Tag Archives: Policiers

Gamou : 1045 policiers déployés à Tivaouane

La police nationale a annoncé mercredi avoir déployé 1045 éléments à Tivaouane pour la prise en charge du volet sécuritaire du gamou 2017, qui sera célébré dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le maouloud, autrement appelé gamou u Sénégal, est une manifestation religieuse annuelle commémorant l’anniversaire de la naissance du Prophète Mohammed (PSL).

Dans le but d’abréger les délais des interventions et rapprocher la police des populations, cinq postes avancés ont été installés dans différents quartiers, a-t-on précisé de même source.
Le directeur de la sécurité publique, Abdoulaye Diop, a fait le déplacement de Tivaouane, pour s’enquérir de la situation de ces différents postes installés dans différents quartiers de Tivaouane (Ecole 1, Darou Salam, Route de Touba Toul, champ des courses et Keur Cheikh).

Les éléments déployés sur le terrain ont jusque-là procédé à une cinquantaine d’interpellations pour divers délits.

Macky alloue 2 milliards aux 1274 policiers radiés sous Diouf

content_image
Ils avaient été radiés de la police nationale en 1987 sous le régime Abdou Diouf. Aujourd’hui à la retraite, 1274 policiers qui réclamaient une indemnisation, viennent d’obtenir gain de cause.

Le président Macky Sall a accédé à leur revendication, en allouant à ces policiers 2 milliards de FCfa. Le chef de l’État a également cédé, officiellement, les terres des camps des gardes au mouvement des retraités de la police.

Cette décision fait suite à sa promesse faite lors d’une audience accordée au mouvement, d’octroyer ces domaines fonciers à ces anciens de la police nationale, rapporte le quotidien L’As.

Pour rappel, le 28 avril 1987, les députés socialistes de l’Assemblée nationale votaient la loi 87-14 portant radiation des cadres des personnels des forces de police.

Auteur: Seneweb news-RP (L’As) – Seneweb.com

Les partisans de Malick Gakou affrontent les forces de police

Caravane du « Président banlieusard »:Les partisans de Malick Gakou affrontent  les forces de police
Malick Gakou compte bien faire de la banlieue l’une de ses bases pour la conquête du pouvoir. Le leader du Grand parti (Gp) a démarré avant-hier sa caravane « Président banlieusard » en allant à la rencontre des populations de la banlieue « comme Keur Mbaye Fall, Diamaguene et Mbao« .
Mais hier, l’étape de Djeddah Thiaroye Kao n’a pas été de tout repos pour ses partisans. Les militants du Gp se sont affrontés pendant plusieurs heures avec les policiers. Ils entendaient ainsi protester contre l’arrestation d’un des leurs responsables, Mamadou Badiane dit ‘’Gaïndé’’ interpellé un peu plus tôt « sans raison ».

Les jeunes du Grand parti, assimilant cela à une « tentative d’intimidation » des autorités, sont sortis pour manifester. Ils ont bloqué la circulation et brûlé des pneus. Sur le qui-vive, la police est intervenue rapidement avant de répliquer à coups de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. Plusieurs militants du Gp ont été arrêtés à l’issue des échauffourées.

Toutefois, ces incidents n’ont pas affecté le patron du Gp qui a pu reprendre sa tournée. L’ancien ministre des Sports s’est rendu au quartier Dalifort. Selon nos informations, toutes les personnes interpellées lors de ces incidents, ont finalement été libérées dans la soirée. Avec sa campagne « Président banlieusard » Malick Gakou veut apparaître comme le meilleur profil susceptible d’offrir à la banlieue son premier président de la République.

l’as

Intifada sur la corniche : jets de pierres des étudiants contre grenades lacrymogènes de la Police

Urgent : Intifada sur la corniche Ouest, jets de pierres des étudiants contre grenades lacrymogènes de la Police
Des amas de pierres, des troncs d’arbres, occupent le décor sur la corniche depuis ce matin,  les étudiants de l’université Cheikh Anta Diop en grève bloquent la Corniche Ouest de Dakar.
Pour l’instant la cause de leur revendication n’est pas connue, toutefois les automobilistes et autres usagers de la route sont invités à éviter la Corniche Ouest.

