Tag Archives: Mamadou Lamine Diallo

Après avoir livré le Sénégal à Timis, il a saccagé les finances publiques,… et enrichit la galaxie Faye Sall

Questekki 149 du mardi 4 juin 2019 (Par Mamadou Lamine Diallo).

Dossier Ressources naturelles : Selon la BBC, Franck Timis devrait empocher 6000 milliards dans l’exploitation du gaz de St-Louis.

La respectable BBC, chaîne publique britannique et institution du Royaume uni vient d’édifier le peuple sénégalais sur le deal du gaz de St Louis : Franck Timis devrait gagner 6000 milliards de  FCFA de royalties. C’est grave et révoltant. Cette affaire dépasse la personne de Aliou Sall, c’est le régime de Macky Sall qui pose problème. Macky Sall nous a promis la gouvernance vertueuse en 2012 pour prendre le pouvoir, mais la réalité est toute autre.

Je rappelle que le peuple sénégalais avait manifesté en 2016 pour dénoncer ces deals. Notre manifestation avait été réprimée et avec le soutien du Premier Ministre Boun Dionne,  Franck Timis  dans une arrogance extrême, était venu nous insulter et nous menacer.

Aujourd’hui, il est clair que le peuple a été spolié de ses ressources. Il doit se battre pour les récupérer et éviter la malédiction des matières premières.

Dossier nouveau : Avec ce deal, Macky Sall empêche  1 000 000 de familles de sortir de la pauvreté. 

6000 milliards c’est beaucoup d’argent. Il faut savoir qu’en augmentant de 5000 francs CFA  par jour les revenus d’une famille sénégalaise, elle peut sortir de la pauvreté extrême. Ainsi bien orientée, la somme de 6000 milliards peut sortir 1 000 000  familles sénégalaises de la pauvreté, soit 8 000 000 de personnes environ.
Telle est la conséquence directe du deal organisé par le régime de Macky Sall dans le gaz de St-Louis. Pourtant Macky Sall avait été prévenu par un rapport de l’IGE et le terrain balisé par les conclusions des Assises Nationales.

Après avoir livré le Sénégal à Franck Timis, il a saccagé les finances publiques,  cassé le secteur informel et enrichit la galaxie Faye Sall et quelques sociétés étrangères.

Quoi qu’on dise Macky Sall est hanté par son wax waxeet de 2016 et veut exorciser les assises nationales et les travaux de la CNRI qui s’en inspirent. Alors son dialogue dit national, il espère enterrer les assises nationales définitivement d’une part ; et d’autre part,  obtenir la mise en place d’un gouvernement de majorité élargie pour gérer l’ajustement structurel à venir et suspendre le cours démocratique de ce pays en repoussant les locales.

Trop c’est trop. Nous devons mobiliser les femmes et les jeunes pour une alternative populaire et  combattre en particulier l’insécurité grandissante qui est une conséquence directe des politiques injustes de Macky Sall.

Mamadou Lamine Diallo, Président du mouvement Tekki.

L’annexe du Palais, l’Assemblée Nationale en branle pour renforcer la gouvernance prédatrice de Macky

L’Assemblée nationale de Macky Sall va entrer en action les prochains mois pour affaiblir le gouvernement comme institution dans la constitution et soi disant enquêter sur l’affaire des 94 milliards, une affaire de ressource naturelle foncière. Comme je l’ai toujours écrit, l’enjeu de la gouvernance prédatrice est l’accaparement des ressources naturelles dans les mains de la famille FayeSall à elle de distribuer selon les « wersek » de chacun. Les théoriciens de BYY expliquent que dans la vie chacun reçoit au final son du et Macky Sall a été choisi par Dieu pour faire ce travail de distribution.

L’annexe du Palais, l’Assemblée Nationale se met en branle pour renforcer la gouvernance prédatrice
Ceux qui contestent ce type de gouvernance doivent être condamnés par la justice avec l’aide de l’Assemblée nationale s’il s’agit des députés. Tous ceux qui dénoncent la gestion du gaz et du foncier dans ce pays sont dans le viseur du trio infernal Macky Niasse Tanor.

Pour l’affaire des 94 milliards, le sabre sera dans les mains du PS.
Dossier nouveau : La fin de la Primature annonce le renforcement de la gouvernance prédatrice
Le travail de coordination de l’activité gouvernementale doit se faire quelque soit Alpha pour parler comme mes compatriotes. Tous ceux qui ont une idée du fonctionnement de l’exécutif savent que la coordination est une nécessité surtout en face de ministres peu expérimentés.

Il y aura un Premier Ministre de fait.
De deux choses l’une ou Boun Dionne sera un petit premier ministre logé à la présidence ou ce sera Macky Sall le Premier Ministre. Alors qui est le Président de la République, qui définit la politique globale et prend les décisions in fine ? Les parrains européens ?

La fin de la Primature annonce le renforcement de la gouvernance prédatrice
J’avais tiré la sonnette d’alarme sur les choix opérés par le gouvernement de Macky, gré à gré pour l’étude Seaburry puis enterrement de première classe de cette étude, arrivée de Bohn à la tête, achats d’avions, etc.. J’avais dit que Bohn était là pour acheter les avions avec l’accord du gouvernement. Chose faite, il s’en va. D’une certaine façon, il fait penser à Franck Timis.

Le patriotisme nous impose de soutenir le nouvel arrivant Ibrahima Kane. Bon Vent Cher compatriote !

1000 milliards Fcfa ont quitté le Sénégal ces 7 dernières années

1000 milliards Fcfa de flux financiers illicites ont quitté le Sénégal, durant ces sept dernières années, pour des paradis fiscaux comme Dubaï. La révélation est faite par le député Mamadou Lamine Diallo.

Pour Macky Sall, être dans l’action, c’est construire des routes. Penser, réfléchir, étudier relève du bavardage inutile. Tout cela est faux bien entendu.

Les réalisations de Macky Sall masquent les fuites d’argent vers les comptes offshore. Selon Mamadou Lamine Diallo, les réalisations cachent trois pensées obscures: «impressionner les populations, prétexter un problème social de court terme à résoudre et soutenir la corruption.»

