisons qui lui sont propres.

Et cela, en dépit du fait que selon le logiciel du Conseil constitutionnel, nous avons validé 11 régions, 52911 parrains et 752 doublons que le président du Conseil a systématiquement refusé et de manière tout à fait injustifiée, la régularisation, avec un esprit biaisé et tronqué de la loi.

En nous privant de nos droits constitutionnels et en mettant le pays sous le joug de l’oppression contre les valeurs démocratiques et la sauvegarde des libertés, le président Macky Sall et son régime ne nous laissent aucun autre choix, pour la défense de nos droits citoyens et républicains, que celui de la confrontation politique.

A cet égard, je réaffirme ici et maintenant mon engagement total et entier avec le Collectif des 25 candidats et les forces vives de la Nation pour engager toutes les batailles susceptibles de libérer le peuple sénégalais des scories d’un régime anti-démocratique, népotique et qui fait du ponce pilatisme le fondement de sa gestion inique du pouvoir contre les intérêts supérieurs de la Nation.

Je vous exhorte à vous tenir debout pour consacrer toutes nos énergies au service de la défense de la Patrie fortement ternie par les décisions scélérates et illégitimes du Conseil Constitutionnel.
Restons mobilisés, debout et toujours pour le Sénégal.

Merci pour votre engagement constant à mes côtés.
Je demeure convaincu que nous vaincrons.
Vive la République!
Vive le Sénégal!

#Malick_Gakou_Président_du_Grand_Parti
#Election_présidentielle_24_Février_2019
#Kebetu 🙂

Groupe consultatif de Paris : Une ombre de lumière ! (Par Malick Gakou)

Le 17 décembre 2018, le Gouvernement de Macky SALL annonce aux sénégalais une pluie de promesses de financement évalué à 7700 milliards FCFA de la part des bailleurs de fonds pour le lancement de la deuxième phase (2019-2023) du Plan d’actions prioritaires (PAP) de son PSE.

Au-delà des dépenses faramineuses et de prestige qui ont été engagées sur le dos des contribuables sénégalais durant les travaux préparatoires, la réunion du Groupe Consultatif de Paris marque une phase très sombre de l’histoire financière du Sénégal en matière de gestion budgétaire et de viabilité des finances publiques.

Aussi, il est à dénoncer avec véhémence les modalités et schémas de financements proposés qui ne respectent pas les conditions optimales de coûts et de risques sur le marché.

Un regard rétrospectif sur la mise en œuvre de la 1ère phase du PAP montre de graves défaillances techniques et budgétaires
Un bref diagnostic de la première phase du PAP (2014-2018) révèle un montant 9685,6 milliards de FCFA annoncé comme scénario optimiste à travers des sources identifiées que sont l’Etat (43,4%), les partenaires techniques et financiers (40,4%) ainsi que le secteur privé national et international avec le Partenariat Public Privé (16,3%).

A l’arrivée, le financement acquis a été évalué à 5737,6 milliards de FCFA avec un taux faible d’exécution qui s’est situé à 32,82%. Sur la période 2014-2017, quatre cent six (406) projets du PAP 1 prévus dans le PTIP sont restés en attente du premier décaissement (décaissement nul).

Du côté des PTF, les financements programmés et non exécutés se situent à 375,446 milliards de FCFA.
Par ailleurs, il est déplorable et inquiétant de noter une absence totale du financement privé dans les projets PPP.

Sur les 1111 milliards de FCFA qui étaient attendus du secteur privé, aucun financement n’a été réellement obtenu.

Aussi, les projets du PAP 1 à financement PPP n’ont jamais fait l’objet de processus de maturation et d’études de préfaisabilité. Ce qui prouve à suffisance le manque de sérieux des projets et programmes déclinés dans le PSE.
Le financement de la deuxième phase du PAP (2019 – 2023) va accélérer la spirale d’endettement du Sénégal

Le stock de la dette publique s’est établi en 2017 à 6010,5 milliards de francs CFA (dont 4664,5 milliards de dette extérieure et 1346 milliards de dette intérieure) contre 4112,9 milliards en 2014, soit une hausse de 46,1%. Le service de la dette extérieure qui était de 106,5 milliards en 2014 soit 19,3% du total service de la dette est passé à 229,5 milliards en 2017 soit 31,7% du total service de la dette de l’Etat du Sénégal.

Ajouté aux échéanciers contractuels sur les projets en cours (Diamniadio, TER, BRT, etc.), le financement attendu de la réunion du Groupe Consultatif de Paris va inéluctablement porter le niveau d’endettement du Sénégal à un taux supérieur à 70%.

Cette spirale de la dette financière ajoutée au déficit public qui est toujours en deçà de la norme exigée par l’UEMOA constitue une réelle menace sur l’équilibre de nos finances publiques, amoindrit l’espace budgétaire et crée un climat d’incertitude face à l’avenir des générations à venir.

Cette situation est d’autant plus alarmante que le niveau d’endettement du Sénégal dépasse de loin les niveaux observés dans les pays tels que le Mali (35,2%), la Côte d’Ivoire (33%), le Burkina Faso (32%) qui sont de meilleurs élèves en matière de maitrise de la dette.