Selon la Rfm qui donne l’information « La police est en train de rétablir l’ordre pour que la circulation reprenne le plus normalement ».

Arrestation musclée de Thiallé : Le sanguinaire ouvre le feu à trois reprises sur les limiers

ARRESTATION MUSCLEE DE «THIALLE»: Le sanguinaire ouvre le feu à trois reprises sur les limiers

Une scène digne du Far-West s’est produite, avant-hier, aux environs de 18 heures, à Tivaouane Peulh, lors de l’interpellation du redoutable caïd doublé de spécialiste en cambriolage et braquage des institutions financières et agences de transfert et de retrait d’argent, Mansour Diop, alias «Thiallé», par des éléments du prestigieux corps d’élite de la Police nationale, en l’occurrence la Sûreté Urbaine (SU) de Dakar.

Durant l’arrestation du célèbre brigand, renseigne l’adjudant Henry Boumy Ciss, chef du Bureau des relations publiques de la Police nationale, il a opposé une farouche résistance aux flics, a sorti son revolver et ouvert le feu à trois reprises sur les limiers, sans atteindre un d’entre eux. L’un des policiers interpellateurs a usé de son arme à feu pour répliquer aux tirs.  Evadé de la prison de Rebeuss, le 29 décembre 2015, «Thiallé» un multirécidiviste sanguinaire et craint
Les populations de la banlieue dakaroise connaissent bien le nom de guerre «Thiallé». L’évocation de ce pseudonyme provoque la panique, impose la discrétion et flanque une sacrée trouille aux banlieusards. Tellement le brigand est connu pour son statut de gangster sanguinaire et impitoyable. Durant ses opérations de cambriolage et autres braquages des véhicules de transport en commun (cars rapides, bus Tata), il use sans aucune forme de procès de son arme blanche contre les proies récalcitrantes. Il est l’auteur de plusieurs cas d’agression et vols à main armée dans le pays, en particulier dans la grande banlieue.

Pourquoi on attribue le nom de guerre «Thiallé» à un brigand
Des malfaiteurs s’adjugent le sobriquet «Thiallé» du fait de leur statut de sanguinaire froid, rompu au maniement d’armes blanches contre les gens et de leur habilité ou dextérité à atteindre le pronostic vital des cibles, qui refusent de se faire détrousser. Ils dirigent tout le temps les meutes de malfaiteurs. Nos interlocuteurs indiquent qu’un délinquant très connu à Pikine nommé I. Camara se fait appeler lui-aussi «Thiallé».

Surpris par les policiers, l’étudiant largue le joint de « yamba »

0000

 
A moins qu’il n’arrête dès à présent de fumer du chanvre indien, J. A. Mbendy risque de compromettre ses études supérieures en continuant ses mauvaises fréquentations qui sont adeptes de « l’herbe qui tue ».

Domicilié à la Sicap Liberté 1, le jeune homme a été surpris en train de griller des joints avec un de ses amis frigoriste. La malchance de ces derniers, c’est qu’ils ont eu l’outrecuidance de griller leurs joints dans la rue tout simplement.

C’est ce qui fait que les limiers de Dieuppeul en patrouille dans le secteur et sentant l’odeur âcre du « yamba » en provenance d’un groupe d’individus tapis dans l’obscurité, ont rapidement fait mouvement vers ces derniers. Ayant vu le véhicule de la police, les deux jeunes hommes ont toute de suite largué le joint à terre avant de tenter de l’écraser. C’était trop tard, puisque les limiers n’avaient rien raté de la scène.

Profitant de ce que la fouille corporelle à laquelle ils ont été soumis n’avait rien donné, l’étudiant et son ami, ont choisi d’adopter le système de dénégation devants les enquêteurs ; ce qui fait qu’ils n’ont pas livré leur fournisseur, se limitant à dire que la drogue n’a pas été trouvée par devers eux.
Néanmoins, ils ont tous les deux été déférés au parquet

Echange de tirs entre policiers et malfaiteurs à Rufisque

A croire que les sénégalais sont prêts à tout pour accomplir leurs sales besognes. Comme au Fart West, Rufisque a été réveillée, avant-hier nuit, par un échange de tirs entre cambrioleurs et policiers. Un des assaillants a été arrêté.