Concernant le dernier point, le leader de Tekki révèle qu’au moins 1000 milliards de flux financiers illicites ont quitté le Sénégal pour des paradis fiscaux comme Dubaï, durant ces sept dernières années.

A l’en croire, Macky Sall est affolé par le pétrole et le gaz. Il a signé des contrats défavorables au Sénégal et engagé le pays dans une spirale d’endettement, a-t-il souligné.

Pis, ajoute-t-il, la Final Investment Decision (FID) pour la première phase du développement transfrontalier innovant Grand Tortue Ahmeyim adoptée, vendredi 21 décembre dernier, à Nouakchott a été signée en cachette. « BP a eu raison finalement de Macky Sall.

Il est allé signer en Mauritanie la « Final Investment Decision» en cachette. C’est l’omerta de sa presse et ses affidés de BBY. Or, c’est la décision la plus importante dans l’exploitation du gaz de Saint-Louis.

Tout finira par se savoir. C’est clair que c’est à l’avantage de BP et de la Mauritanie », a-t-il indiqué. Et c’est pourquoi, dit-il, l’enjeu de la présidentielle du 24 février 2019 est la gestion future du gaz naturel sénégalais.

« Macky prévoit en 2019 une politique d’ajustement structurel comme le Président Abdou Diouf dans les années 80 qui a fini par une dévaluation du franc CFA », ressasse-t-il.

Source : Walf net

Mamadou L Diallo : Après le Xaware du Gcp, l’ajustement structurel commence en 2019


Macky Sall annonce en grande pompe avoir obtenu 7356 milliards alors qu’il demandait 2850 milliards aux partenaires de l’aide bilatérale et multilatérale pour son programme de soutien aux entreprises étrangères, PSE.

Il est bon de savoir que l’Afrique piégée dans la pauvreté est divisée en deux : les pays à table ronde du PNUD et les pays à groupe consultatif de la Banque mondiale. Le Sénégal fait partie du second, Macky Sall en est fier hélas.

Les annonces du Groupe consultatif ne sont pas des engagements de financements. C’est un défaut de coordination qui a conduit à ces annonces sans fondement qui multiplient par trois le gap de financement.

Les ajustements entre bailleurs se feront lors des engagements qui donnent lieu à des conventions juridiques de financements.

Pour l’instant, Macky Sall cherchait un coup de pouce politique, les partenaires ont envoyé un signal flou : gonfler les annonces de contribution et ne pas envoyer leurs entreprises au forum du secteur privé dans lequel la vedette était Cheikh Amar.

De toute façon, ces annonces, c’est l’équivalent de 300 francs CFA par habitant par jour. Or, les décaissements qui en résultent et qui profitent au pays reviennent à 5% des annonces, au finish 15 francs par sénégalais.

Le jour où les occidentaux croiront à l‘économie sénégalaise, ils enverront leurs entreprises participer à l’industrialisation du pays. Tous les participants le savent, la mobilisation des recettes budgétaires est le véritable problème macroéconomique du Sénégal.

C’est pourquoi la Banque mondiale annonce un appui budgétaire de 104 milliards au Trésor sénégalais, c’est cela le début de l’ajustement structurel que j’avais annoncé, du cash contre des réformes imposées au peuple !
En attendant, Joyeux noël à toute la communauté chrétienne.
Mamadou Lamine Diallo

Comment le gouvernement a-t-il dépensé les 1200 milliards d’eurobonds empruntés en 2018 ?

Le Trésor n’a plus d’argent, façon de parler. En vérité, le gouvernement ne peut plus faire face aux dépenses engagées et ordonnancées, il accumule des arriérés intérieurs, le cancer de l’économie dans notre pays. La plupart de nos entreprises sénégalaises ont des affaires avec l’Etat.

Ce sont elles qui subissent de plein fouet la crise financière du Trésor. Beaucoup vont fermer ou licencier des travailleurs. C’est la faute à Macky Sall qui ignore tout de la gestion macroéconomique d’un pays qui n’a pas d’influence sur les prix mondiaux (price taker).
On a observé que cette année 2018, le gouvernement n’est pas allé sur le marché régional de l’UEMOA pour des bons du trésor ou des obligations. Il a préféré les eurobonds. Qu’a-t-il fait de l’argent des eurobonds en ce moment précis où le ministre des finances acculé passe aux aveux sur la crise financière de l’Etat. J’enverrai une question écrite au gouvernement.

Mamadou Lamine Diallo : Macky Sall a asséché le Trésor public

Le député Mamadou Lamine Diallo accuse le président Macky Sall d’avoir asséché le Trésor public et tué à petit feu la bijouterie sénégalaise. En réalité, selon le président du mouvement Tekki, le chef de l’Etat se cache derrière un audit de la dette due aux écoles publiques d’enseignement supérieur pour ne pas payer. Toujours d’après le parlementaire, le Trésor est desséché.

A l’en croire, la conjoncture a été favorable au régime en 2012, notamment le cycle d’endettement était positif après l’annulation du stock de la dette de 2006, le bas prix du pétrole et la bonne pluviométrie. Mais, regrette Mamadou Lamine Diallo, le président Sall a mal géré l’économie en se lançant dans des investissements publics désordonnés et politiciens exécutés par des entreprises étrangères.

Ainsi artificiellement le PIB se gonfle, mais les recettes fiscales ne suivent pas, ainsi que l’emploi. Le résultat est que le Trésor public est asséché, les inégalités ont augmenté avec l’apparition des nouveaux riches qui ont profité de la politique des offres spontanées.

Le secteur informel est étouffé. Le cas le plus triste, selon lui, c’est la bijouterie traditionnelle dont le savoir-faire est reconnu partout en Afrique. Ainsi, sous l’effet des importations, soutient-il, les bijoutiers sénégalais ferment boutique. Pikine en serait un exemple.

Avec dakarmatin

Mamadou Lamine Diallo : les revenus du gaz doivent être tirés au clair


Macky Sall a informé le peuple que l’Etat recevra 550 milliards de FCFA de l’exploitation des hydrocarbures par an et pendant 30 ans, soit près de la moitié du service de la dette annuelle de l’Etat à partir de 2021- 2022. Dans le fond, c’est très peu, à peine un sac de riz par habitant pour la future génération.

En attendant de revenir sur les bases et les contours de cette estimation, objet d’une question écrite de ma part, je ferai observer ceci.

