Tag Archives: pas

Sport : Matar Ba répond a ces détracteurs

Le Ministre des sports Matar Ba apporte des précisions sur les guéguerres qui plombent le basket féminine et répond aux détracteurs. « Quand on est dans une affaire, il faut la comprendre. On mêle l’Etat dans des guerres de positions et ce n’est pas son rôle. L’Etat a injecté beaucoup de moyens pour améliorer les conditions des sportifs.
On n’a pas la prétention de dire que tout marche. Mais, on a fait des avancées significatives dans la prise en charge de nos équipes. Dans toute chose, il y a des gens qui veulent diriger et d’autres créent des problèmes.
Je lance un appel aux Sénégalais pour qu’on soit tous dans la construction. Les détails ne nous mènent nulle part. On doit se mobiliser autour de l’intérêt général. Mais, cela n’exclut pas d’avoir des ambitions », a dit le ministre des sports Matar Ba.

Il ajoute : « En général, quand les choses marchent bien, tout le monde fait la fine bouche, et s’il y a un couac, tout le monde se porte en donneur de leçon. On peut s’auto-glorifier que le président Macky Sall a mis les conditions nécessaires pour la mise en place d’une bonne politique sportive, afin de permettre aux acteurs de faire des résultats ».

Record

Malgré l’absence des deux pôles leaders de l’opposition au dialogue Politique : Aly Ngouille Ndiaye ne recule pas

Malgré l’absence des deux pôles leaders de l’opposition au dialogue Politique : Aly Ngouille Ndiaye ne recule pas
 Le ministre de l’Intérieur entend convoquer son dialogue politique malgré les réactions de la frange de l’opposition la plus représentative qui a décidé de ne pas répondre à l’appel. Aly Ngouille Ndiaye dans un communiqué, a décliné les points à l’ordre du jour.
Il s’agira de la mise en place d’un cadre d’évaluation de la refonte partielle des listes électorales. Ce cadre devra aussi réfléchir sur le processus électoral à venir, c’est-à-dire la présidentielle de 2019. La presse est même conviée à cette rencontre qui concerne l’ensemble des partis légalement constitués. Le dialogue est prévu le 21 novembre.

Otd vendange l’héritage de Senghor : Le Ps vote Macky

Pour la première fois, Ousmane Tanor Dieng a affirmé que le président Macky Sall doit avoir un second mandat. Une façon de clore le débat sur une éventuelle candidature socialiste à la présidentielle.


Ousmane Tanor Dieng demande au PS de réélire Macky Sall

« Pour veiller sur la stabilité du Sénégal, il faut que les Sénégalais comprennent qu’ils peuvent compter sur Macky Sall, un homme du sérail. Le Ps doit veiller sur la stabilité de Benno Bokk Yakkar et, par ricochet, sur celle du pays, en travaillant à ce que le président Sall puisse disposer d’une majorité à l’assemblée nationale et avoir un second mandat. Sinon, le Sénégal ira à l’aventure au moment où les investisseurs se bousculent pour venir travailler », a déclaré Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du PS, lors d’un meeting dimanche au village de Ndomor dans la commune de Taïba Ndiaye (Tivaoune).

Le Parti socialiste a choisi de rester dans Benno Bokk Yakkar et d’accompagner Macky sous cette bannière. Il restait donc à savoir si la direction reconduirait le même scénario en faisant de Macky Sall son candidat à la présidentielle. Si l’on a entendu dire chez certains responsables du Bureau politique que le Ps pourrait avoir un candidat autre que dans ses rangs, Ousmane Tanor Dieng a donc franchi un pas.

Pourtant, c’est cette candidature à la présidentielle qui est la principale cause de la guerre sans merci avec Khalifa Sall et compagnie, qui ont pris leurs distances.

Lequotidien

[Vidéo] Wally Seck sur les traces de Viviane Chidid

Depuis un certain temps la chanteuse Viviane Chidid s’est lancée dans le style afrobeat avec Wuyuma et No Stress qui ont fait le Buzz ces derniers temps au Sénégal et dans la sous région. Cette fois ci c’est au tour du prince de la musique sénégalaise Wally Seck qui est sur les pas de Viviane Chidid avec son nouveau single Une Chance chanté pratiquement sur le même rythme musical.

El Hadji Mamadou Diao : « Si tout allait bien, Donald Trump ne serait pas élu président ».