RUFISQUE: Echange de tirs entre policiers et malfaiteurs

L’insécurité gagne de plus en plus de terrain au Sénégal. Les criminels n’ont pas encore eu vent des appels lancés par le Président Macky Sall.

En effet, une bande organisée et lourdement armée s’est invitée dans la vieille ville de Rufisque pour mettre la main sur le coffre-fort de l’Agence Poste One. Ils étaient prêts à même tuer des policiers pour arriver à leurs fins. Pareillement pour les limiers, prêt à tout aussi pour sécuriser les biens des personnes ont usé de gros moyens pour dominer ces malfaiteurs.

En conséquence, les habitants du quartier «Keuri Souf» ont vu, leur nuit d’avant-hier, perturber par une tentative de cambriolage de l’Agence Poste One. Ces rufisquois ont été tirés de leurs lits par les tirs d’armes à feu que s’échangeaient des malfrats et des éléments du commissariat urbain local.

On eût dit qu’on était au Far West tellement ce genre de scène nous est inconnu. Des malfrats tenaient, obstinément, à s’emparer de la caisse de l’Agence Poste One. Selon nos confrères de l’observateur, la bande était composée de 7 personnes lourdement armées, le vigile de la boite réussit néanmoins à semer les bandits et à prendre la tangente.

Sachant qu’il n’y aucune chance face aux visiteurs indésirables, il alerta les hommes du commissaire Malick Niass. Rapidement, les limiers rallient les lieux du cambriolage ou les bandits, bien positionnés, ouvrent le feu sans hésiter. C’est ainsi, qu’un échange nourri de tirs s’en est suivi. Ce qui a fini par réveiller presque tout le quartier de Keury Souf.

Perturbés dans leurs entreprises, les voleurs n’ont pu que défoncer la porte du bâtiment. Ils étaient obligés de battre en retraite parce qu’ils n’avaient plus aucune chance de réussir ce coup. Et dans leur fuite à bord d’un 4×4, ils ont abandonné un des leurs.

Le malfrat qui se trouve dans les locaux de l’Agence Poste a été vite neutralisé avant d’être embarqué par les policiers au commissariat où il est en garde à vue pour les besoins d’une enquête visant à mettre la main sur le reste des autres membres de la bande. A «Keury Souf», la peur a gagné les populations qui n’ont pu retrouver le sommeil…

Marché Thiaroye: Violente altercation entre policiers et commerçants

Marché Thiaroye: Violente altercation entre policiers et commerçants, 8 personnes arrêtées
Une vive altercation a opposé, hier, les commerçants du marché Thiaroye aux agents de la mairie de cette localité.
Ce sont les commerçants qui ont assiégé la mairie pour protester contre la précipitation dont font montre les agents de la mairie dans le paiement des patentes, mais également pour dénoncer l’insalubrité qui prévaut dans ce lieu de commerce, notamment sur la principale rue du marché où des tas d’immondices incommodent tout le monde.
Un mouvement d’humeur des commerçants sévèrement réprimé par les forces de l’ordre à coups de grenades lacrymogènes. Les commerçants ont riposté par des jets de pierres.
Ce qui a été l’origine de plusieurs blessés dont un grave dans les rangs des manifestants. La police a aussi procédé à des arrestations. En tout, huit personnes ont été interpellées et acheminées au commissariat de Thiaroye.

Marche de l’opposition : Les avenues Malick Sy et Blaise Diagne bunkérisées

http://www.senenews.com/wp-content/uploads/2012/04/afp-seyllou-des-forces-de-police-senegalaises-a-dakar-le-17-fevrier-2012.jpg

Le centre ville Dakar ressemble à s’y méprendre à une garnison de la police. Des éléments des forces de l’ordre sont positionnés tout le long de l’Avenue Blaise Diagne jusqu’aux abords du marché Sandaga. Cet impressionnant dispositif policier est également visible au niveau du Rond Point Doudou Ndiaye Coumba Rose entre la Rts et le Cesag.

