Tag Archives: pret

On se tiendra prêt pour libérer le peuple sénégalais des scories d’un régime anti-démocratique, népotique


Chers compatriotes,
Chers camarades,
Chers amis,

Le Conseil Constitutionnel a confirmé ce que nous savions tous, sous la dictée de l’exécutif, consacrant ainsi l’invalidation de ma candidature à l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Cet acte fort, illégitime et anticonstitutionnel demeure une illustration parfaite de la volonté du président Macky Sall de ne pas affronter le candidat de la Grande Coalition de l’Espoir/ Suxxali Senegaal que je suis pour des raisons qui lui sont propres.

Et cela, en dépit du fait que selon le logiciel du Conseil constitutionnel, nous avons validé 11 régions, 52911 parrains et 752 doublons que le président du Conseil a systématiquement refusé et de manière tout à fait injustifiée, la régularisation, avec un esprit biaisé et tronqué de la loi.

En nous privant de nos droits constitutionnels et en mettant le pays sous le joug de l’oppression contre les valeurs démocratiques et la sauvegarde des libertés, le président Macky Sall et son régime ne nous laissent aucun autre choix, pour la défense de nos droits citoyens et républicains, que celui de la confrontation politique.

A cet égard, je réaffirme ici et maintenant mon engagement total et entier avec le Collectif des 25 candidats et les forces vives de la Nation pour engager toutes les batailles susceptibles de libérer le peuple sénégalais des scories d’un régime anti-démocratique, népotique et qui fait du ponce pilatisme le fondement de sa gestion inique du pouvoir contre les intérêts supérieurs de la Nation.

Je vous exhorte à vous tenir debout pour consacrer toutes nos énergies au service de la défense de la Patrie fortement ternie par les décisions scélérates et illégitimes du Conseil Constitutionnel.
Restons mobilisés, debout et toujours pour le Sénégal.

Merci pour votre engagement constant à mes côtés.
Je demeure convaincu que nous vaincrons.
Vive la République!
Vive le Sénégal!

#Malick_Gakou_Président_du_Grand_Parti
#Election_présidentielle_24_Février_2019
#Kebetu 🙂

Cristiano Ronaldo prêt pour le Clasico

L’attaquant portugais Cristiano Ronaldo, victime d’un coup à un mollet le week-end dernier, a repris vendredi l’entraînement collectif du Real Madrid, qui devrait ainsi récupérer son atout offensif samedi lors du clasico contre Barcelone en championnat d’Espagne.

Le quintuple Ballon d’Or a effectué son retour avec ses partenaires vendredi matin sur la pelouse du centre d’entraînement du Real, dans la banlieue est de Madrid, et il a pris part à l’échauffement sans gêne apparente.

Ronaldo, unique buteur de la finale du Mondial des clubs remportée samedi dernier contre Gremio (1-0), avait été victime d’une semelle au niveau d’un mollet lors de ce match remporté à Abou Dhabi. De retour en Espagne, Ronaldo était resté en salle mardi et mercredi avant de s’entraîner à part jeudi.

Le Real Madrid de Zinédine Zidane, actuel 4e de Liga (31 pts, un match de moins), doit à tout prix l’emporter samedi face au leader Barcelone (1er, 42 pts) pour éviter d’être irrémédiablement distancé dans la course au titre. Cette saison, ‘CR7’ n’a marqué que 4 buts en 11 rencontres de championnat, contre 14 en 16 matches pour Lionel Messi, étoile du FC Barcelone.

Auteur: 7sur7.be

Balla Gaye 2 : Cette saison, je suis prêt à…

Le Lion de Guédiawaye fait la déclaration dans une interview avec Sunu Lamb ce jeudi. « Cette saison, je suis prêt. Inch Allah, mes supporters seront contents », dit Balla Gaye 2. Pour ensuite faire des révélations sur son éventuel combat contre Gris Bordeaux : « les négociations de mon côté sont très avancées. Je peux vous confirmer les pourparlers avec le promoteur. Et j’ai espoir que tout sera ok d’ici peu ».

8 milliards d’un prêt nébuleux : La Bank Of Africa exige son dû, Amadou Bâ et Pape Aly Guèye dans la nasse


Laurent Robert Basque, ancien Directeur général de la filiale sénégalaise de la Bank of Africa (Boa) décédé, doit encore se retourner dans sa tombe. Le fameux prêt d’environ 8 milliards de nos francs qu’il avait accordé au richissime Pape Aly Guèye, suite à un coup de pouce de… Amadou Bâ, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, n’a toujours pas été honoré.
Et avec le deadline fixé au… 31 décembre prochain, son successeur «exige» le paiement du montant. Qui va payer : Pape Aly Guèye ou Amadou Bâ ? pour quel travail ce montant a-t-il été dégagé ? Où est parti l’argent ? Où cela a-t-il été dépensé ? Comment cela a été distribué ? «Les Echos» a depuis très longtemps déployé ses radars à la seule banque sénégalaise cotée en bourse, à la commission bancaire, au ministère et partout, pour connaître l’évolution de l’affaire.