El Hadji Mamadou Diao : « Si tout allait bien, Donald Trump ne serait pas élu président ».
 « Si tout allait bien Donald Trump ne serait pas élu président » c’est en ces termes que l’inspecteur principal des Impôts  a répondu aux détracteurs du régime de Macky Sall en prenant part à l’émission décryptage de Pape Alé Niang.
Ces détracteurs regrettent le fait que les secteurs de la santé, de l’éducation aient connu moins d’investissement contrairement aux infrastructures pour lesquelles l’Etat injecte d’importantes ressources financières.
Devant cette interpellation, le responsable politique de l’APR à Kolda a soutenu que le développement du pays est un processus et c’est en cours même s’il reconnait que des efforts restent à faire.
Revenant sur le taux de croissance de 6,5% en 2015, résultat que l’opposition minimise, M. Diao a d’abord expliqué comment ces  6, 5%, qu’il considère d’ailleurs comme une performance, ont pu être atteints dans un « contexte économique mondial compliqué ».
« L’année dernière avec les investissements consentis dans de le secteur primaire à savoir  l’agriculture et l’élevage, le taux de croissance a connu un grand bon pour terminer à la fin de l’année à 6.5%. Et malgré le scepticisme de certains membres de l’opposition, ce taux a bel et bien été confirmé par les institutions internationales » évoque-t-il.
Il poursuit en disant ceci : « ce qui a boosté le taux de croissance en 2015 c’est le secteur agricole. Faut-il rappeler que le gouvernement du Sénégal a pris des mesures concrètes et rassurantes à l’endroit des acteurs du secteur agricole. C’est le cas des riziculteurs dans la vallée du fleuve Sénégal pour qui l’Etat a emblavé des hectares et des hectares de périmètres y compris la vallée de l’Anambé. Sans parler des autres secteurs qui polarisent les 50% de la population ».
A ceux qui estiment que les 6, 5% ne  se mangent pas, M. El hadji Mamadou Diao leur a fait comprendre que ce taux de croissance profite bien aux populations. Pour preuve « on n’entend nulle part la presse faire écho d’une quelconque distribution de vivre de soudure aux paysans. C’est parce que les cultivateurs arrivent à vivre de leur récolte ».

setal.net

Baldé n’aime pas les marches, et il assume

content_image
Le président de l’Union des centristes du Sénégal (Ucs), Abdoulaye Baldé, était l’un des grands absents de la marche de l’opposition vendredi dernier. « Je n’étais pas en bonne santé, je n’étais pas en mesure d’aller dans une bousculade », a-t-il révélé hier, jeudi 20 octobre, face à la presse. Mais la raison fondamentale de cette absence est plus profonde. Baldé est contre ces types de manifestations.

Il justifie : « Par principe, et je l’ai même dit dans mon parti, je fus commissaire de police et je fais partie des plus gradés de la police nationale de mon pays, et donc, je ne suis pas quelqu’un qui est pour la marche. Mais mon parti participera toujours à la marche de l’opposition. »

Donc pour ses prochaines sorties, l’opposition peut compter sur l’Ucs, mais pas sur son président.

(Source : L’Observateur)

Me Madické Niang et les contrats de recherche d’or : Suite et pas fin

 

Me Madické Niang et les contrats de recherche d'or : Suite et pas fin
 Encore l’ancien ministre des Mines, Madické Niang, pourrait-on dire. Hier, nous vous parlions du contrat signé avec Cheikh Faye de Mdl qui est au cœur d’un rapport accablante de la CENTIF, chargée de traquer l’argent sale.
Eh bien, les radars et antennes de Libération sont encore tombés sur une autre convention pour recherche d’or dont le bénéficiaire réfugié derrière la société 3 S International présente un profil «intéressant». Comment ça ? «Xana» qu’il s’agit d’un expert comptable qui avait été inculpé dans le cadre d’une rocambolesque affaire de détournement de fonds présumé à l’ANACS. «Teuss » !

Fada n’a pas démissionné…

content_image

Les administrateurs de sa page Facebook ont dû revoir leur copie. Modou Diagne Fada n’a pas démissionné de son poste de président du groupe parlementaire Libéraux et Démocrates, comme annoncé sur son compte.

Il n’occupera plus le poste à l’Assemblée nationale certes, mais ce n’est pas parce qu’il a rendu le tablier. Plutôt, il a décidé de ne pas se représenter. Il insiste sur la nuance. « Les termes exacts, ce qu’il faut dire, c’est que je ne me représente pas à l’occasion de l’ouverture de la prochaine session (parlementaire) », précise-t-il.

Avant de détailler les raisons : « En 2015, quand je postulais j’étais encore militant du Pds. C’est vrai que je prônais des réformes au sein du Pds, mais au mois d’octobre 2015, je suis chef d’un nouveau parti, Ldr/Yessal. » (Source : Le Populaire)

