Tag Archives: Mensonge

Enrichissement illicite : Quand Ousmane Ngom ment éhontément

Le nom de l’ancien ministre de l’Intérieur, Ousmane Ngom, figurait bel et bien sur la liste de la Cour de Répression de l’Enrichissement illicite (CREI) dans le cadre de la traque de bien mal acquis, selon la Rfm qui cite l’institution.

Cette information fait suite à la déclaration du ministre selon laquelle son nom n’a jamais figuré sur cette liste, lors d’une émission à la radio dimanche.

Le dossier de Ousmane Ngom était confié aux enquêteurs de la police et était presque bouclé avant que le magistrat Alioune Ndao ne quitte le parquet spécial.

Des éléments de la Division des investigations criminelles (Dic) avaient effectué un déplacement à Saint-Louis pour des enquêtes dans son verger, rapportent nos confrères de la Rfm.

A la Dic, il a été plusieurs fois interrogé sur son patrimoine par les commissaires Seydou Bocar Yague et Cissé.

Abdoul Mbaye : Tout ce que Macky et son gouvernement avancent comme statistique n’est que mensonge

Hier à Rufisque dans le cadre de sa tourné nationale,l’ancien Premier Ministre,Abdoul Mbaye,a dressé un tableau sombre de la situation économique du Sénégal.

Le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT) indexe les grands projets de l’Etat,qu’il juge budgétivores et sans impact positif sur l’économie nationale.

»Lors d’une conférence que j’animais récemment à Paris, j’ai attiré l’attention sur les mensonges statistiques et de présentation du Sénégal comme un pays économiquement viable et en progrès rapide.

Tout cela n’est que mensonge, parce que les populations souffrent.La vérité finira par éclater »

Incursion gendarme : « Un mensonge démonté par le ministre de l’intérieur

« Un mensonge grotesque et rien de plus! » Voilà qui est l’avis du ministre de l’intérieur joint au téléphone par Dakaractu sur l’incursion chez Ousmane Sonko et dans son siège de Néma de gendarmes habillés en civil. Ces derniers  seraient venus intimider la famille et les partisans du candidat déclaré à la prochaine Présidentielle dans son fief à Ziguinchor.

Après les démentis et précisions du directeur de la communication de la gendarmerie, le ministre Aly Ngouille Ndiaye a choisi, lui, de démonter ce qu’il considère comme une supercherie de mauvais goût inventée de toutes pièces pour faire le buzz par un homme. Ainsi, fera-t-il deux précisions de taille.

« Premièrement,  dit-il,   la gendarmerie  n’intervient pas dans la commune de Ziguinchor. Et, deuxièmement, aucun service de police n’y est allé. » Le ministre de s’interroger avant de dénoncer la fragilité de leurs allégations .  » Vous croyez qu’avec les réseaux sociaux, si  ce qu’ils disent était fondé,  ils n’allaient  pas prendre des vidéos et des photos des véhicules et les transférer ?  Ils allaient prendre des photos. S’ils ont des photos, ils n’ont qu’à les montrer ! »

Notre interlocuteur d’estimer que Sonko essaie de jouer avec l’intelligence des Sénégalais en se victimisant, faisant vainement croire à un acharnement de l’État sur sa personne.

« Il y a beaucoup de mensonges dans le procès de Khalifa Sall »

content_image

 

L’ancien garde des Sceaux, ministre de la Justice du Mali, Me Mamadou Ismaël Konaté, a ouvert le bal des plaidoiries en faveur de Khalifa Sall, ce lundi 19 février 2018. Il a indiqué que « beaucoup de mensonges ont été dits dans ce procès » du maire de Dakar et 7 de ses collaborateurs.

« La justice est instrumentalisée en Afrique », déclare Me Konaté qui a regretté cette tendance qu’ont les hommes politiques à engager un bras de fer contre leurs adversaires pour ensuite demander à la justice d’arbitrer cette bagarre.

« Pourquoi le rapport de l’Ige (Inspection générale d’État) est encore secret ? Pourquoi le parquet a requis que les percepteurs ne soient pas condamnés alors qu’ils sont les deux gardiens des fonds dont on accuse Khalifa Sall? Un détournement de deniers publics, cela suppose, en amont, un manque de ressources financières quelque part, et en aval un enrichissement illicite », a-t-il dit.

« Ce dossier, poursuit-il, est simple. On vous a dit que ce dossier est politique, bien sûr qu’il est politique. Prendre le risque de condamner quelqu’un à 7 ans de prison, pour une affaire de détournement de deniers publics, dont on est incapable de démontrer le moindre sou, cela peut être un risque énorme.

Je n’ai pas de doute que vous serez à même de démêler le vrai du faux. La justice ne doit pas être le bras de qui que ce soit. Rendre service au politique, c’est se mettre en difficulté lorsqu’on est juge. Monsieur le Président, la politique tourne et retourne. J’ai assumé la fonction de garde des Sceaux. Je sais de quoi je parle », a-t-il dit au juge Malick Lamotte et à ses deux assesseurs.

« L’année du mensonge a commencé… » Par Yaye Fatou Sarr

Le combat malsain de nos hommes et femmes politiques me laisse sans voix. Le dénigrement et le mensonge sont mis au premier plan et les débats d’idée en oubli. Je pense certainement au dénigrement porté sur la vie privée de son excellence mais je pense aussi à la sortie plus que pathétique d’une dame ancien premier ministre qui cherche à revenir dans le combat.