Encore un scandale financier objet de toutes les railleries, dans les endroits sélects où se rencontrent les banquiers. Et encore une fois, c’est le nom du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan qui est cité. Du «Bernard Madoff à la sauce sénégalaise». Dans un montage financier «ingénieux», Pape Aly Guèye, grâce au coup de pouce du ministre Amadou Bâ, parvient à obtenir un prêt de quelque 8 milliards de nos francs auprès de la Bank of Africa (Boa) alors dirigée par Laurent Robert Basque.

Des échéanciers passent sans que la dette ne soit honorée. Entre-temps, des suites d’une crise cardiaque, le Directeur général Laurent Robert Basque rend l’âme. Il est remplacé par Mamadou Igor Diarra. Ce dernier, ancien ministre malien des Finances et banquier réputé (il a été Directeur général de la Banque internationale pour le Mali), maîtrise les rouages de l’administration et sent à mille lieues tout dossier nébuleux qui lui est présenté.
Le deadline étant fixé au 31 décembre prochain, il demande que le prêt soit honoré. Nos sources au sein de la Boa indiquent même qu’il y est contraint. D’autant qu’il va être obligé de le provisionner si le prêt n’est pas remboursé à date échue. Surtout que la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), à travers la commission bancaire, ne tolère aucun écart de ce genre. Le capital de la Boa étant de 12 milliards et l’institution financière étant cotée à la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm), il est impensable de ne pas recouvrer un tel montant ; et le risque est grand de le provisionner dans le bilan annuel.

LES ECUEILS DES CONTRACTANTS ET LA RISEE DES CONCURRENTS

Selon toujours nos sources au sein de la Boa, il y a beaucoup d’écueils. L’affaire est tellement grosse que leurs collègues des autres institutions bancaires la suivent de très près, en se demandant avec quelle acrobatie Amadou Bâ et Pape Aly Guèye peuvent s’en sortir.Est-ce que Pape Aly Guèye va payer d’ici samedi la manne financière ? A défaut, le ministre Amadou Bâ va-t-il mettre la main à la poche. Le cas échéant, où va-t-il puiser un tel montant pour un fonctionnaire, si haut placé soit-il ? Va-t-on, comme cela a déjà été fait dans le passé, recourir à un Dépôt à terme (DAT).

De toute façon, «Les Echos», qui est à l’affût depuis le début, continue de suivre cette affaire rocambolesque. Nos informateurs se posent d’autres questions : à quoi a servi l’argent ? Quel projet a-t-il financé ? Qui en a bénéficié ? Comment cela a-t-il été dépensé ? Des questions que tout le monde se pose et auxquelles personne n’a jusqu’ici trouvé la moindre réponse.

Siteu: je ne suis pas prêt à faire certains sacrifices pour gagner un combat

SITEU-2

Siteu reste un grand sportif qui sait tirer des enseignements d’une défaite. Le Phénomène de Lansar déclare qu’il a mordu la poussière contre Sa Thiès par inexpérience et par excès de confiance. Entretien

Votre défaite contre Sa Thiès est-elle amère ou pas ?

C’est la volonté divine. Je ne peux pas aller à l’encontre de la volonté du Tout Puissant. Une amère défaite ? Oui, mais au regard de mes nombreux supporters. Ils voulaient ma victoire. Ils s’étaient mobilisés pour me pousser à la victoire. Je voulais répondre à leurs attentes.

En regardant votre grand public à quelques petites secondes du coup d’envoi, qu’est-ce qui a traversé votre esprit ?

J’étais plus que motivé. J’étais devenu plus courageux que d’habitude. Je ne vis jamais de pression. Je ne la connais pas. J’ai battu des lutteurs pour ensuite fêter mon succès avec mes parents. Si aujourd’hui je mords la poussière, je ne dois pas en pleurer. Ça doit être une occasion de rendre encore grâce à Dieu.

Quelle était votre stratégie technique ?

J’ai adopté ma stratégie habituelle. Chacun de nous avait misé sur son point fort. Dieu a fait que c’est la stratégie de mon adversaire qui a eu raison de la mienne.

On s’attendait à ce que vous reconduisiez la même stratégie que contre Zarco. N’avez-vous pas été freiné par les coups fatals de Sa Thiès ?

J’avais vu une ouverture et j’ai attaqué. Je n’ai pas raté sa jambe. C’était bien calculé. Le combat ne pouvait pas se dérouler autrement. J’accepte le résultat avec philosophie.