Rama Yade ne cherche pas à se faire sponsoriser par les Palais africains

Rama Yade reçue en audience par Macky Sall ce mardi au Palais de la République

 Le site Confidentiel.com avait écrit dernièrement que « L’ex secrétaire d’état aux Droits de l’Homme sous Nicolas Sarkozy, Rama Yade entame ce jeudi 22 septembre une tournée ouest-africaine qui la mènera respectivement à Dakar et Abidjan.
Derrière cette opération de séduction politique de la présidente du mouvement  » La France qui ose », se cachent des intentions de sponsoring financier pour renflouer la tirelire de campagne présidentielle prochain ». Ce que réfute le cabinet de Rama Yade qui a démenti cette information. Voici  in extenso sa mise au point à Confidentielafrique.
«La lecture de cet article, n’a pas manqué de me surprendre, en effet, de vous informer que les comptes de campagne d’un candidat à l’élection présidentielle française sont contrôlés par la Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politiques (cnccfp).
L’article L. 52-8 du code électoral français, dispose : « les dons consentis par une personne physique dûment identifiée pour le financement de la campagne d’un ou plusieurs candidats lors des mêmes élections ne peuvent excéder 4 600 euros.
Les personnes morales, à l’exception des partis ou groupements politiques, ne peuvent participer au financement de la campagne électorale d’un candidat, ni en lui consentant des dons sous quelque forme que ce soit, ni en lui fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués. Tout don de plus de 150 euros consenti à un candidat en vue de sa campagne doit être versé par chèque virement, prélèvement automatique, ou carte bancaire.
Le montant global des dons en espèces faits au candidat ne peut excéder 20 p. 100 du montant des dépenses autorisées lorsque ce montant est égal ou supérieur à 15 000 euros en application de l’article L. 52-11.
Aucun candidat ne peut recevoir, directement ou indirectement, pour quelque dépense que ce soit, des contributions ou aides matérielles d’un État étranger ou d’une personne morale de droit étranger. » De fait, Rama YADE ne peut aller à l’étranger ou rencontrer des états pour renflouer ses comptes de campagnes.»
leral

[Vidéo] États-Unis : Donald Trump n’aurait pas payé d’impôts pendant près de 20 ans

Aux États-Unis, le New York Times a révélé ce samedi que Donald Trump aurait évité de payer des impôts pendant près de 20 ans. Pour y parvenir, le milliardaire aurait agi de manière légale, en déclarant des pertes à hauteur de 916 millions de dollars en 1995. Des pertes qui seraient dues « _à ses échecs retentissants dans le monde des casinos d’Atlantic City, sur la côte Est, et à d’autres débâcles, dans le secteur hôtelier et le transport aérien_ », toujours selon le même journal.

Bamba Fall au Pm: «Le Sénégal n’a pas besoin de menaces ou de guerre»

Bamba Fall de rappeler que le pays est confronté à des difficultés sur bon nombre de points qu’il urge de régler.

«J’ai fait beaucoup de villages ces derniers temps, mais l’électrification rurale manque encore.

Même l’autoroute venant de Saly n’est pas éclairée. En plus, la question des inondations n’est pas réglée, donc nous ne devons pas avoir le temps de nous chamailler. Nous avons été élus pour travailler, donc le gouvernement devrait arrêter les menaces et travailler», somme-t-il dans le quotidien L’As du jour.

« La construction de nouvelles prisons n’est pas une solution… »

content_image

Me Alioune Abatalib Guèye ne milite pas pour la construction de nouveaux lieux de détention pour désengorger les prisons. Il préconise de couper le mal à la racine en s’attaquant au chômage et à l’oisiveté, principales causes de la délinquance.

L’avocat-député souhaite aussi une révision de la politique criminelle. Il propose : « On peut reconsidérer le pouvoir du Procureur de décerner le mandat de dépôt et confier cet office à des juges de la détention statuant de manière collégiale, par des décisions motivées. »

Autre moyen, de l’avis de Me Guèye, pour désengorger les prisons : la médiation pénale à propos des délits financiers. « Il faut également penser privilégier le contrôle judiciaire qui préserve la liberté, sur la détention préventive.

La suppression du pouvoir du juge d’instruction de renouveler un mandat de dépôt le forcerait à respecter le délai de 6 mois, nettement suffisant pour instruire un délit », suggère la robe noire. Qui, entre autres mesures supplémentaires pour désengorger les prisons bondées du Sénégal, souhaite que les délinquants primaires soient dispensés de peine.

(Source : L’Observateur)

Serigne Thioune, fils de Cheikh Béthio, désavoue son père et déclare « une femme ne sera pas mon guide… »

Serigne Thioune, fils de Cheikh Béthio, désavoue son père et déclare « une femme ne sera pas mon guide… »

serigne-thioune-1

Serigne thioune, s’est exprimé en wolof sur son compte Facebook.

“Je rends grâce à Serigne Saliou Mbacké. S’il plait à Dieu, une femme ne sera pas mon guide. Je refuse, moi Serigne Khadim Thioune. Je le dis. S’il y’a quelqu’un à qui cette décision ne plait pas, c’est que tu ne porte pas Serigne Saliou Mbacké dans ton coeur“, a écrit le fils de Béthio Thioune, indexant sans la nommée, Soxna Aida Saliou.