Si le rythme de croissance de la dette se maintient d’ici 2024 sur une population estimée à près de 16 00 000 habitants, nous-mêmes et nos enfants auront à rembourser en moyenne une dette individuelle de près de 10 000 000 FCFA, ce qui est inacceptable ! Cette dette galopante va absorber et plomber une part très importante de l’épargne et servira donc à couvrir des dépenses de consommation ou de fonctionnement courant plutôt que des investissements structurels.

La deuxième phase du PSE ne permettra pas d’atteindre une croissance inclusive car les préoccupations et attentes des sénégalais ne sont pas prises en compte
Les projets et programmes d’investissements à fort impact socio-économique à travers une croissance inclusive doivent faire l’objet d’une inscription au rang de l’exécution des investissements prioritaires.

Objectivement, les taux de croissance ambitieux proclamés et les effets d’annonce d’un Sénégal prospère et viable pour les prochaines années de la mise en œuvre du PSE 2 ne pourront être atteints.

La question primordiale est de savoir si le PAP 2 apportera des solutions aux handicaps structurels et persistants qui pèsent sur l’économie nationale au titre desquels, la faible résilience aux chocs exogènes, l’absence de maitrise de l’eau, les conditions difficiles de financement de l’économie nationale, l’impact des aléas climatiques, la faible compétitivité de l’industrie confrontée à un mode de consommation d’avantage tourné vers l’importation, le poids exorbitant de la fiscalité sur les revenus et sur l’entreprise, l’inefficacité des dépenses publiques etc.

La réponse est évidemment non ! D’abord, les études de préfaisabilité et de faisabilité financières des projets et programmes du PAP 2 n’ont pas été rigoureusement menées.

Ensuite, le PAP 2 n’est pas résolument orienté vers un développement du capital humain (éducation, formation et santé), la viabilité de l’entreprise nationale, la relance de l’économie rurale, l’approfondissement du secteur financier afin d’assurer une bonne prise en compte des problèmes de financement et, d’une manière générale du renforcement de la compétitivité de l’économie nationale.

Je ne peux manquer également de souligner que les objectifs du financement de la deuxième phase du PSE ont été uniquement déterminés sous la forte influence des dates de l’agenda politique sans tenir compte des contraintes inhérentes à la préparation et à la mise en œuvre des projets d’investissement et des délais d’impact de la réalisation de ces projets sur la croissance et le comportement adéquat de l’économie.

Notre économie est marquée depuis sept ans (2012 – 2018) par une évolution très faible de son taux de croissance et qui reste plombée par deux contraintes structurelles : l’insuffisance des investissements (privés notamment) nécessaires au renforcement de la productivité et un niveau de compétitivité de notre production nationale qui est incapable de porter le flambeau de la croissance.

La croissance du PIB réel est passée de 4,4% en 2012 à 3,5% pour 2013 pour se situer à 4,3% en 2014, 6,5% en 2015, 6,6% en 2016, 6,7% en 2017 et 6,8% en 2017.

Les prévisions disponibles pour l’année 2018 porteraient ce taux à près de 7,0%. Sur la période 2019-2023, le taux de croissance devrait ressortir en moyenne à 8,9% qui est déjà en dessous des taux à deux chiffres qui ont été annoncés à l’entame du PSE 1.
Nul doute que le PSE 2 arrivera aux mêmes résultats.

Les mêmes causes vont produire les mêmes effets avec une accélération dynamique de la pauvreté et de la précarité des ménages.
Aussi, je continue à penser que le niveau de croissance attendu de la deuxième phase du PSE, 2019-2023 (8%) ne permettra pas d’avoir un décollage permettant d’engranger des progrès dans le domaine du développement humain.
Le taux de croissance moyen attendu est estimé voisin du croit démographique, ce qui signifie en termes clairs que la création de richesse va rester très insuffisante pour inverser durablement l’approfondissement de la pauvreté, notamment au sein de l’économie rurale dont la contribution à la formation du PIB n’a cessé de se dégrader sous l’influence des contraintes lourdes qui ont continué de peser sur notre agriculture.

Malick Gakou, Docteur en Economie
Ancien Ministre
Président du GRAND PARTI

Malick Gakou : Macky prépare un hold-up électoral, mais…

En tournée nationale de campagne pour le parrainage, le leader du Grand Parti était l’hôte de ses militants et sympathisants du Fouladou. Malick Gakou qui se décrit comme le candidat aux mains propres, a la certitude d’être au second tour de la Présidentielle 2019.Mais, il soupçonne le président Macky Sall et son gouvernement de préparer un holdup électoral.
« Le président Macky Sall veut faire un forcing pour passer au premier tour de la présidentielle de 2019. J’en appelle à l’intelligence, à la sagesse du président Macky Sall pour qu’il revienne à la raison, parce que demain, il sera trop tard et on ne peut pas bâillonner un pays qui aspire à la liberté et à la démocratie »fait-t-il remarquer. Avant d’ajouter : « Rien ne peut arrêter la volonté d’un peuple qui veut aspirer au changement » renchérit le chef de file du Grand Parti dans les colonnes de l’Obs.