Si Franck Timis et Aliou Sall n’étaient pas dans le dossier, le Sénégal aurait gagné 30% de plus dans le projet. L’Opposition l’a suffisamment souligné. Mais en plus, le Sénégal aurait mieux négocié avec la Mauritanie, au lieu d’un 50-50, un 80-20. Certains experts évaluent le manque à gagner à des centaines de milliards par an pour le Sénégal.

La géostratégie des hydrocarbures est impitoyable sur fond de rivalité des grandes puissances. Les erreurs se paient cash.
En tout cas, nous nous réjouissons de la sortie d’affaire de Gadio aux Etats-Unis, j’ai toujours soutenu qu’il s’est trouvé pris dans la rivalité Chine-Etats-Unis.

Dossier nouveau : Pourquoi Macky Sall refuse de clarifier le dossier en justice de Feu Moussa Ndiaye, premier Coordonnateur National de Tekki ?

Décédé de manière suspecte selon les mots du Procureur de la République qui a ouvert une enquête le 2 septembre 2008, l’affaire Moussa Ndiaye est restée en l’état jusqu’à présent.

Pourtant, l’autopsie réalisée le jeudi 4 septembre 2008 par le Professeur Mendes avait conduit à des prélèvements de liquide à faire analyser. Depuis lors, rien n’a bougé malgré mes huit heures d’interrogation à la DIC le 8 septembre 2008.
J’ai saisi le gouvernement de Macky Sall, y compris par une question écrite à l’Assemblée nationale ; aucune réponse sérieuse, une volonté de classer l’affaire. A tel point que cette affaire de meurtre politique, une grande injustice contre Tekki, a échappé à la sagacité du « greffier de la deuxième alternance » Mody Niang.

Il est vrai que dès le 10 septembre 2008, Macky Sall alors président de l’Assemblée Nationale avait été reçu en grande pompe au Sénat français. Il avait invité alors Maître Ndèye Fatou Touré Député de Tekki à l’Assemblée nationale.
Le mois de septembre pour Tekki, dont une base affective se trouve en Casamance, rappelle le souvenir du bateau le Joola en 2002. J’y ai perdu 25 membres de ma famille.

C’est pourquoi ce mois nous impose depuis lors une vigilance absolue contre les provocations et autres infiltrations visant à déstabiliser Tekki. Du paradis ICA, Moussa Ndiaye sait que Tekki vit plus que jamais. Son sacrifice ne sera pas vain. Nous réussirons à mettre en place dans ce pays une gouvernance démocratique sur la base du responsabilisme, un Sénégal des patriotes justes, des hommes utiles !

La Sénégambie nouvel enjeu gazier (Par Mamadou Lamine Diallo)

La Chine est bien venue demander sa part du gâteau gazier, connaissant les difficultés de trésorerie de l’Etat APR qui résultent du financement anarchique des projets présidentiels de Macky Sall.

Demain, ce sera l’Allemagne, pays consommateur de gaz naturel. Le bloc en jeu est celui de Casamance sud Profond. La Russie s’y intéresse aussi. La société Total de la France a hérité du bloc de Franck Timis de Rufisque Offshore Profond au sud du bloc de Kayar dans lequel Kosmos a découvert du gaz naturel.

Ainsi, c’est désormais la façade atlantique du Sénégal et de la Gambie qui est l’objet de convoitise par les pays de la frontière technologique. Le pétrole sera au centre de la présidentielle de 2019. Or sans institutions solides, la malédiction du pétrole est inévitable. C’est la raison pour laquelle les conclusions des Assises Nationales sont plus que jamais pertinentes malgré la trahison des dirigeants de l’APR, du PS, de l’AFP, etc.

Macky Sall peut satisfaire les revendications des enseignants.

Mamadou Lamine Diallo est d’avis que le Président peut satisfaire les revendications des enseignants.

Si la masse salariale est de 800 milliards selon Amadou Ba pour 135 000 agents, y compris les ASP, et hors fonds communs, alors un enseignant, chargé d’éduquer nos enfants, gagnerait, en moyenne trois fois moins que les autres fonctionnaires. Tout le monde sait sur le terrain que ce sont les chefs de village et les chefs de quartier de l’APR qui octroient les bourses familiales aux membres de leurs familles élargies. Il est temps que la Cour des Comptes audite la délégation chargée de gérer les bourses familiales.

En tout état de cause, un projet sérieux aurait consisté à accompagner 100 000 familles pour voir comment elles sortent de la pauvreté extrême et non s’aventurer sur 400 000 familles. Le programme ivoirien par exemple au départ tourne autour de 30 000 ménages.

Par conséquent, Macky Sall a de la marge pour payer les indemnités de logement des enseignants si on est d’accord que l’éducation est une priorité pour pouvoir recevoir demain les dividendes démographiques. Il lui suffit de réduire l’enveloppe soi-disant destinée aux bourses familiales. Alors Monsieur le Président, faites du « compal » aux enseignants et aidez nos enfants dans les écoles publiques de la République », indique ensuite le député de l’opposition.

Il est vrai que pour l’élite de l’APR, la politique économique se résume à emprunter de l’argent pour faire ‘’des réalisations’’. Si c’était le cas, je ne vois pas la nécessité de créer des facultés d’enseignement de l’économie au Sénégal. Cette conception devient grave lorsque la rente pétrolière et gazière arrive. Il y a dans le monde des adeptes du jeu de Ponzi comme Madoff et tous ceux qui peuvent passer par la loi sur les offres spontanées pour proposer des deals au Président de la République et pré- tendre faire des réalisations dans le BTP, l’énergie, bref le capital technique.

L’engagement tous azimuts dans les réalisations non planifiées, mal orientées économiquement, crée des déséquilibres qui, dans la zone franc, se traduisent par l’accumulation d’arriérés intérieurs et le chômage massif des jeunes. Le dernier exemple est le palais de Macky Sall à Diamnadio, demain Mackycity sans doute.
Macky Sall est à fin février 2018 à 500 milliards d’arriérés intérieurs y compris le secteur de l’énergie. Il va les payer de manière discrétionnaire dans les semaines à venir en ayant gagé nos revenus pétroliers et gaziers futurs. Le débat sur la gouvernance démocratique des ressources naturelles doit être engagé.