Le rèseau de transfert d’argent wari n’est pas en grève (direction)

Le réseau de transfert d’argent Wari n’est pas en grève (direction)

Dakar, 7 sept (APS) – La direction de l’entreprise de transfert d’argent et de services Wari a assuré, mercredi, que son réseau « est fonctionnel et entièrement disponible, partout, au Sénégal et à l’international ».
Dans communiqué transmis à l’APS, le précurseur du transfert rapide d’argent domestique relève que « de fausses informations sur une grève du réseau Wari circulent ou sont relayées dans les médias et auprès de nos distributeurs ».

« Wari renouvelle la disponibilité de tout son réseau de points de services, partout au Sénégal, en Afrique et à l’International », renseigne la source.

Les membres du réseau national des prestataires de transfert d’argent (RENAPTA) ont décidé de dérouler 48 heures de grève (mercredi et jeudi).

Ils accusent la direction de Wari de ne pas respecter l’instruction 13 de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) sur la réglementation sur les transferts rapides d’argent.

Cheikh Abdou Ndiaye répond à Coumba Gawlo : “N’est pas Youssou Ndour qui veut !”

gawlo

Les sorties au vitriol ces derniers temps de Coumba Gawlo contre Youssou Ndour ne doivent étonner personne. La dernière en date remonte dans à l’émission Sen Jotaay de la SEN TV. La Gawlo doit comprendre que Youssou Ndour n’est pas de sa dimension. Autant elle a bénéficié de faveur et de largesse de Youssou Ndour qu’elle cite d’ailleurs toujours comme exemple, autant elle devrait accepter que ses compatriotes et jeunes sénégalais puissent écouter l’artiste planétaire, bénéficier de ses conseils puisqu’il a fini de les matérialiser.

Comptant les duos, les festivals auxquel Gawlo participe en suivant les pas de Youssou, faisons le parallélisme entre ce qu’elle est en train de faire actuellement et ce que Youssou a prouvé depuis 40 ans:

Youssou GAWLO
Jololi – Sabar
Youssou NDOUR Head Office Gawlo Office Média
Fondation Youssou NDOUR Association Lumière pour l’enfance
Ambassadeur de l’UNICEF Ambassadrice FNUAP
RFM Feem FM

et j’en passe.

Le seul souci, c’est que Coumba se trompe de cible, les vacances citoyennes ne sont pas du tong-tong encore moins un gâteau à partager. C’est du sérieux et selon le ministre de la jeunesse Youssou n’a reçu un Kopeck en faisant ces séries de concerts. Si elle, ou un autre artiste est prêt à faire ce sacrifice pour leurs pays, ils n’ont qu’à s’adresser au service du ministère de la jeunesse.

En lui demandant d’animer une série de concerts durant lesquels des messages forts sont délivrés aux jeunes, le ministre reconnait reconnait en Youssou ce que tout le monde sait déjà. Les jeunes le voient en leur idole et leur référence et cela se consolide avec son compagnonnage avec le Président Macky SALL.

Ayant des choses plus urgentes et plus importantes à faire, Youssou ne répondra jamais à ces « waxx ju sew » mais nous, jeunes de Fékké par contre, nous constituerons en boucliers pour répondre à « une tigresse qui crie sa tigritude » même si elle se dit « ne être femme objet ». Elle n’a pas l’aura et l’audience de Youssou Ndour. Gawlo n’est pas notre exemple. Elle est le contraire de Youssou Ndour qui est la référence des jeunes de tout un peuple.. Même si elle essaie vaille que vaille de suivre les pas de notre You national, n’est pas Youssou qui veut.

Cheikh Abdou NDIAYE
Responsable Fekke Ma Ci Boolé Touba

Le contenu que vous venez de lire est une contribution:L’internaute qui apporte une contribution au site senego.com quelle qu’elle soit s’engage à ce que celle-ci ne comporte aucun élément quelconque susceptible de violer le droit des tiers, et de donner lieu à des actions fondées notamment sur le plagiat, la responsabilité civile ou encore les délits prévus par la loi, notamment diffamation, injure, ou non-respect des dispositions d’ordre public telles que provocation aux crimes et délits, et crimes contre l’humanité et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence.Senego.com n’endosse en aucun cas la responsabilité sur les contributions d’utilisateurs ainsi que les opinions, recommandations ou de conseils exprimés au travers de celles-ci. Nous déclinons expressément toute responsabilité concernant l’information et l’utilisation de ces informations, Nous nous réservons le droit de supprimer du contenu d’utilisateur sans information ni formalité préalable, lorsque le caractère manifestement illicite et/ou contraire aux présentes dudit contenu serait porté à la connaissance.