Malick Gakou : Si l’Etat a de l’argent, il n’a qu’à payer ses dettes

En tournée à Fatick, ce samedi 9 juin, dans le cadre de sa Caravane de l’espoir, Malick Gakou signe et persiste que les caisses de l’Etat du Sénégal sont vides. «Tout le monde sait que les caisses de l’Etat sont vides.

Si l’Etat a de l’argent, il n’a qu’à payer ses dettes. Si l’Etat a de l’argent mais pourquoi cet argent est gardé quelque part ? Non, l’Etat n’a pas d’agent. Non, l’Etat est en faillite. Ça, tout le monde le sait. Et ceux-là qui dirigent le pays le savent bien», martèle le leader du Grand parti.

Et d’ajouter : « Monsieur, le ministre de l’Economie et des Finances dit que les caisses de l’Etat sont remplies. Mais alors, l’Etat n’a qu’à payer ses dettes. L’Etat n’a qu’à payer la bourse des étudiants».

A en croire Malick Gakou, à nos jours, l’Etat doit 16 milliards de francs CFA aux producteurs et cultivateurs. A cela, il ajoute qu’il doit aussi une dette à la Sonacos, dont il n’a pas précisé le montant.

Visite de Malick Gakou chez le Khalife général des Mourides à Touba

Visite de Malick Gakou chez le Khalife général des Mourides à Touba
Je me suis rendu, ce Jeudi 03 Mai 2018, dans la ville sainte de Touba, avec une forte délégation du Grand Parti, afin de me recueillir auprès du Khalife général des Mourides Serigne Mountakha Bassirou Mbacké.

Nous avons sollicité ses prières pour le triomphe de ma candidature à l’élection présidentielle de 2019 et le succès de notre idéal pour le Sénégal.

Nous avons également sollicité les prières du saint homme pour le démarrage de la deuxième phase de la Caravane de l’espoir dans le cadre de la vulgarisation du Programme alternatif Suxxali Senegaal (PASS).

Nous rendons grâce à Dieu et souhaitons le meilleur pour le SENEGAL.

Dr Malick GAKOU
Président du Grand Parti

Malick Gakou dénonce le « verdict d’une justice instrumentalisée »

Le patron du Grand parti a réagi à la condamnation de Khalifa Sall, à cinq ans de prison ferme et 5 millions de francs FCFA d’amende. Malick Gakou qui a assisté au procès du début à la fin, a rejeté en bloc le verdict prononcé par le Tribunal correctionnel de Dakar.

«Le procès est un procès politique, bien évidemment le résultat est politique. Le verdict que nous venons d’apprendre, est la résultante la plus manifeste du visage hideux de ce régime, qui utilise la justice et qui l’instrumentalise à des fins politiques ».

Malick Gakou : Mise en place d’un comité de concertation sur la modernisation de la justice

Apres sa réunion du 28 février 2018, le Secrétariat Exécutif National (SEN) du Grand Parti s’est prononcé sur la situation nationale marquée par la fin du procès de l’honorable député-maire, Khalifa Ababacar SALL.
Dans un communiqué qu’il nous a envoyé, le Secrétariat Exécutif National déplore et condamne fermement les tentatives d’instrumentalisation de la justice à des fins politiques.
« La mise sous tutelle de la justice sous le joug de l’Exécutif, constitue une entrave à l’expression vivante d’une justice au service du Peuple, dans l’équité et la morale qui doivent gouverner les vertus d’une République moderne des valeurs et du progrès », soutient le SEN.
« Aussi, le Secrétariat Exécutif National demande solennellement au Président de la République, de quitter avec son Ministre de la Justice, le Conseil Supérieur de la Magistrature afin de garantir une véritable expression d’une vie judiciaire en harmonie avec les principes fondateurs d’une justice de l’éthique et de la morale au nom du Peuple.

Pour cela, le Secrétariat Exécutif National demande au Président Macky Sall d’être en phase avec l’une des recommandations-phares des Assises nationales pour la mise en place d’une Cour constitutionnelle garante des libertés et de l’expression d’une démocratie moderne, humaniste, porteuse de progrès et de développement au service exclusif du Peuple sénégalais », rapporte le communiqué.

Par ailleurs, le secrétariat a déclaré que l’annonce par le Ministre de la Justice de la mise en place d’un Comité de concertation sur la modernisation de la justice est une fourberie de plus dans l’optique de divertir l’opinion nationale et les Forces vives de la Nation afin de se donner du répit et de ne rien faire dans ce domaine si vital pour la vie de la Nation comme ce fut le cas dans les autres secteurs.

Pour la défense des intérêts des de la nation, le communiqué note que « le Secrétariat Exécutif National appelle toutes ses composantes à se tenir prêtes et mobilisées pour la sauvegarde et la défense des intérêts supérieurs de la Nation ».

Présidentielle de 2019 : Malick Gakou diffère sa décision au 24 mars prochain

Candidature à la présidentielle de 2019 : Malick Gakou diffère sa décision au 24 mars prochain
Malick Gakou continue d’entretenir le flou sur sa candidature à la prochaine élection présidentielle de 2019. Investi candidat par les militants de Guédiawaye et par les cadres de son parti, il diffère sa réponse au 24 mars prochain, lors du congrès de son parti prévu à cette date.
Ses tergiversations n’ont pas toutefois altéré la volonté de ses militants de soutenir sa candidature en 2019. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ont pris la décision de ne pas attendre sa réponse pour réunir la caution devant lui permettre de participer à cette élection.