Mamadou Lamine Diallo : Macky cache 481 milliards d’arriérés intérieurs


Le député Mamadou Lamine Diallo vient de faire une révélation inattendue.

D’après lui l’Etat du Sénégal cache plus de 400 milliards d’arriérés intérieurs avec la complicité du FMI. Si on prend en compte l’eurobond, la manne se situerait même à plus de 1024 milliards, information relayée par « dakaractu ».

« L’opposition a demandé publiquement au Gouvernement pourquoi le gonflement à 1686, 8 milliards de l’autorisation d’emprunter du Président de la République dans la loi de finances 2018. La réponse est claire désormais, les faits étant têtus, ils ont  montré que le gouvernement des « surdoués » de BBY accumule des arriérés intérieurs. En réinterprétant les données budgétaires inscrites dans la loi des finances 2018, on trouve 406 à 481 milliards d’arriérés intérieurs y compris peut-être  des services  faits non ordonnancés. C’est cela la vérité », a rappelé Mamadou Lamine Diallo

Le problème de fond donc, dira le Président de « Tekki » est de savoir pourquoi le FMI a fermé les yeux sur les arriérés intérieurs.

« La constitution oblige le gouvernement à publier le contrat de partage de production »

La constitution et le code de transparence des finances publiques obligent le Gouvernement à publier le contrat de partage de production du gaz de St-Louis et Kayar. Les propos sont du député Mamadou Lamine Diallo, le leader de Tekki qui saisit la balle au rebond suite aux interpellations d’Idrissa Seck à l’endroit du président Macky Sall, sur l’obligation de rendre public le contrat signé avec la Mauritanie en vue de l’exploitation du gaz découvert entre les deux pays.

Le député à l’Assemblée nationale estime que le chef de l’Etat sénégalais, invité récemment à Nouakchott par son homologue Aziz, a signé en position de faiblesse.

« Avec l’implication de sa famille dans ce dossier,  le Président de l’APR/BBY est allé négocier en position de faiblesse en Mauritanie. Il faut être naïf pour penser que le Président Aziz ne dispose pas du dossier de Petro-tim et Timis Corporation. Ce n’est pas par hasard que le Président Aziz ait accueilli le Président Macky Sall dans une tenue bien  touareg », écrit Lamine Diallo dans ses questions économiques dont copie est parvenue à Seneweb.

« L’on a tous appris qu’on ne signe pas un contrat bilatéral engageant le Sénégal et son avenir à l’étranger. Macky Sall, le féru de diplomatie économique ne doit pas l’ignorer. S’il est parti à Nouakchott, c’est qu’il était en position de faiblesse, renchérit-il. Dans ce dossier, même si les recherches ont débuté en Mauritanie, le réservoir de gaz se trouverait en territoire sénégalais. C’est pourquoi Kosmos est venue au Sénégal. Qu’est-ce que le Sénégal a signé ?, un partage 50-50 avec la Mauritanie ? En tous cas, Il semble bien que ce n’est pas à l’avantage du Sénégal, vu la nervosité du régime, suspecte le parlementaire ».

« La transparence dans la gestion des ressources naturelles qui figure dans la constitution ne signifie pas un compte rendu lapidaire devant des ministres apeurés en Conseil des Ministres d’un  voyage en Mauritanie », critique le leader de Tekki.

Mamadou Lamine Diallo : Macky écrase le secteur informel

content_image

Dans sa traditionnelle question économique, le président du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, a abordé la problématique du secteur informel. Il renseigne qu’aujourd’hui, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie situe à 407 882 le nombre d’unités  économiques au Sénégal dont 97% dans l’informel.

Ce qui veut dire, selon lui, que « toute politique sérieuse doit traiter l’informel pour le rendre plus productif ».

Mais, regrette le leader de Tekki, « sous Macky Sall, les ferrailleurs, les mécaniciens, les menuisiers, de Dakar et sa banlieue, les bouchers sont méprisés, écrasés et rejetés au moment où Amadou Ba  refuse de nous dire quels sont les inconvénients du franc Cfa qu’il a notés ».

Il souhaite que le Premier ministre, Mahammad Dionne, apporte des éclairages à ce sujet. Un appel qui risque, une nouvelle fois, de rester lettre morte.

Mamadou Lamine Diallo : « Macky Sall, Loin D’être Patriote… »

content_image

Mamadou Lamine Diallo, député et président du mouvement Tekki dit n’avoir trouvé aucun acte de patriotisme en Macky Sall dans la gestion de l’économie sénégalaise. Il animait, samedi dernier, à Dakar, une conférence publique sur les 5 ans de Macky Sall au pouvoir dans le cadre des activités mensuelles de l’Arcade dénommées « Samedi de l’Economie ».

Le député, Mamadou Lamine Diallo, par ailleurs président du mouvement Tekki se dit scandalisé par le soi-disant patriotisme économique en bandoulière du président de la République, Macky Sall. Il a fait cette déclaration, samedi dernier, lors d’une conférence sur le thème : « Macky Sall, 5 ans après : quel bilan ou les priorités institutionnelles du patriotisme économique », dans le cadre des activités mensuelles qu’organise l’africaine de recherche et de coopération pour l’appui au développement endogène (Arcade), en collaboration avec la Fondation Rosa Luxembourg.

Pour lui : « le taux de croissance de 6,7% chanté urbi orbi par les tenants du pouvoir n’a nullement d’impact à la base. Au contraire, la pauvreté ne cesse de grandir auprès des populations rurales et urbaines entretenant ainsi une misère sans précédente. Et ce, malgré les piètres efforts au plan social en termes de création d’emplois », a-t-il relevé.

A ce sujet, le président du mouvement Tekki, et non moins ancien cadre de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) dira qu’ « en 5 ans d’exercice, le président n’a créé que 25 000 emplois. Et sur ce nombre, il faut inclure les 10 000 agents de sécurités de proximité déjà opérationnels contre 500 000 emplois promis pour son premier mandat de 7 ans. Tout ceci, faute de politiques économiques cohérentes avec des objectifs mesurables, réalisables dans une temporalité avec des hommes et des femmes à la hauteur », a-t-il souligné.