Sidi Lamine NIASS : «Tant que tu n’es pas dans des loges maçonniques, tu n’as pas …»

sidy

Le PDG du groupe Wal Fadjri vient de publier une autobiographie intitulée «L’étranger parmi les siens» aux éditions L’Harmattan. Invité de l’émission Sortie qui sera diffusée ce  dimanche sur Walf TV, Sidi Lamine NIASS est longuement revenu sur l’ouvrage qui ne s’écarte pas de l’actualité. Ainsi, comme à son habitude, Sidi Lamine a craché ses vérités, mettant en exergue ce qui lui semble être le véritable handicap au développement du Sénégal. «Ceux qui sont issus de l’école coranique sont exclus. C’est pourquoi, le pays ne marche pas comme il se doit», observe-t-il. Enfonçant le clou, il trouve que «Tant que tu n’es pas dans des loges maçonniques, tu n’as pas ta part dans le partage du gâteau». Pour l’auteur de «L’étranger parmi les siens», cette situation est aussi valable pour les arabisants qui ont également fréquenté l’école française. Parce que, dit-il, «ces gens ont toujours été marginalisés à cause du colonisateur qui voulait faire table rase sur tout ce qu’il y avait comme valeurs». L’auteur donne, à cet effet, l’exemple d’Ahmet Hyane THIAM qui, malgré son diplôme en sciences politiques, est vu comme un prêcheur. Aussi, le PDG du groupe Wal Fadjri a déploré ce qu’il qualifie de discrimination positive à l’endroit des chrétiens qui, pourtant, constituent une minorité. «Il existe dans ce pays une discrimination positive qui fait que les chrétiens ont plus que la majorité musulmane», lâche-t-il. Parlant de la démocratie tant chantée au Sénégal et dans le monde, Sidi Lamine NIASS déclare : «La démocratie, ce n’est rien. Elle est issue de la Grèce. Elle est fille de l’occident et elle doit être dépassée». Interpellé sur son dernier ouvrage et sur ces éminences grises qui ont contribué à sa publication, Sidi Lamine estime qu’elles l’ont fait parce qu’étant en phase avec ses écrits. «Tous les trois ont lu et approuvé le livre. Amadou Mahtar MBOW s’est toujours battu pour la cause des talibés, même quand il était à l’UNESCO. C’est quelqu’un qui connait bien ce domaine. Assane SECK lui, a été ministre des Affaires étrangères et un professeur d’histoire avertit. Quant à Souleymane Bachir DIAGNE, il a apporté une touche philosophique», a-t-il précisé.

 

WALFNet

Siteu: je ne suis pas prêt à faire certains sacrifices pour gagner un combat

SITEU-2

Siteu reste un grand sportif qui sait tirer des enseignements d’une défaite. Le Phénomène de Lansar déclare qu’il a mordu la poussière contre Sa Thiès par inexpérience et par excès de confiance. Entretien

Votre défaite contre Sa Thiès est-elle amère ou pas ?

C’est la volonté divine. Je ne peux pas aller à l’encontre de la volonté du Tout Puissant. Une amère défaite ? Oui, mais au regard de mes nombreux supporters. Ils voulaient ma victoire. Ils s’étaient mobilisés pour me pousser à la victoire. Je voulais répondre à leurs attentes.

En regardant votre grand public à quelques petites secondes du coup d’envoi, qu’est-ce qui a traversé votre esprit ?

J’étais plus que motivé. J’étais devenu plus courageux que d’habitude. Je ne vis jamais de pression. Je ne la connais pas. J’ai battu des lutteurs pour ensuite fêter mon succès avec mes parents. Si aujourd’hui je mords la poussière, je ne dois pas en pleurer. Ça doit être une occasion de rendre encore grâce à Dieu.

Quelle était votre stratégie technique ?

J’ai adopté ma stratégie habituelle. Chacun de nous avait misé sur son point fort. Dieu a fait que c’est la stratégie de mon adversaire qui a eu raison de la mienne.

On s’attendait à ce que vous reconduisiez la même stratégie que contre Zarco. N’avez-vous pas été freiné par les coups fatals de Sa Thiès ?

J’avais vu une ouverture et j’ai attaqué. Je n’ai pas raté sa jambe. C’était bien calculé. Le combat ne pouvait pas se dérouler autrement. J’accepte le résultat avec philosophie.

Max Mbargane a dit que vous ne vous attendiez pas au hancher (mboot) de Sa Thiès…

Oui, je ne m’attendais pas à son mboot. Pis, j’étais trahi par mon excès de confiance. J’étais très confiant. C’est à cause de mon audace aussi que j’ai perdu. Sa Thiès n’a pas enclenché de mboot ; il a fait du diolal afin que nous nous détachions. Il avait enclenché un hancher pour se débarrasser de moi et écarter le danger. C’est ce qu’on appelle mboot diolal.

D’aucuns pensent que vous avez manqué de force pour pouvoir plier la jambe de Sa Thiès. Quelle réponse leur donnez-vous ?