Des flics lourdement armés attendent de pied ferme les manifestants de l’opposition qui veulent braver l’interdiction du préfet de marcher au delà de l’Avenue Malick Sy comme le stipule l’arrêté Ousmane Ngom de juillet 2011…

Bataille rangée du corps habillé au Port : Un douanier tabassé par un policier, un gendarme s’en mêle


Des éléments des forces de sécurité se sont donné en spectacle, vendredi dernier, au Port autonome de Dakar. L’As qui file l’info indique que tout est parti de la volonté d’un douanier du nom de Pape Thiaw d’emprunter, à bord de sa voiture, une voie interdite pour se rendre au môle 8. Mais, il est tombé sur un policier du nom d’El Hadj Malick Diakhaté qui montait la garde.
Le flic l’interpelle sur son geste et le douanier se présente en disant : « C’est la douane ». Une réponse qui n’a pas plu au policier qui lance en wolof : « ban douane… ». Sur ces entrefaites, le douanier s’extirpe de son véhicule pour une petite séance d’explications avec le policier.
Et c’est ainsi que trois autres policiers sont venus prêter main forte à leur collègue. Selon le journal, les quatre flics se sont rués sur le gabelou pour le frapper avant de lui passer des menottes. Pape Thiaw résiste et donne du fil à retordre aux policiers qui ne parviennent à lui menotter qu’une seule main. Comme il fallait s’y attendre, renseignent nos confrères, une foule de curieux a commencé à se former et, dans la foule, se trouvait un gendarme qui a administré une gifle magistrale à l’un des policiers.
Devant un tel spectacle, il fallait l’intervention du Procureur de la République, mais, à en croire les mêmes sources, le patron du Parquet aurait réglé l’affaire à l’amiable.

Pikine: de faux policiers dépouillaient les les commercants

gang

Aminata G, marchande de son état ne s’est pas laissée faire par un groupe qui se faisait passer pour des agents de police qui voulaient emporter ses sacs de farine, raconte Jotay.
Alerté, le chef de service du commissariat, Oumar Bâ Diédhiou, lieutenant de police, soupçonne une bande de malfaiteurs se faisant passer pour des policiers et dépêche les éléments de sa brigade de recherches sur les lieux. Ces derniers tombent sur le gang et interpellent Mor N, docker, dépeint comme le chef de bande, Omar S et Mambaye D, pointeur.

Après une fouille corporelle, ils trouvent sur le nommé Omar S, un portefeuille contenant vingt mille (20.000 ) francs et une carte nationale d’identité délivrée à un certain Issa P. Tandis que Mor N. a été trouvé en possession d’une carte d’accès No 3… du port autonome de Dakar réservée exclusivement aux chauffeurs dont la durée de validité expire en 2015.

Face à un enquêteur, les faux agents de police ont tenté de nier les faits avant de s’emmêler les pinceaux avec des déclarations contradictoires. Ils ont été déférés au parquet puis placés sous mandat de dépôt pour usurpation de fonction, tentative d’extorsion de fonds et association de malfaiteurs.

Le docker Mor N, chef du gang, est un multirécidiviste. Il a été interpellé et mis sous les verrous à plusieurs reprises pour des délits de vol commis en réunion, association de malfaiteurs et vol commis la nuit avec effraction.

Buzzsenegal

Bruxelles: important déploiement policier à la Monnaie, un suspect « sous contrôle »

Important déploiement policier dans le centre de Bruxelles

Bruxelles: important déploiement policier autour de la Monnaie, un suspect "sous contrôle"

Des forces de polices se sont déployées en nombre ce mercredi midi rue de l’Ecuyer à hauteur du pub anglais Churchill’s au coin de la rue de la Fourche et de la bibliothèque flamande Muntpunt qui a été évacuée comme d’autres commerces environnant. Un périmètre de sécurité a été mis en place par la police qui a par ailleurs ajouté, « que le suspect était sous contrôle« .

Selon la police de Bruxelles, un homme au comportement suspect, qui a des « fils dépassant de son vêtement » a été mis en joue par la police.