A l’en croire, le président Macky Sall se cherche toujours. « De son tout premier ministre, Abdoul Mbaye, à Mohamed Boun Dionne, en passant par Aminata Touré, aucun d’eux dans leur déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale n’a, de façon très précis, été capable de dégager les grandes orientations de politiques socioéconomiques ».

Argumentant, il dira : « Nous sommes passé du yoonu yokkute au Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) en passant par le Plan Sénégal Emergent (Pse), seulement en 5 ans d’exercice », fait remarquer le député. Ceci démontre l’incapacité des dirigeants actuels à bâtir des politiques de développement, cohérentes, mesurables et réalisables dans un horizon bien défini.

Poursuivant sa communication, il fera savoir que le chef de l’État a délibérément choisi de  »rêvasser » parce que tout a été bien réfléchi et planifié avec des objectifs mesurables et réalisables dans la temporalité et bien ficelés dans un document sanctionnant les travaux des assises nationales que lui-même à soussigné. Mais, excellant dans la ruse (Macky sall), il a simplement tout jeté pour se faire sa propre politique socioéconomique du Sénégal.

Outré par le contrôle de l’Economie nationale par les puissances étrangères au détriment des compatriotes aux compétences avérées, notamment la France, le conférencier et premier économiste sénégalais a théorisé le concept d’  »émergence » dans son second essai intitulé : « Le Sénégal, un lion économique », publié en 2004. Dans lequel essai, il soumet le slogan du « Sénégal Emergent » à l’épreuve de l’analyse économique.

Cet ancien agent de la Banque mondiale : « Une telle démarche est inacceptable en 21ème siècle. Il faut qu’on sache ce que nous voulons, comment le réaliser, les moyens et sur quelle temporalité. Et pour ce faire, il faut que tous les patriotes s’y impliquent. Une seule personne ne devrait s’arroger le droit de devoir réfléchir et conduire tout seul le destin de tout un peuple ».

Une telle posture conduit systématiquement à la situation que nous assistons aujourd’hui avec le contrôle total de notre économie par la France (Télécommunications, hydrocarbures, Port autonome de Dakar avec l’affaire Necotrans, et les Industries chimiques du Sénégal par les indiens …).

Pis, selon le politique, le marché des cartes biométriques d’un coût de 55 milliards de francs Cfa, est attribué à une société Malaisienne, alors que l’expertise nationale est belle et bien à la hauteur avec un coût relativement moins.

Au plan social, cet ancien directeur de cabinet du président de la Commission de l’Union Africaine même s’il apprécie les bourses familiales, trouve que ce geste ne vise qu’à capturer une clientèle politique.

Mamadou Lamine Diallo invite l’opposition à la mobilisation pour remporter les législatives du 30 juillet

 Le député Mamadou Lamine Diallo du mouvement Tekki et non moins coordonnateur de la coalition Manko Wattu Sénégal a présidé, ce samedi, une réunion publique organisée par Adama Koma, à Pikine Guinaw Rail.
Une rencontre loin du tintamarre des grandes manifestations politiques, mais qui selon le député de Tekki, s’accommode des enseignements du défunt Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum. « La politique que nous menons est saine, elle n’est pas invective« , précise Mamadou Lamine Diallo.
Cependant, le député de Tekki n’a pas raté l’occasion de solder ses comptes avec le Président Sall. A l’en croire, les tenants du pouvoir « n’ont pas de vision et de politiques publiques capables de venir à bout l’extrême pauvreté qui sévit dans notre pays« . Ainsi, ce régime ne pouvant apporter des réponses à la demande sociale croissante, oppose la répression tous azimuts.

« Le président Macky Sall, incapable de fournir les 500 mille emplois qu’il avait promis, s’engage maintenant à vouloir utiliser la justice pour réprimer les opposants pour les réduire à néant, il trouvera devant lui un peuple debout, un peuple digne; c’est le peuple sénégalais avec ses élites et ses opposants. Nous ferons face« , charge Mamadou Lamine Diallo. « C’est notre devoir de le combattre et pour ce faire, nous devons nous inscrire pour avoir la nouvelle carte biométrique qu’il nous a imposée en y injectant nos 55 milliards« .

A propos de l’apport de la diaspora pour justifier les 15 députés qui lui sont alloués. Mamadou Lamine Diallo rejette en bloc. A l’en croire, 80% des ressources du Sénégal sont concentrées dans la région de Dakar. « Est-ce à dire que 80% des députés doivent provenir de Dakar ?« , s’interroge-t-il. « Ce sont des propos insensés. . L’Assemblée doit refléter la représentation nationale. Toutes les régions et les départements doivent être représentés ainsi que les différentes couches sociales du pays« , explique M. Diallo.

Ce qui lui fait dire que contrairement à la vision du président de la République , « l’Assemblée nationale n’est pas l’annexe du palais, mais le lieu d’impulsion de la vie politique de la Nation. C’est pourquoi, il faut l’arracher des mains de l’Apr pour qu’il y ait une majorité capable de faire de l’Assemblée nationale un véritable lieu politique où on va définir et débattre des politiques publiques, indique le coordonnateur de Wattu Sénégal.

Par ailleurs, ce dernier appelle à une mobilisation pour qu’ils puissent gagner les élections législatives le 30 juillet prochain, et imposer la cohabitation au président Macky Sall afin d’engager la démocratie sénégalais dans une nouvelle voie.

L’As

Mamadou Lamine Diallo : Aliou Sall cherche une immunité parlementaire

Aliou Sall veut s’introduire à l’Assemblé nationale pour échapper à l’affaire Petro-Tim selon…

 

« Aliou Sall cherche une immunité parlementaire« , selon Mamadou Lamine Diallo, leader de Tekki. Le coordonnateur de Manko Wattu Sénégal se prononçait en marge de la rencontre de la section féminine de son parti.

Mamadou Lamine Diallo est d’avis que si le maire de Guédiawaye s’active autant pour diriger la liste de Benno Bokk Yakaar (Bby), aux prochaines élections Législatives, c’est pour chercher une immunité parlementaire dans l’affaire Petro-Tim dans lequel il est trempé. Le coordonnateur de Manko Wattu Sénégal, appuyé par le mouvement des femmes de « Tekki », accuse Macky Sall d’être à l’origine de la situations « désastreuse » du pays.