J’ai perdu par manque d’expérience. J’ai passé trop de temps à danser. J’ai vraiment manqué de concentration. Il faut le reconnaitre. C’est ce qui m’a fait échouer. Je vais en tirer des enseignements. Je connais mes qualités. Je n’en doute pas. J’aurai dû avoir plus de retenue et de concentration pour me tirer d’affaire. C’est une leçon pour l’avenir.

Après la défaite, quelle était votre réaction en voyant toujours vos nombreux supporters derrière vous pour vous encourager ?

Par la grâce de Dieu, j’ai un grand public. C’est une chance. Ce que j’ai, je pense que même le président de la République ne l’a pas (Yalla natou nama loumou natawoul sakh Président). Tout le Sénégal était sorti pour m’encourager. Je pense que les Sénégalais me suivent par la volonté de Dieu et grâce à ma discipline.

Parlant de discipline, on accuse votre entourage de ne pas être un exemple. Qu’en pensez-vous ? 

Je suis de nature discipliné. Sa Thiès ne devait pas me traiter d’une certaine manière. Je ne lui veux aucun mal.

Qu’avez-vous dit à Double Less lorsqu’il priait pour son fils avant le combat ? 

Double Less est un père pour moi. Donc, je ne vais jamais lui manquer de respect. Ce que je ne dirai pas à mon propre père, je ne vais jamais le lui dire. Je lui voue du respect. Franchement. Je ne souhaite jamais dire du mal à quelqu’un de mon âge, a fortiori à quelqu’un qui peut être un père. Sa Thiès aussi n’a jamais dit du mal de moi. Je ne lui manquerai donc pas de respect. Je suis toujours dans du positif. Je sais que Sa Thiès est un bon mec.

Comment avez-vous appris son accident de la veille ?  N’était-il pas dans vos bagages mystiques ?

J’ai appris son accident après le combat. Je ne ferai jamais de sacrifices pour gagner un combat. Si pour eux la victoire vaut un certain sacrifice, ça les concerne. C’est Double Less qui a dit que ce combat lui était d’une grande importance. Qu’il serait même prêt à y laisser sa vie. Je ne suis pas prêt à tuer un chat pour gagner un combat. Je ne suis pas prêt à faire ses sacrifices.

Balla Gaye 2 est quelqu’un que vous estimez beaucoup. Trouvez-vous normal qu’il soutienne son frère ?

Je connais Balla Gaye 2. C’est quelqu’un de bien. C’est normal qu’il soutienne son frère. À l’image de Eumeu Sène, Modou Lô, etc. Balla Gaye 2 est un grand-frère. Je leur voue du respect.

Qui est votre idole ?

Nécko Rël est mon idole. C’est le seul lutteur qui me donne du plaisir quand il lutte.

Justement, on n’a pas vu vos aînés de Lansar à vos côtés le jour du combat. Que s’est-il passé ? 

Ils étaient pourtant au stade. Lansar est une et indivisible. Il n’y a aucune jalousie entre les Tidiane Faye et moi. Ils sont toujours à mes côtés. Ils me veulent du succès et de l’avancement.

On a appris que Reug Reug a été votre sparring-partner pour ce combat contre Sa Thiès. Le confirmezvous ?

Reug Reug, Trompeur, Coly Faye 2, entre autres, sont mes potes. Je me suis entraîné avec Reug Reug. Nos relations ne datent pas d’aujourd’hui. Il a prié pour ma victoire. Dieu en a décidé autrement.

Avez-vous eu d’autres propositions de combats après votre défaite ?

C’est mon staff, notamment Max Mbargane, qui se charge de ce volet-là. Il ne m’a encore rien dit concernant de nouvelles propositions de combats. Je suis à l’écoute.

Votre duel contre Lac Rose est remis au goût du jour. Est-ce toujours un combat possible ?

Encore une fois, je suis à l’écoute de mon staff.

Vous disiez à Diène Kaïré de faire ses preuves. Avec ce revers, peut-on s’attendre à ce que vous l’acceptiez ?

Je suis à l’écoute de mon staff. Je n’ai pas de mot à dire. Pour tout ce qui concerne mes adversaires, je suis à l’écoute de mon staff. Le dernier mot lui revient.

Ama Baldé nous a confié qu’il était prêt à vous croiser en cas de victoire sur Sa Thiès. Pourquoi avez-vous envie de l’affronter ?

Je ne défie personne. Si, par contre, un combat intéresse les amateurs, qu’un promoteur s’y intéresse et fait la proposition à mon staff avec un bon cachet, je ne le refuserai pas. De toutes les façons, je n’ai reçu aucun ndiguel de mon encadrement pour en découdre avec un quelconque lutteur. La lutte est mon métier. Donc je n’ai de fixation sur qui que ce soit.

Préférez-vous un adversaire plus prenable ou moins prenable ?

Je veux un adversaire de taille. Qu’il soit un lutteur avec qui on produira un combat à la fois agréable et choc.

Pourquoi choisissez-vous des adversaires très dangereux à l’image de Zarco et Sa Thiès ?