‘’Nous allons continuer à nous cotiser pour que vous obteniez la caution pour être candidat à la prochaine élection présidentielle. Nous sommes sûrs que vous avez les moyens, mais nous n’allons pas vous laisser seul le faire, car le parti ne vous appartient pas. Tout ce que l’on vous demande, c’est d’être candidat pour diriger le pays, car vous en avez les capacités. La population a confiance en vous’’, lui ont dit ses militants au cours d’une Assemblée générale.

Cette rencontre a vu la participation des responsables des militants des 5 communes que compte ce département. Revenant sur le déploiement de son parti, Malick Gakou soutient que le Gp qui n’a que 2 ans d’existence, a réussi à s’imposer au sein du landerneau politique sénégalais.

A l’en croire, sa formation politique est présente partout dans les communes et les villages du pays, mais aussi en Afrique et dans la diaspora. ‘’Nous allons organiser notre congrès le 24 mars prochain. Vous aurez comme cadeau de fêter notre anniversaire un an après, notre 3e année, en mars 2019, au palais de la République. Il faut que nous soyons là-bas pour sauver ce pays’’, déclare Malick Gakou.

Pour arriver à bout de l’actuel président de la République, l’ex-numéro deux de l’Alliance des forces de progrès de Moustapha Niasse appelle ses militants à la mobilisation de toutes les énergies et à se déployer sur le terrain. Pour sa part, le coordonnateur de la coalition Manko Taxawu Senegaal compte poursuivre ses déplacements à l’intérieur du pays au contact de l’électorat. ‘

« Je n’ai plus rien à prouver ici. En 2009 comme en 2014, j’ai dirigé les listes et nous avons tout raflé. Et tous étaient derrière nous. En 2017, si notre coalition était complète, nous allions tout remporter, mais les élections se sont passées dans les conditions que vous savez tous’’, soutient-il.

Enquête

 

Malick Gakou réagit à son « interpellation » par la Sûreté Urbaine

L’information a fait l’effet d’une bombe sur la toile. Malick Gackou a été brièvement arrêté ce week-end par la Sûreté urbaine de Dakar. Il aurait engrossé une fille et voulant éviter tout scandale compte tenu de son statut, il aurait demandé à son ami d’enfance de s’occuper de l’affaire. Ce dernier s’est, à son tour, adressé à un cabinet médical de la place dont le médecin est une de ses connaissances, voire même un intime.
A cet effet, il y aurait eu une tentative d’avortement de la jeune fille qui a mal tourné, nous apprend le site pressafrik.com. Joint par Leral.net, plusieurs personnes de l’entourage du Président du Grand parti, démentent sans plus de précisions. A son tour, Malick Gakou que nous avons eu téléphone, nie avoir fait l’objet d’une interpellation.
De même, il signale qu’il n’a pas été impliqué dans une affaire de mœurs comme rapporté plus haut. « L’information est fausse », a-t-il confié, malgré nos multiples tentatives de savoir les raisons de son mutisme par rapport à la gravité des faits à lui reprochés. « On est en train de faire un communiqué là-dessus… », nous a-t-il renvoyé.

Malick Gakou – Présidentielle 2019 : Les cadres du Gp se mobilisent pour déposer la caution

Malick Gakou - Présidentielle 2019 : Les cadres du GP se mobilisent pour déposer la caution
Le Grand parti d’El Hadj Malick Gakou prépare déjà la présidentielle de 2019. La preuve, les cadres de cette formation politique ont déjà mobilisé 42,5 millions de francs en vue du paiement de la caution de leur leader. La Convention nationale des cadres du GP l’a fait savoir au président Malick Gakou.

Selon un communiqué, l’argent a été mobilisé sur la base de cotisations diverses des cadres qui se sont engagés à boucler le montant total de 65 millions de francs au plus tard, le 31 mars 2018.

Touché par ce geste, Malick Gakou a vivement remercié les cadres, tout en les exhortant à rendre encore plus visible le projet de société du Grand parti ‘’Suxali Senegaal’’.

Enquête

Les partisans de Malick Gakou affrontent les forces de police

Caravane du « Président banlieusard »:Les partisans de Malick Gakou affrontent  les forces de police
Malick Gakou compte bien faire de la banlieue l’une de ses bases pour la conquête du pouvoir. Le leader du Grand parti (Gp) a démarré avant-hier sa caravane « Président banlieusard » en allant à la rencontre des populations de la banlieue « comme Keur Mbaye Fall, Diamaguene et Mbao« .
Mais hier, l’étape de Djeddah Thiaroye Kao n’a pas été de tout repos pour ses partisans. Les militants du Gp se sont affrontés pendant plusieurs heures avec les policiers. Ils entendaient ainsi protester contre l’arrestation d’un des leurs responsables, Mamadou Badiane dit ‘’Gaïndé’’ interpellé un peu plus tôt « sans raison ».