« Aliou Sall voulant s’introduire à l’Assemblée nationale ne cherche qu’une immunité parlementaire, puisqu’il est impliqué dans une affaire illicite avec Frank Timis. Le maire de Guédiawaye ne mérite même pas le fauteuil sur lequel il est assis. Nous invitons la population du département de Guédiawaye à bloquer cette investiture« , peste Mamadou Lamine Diallo.

Mamadou Lamine Diallo : «Macky Sall n’en a que faire du patriotisme économique»

Tout nouveau coordinateur de la coalition Manko Wattu Senegaal, le leader du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, ne met pas en veilleuse ses questions hebdomadaires .


Le président du mouvement Tekki a abordé hier la « gabegie de la visite d’Etat en France et le TER de 500 milliards deCFA».
«Le TER est un gré à gré déguisé, l’offre Chinoise pour le décor. Voilà les sept questions que le peuple doit se poser :
1) Quelle est la rentabilité économique du projet, – le coût étant optimal bien entendu ?
2) Le projet génère-il des ressources pour rembourser la dette contractée à cet effet ?
3) Quelle est la valeur ajoutée retenue dans le pays ?
4) Combien d’emplois durables et temporaires créés au Sénégal ?
5) y a-t-il transfert de technologie ?
6) y a-t-il des impacts négatifs sur l’environnement ?
7) Est-ce que le projet contribue à résoudre les disparités régionales ? » Pour le député et tout nouveau coordinateur de la coalition Mankoo Wattu Senegaal, la réponse à ces questions est évidente : « le Gouvernement y a à peine réfléchi. C’est un projet politique pour impressionner les populations de la banlieue et obtenir le soutien de la France notamment après le Wax Waxett du 16 février 2016, pour la confiscation du pouvoir par la famille Faye Sall. Macky Sall n’en a que faire du patriotisme économique. Ce qui l’intéresse, c’est installer la dynastie Faye Sall pour des Siècles ! Peine perdue ! Son Seul Mandat Unique sera une parenthèse cauchemardesque dans l’histoire Politique du Sénégal. »
Le patron de Tekki est aussi revenu sur sa revendication permanente. « La grande firme britannique BP est rentrée dans les blocs de Kayar et de St Louis pour le gaz et le pétrole. On peut en tirer trois leçons :
1) C’est bien Kosmos Energy qui a trouvé le gisement et non Frank Timis comme l’affirmait sur la TFM l’homme d’affaires Pierre Goudiaby.
2) Le Sénégal aurait encore renoncé à son droit de préemption et les taxations pertinentes.
3) Timis Corporation a cédé 5% de ses parts à BP. Ce qui est grave, car les 5% n’appartiennent pas à Timis Corporation mais au peuple Sénégalais comme le soutient Mankoo Wattu Senegaal. Macky Sall, rends au peuple Sénégalais ses 30%!»
Mamadou Lamine Diallo et ses camarades de terminer : « Le gisement de gaz à St Louis est à cheval entre la Mauritanie et le Sénégal. Sa gestion n’est pas simple. L’accord de Kosmos avec BP évoque des travaux communs en Gambie. Il est temps de reprendre le dossier de l’Agence de coopération entre la Guinée Bissau et le Sénégal (AGC) présentée jadis comme un exemple de gestion de ressources naturelles communes entre les deux pays. L’AGC ne fonctionne pas bien du tout. Tout le monde le sait. Il est temps de redynamiser sa gouvernance. »

Mamadou Lamine Diallo parle des bourses familiales

DÉBAT ÉCONOMIQUE : Mamadou Lamine Diallo parle des bourses familiales.
 Le président du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, est revenu hier avec sa question hebdomadaire. Cette fois-ci, le nouveau coordinateur de la coalition Manko Wattu Senegaal parle des bourses familiales.
« Le Gouvernement avoue que les bourses familiales ne sont pas un instrument pour sortir les 300.000 familles ciblées de l’extrême pauvreté (voir projet de la loi de finance 2017). Mais la pauvreté est persistante au Sénégal », campe-t- il avant d’ajouter : « en effet, la Banque Mondiale fixe des seuils d’extrême pauvreté ou de pauvreté par personne et par jour à un dollar ou 2 dollars. »
« Au Sénégal la taille moyenne d’un ménage (famille) est de 8 personnes. A deux dollars par jour (1000 à 1200 FCFA), cela fait moins 300.000f par mois. Une famille est considérée comme pauvre si elle a moins de 300.000 f de revenus totaux par mois, y compris d’éventuels transferts de la Diaspora.
J’estime à environ 1.100.000 familles au Sénégal dans ce cas de figure. Maintenant que le Gouvernement reconnait subrepticement que les bourses familiales ne sont pas destinées à sortir les familles ciblées de la pauvreté.
Il n’a plus d’instrument direct de lutte contre la pauvreté. C’est un aveu de taille. Ce sont les naufragés de la politique de Macky Sall dont la moitié vit dans l’extrême pauvreté alors qu’il coûte 40 millions de FCfa par jour au peuple sénégalais », constate le député.
Le leader de Tekki a enfin abordé la « question permanente ». « Selon les dires de Franck Timis repris par un journal de la place, il aurait dépensé moins de 10 millions de dollars, soit 5 milliards de FCFA, pour récupérer Petroasia, société mère de la galaxie des Petro-tim. Et Timis Corporation se retrouve avec 30% du gaz de St Louis et de Cayar ».
Pour M. Diallo, il est légitime que le peuple demande au président Macky Sall de leur rendre les 30% du gaz détenus par Timis Corporation.

Mamadou Lamine Diallo : “Macky nous coûte 40 millions par jour”

content_image
“Macky Sall coûte 40 millions de Fcfa par jour au Sénégal”, a déclaré l’économiste Mamadou Lamine Diallo, patron du Mouvement “Tekki” et nouveau coordonnateur du Front “Mankoo Wattu Senegaal”.
Il l’a déclaré ce week-end à l’occasion de la rencontre de la 2e coordination (instance qui regroupe les coordonnateurs départementaux ainsi que certains affiliés) du mouvement “Tekki”.