Je ne suis pas un poltron. Je suis armé de courage. Nék goor Yalla. En plus, je suis né dans un quartier (Diamagueune) où il n’y a pas de poltrons. Il y a aussi le fait que je suis un Talibé de Serigne Bamba. Si je n’étais pas courageux, j’aurais surpris beaucoup de personnes.

Que signifie Payang ? 

Payang est une forêt qui se trouve dans le Walo. Un de mes amis du nom de Mbaye disait qu’il est le seul à y avoir été. Moi, je lui ai dit que je m’y rendrai. Par la suite, le nom est devenu fréquent dans nos discours. Jusqu’à ce que tout le monde parle de Payang.

Pouvez-vous nous parler de votre préparation mystique ? 

J’ai investi tout mon argent dans le mystique. Cela, dans le but de me protéger et me blinder. Je me suis rendu partout pour ma préparation mystique.

Vos marabouts ne vous avaient-ils pas assuré la victoire sur Sa Thiès ?

Si, si. Depuis le montage du combat jusqu’au jour-J, j’avais la victoire. Il y a eu quelque chose d’imprévu (dafa am louci lakhassou). Moi, je ne suis pas prêt à faire certains sacrifices pour gagner un combat.

Voulez-vous insinuer que votre adversaire a fait des sacrifices humains pour vous battre ?

Non, je ne sais pas. Cela le concerne. Tout ce qu’un être humain fait, il en assumera les conséquences. Vous avez remarqué certaines choses après. De mon côté, aucun être humain n’a perdu la vie. J’en rends grâce à Dieu.

Serez-vous prêt à continuer la collaboration avec Luc Nicolaï ?

Si vous cherchez une personne généreuse qui n’a aucun problème, il faut aller voir Luc Nicolaï. C’est un promoteur qui te paie un bon cachet. Après, il t’offre de l’argent à part. Luc Nicolaï est d’une grande générosité. Il faut tout de même préciser que je suis là pour tous les promoteurs. Je ne suis pas là pour le seul Luc Nicolaï. Pour terminer, je remercie tous mes parents Sérère, où qu’ils soient. Je remercie aussi mes proches, mon staff, mes amis et parents qui sont aux états- Unis.

Avez-vous un conseil pour Yékini ?

Yékini est mon oncle. Il sait ce qu’il veut. Je lui souhaite une bonne santé.

SENEPLUS

 

Avec un budget de 800 millions, Hortense Diédhiou n’avait pas de kimono ni de coach aux JO

hortense

«Un ippon de son adversaire néerlandaise, et Hortense Diédhiou est éliminée du tournoi de judo (-57 kg) des JO-2016. Une grosse déception pour la combattante sénégalaise, qui espérait une meilleure performance pour ses 4es Jeux. Et, surtout, une grosse colère. Contre les responsables du Sport au Sénégal. Lesquels, selon elle, ne l’ont pas soutenue sur le chemin de Rio-2016», écrit l’observateur.

« Qu’est-ce que le Sénégal a fait pour moi ? Zéro ! ». C’est énervée Hortance. Qui regrette que les frais de participation aux JO des athlètes sénégalais aient été remis la veille de leur départ, les remous lors de leur escale à Luanda, d’avoir voyagé au Brésil sans son coach et, sans doute le comble, d’avoir été obligée de combattre sous un kimono brésilien.

« Je ne pouvais pas porter celui du Sénégal pour éviter des sanctions, éructe-t-elle. C’est frustrant. Pourtant, le Sénégal a reçu le mail pour les dispositions à prendre concernant les kimonos. Pourquoi ne m’ont-ils pas acheté un kimono ? Pourquoi attendre ? Ce n’est pas à moi d’être athlète, médecin, équipementier, administratif… », Ajoute-t-elle.

Pour déverser sa bile, Hortance Diédhiou demande au chef de l’État de recevoir les athlètes sénégalais. Ils pourront à ce moment-là lui dire « pourquoi le sort sénégalais ne marche pas.  Il a mis 800 millions de francs CFA et nos dirigeants ne sont pas capables de nous mettre dans de bonnes conditions », déplore-t-elle.
IGFM

Papa Massata Diack :  » Je n’ai pas reçu d’argent des Japonnais »

massata-diack

Papa Massata Diack :  » Je n’ai pas reçu d’argent des Japonnais »

Papa Massata Diack réplique : « Je n’ai pas reçu d’argent des japonais. Que les enquêteurs enquêtent
Dans une interview réalisée à Dakar, Papa Massata Diack, le sourire aux lèvres, s’est ouvert à un journal japonais.
Nos confrères révèlent qu’il a montré de la prudence en interdisant au journaliste de Kyodo Nouvelles de prendre la vidéo et l’enregistrement de l’entretien, mais aussi il a demandé au journaliste d’éteindre son téléphone mobile.
Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), a démenti les allégations selon lesquelles il aurait reçu de l’argent de l’équipe de la candidature olympique de Tokyo via un compte bancaire de Singapour en échange d’aider le Japan à organiser les Jeux olympiques de 2020.