Les jeunes du Grand parti, assimilant cela à une « tentative d’intimidation » des autorités, sont sortis pour manifester. Ils ont bloqué la circulation et brûlé des pneus. Sur le qui-vive, la police est intervenue rapidement avant de répliquer à coups de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. Plusieurs militants du Gp ont été arrêtés à l’issue des échauffourées.

Toutefois, ces incidents n’ont pas affecté le patron du Gp qui a pu reprendre sa tournée. L’ancien ministre des Sports s’est rendu au quartier Dalifort. Selon nos informations, toutes les personnes interpellées lors de ces incidents, ont finalement été libérées dans la soirée. Avec sa campagne « Président banlieusard » Malick Gakou veut apparaître comme le meilleur profil susceptible d’offrir à la banlieue son premier président de la République.

l’as

Malick Gakou, l’espoir : Le Sénégal aux Sénégalais, l’Afrique aux Africains

Né dans la banlieue dakaroise dans une totale précarité et élevé par une grand-mère totalement inapte à joindre les deux bouts, El hadji Malick Gackou a grandi dans les profondeurs de la jungle entre les populeux et paupérisés quartiers de Pikine, Thiaroye et Guédiawaye.

Appartenant à la génération des natifs du lendemain des indépendances, il s’est très vite forgé un esprit combatif et révolutionnaire et adopte l’endurance et l’indifférence face aux écueils multiples de son évolution. Après ses brillantes études primaires, moyennes et secondaires, il se penche vers celles supérieures puis s’envole outre Atlantique.

Environ une décennie plus tard il rentre au bercail avec en bandoulière son Doctorat d’études supérieures en Economie. Imbu d’un sens élevé du social, profondément nationalisteet totalement panafricaniste, le jeune diplômé sénégalais assigne à la dimension sociale de la vie une absolue valeur. « Les Sénégalais sont fatigués »me disait-il au détour d’un entretien avec lui. Par cette affirmation riche d’enseignement, j’avais fini de cerner l’indiscutable engagement pour son pays, de ce grand intellectuel. Il croit au génie qui dort en chaque Sénégalais et souhaite l’éclosion de celui-ci chez chacune et chacun d’entre nous.

Ainsi, le businessman allie ses activités à la politique. Son sens élevé du social le pousse à accompagner les activités dans plusieurs secteurs de la vie afin de soulager les populations en général, lesjeunes et les femmes en particulier. Il soutient le sport, laculture, lasanté, l’éducation, l’auto-emploi…sans bruit. « Je n’aime pas le bavardage, je préfère agir et avancer », déclarait Gackou au micro d’un journaliste lors d’une tournée à travers le pays.

Dans la même foulée, je perçus un autre reporter dire « Cet homme n’est pas le prototype du politicien car il fait toujours ce qu’il dit et dit toujours ce qu’il fait ».Une telle conception de l’homme politique est très discutable mais j’ai préféré ne pas interpeller ce journaliste.

Seulement,rien que pour ce témoignage sincère, il est admis de soutenir que voici enfin l’homme qu’il faut pour l’actuel Sénégal, ne serait-ce que pour la fin des promesses politiciennes jamais tenues et le retour aux valeurs. Ce grand dirigeant, prompt à démissionner quel que soit le poste qu’on peut lui confier puisqu’allergique à la non transparence et réfractaire à la passivité, constitue un modèle, une solution alternative, un espoir pour le peuple sénégalais ; et cela, il l’a suffisamment prouvé par sa constance dans la démarche ainsi que les actes qu’il a toujours posés.

Gackou est un homme de défi. Il combat l’injustice et va au front quand il le faut pour l’intérêt supérieur des grandes masses, donc des Sénégalais en général. Ce banlieusard abhorre les combines et est allergique à l’égoïsme qui caractéristique de l’écrasante majorité des hommes politiques actuels qui ont fini de sacrifier leurs convictions sur l’autel des éphémères avantages et délices du pouvoir, trahissant ainsi leurs fidèles compagnons souvent des jeunes et des femmes qui ont cru en eux en des moments difficiles de leur vie.

Voilà le seul motif de son fracassant divorce d’avec Moustapha Niasse, actuel président de l’assemblée nationale, le plus vieux de tous les présidents que cette institution ait jamais connus depuis l’indépendance. Gackou,l’ancien élève de Famara Ibrahima Sagna,constatant qu’il a été trahi lui et toute sa génération, par l’homme à l’appel du 16 Juin 1999,ne s’est pas laissé égratigner.

En compagnie d’infinis membres fondateurs de la « défunte »AFP, Malick Gackou lance le Grand Parti et maintient le drapeau de la révolution et de l’alternance générationnelle. L’acte qu’il venait de poser a été d’un caractère si salvateur qu’il avait fini de soulager les observateurs de la scène politique sénégalaise ainsi que tous les hommes imbus des valeurs de jom,de kersa,defiit…bref, les vrais patriotes. C’est cet homme qui, depuis Aout 2015, marche droit dans ses bottes en compagnie de ses souteneurs et fait le boulot sans tambour ni trompette.