“Les responsables du Parti ont beaucoup insisté sur les problèmes d’insécurité routière. Ce sont des problèmes de routes, de véhicules ou c’est l’indiscipline ? Il faut que l’on sache. C’est au gouvernement d’éclairer la population sénégalaise.

Il faut qu’il le fasse parce qu’aujourd’hui, ça prend des proportions inacceptables. On ne peut pas tous les jours nous réveiller avec des accidents et des morts. Il faut que le gouvernement prenne à bras-le-corps ce problème-là.

Il est suffisamment payé pour ça. Macky Sall nous coûte 40 millions par jour. Il doit pouvoir régler les problèmes, rapporte “Vox Populi” et “Walfajri”.

Cartes d’identités biométriques : Mamadou Lamine Diallo demande à Macky de rendre public le contrat avec la société IRIS


Le  président du Mouvement Tekki  demande aussi au Président Macky Sall, d’expliquer au Peuple l’impact sur la croissance de ce projet et d’accepter de rendre public le contrat établi avec la société IRIS comme l’exige le code de transparence des finances publiques.

Le président du Mouvement Tekki demande aussi au Président Macky Sall, d’expliquer au Peuple l’impact sur la croissance de ce projet et d’accepter de rendre public le contrat établi avec la société IRIS comme l’exige le code de transparence des finances publiques
Pour sa traditionnelle question hebdomadaire au Président de la République, le leader du mouvement Tekki remet en question le projet sur les cartes biométriques CDEAO.

Pour l’économiste et député du Mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo, le Sénégal enregistre un coût excessif avec les cartes biométriques CDEAO.

«Le Sénégal va perdre beaucoup de temps et d’argent. Ce projet a un coût direct de 50 à 55 milliards de francs CFA. Il faut y rajouter le coût d’opportunité pour l’économie pour les travailleurs des secteurs formels et informels qui perdent une journée dans les commissions administratives que l’on peut estimer à 15 milliards au moins. Le coût total pour l’économie est de 70 milliards», explique le président du Mouvement Tekki dans sa question hebdomadaire au président de la République.

Qui demande aussi au Président Macky Sall, d’expliquer au Peuple l’impact sur la croissance de ce projet et accepter de rendre public le contrat établi avec la société IRIS comme l’exige le code de transparence des finances publiques.

Revenant sur l’affaire Petro Tim / Timis Corporation, le Président du mouvement Tekki souligne que  «il est clair que Macky Sall a favorisé la création de la nébuleuse Petrotim /Timis Corporation. La création du Comité d’orientation Stratégique pour réfléchir sur le futur ne saurait effacer le passé récent où les intérêts du Sénégal n’ont pas été défendus au mieux. Il n’y a aucune raison que Timis Corporation apparue en 2014 se taille 30% de notre gaz naturel, 135 milliards de m3 de gaz au détriment du peuple sénégalais. Président Macky Sall, rend au peuple Sénégalais les 30% de son gaz naturel détenus par Timis Corporation. La cause est entendue, la question permanente se transforme désormais en revendication populaire et citoyenne.»

Mamadou Lamine Diallo à Pierre Goudiaby Atépa : « As-tu des parts dans Timis Corporation »


Mamadou Lamine Diallo à Pierre Goudiaby Atépa: « As-tu des parts dans Timis Corporation? »
L’affaire de petro-Tim / Timis corporation continue d’alimenter les débats. En effet, après la sortie de Pierre Goudiaby attribuant la découverte du gaz à Franc Timis, le député Mamadou Lamine Diallo est encore monté au créneau pour qualifier sa déclaration de contre vérité avant de lui demander de s’expliquer.

«Un autre vient de sortir du bois, c’est Pierre Goudiaby qui nous apprend que c’est Frank Timis qui a découvert le gaz. Quelle contre-vérité ! Le Premier Ministre et le Dg de Petrosen ont dit que c’est Kosmos Energy», a fait savoir le président du mouvement Tekki.

Poursuivant, Mamadou Lamine Diallo invite l’architecte à éclaircir la lanterne des Sénégalais sur son implication dans cette affaire. « Alors Pierre Goudiaby as-tu des parts dans Timis Corporation, qui détient 30% de notre gaz naturel » demande t-il.

Le Sénégal est dans une logique d’endettement extérieur

Flinguant la politique financière du président Macky Sall, le député déclare: «Le Président Macky Sall n’a pas une stratégie de hausse de l’épargne intérieure et de sa mobilisation. Il est hélas dans une logique d’endettement extérieur».

A l’en croire, le Sénégal se retrouve avec une multiciplicité de banques sous la force des pressions extérieures, sans y avoir réfléchi.

Selon Mamadou Lamine Diallo, pour soutenir les économies émergentes, il y a deux stratégies : soit une multiciplicité de banques en concurrence ou alors un nombre limité de banques puissantes accompagnant la politique économique du Gouvernement.

«Le Sénégal a déjà subi la première stratégie, on attend de son gouvernement qu’il mette les banques sur un même pied d’égalité», a t-il déclaré.

« Rôle du Qatar dans le transfèrement de Karim Wade »: Mamadou Lamine Diallo envoie une question écrite au Gouvernement

mamadou-lamine-diallo

Le leader de Tekki ne perd pas son temps. Mamadou Lamine Diallo a adressé une question écrite au Gouvernement. La lettre envoyée au président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse est relative à l’ingérence du Qatar dans le « transfèrement » de Karim Wade.

« Plusieurs sources fiables confirment la présence du Procureur Général du Qatar (eq. Ministre de la Justice), le Dr. Al Bin Fetais Al Marri, (par ailleurs, ancien avocat de l’ONUDC et Président de l’Association Internationale des Autorités Anti-Corruption) dans un avion battant pavillon qatari le 24 juin 2016 sur le tarmac de l’Aéroport LSS de Dakar pour embarquer en présence des autorités pénitentiaires de Rebeuss, le Sieur Karim Wade, bénéficiant d’une grâce présidentielle selon l’article 47 de la Constitution du Sénégal », écrit-il.