«Je n’ai pas de l’argent », a déclaré Papa Massata Diack lors de l’interview samedi à Dakar, suite à la sortie des procureurs français lançant une enquête sur la campagne d’appel d’offres de Tokyo sur le paiement de quelque 2,8 millions de dollars de Singapour (environ 2 millions dollars) dans le compte d’un cabinet de conseil de Singapour qui aurait des liens avec Papa Massata Diack, souligne le journal britannique The Guardian.
Les procureurs français ont confirmé ce jeudi qu’il y avait d’énormes dépenses de Lamine Diack à Paris au moment où l’argent a été transféré à Singapour. Lamine Diack, le père de Papa Massata, était un courtier de pouvoir d’influence au sein du Comité international olympique.
Papa Massata décrit l’homme qui dirige la société de Singapour, Ian Tan Tong Han, comme quelqu’un avec qui il s’est lié d’amitié depuis longtemps et que les deux hommes se sont rencontrés lors des Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Mais Papa Massata a dit qu’il ne connaissait pas la compagnie de Tan qui a été contractée par le comité d’appel d’offres japonais pour effectuer des travaux liés à sa candidature pour les Jeux de 2020.

Le dimanche, un homme qui vit à l’adresse de l’appartement identifié comme la prémisse d’affaires de Black Tidings, une société à laquelle les paiements douteux auraient été transférés par le comité de candidature olympique à Singapour, a déclaré qu’il coopère avec Singapour sur les enquêtes policières liées à cette affaire.

Interrogé par les journalistes, l’homme en question déclare : « Désolé, je ne peux pas répondre à quoi que ce soit. J’aide la police dans les enquêtes ».
Il a aussi refusé de confirmer son identité lorsqu’on lui a demandé s’il était Tan.

Le Président du Comité Olympique Japonais Tsunekazu Takeda, qui a dirigé l’équipe de la candidature en 2013, a déclaré vendredi que les paiements dans le compte bancaire à Singapour étaient des dépenses légitimes payées pour le travail engagé par la société de conseil de Tan.

Le journal japonais révèle que Papa Massata Diack a dit qu’il n’avait «aucun contrôle» sur l’activité de la société singapourienne. Il a ajouté qu’il a dîné avec les membres japonais du Comité olympique lors de sa visite au Japon, mais n’a jamais reçu de l’argent du comité.

« Je suis dans cette entreprise de sport depuis 25 ans. Je connais les règles « , a dit Papa Massata Diack.

Papa Massata a déclaré que la soumission gagnante de Tokyo en 2013 sur d’autres soumissionnaires Istanbul et Madrid « ne doit pas être ternie », comme cela été déjà assez fait.

Il a déclaré lors de l’entretien que Tokyo a gagné avec une énorme avance sur ses rivaux et il n’a pas besoin de faire du lobbying pour gagner la course. Il a aussi révélé que son père aurait soutenu Tokyo de toute façon. Il a également mentionné les noms des sociétés commanditaires japonais de l’IAAF, tels que Toyota Motor Corp. et TDK Corp., affectueusement.

Parlant de l’enquête menée par les autorités françaises et qui est en cours, nos confrères révèlent que Papa Massata a affiché la confiance avant de déclarer « Qu’ils enquêtent. … Je n’ai rien à cacher. »
Nos confrères de souligner que Papa Massata a également critiqué un rapport en Janvier du comité indépendant de l’Agence mondiale antidopage qui a accusé les Diack ​​d’implication dans une conspiration liée au dopage d’un athlète russe, en disant qu’il était « plein de mensonges.

exclusif.net

Tournée du Ps en France : Tanor sur les pas de Aissata Tall Sall

 

Tanor

Ousmane Tanor Dieng fera une tournée en France avec  Vision Socialiste France pour rencontrer les sénégalais de la diaspora. Cette tournée, selon certains experts en politique, serait un moyen d’effacer les pas de Aissata Tall Sall dans l’Hexagone.

La première étape de cette tournée se déroule dans le Grand Sud et sous la présidence effective du Secrétaire général du Parti Socialiste Sénégalais, monsieur Ousmane Tanor DIENG. Il sera accompagné d’une délégation composée notamment du porte-parole adjoint du Parti Socialiste Sénégalais, Me Moussa Bocar THIAM.
La tournée débutera le Samedi 21 Mai sous la responsabilité de Mody Gaye BA, coordinateur VSF de la cellule régionale Sud-est.

Les activités se poursuivront à Marseille par des rencontres avec les sénégalais et discussions autour de la situation politique et économique du Sénégal et des Sénégalais de la diaspora et des rencontres avec les autorités locales sont prévues.