Cet homme, vu son esprit hautement endurant,qui croit et fait croire au rêve d’un Sénégal meilleur, peut bel et bien être investi de notre confiance le jour où viendra le moment de glisser notre bulletin dans l’urne. Pour la cause de toutes les Sénégalaises et de tous les Sénégalais, cet homme est digne de confiance et constitue un espoir, une alternative, la solution face aux maux qui gangrènent notre quotidien depuis notre fatale erreur du 25 Mars 2012.

Vous en conviendrez avec moi d’ailleurs, chers concitoyens, la date anniversaire de cette alternance est d’une fadeur ineffable !En effet, à côté de son caractère de leader du refus, Malick Gackou va toujours à l’essentiel, ne nourrit  aucune rancune envers l’autre et a un sens élevé du pardon, donc du dépassement.

Que n’a –t-on pas raconté de contre-vérités sur lui ? Combien de fois a-t-il fait l’objet de calomnies, d’insultes, d’attaques haineuses et diffamatoires, d’invectives ? Souvent de la part de gens qui n’ont aucun vécu et qui ne sont en rien liés à l’histoire socio-politique de notre pays, des apprentis mercenaires ou de piètres politiciens encagoulés qui manipulent de jeunes gens inconscients qu’ils envoient au charbon.

A  chaque fois Malick Gackou leur oppose un cinglant mépris et poursuit tranquillement son chemin. Armé d’une énigmatique discipline et d’un sens manifeste de la retenue même face au vieillard insulteur(Thieupi_Thieupi), il est toujours au service exclusif du peuple. Ce modèle engendre la confiance et suscite l’espoir. Par son courage légendaire, sa compétence, sa vision et son programme, le leader du Grand Parti est apte à diriger notre pays dans l’équité et à libérer enfin l’Afrique de l’emprise de l’occident dont les politiques édictées à nos dirigeants tels que le bruyant PSE ne nous mèneront nulle part.

Le Sénégal aux Sénégalais, l’Afrique aux Africains ! C’est cela Malick Gackou ; croyons-y chers compatriotes !C’est l’espoir !c’est la solution.

Vive le Sénégal dans une Afrique unie et solidaire ! A bas le PSE ! A bas le FCFA ! A bas les APE ! A bas la Françafrique !Vive le Grand Parti ! Vive le Président Gackou !Le Président Gackou c’est la gestion transparente de nos ressources pétrolières et gazières, la fin du népotisme et du clientélisme politico-familial, le soulagement du monde rural, des agriculteurs et des éleveurs, la restauration de leur dignité aux enseignants, aux magistrats, aux agents de santé, à tous les fonctionnaires, aux marchands ambulants, aux handicapés, aux Agents de Sécurité de Proximité mal payés et souvent intimidés…à toutes les couche de la population.

Mamadou Biguine GUEYE

Grand Parti

Fatick /Commune.

 

 

« Gackou et le Gp hantent le sommeil des loosers de la défunte Afp »

malick-gakou

Révolutionnaire et salvatrice a été la trouvaille du Président Malick Gackou en compagnie de dignes camarades d’une ancienne formation politique dite AFP spoliée sur l’autel d’un perchoir de l’Assemblée nationale qui poussa le vieillard qui y trône, homme aux rêves politiques avortés, à pleurer.
Ayant fini de constater combien le désir d’être appelé #President#fût -il de l’assemblée nationale la plus nulle de l’histoire du Sénégal accrochait le vieil homme qui,pour cela osa abreuver d’injures les plus jeunes,ses ex camarades, Gackou et compagnie prirent la résolution univoque,noble et irréversible de prendre leur destin en main.
Et depuis, est né des flancs de l’AFP bradée, le Grand Parti.


Une page était définitivement tournée au moment où celle qui s’ouvrit enregistra et continue d’enregistrer de multiples adhésions qui ont fini de tourmenter Niasse et ses valets qui, non contents du Ko reçu en pleine bouche, n’ont plus que l’injure, la calomnie, le mensonge, l’invective, la diffamation…entre les lèvres et sur la langue encore saignante.

C’est dans ce lot qu’il s’agit de ranger Bouna Seck, lui aussi politicien malhonnête au crépuscule de sa carrière. Coupable comme le vieil insulteur, d’avoir trahi et sacrifie toute une génération. Laissez les aboyer ! Ils courberont l’échine pour s’aplatir devant leurs fils et petit fils le jour où l’ouragan silencieux s’abattra sur leur crâne.


En attendant,l’appel que je voudrais encore lancer au leader et aux camarades du GP est tout simple : Se concenter davantage sur l’essentiel et marcher droit dans ses bottes vers l’objectif de devenir une force incontestée de l’opposition à partir du lendemain des législatives prochaines,notre premier baromètre pour tester une telle ambition.

Le Grand Parti n’est pas l ‘AFP !
Vive le Sénégal dans une aAfrique libre et solidaire.
Vive le Grand Parti.

Malick Gackou : Le Sénégal a atteint un degré d’autoritarisme jamais égalé


Malick Gackou : "le Sénégal a atteint un degré d’autoritarisme jamais égalé"
Malick Gackou est largement revenu, dans un entretien accordé au Populaire, sur l’actualité nationale. Il s’est également exprimé sur l’annonce faite par le Président Macky Sall sur la tenue des Législatives qu’il fixe au plus tard avant le 29 juin 2017.