« Nous avons établi un périmètre de sécurité et les services spéciaux sont attendus sur place« , a indiqué à Belga Ilse Van De Keere, porte-parole de la zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles, qui n’a pas souhaité faire davantage de commentaires. Le service d’enlèvement et de destruction d’engins explosifs (SEDEE) de l’armée s’est rendu sur les lieux, a indiqué le parquet de Bruxelles.

Le tueur présumé des trois policiers à Baton Rouge identifié

Le tueur présumé de trois policiers à Baton Rouge (Louisiane) a été identifié par plusieurs médias américain comme Gavin Long, 29 ans, originaire de Kansas City (Missouri).


Le tueur présumé des trois policiers à Baton Rouge identifié
Le jeune homme est un Noir, a précisé la chaîne CBS, alors que les autorités n’ont toujours pas donné d’explication de son geste. « A ce moment précis, nous ne savons pas quelles sont les motivations du tueur », a toutefois déclaré le président Barack Obama, dans une brève allocution télévisée.

« Nous ne savons pas s’il avait sciemment visé les policiers ou s’il les a abattu alors qu’il répondait à un appel d’urgence », a-t-il souligné.

Baton Rouge a été marquée par de fortes tensions raciales et de nombreuses manifestations contre les violences policières, après la mort début juillet d’Alton Sterling, un vendeur ambulant noir abattu par un policier.

La vidéo amateur de ses derniers instants, amplement relayée sur internet, a provoqué une vague d’indignation redoublée le lendemain par la nouvelle qu’un autre Noir, Philando Castile, avait été tué par un policier, cette fois dans le Minnesota (nord).

C’est au cours des nombreuses manifestations dans le pays pour dénoncer les violences policières, qu’un homme seul a abattu cinq policiers à Dallas, le 7 juillet avant d’être tué par les forces de l’ordre.

Le tireur, un ancien combattant noir américain, avait affirmé vouloir tuer des policiers blancs en réponse à la mort de Philando Castile et Alton Sterling.

La semaine dernière, la police de Baton Rouge avait indiqué avoir arrêté trois personnes qui avaient pour projet d’assassiner des policiers.

Etats-Unis : Trois policiers tués par des tirs à Bâton Rouge en Louisiane

Etats-Unis : Trois policiers tués par des tirs à Baton Rouge en Louisiane

Deux policiers ont été tués dans des tirs à Baton Rouge en Louisiane, ville où la mort d’un jeune noir début juillet avait provoqué des manifestations.

Deux policiers ont été tués par des tirs à Baton Rouge en Louisiane, où la mort d’un jeune Noir abattu par la police début juillet avait provoqué une vague d’indignation et de manifestations. Don Coppola, un porte parole de la police de Baton Rouge a indiqué que « plusieurs agents ont été touchés par des coups de feu », sur la télévision locale WAFB9, sans donner plus de précisions sur les circonstances de la fusillade.

« Ne laissons personne définir cette communauté par des actes absurdes de violence ». 

Les agents blessés ont été transportés à l’hôpital mais la situation semble circonscrite, selon le porte-parole de la police de Baton Rouge, Don Coppola. Une vidéo mise en ligne par la chaîne de télévision montre des policiers arrivant sur les lieux de la fusillade et on peut distinctement entendre des coups de feu. On entend d’abord une succession de tirs espacés et ensuite un feu bref mais nourri

Sur WAFB9, le maire de Baton Rouge Kip Holden à appelé au calme, redoutant une nouvelle poussée de tension. « Ne laissons personne définir cette communauté par des actes absurdes de violence », a-t-il déclaré. Baton Rouge a été le théâtre ces dernières semaines de nombreuses manifestations souvent réprimées de manière très musclées par la police. Ces manifestations de colère avaient suivi la mort début juillet d’Alton Sterling, un vendeur ambulant noir abattu par un policier.

Walf TV menacée de fermeture : Des policiers sur place, les populations affluent vers Khar Yalla

 

walf tv

Des forces de l’ordre ont investi les locaux de Wal Fadjri pour procéder à la fermeture des locaux selon des informations livrées par les journalistes de cette chaîne.  Des policiers venus avec le Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes sont devant les locaux et des foules nombreuses affluent vers Khar Yalla