Avant de poursuivre: « Si ces informations sont vraies, en l’absence d’un accord connu de coopération juridique et judiciaire entre le Sénégal et le Qatar, Grand producteur de gaz naturel, je voudrais savoir quel est le rôle exact du Qatar dans cette affaire qui pourrait ressembler à un transfèrement de prisonnier. »

Mamadou Lamine Diallo d’enfoncer: « Précisément, le Qatar a-t-il payé une somme ? A qui ? Le Qatar va-t-il aider le Sénégal à recouvrer les avoirs dus au peuple sénégalais ? Quelle est la contrepartie dans ce cas ? Le Qatar va-t-il participer au financement du PUDC comme le laisse penser la présence d’Autorités du PNUD dans des rencontres tripartites ? »

Avant de conclure sa question: « Le Qatar a-t-il des intérêts dans l’exploitation du gaz découvert aux larges de St Louis par la société américaine Kosmos Energy ? »

jotay

Macky Sall doit répondre de sa gestion familiale du pétrole


Revenant sur l’affaire Petro-Tim, le mouvement Tekki a salué le «travail patriotique mené par la plateforme Mankoo Wattu Senegaal pour éclairer le peuple sénégalais sur la gouvernance du pétrole et du gaz découvert à St Louis et Cayar».
Pour Mamadou Lamine Diallo et ses camarades réunis mardi dernier à la permanence Moussa Ndiaye, «le Président Macky Sall doit répondre aux questions relatives à l’implication de sa famille dans la galaxie des sociétés offshore Petro et pourquoi il a laissé Timis Corporation prendre 30% de notre gaz, soit 135 milliards de m3 dont la valeur excède 600 milliards de FCFA».
«Le peuple doit également savoir quels sont les actionnaires de Timis Corporation et qu’ont- ils fait pour mériter tout ce gaz. Lorsque cette question a été posée clairement par Wattu Senegaal et le Député Mamadou Lamine Diallo, Président du Mouvement Tekki, la panique s’est emparée du régime et Frank Timis est sorti du bois pour insulter, menacer et porter plainte contre des personnalités respectables de l’opposition politique et de la société civile dont le leader du Mouvement Tekki, en exécution des menaces du Premier Ministre», relèvent-ils.
«Ces gesticulations du régime ne doivent pas empêcher la poursuite du travail de clarification et de récupération de nos ressources naturelles. D’autres Timis sortiront du bois bientôt», poursuivent-ils.
Pour ce qui est de la carte d’identité biométrique CEDEAO et du fichier électoral, Tekki dénonce la «rupture du dialogue politique sur la question électorale par le Président Macky Sall qui cherche, à travers un marché confié à IRIS, bien connu au Sénégal avec les passeports bio- métriques, à calibrer son propre fichier de 3 à 3,5 millions d’électeurs sous prétexte que la CE- DEAO demande l’établissement d’une carte d’identité biométrique».
Ce qui fait qu’ils soutiennent la marche de Wattu Senegaal du 14 octobre, appelant le «peuple sénégalais dans toutes ses composantes à venir à cette manifestation pour arrêter la dérive autoritaire du régime». «La marche est un droit démocratique comme l’accès aux médias d’Etat confisqués par le Président Macky Sall et ses affidés», terminent Mamadou Lamine Diallo et Cie.

Les vérités de Mamadou Lamine Diallo à Frank Timis, Macky et Aliou Sall

« En avouant qu’il a payé 10 millions de dollars, Frank Timis a démenti le premier ministre et le ministre des finances… Ses propos sont inacceptables… Il méprise Aliou Sall en le taxant de facteur avec un vélo…Macky doit s’excuser! »


L’opposition sénégalaise, par la voix de son économiste en chef, Mamadou Lamine Diallo, a répondu au magnat controversé du pétrole, Frank Timis, dont les propos tenus dans la presse ce vendredi ont mis le feu aux poudres.
Menaçant les leaders de l’opposition d’une poursuite judiciaire, le boss de Pétro-Tim a suscité l’indignation de ces derniers. Mamadou Lamine Diallo, économiste et l’un des leaders les plus en vue dans le dossier du pétrole et du gaz, est monté au créneau pour « se réjouir de la plainte annoncée de Timis » avant de le brocarder assurant que « ses propos sont inacceptables.Nous l’attendons au tournant. Nous ne sommes pas des négrillons, cette époque est révolue ».
Le leader de Tekki s’est dit aussi « indigné que Frank Timis méprise Aliou Sall en le traitant de facteur avec un vélo, alors qu’il parle du Maire de Guédiawaye quand même! Timis ne doit pas s’exprimer de la sorte dans un pays souverain comme le Sénégal. C’est arrogant ».
Se prononçant sur la plainte annoncée par Timis à l’encontre de l’opposition sénégalaise, Mamadou Lamine Diallo a assuré qu’ils « l’attendent d’un pied ferme et avec bonheur.
Nous ne rigolons pas, nous attendons des réponses à nos questions pour que Macky Sall s’excuse pour avoir permis à Frank Timis de se retrouver avec 135 milliards de m3 de gaz sans pratiquement rien débourser. Si macky ne s’excuse pas, nous irons jusqu’au bout ».
Réitérant la détermination de l’opposition sénégalaise à aller au bout de leur procédure, Mamadou Lamine Diallo a conclu sur ce qu’il a appelé contradiction dans les déclarations de Timis. « En avouant qu’il a payé 10 millions de dollars, il a démenti le premier ministre et le ministre des finances ».

Mamadou Lamine Diallo :  »Que Macky précise d’abord sa nationalité, avant … »


Mamadou Lamine Diallo à Macky : ''Qu’il précise d’abord sa nationalité, avant d’appeler au dialogue''
Avant d’appeler au dialogue national, Macky Sall doit d’abord dire aux Sénégalais de quelle nationalité il dispose réellement. C’est l’avis de Mamadou Lamine Diallo et ses camarades du mouvement Tekki.
« Macky Sall doit répondre aux accusations de Abdoulaye Wade avant d’appeler à un dialogue. Il faut que l’on sache si nous parlons à un Américain, un Chinois ou un Français…. », a-t-il répondu à la question de savoir quelle était sa position par rapport à l’appel au dialogue du Chef de l’Etat.
Le président de la République qui selon le député, serait échaudé par la tournure qu’a prise le référendum, avec une victoire étriquée du OUI, au point de remanier le calendrier électoral. « Ils sont en train de voir les voies et moyens de reporter les législatives, car il a peur de perdre », révèle-t-il, lors d’une conférence de presse, ce mardi au siège de son part