Interrogé par nos confrères sur cette annonce, le leader du Grand parti dira : « Vous savez, au regard de la praxis politique de ce régime, le Sénégal a atteint un degré d’autoritarisme jamais égalé. Seul le Président sait tout. Lui seul sait la date des élections législatives. Il faut se plier à ses désirs ou être voué aux gémonies. Hélas, ce sont les tentatives d’instauration d’une République autoritaire que nous combattons pour sauver le Sénégal ».

Quid de sa position radicale par rapport à la politique du chef de l’Etat ? Malick Gackou rétorque : « Je n’ai pas de position radicale. C’est juste que mon appréciation de la politique économique du gouvernement est objective et se base sur la réalité du terrain. Ma conviction est qu’il faut redresser le Pse en mettant l’agriculture comme levier central du développement et premier véhicule de la croissance économique ».

Coordination de Mankoo Wattu Senegaal : Pourquoi le Mandat de Gakou a été prorogé

content_image
La conférence des leaders du Front pour la défense du Sénégal/Mankoo Wattu Senegaal a porté la durée du mandat de la coordination tournante, de 1 à 3 mois. Malick Gakou dont le mandat de 1mois pour lequel il a été élu est arrivé à terme, a bénéficié de cette modification. Le leader du Grand parti est ainsi prolongé de 2 mois.

A Mankoo Wattu Senegaal, la conférence des leaders du Front pour la défense du Sénégal (Fds) revoie sa copie sur le point concernant la durée du mandat de la coordination tournante. Au terme du mandat d’un mois du coordonnateur, Malick  Gakou, la coalition de l’opposition a décidé d’apporter une légère modification.

Ainsi, le leader du Grand parti a été prolongé, depuis lundi, de deux mois à la tête de la structure qu’il coordonne depuis septembre. Le leader du Grand Parti devait initialement passer 1 mois à la tête de Mankoo Wattu Senegaal.

La décision a été prise avant-hier lundi par la conférence des leaders du Front pour la défense du Sénégal au cours d’une réunion. Une modification  qui s’est appliquée sans « dissidence majeure » à l’actuel coordonnateur, Malick Gakou, dont  le mandat  est arrivé à terme après la marche du 14 octobre 2016. « Sur le champ, tout le monde était d’avis que Malick Gakou ne devrait pas passer le témoin.

C’est sur la transition qu’il y a eu quelques divergences. On ne peut pas parler de malaise, puisque tout le monde s’est mis d’accord pour que Malick Gakou ne soit pas changé. On cherchait un consensus », a confié dans l’anonymat un membre du Fds ayant pris part à la rencontre.

Ce dernier a précisé que l’ancien ministre du Commerce a, au début de la rencontre, rappelé que « son mandat était arrivé à terme ». « Mais on a fait un tour de table et on est tombé d’accord qu’on ne pouvait pas changer immédiatement de coordonnateur. Car ce n’est pas le bon moment.

Nous avons estimé que nous ne devrions pas être prisonnier de notre propre code de conduite, qui pouvait être changé », a argué notre interlocuteur.
Interpellé sur les nouveaux changements au sein de Mankoo Wattu Senegaal, Mamadou Diop Decroix s’est limité à plaider pour une entente des parties prenantes du Front, même « dans les divergences ».

«Je considère que nous devons travailler constamment et en toutes circonstances, à un consensus qui nous permette d’avancer », a indiqué Mamadou Diop Decroix au bout du fil. Le Mandat de Malick Gakou arrivera ainsi à terme en Décembre prochain.
Chimére Junior Lopy

(L’Observateur)

 

Malick Gackou : Un général devant ses hommes de troupes (Par Biguine Guèye)


Le 14 octobre dernier, le leader du grand parti a convaincu les plus sceptiques et fait rentrer la queue et cloué le bec aux insulteurs professionnels de la calomnie,du mensonge, bref, aux distributeurs automatiques d’insultes de Macky. En tête de peloton et suivi de ses fidèles militantes, militants et sympathisants,le général du Gp a, avec détermination,courage,patriotisme, dévouement à la cause nationale,amour pour la patrie,…arraché face aux forces sénégalaises actuelles du désordre, un droit élémentaire consacré par notre loi fondamentale et éprouvé de nos jours par ce régime aux abois, celui de manifester librement au moyen légal de la marche pacifique.