Je me suis amusée à la lire, en effet elle s’est tellement rabaissée dans son mensonge. Mais Madame Touré juste une petite précision de petite taille par rapport au reste, Hissène Habré a déposé moins de 300 millions de cfa à la CBAO en client après avoir été 8 ans Président du Tchad. Pendant que certains en sont à des milliards sans revenus les justifiant avant leur entrée en fonction. Finalement où devons nous fouiller?
Ah tata Aminata Touré, SVP, vous êtes sensée être un exemple, soyez en un bon. Battez vous dignement.

Yaye Fatou Sarr
Conseillère Pool jeunesse du Président Abdoul Mbaye”

[Audio] Filouterie et mensonge : Le vigile de l’auberge enfonce Mya

Dans cet enregistrement audio, le vigile de l’hôtel, Cheikh Dioum témoigne leur surprise en écoutant Mya déclarer dans la presse qu’elle n’a jamais vécu dans un hôtel et que si elle avait les moyens elle les aurait donnés aux nécessiteux.

« Lorsque ma patronne m’a fait écouter l’audio, je me suis dit que ce n’est pas Mya, j’étais ébahi, atterré. Si cette fille peut déclarer au monde entier qu’elle n’a jamais fréquenté cet hôtel, je dis que c’est le monde à l’envers », a déclaré le sieur Dioum.

Moins de 300 mille tonnes d’arachides collectées : Le ministère a menti sur la production record d’un million 200 mille tonnes

arachide
Les données officielles démontrent que les huiliers et les exportateurs n’ont pas consommé le tiers de la production annoncée pour cette année. D’où la question de savoir où est partie ladite production record, alors que les paysans n’ont plus rien.

Les chiffres ne trompent pas. D’autant plus que ce sont des données officielles. Alors que la forte pluviométrie de la saison écoulée permet au Gouver­nement de déclarer que la production agricole a été très importante, on se rend compte que, à la fin du mois de mars, le total d’arachide collecté, aussi bien par les industries huilières du pays et les exportateurs, n’a pas atteint 300 000 tonnes depuis le début de la campagne.
Les chiffres publiés le 27 mars dernier par le Comité national interprofessionnel de l’arachide (Cnia), qui regroupe tous les acteurs de la filière arachide, indiquent que la Sunéor, qui avait prévu de collecter et traiter 300 000 tonnes d’arachide pour cette année, n’a pu en rassembler que 7146, soit 2% de ses prévisions. Et le fleuron de l’industrie huilière du pays n’est pas seul dans cette situation.
La Copéol qui elle, avait tablé sur 200 mille tonnes d’arachide en début d’année, n’a pu obtenir que 10% de ses besoins, soit 19 157 tonnes, ce qui n’est guère vraiment mieux par rapport aux 12 665 tonnes de la Wao, qui avait tablé sur 80 000 tonnes. Même la Cait, dont les ambitions étaient fort modestes avec 50 000 tonnes, n’a pu rassembler que 281 tonnes, un peu plus d’1%. En fait, toute la filière de trituration d’huile industrielle, n’a pu rassembler que 39 249 tonnes, pour des besoins estimés au départ à 630 000 tonnes. Cela ne fait que 6%.
Et il serait faux de penser, comme le disent les services du ministère de l’Agriculture, que si les industriels n’ont pu avoir des graines d’arachide, c’est parce que le producteur jugeait plus profitable de vendre aux exportateurs. Les données du Cnia démontrent que même les exportateurs ont eu du mal à trouver assez de grains pour faire leur bonheur.
Ainsi, les négociants chinois que l’on présente comme les responsables de tous les malheurs de la filière arachide nationale, n’auraient exporté, dans les circuits officiels retracés, que 69 957 tonnes d’arachide décortiquée. Ils sont suivis par les Vietnamiens, qui ont fait 36 702 tonnes. A eux deux, ces pays ont pu faire voyager plus de 98% de l’arachide sénégalaise exportée.
Après eux, viennent les autres pays, dont aucun n’a pu atteindre un millier de tonnes d’arachide exportée. Il s’agit de l’Indonésie, le Maroc, le Congo Brazza, l’Egypte, la Malaisie, le Mali et la Côte d’Ivoire. Le montant cumulé de toutes ces exportations est de 108426 tonnes d’arachide décortiquée, soit 216 851 tonnes d’arachide coque. Si on les ajoute aux données des huiliers, on atteint les 256 100 tonnes annoncées en début de cet article.
Et déjà, on sait que, si les industriels come la Suneor envisagent déjà de mettre le personnel en chômage technique prolongé, beaucoup de paysans commencent à scruter leurs greniers avec appréhension, car l’argent des exportateurs s’est, dans la plupart des cas, déjà épuisé, alors que les problèmes n’ont pas pris fin.
Dès la fin de l’hivernage, les services du ministère de l’Agriculture avaient annoncé une production record d’arachide, qu’ils avaient estimée à près d’un million et deux cent mille tonnes. On se demande où est passée toute cette production, quand les huiliers peinent à trouver de l’arachide, et que les paysans n’ont plus rien.

Avec Quotidien