Tag Archives: Poursuites

Affaire Khalifa Sall : La Raddho, Amnesty et la Lsdh regrettent des poursuites ciblées contre des opposants

Des organisations des droits de l’Homme “regrettent très profondément” le placement sous mandat de dépôt du maire de Dakar et de ses collaborateurs. Et ce, malgré les “contestations sérieuses émises, les charges liées à sa fonction élective, les garanties de représentation qu’il offre et la présomption d’innocence consacrée par la constitution sénégalaise”.
Dans leur communiqué conjoint, la rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho), la ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) et Amnesty international Sénégal expriment leurs “plus vives inquiétudes” face à la récurrence des poursuites “ciblées” contre certains opposants et appellent à une justice “impartiale et indépendante” qui applique la loi et préserve les citoyens contre l’arbitraire d’où qu’il vienne.

Source: Le Quotidien

Le discours change en Gambie : « Aucune menace de poursuites judiciaires contre Jammeh »


Yahya Jammeh, qui a dirigé la Gambie 22 ans et conteste sa défaite à l’élection présidentielle du 1er décembre dans son pays, n’est pas menacé de poursuites par le pouvoir d’Adama Barrow, vainqueur déclaré du scrutin, a affirmé mardi soir à l’AFP le porte-parole de l’opposition. L’organisation ouest-africaine de la Cédéao, qui a consacré un sommet à la Gambie et presse M. Jammeh de quitter le pouvoir, a demandé si le prochain pouvoir « envisageait de poursuivre Yahya Jammeh. Il n’y a aucune indication de menace ou de nécessité de menace (de poursuites) contre le président sortant Yahya Jammeh », a déclaré à l’AFP Halifa Sallah, porte-parole de la coalition de l’opposition. (Belga)

Ofnac – Réaction de Hawa Abdoul Ba : Le pouvoir veut stopper les poursuites contre Alioune Sall et Lamine Diack

Suite au limogeage de Mme Nafy Ngom Keita, la présidente de l’Observatoire Citoyen pour la défense des institutions (OCDI) a son opinion sur la question. « C’est avec une grosse inquiétude que nous avons appris le limogeage de Mme Nafy Ngom Keita à son poste de Président de l’Office National Anticorruption (OFNAC).

Certes les hommes passent et les Institutions demeurent, mais on souhaiterait connaître les raisons qui motivent le limogeage suspect de cette brave dame » a déclaré Mme Hawa Abdoul BA. Selon elle, la fin du mandat de Mme Nafy Ngom « ne saurait être une explication valable d’autant plus que d’autres personnes ont vu leur mandat renouvelé plusieurs fois ».

« Notre inquiétude est aussi justifiée par les plaintes qui visent des proches du Chef de l’Etat et qui risquent de n’avoir aucune suite. Nous sommes convaincus que le pouvoir veut stopper les poursuites contre Alioune SALL et Lamine Diack » martèle-t-elle.

La présidente de l’Ocdi est plus que jamais « engagée dans la lutte contre la corruption et la mal gouvernance dans notre pays ». Enfin, Mme Hawa Abdoul Ba n’a pas manqué de féliciter la nouvelle présidente de l’OFNAC. Toute, elle compte « dès son installation lui adresse une lettre de relance concernant notre plainte sur l’affaire Lamine Diack et ses complices ».

Malgré les menaces et les réquisitions, le Grand cadre et le Cusems continuent la lutte

Grèves des enseignants : Le Grand Cadre et le Cusems déchirent les réquisitions

Le cadre d’unité d’action regroupant le Grand Cadre et le CUSEMS s’est réuni en plénière ce dimanche 29 Mai 2016 pour évaluer la lutte syndicale et apprécier les mesures abusives prises par le gouvernement à l’encontre des enseignants exerçant un droit syndical consacré par la constatation du Sénégal, la loi 61- 33, le code du travail et les conventions internationales. La Plénière a rencontré diverses autorités, notamment le Président Landing Savané, le Secrétaire Général du SAES, Seydi Ababcar Ndiaye, et le porte-parole du Khalife Général des mourides, Serigne Basse Abdou Khadre MBACKE pour discuter de la crise scolaire.

Revenant sur les demandes d’explication, mises-en-demeure, avertissements et réquisitions servies aux enseignants, la Plénière tient à rappeler qu’elles l’ont été de manière illégale. En ce qui concerne les mises-en-demeure, la Plénière dénonce les vices de forme notées, et précise que la circulaire n° 49/PR/MFPT/CAB du 21 mai 1963 citée en référence vise l’abandon de poste et non les absences pour fait de grève. Le recours aux réquisitions, témoigne de l’échec manifeste de toutes les tentatives d’intimidation et de menace. Il constitue à la fois une négation de la liberté syndicale et une violation du droit de grève.

Aussi le Grand Cadre et le CUSEMS décident : – de saisir l’OIT et le BIT sur ces abus de pouvoir commis par l’Etat du Sénégal, – de saisir le Médiateur de la République du Sénégal pour exiger le respect du droit syndical, – de rencontrer cette semaine toutes les organisations des droits de l’Homme du Sénégal, – de poursuivre la lutte pour la matérialisation de tous les engagements pris par le gouvernement du Sénégal, – de refuser de prendre les actes de réquisition qui relèvent d’un pur excès de pouvoir, Pour exiger du gouvernement la matérialisation des engagements et l’arrêt des mesures arbitraires, le Grand Cadre et le CUSEMS décrètent pour la semaine du 30 mai au 4 juin 2016 :

 la poursuite de la rétention des notes,

 le refus de prendre les réquisitions et de répondre à tout interrogatoire,

 le boycott des examens de fin d’année,

 le boycott des compositions du second semestre, des conseils de classes et cellules pédagogiques,

 un débrayage à 10 heures suivi d’AG dans les établissements le mercredi 1er juin 2016,

 48 heures de grève totale les jeudi 2 et vendredi 3 juin 2016.

Fait à Dakar, le 29 Mai 2016.
Le Cadre d’unité d’action Grand Cadre /CUSEMS
Grand Cadre, pour une éducation de qualité CGE