Une marche malheureusement violentée par des éléments télécommandes de notre police nationale depuis le plus haut sommet de la hiérarchie. Quelle honte quel recul ! Quelle catastrophe quand on sait que notre pays,vitrine de la démocratie dans un passé récent est devenu en seulement quatre année la risée du Monde et l’un des derniers de la classe aujourd’hui en Afrique.
Il faudra résister oui ! Le peuple en a certainement été convaincu le 14 octobre dernier à propos surtout de toutes les folies que ce régimes pourrait être capable de perpétrer afin de se maintenir au pouvoir d’autant plus que le pétrole et le gaz de notre pays va leur aiguiser l’appétit à des baadolo qui voudront en boire le calice jusqu’à la lie.
Je ne saurai conclure mon propos sans vous exhorter,Général Gackou, qu’au prochain front,vous devrez absolument laisser vos hommes de troupes occuper les devants. Quant à vous mon général,vous ferez comme le font les plus grades dans la hiérarchie militaire. C’est à dire,il vous appartiendra de donner les stratégies,d’orienter et de donner des ordres à vos troupes qui ont la capacité et le devoir de combattre et surtout de vous protéger .Dans les batailles les plus fratricides,les plus grades ne sortent qu’ au dernier moment et c’est à ce statut que vous êtes mon général !
P.s : Je ne suis pas violent et je n’encourage pas la violence. Mais ce régime pourrait surprendre plus d’un.Quand vous suivez le déficient mental pourtant membre influent de l’armée mexicaine de l’Apr,à savoir Moustapha Cisse Lo à qui je demande au président Gackou de répondre par le mépris, l’on se rend compte que ce catastrophique député est capable de mener notre pays vers la catastrophe.

Fou, haineux, inculte, irresponsable, un individu de l’acabit de cet exilé de Touba à la Patte d’oie (quelle honte)pour indiscipline et défaut de résultat politique est capable de toutes les bassesses. Protégeons Gackou! Ils sont fous et méchants ces Bull Dog.

Plainte contre plainte : Ndiao Fall assigne aussi Malick Gakou en justice

Plainte contre plainte : Ndiao Fall assigne aussi Malick Gakou en justice
Décidément c’est la guerre des plaintes dans l’affaire Pétro Tim et la traite pour les avocats. Alors que Frank Timis  distribue des plaintes contre des personnalités de l’opposition,  la Convention de jeunesses république (Cojer) en réaction à la citation directe que Malick Gakou a faite à un des leurs, a décidé à son tour de porter plainte contre le Président du Grand Parti.
Thérèse Faye et Cie  entendent poursuivre Gakou pour  fausses nouvelles et diffamation pour avoir accusé le gouvernement de Macky Sall d’avoir détourné six cent milliards  dans l’affaire Petro Tim. Pour apporter la réplique, ils sont à la recherche d’un avocat tonitruant à l’image de Me El hadj Diouf. On cite également Me Adama Fall dans le pool d’avocats que la Cojer veut commettre pour étoffer la défense de Ndiao Fall.

Malick Gakou à Thiès : Les menaces de Timis et du Pm, c’est du vent

 

content_image

 

«Les menaces du Premier ministre, c’est du vent, et les menaces de Frank Timis, de la poussière», a déclaré hier à Thiès le leader de la coalition «Wattu Sénégal» venu sceller l’union de sa formation politique, le Grand parti, avec le mouvement de Sokhna Ndèye Mbacké, adjointe au maire de Thiès.

La permanence du Grand parti inaugurée à Thiès

Accueilli par les militants au quartier Grand-Thiès où il a procédé à l’inauguration de la permanence du Grand parti, Malick Gakou qui a fait face à la presse, n’a pas tari d’éloges à l’endroit de son hôte Ndèye Mbacké qu’il décrit comme «Une femme de développement, une femme d’action et de combat, une grande dame. Une personnalité ambitieuse pour sa région, pour sa ville mais aussi pour son département».

«Empêcher la spoliation des ressources naturelles de notre pays»

En perspectives des prochaines consultations électorales, la nouvelle recrue de Malick Gakou s’est, à son tour engagée à jouer sa partition au sein de l’opposition sénégalaise recomposée. Malick Gakou d’insister sur le droit à la marche qui enverra l’opposition sénégalaise dans la rue, le 14 octobre prochain. Une marche destinée, selon lui, à «empêcher la spoliation des ressources naturelles de notre pays».

«Nous allons marcher pour défendre les libertés, nous allons marcher pour défendre la protection des ressources naturelles de notre pays, mais également pour assurer à notre pays les bases de développement économique et social harmonieux», a martelé l’ancien ministre du Commerce.

«Main dans la main, nous allons marcher le 14. Quoi qu’il advienne nous allons marcher», promet le leader du Grand parti.

Gakou porte plainte contre un jeune de l’Apr qui l’a traité de goorjiggéén

Le patron du Grand Parti, Malick Gakou, ne badine pas avec certaines choses. Il a déposé une plainte jeudi dernier auprès du Procureur du tribunal de grande instance de Dakar, Serigne Bassirou Guèye, contre un membre de la Convergence des jeunesses républicaine (Cojer).

Ndiao Fall l’a, en effet, traité d’homosexuel dans une vidéo diffusée sur le Net. “Abdoul Mbaye et Malick Gakou ne sont pas des références au Sénégal et dans le champ politique.
Nous, nous n’avons pas peur des homosexuels (…) Le sénégalais ne voteront jamais pour un homosexuel. Si vous voyez Malick Gakou, demandez lui pourquoi chaque année, il part en vacance en Pologne et pourquoi les polonais lorsqu’ils viennent chez lui aux Almadies, ses épouses n’y sont pas…”, soutenait le jeune républicain.

Estimant être victime de diffamation, Malick Gakou a commis l’avocat Me Khassimou Touré qui, à son tour, a saisi le Procureur d’une plainte.

L’As