Max Mbargane a dit que vous ne vous attendiez pas au hancher (mboot) de Sa Thiès…

Oui, je ne m’attendais pas à son mboot. Pis, j’étais trahi par mon excès de confiance. J’étais très confiant. C’est à cause de mon audace aussi que j’ai perdu. Sa Thiès n’a pas enclenché de mboot ; il a fait du diolal afin que nous nous détachions. Il avait enclenché un hancher pour se débarrasser de moi et écarter le danger. C’est ce qu’on appelle mboot diolal.

D’aucuns pensent que vous avez manqué de force pour pouvoir plier la jambe de Sa Thiès. Quelle réponse leur donnez-vous ?

J’ai perdu par manque d’expérience. J’ai passé trop de temps à danser. J’ai vraiment manqué de concentration. Il faut le reconnaitre. C’est ce qui m’a fait échouer. Je vais en tirer des enseignements. Je connais mes qualités. Je n’en doute pas. J’aurai dû avoir plus de retenue et de concentration pour me tirer d’affaire. C’est une leçon pour l’avenir.

Après la défaite, quelle était votre réaction en voyant toujours vos nombreux supporters derrière vous pour vous encourager ?

Par la grâce de Dieu, j’ai un grand public. C’est une chance. Ce que j’ai, je pense que même le président de la République ne l’a pas (Yalla natou nama loumou natawoul sakh Président). Tout le Sénégal était sorti pour m’encourager. Je pense que les Sénégalais me suivent par la volonté de Dieu et grâce à ma discipline.

Parlant de discipline, on accuse votre entourage de ne pas être un exemple. Qu’en pensez-vous ? 

Je suis de nature discipliné. Sa Thiès ne devait pas me traiter d’une certaine manière. Je ne lui veux aucun mal.

Qu’avez-vous dit à Double Less lorsqu’il priait pour son fils avant le combat ? 

Double Less est un père pour moi. Donc, je ne vais jamais lui manquer de respect. Ce que je ne dirai pas à mon propre père, je ne vais jamais le lui dire. Je lui voue du respect. Franchement. Je ne souhaite jamais dire du mal à quelqu’un de mon âge, a fortiori à quelqu’un qui peut être un père. Sa Thiès aussi n’a jamais dit du mal de moi. Je ne lui manquerai donc pas de respect. Je suis toujours dans du positif. Je sais que Sa Thiès est un bon mec.

Comment avez-vous appris son accident de la veille ?  N’était-il pas dans vos bagages mystiques ?

J’ai appris son accident après le combat. Je ne ferai jamais de sacrifices pour gagner un combat. Si pour eux la victoire vaut un certain sacrifice, ça les concerne. C’est Double Less qui a dit que ce combat lui était d’une grande importance. Qu’il serait même prêt à y laisser sa vie. Je ne suis pas prêt à tuer un chat pour gagner un combat. Je ne suis pas prêt à faire ses sacrifices.

Balla Gaye 2 est quelqu’un que vous estimez beaucoup. Trouvez-vous normal qu’il soutienne son frère ?

Je connais Balla Gaye 2. C’est quelqu’un de bien. C’est normal qu’il soutienne son frère. À l’image de Eumeu Sène, Modou Lô, etc. Balla Gaye 2 est un grand-frère. Je leur voue du respect.

Qui est votre idole ?

Nécko Rël est mon idole. C’est le seul lutteur qui me donne du plaisir quand il lutte.

Justement, on n’a pas vu vos aînés de Lansar à vos côtés le jour du combat. Que s’est-il passé ? 

Ils étaient pourtant au stade. Lansar est une et indivisible. Il n’y a aucune jalousie entre les Tidiane Faye et moi. Ils sont toujours à mes côtés. Ils me veulent du succès et de l’avancement.

On a appris que Reug Reug a été votre sparring-partner pour ce combat contre Sa Thiès. Le confirmezvous ?

Reug Reug, Trompeur, Coly Faye 2, entre autres, sont mes potes. Je me suis entraîné avec Reug Reug. Nos relations ne datent pas d’aujourd’hui. Il a prié pour ma victoire. Dieu en a décidé autrement.

Avez-vous eu d’autres propositions de combats après votre défaite ?

C’est mon staff, notamment Max Mbargane, qui se charge de ce volet-là. Il ne m’a encore rien dit concernant de nouvelles propositions de combats. Je suis à l’écoute.

Votre duel contre Lac Rose est remis au goût du jour. Est-ce toujours un combat possible ?

Encore une fois, je suis à l’écoute de mon staff.

Vous disiez à Diène Kaïré de faire ses preuves. Avec ce revers, peut-on s’attendre à ce que vous l’acceptiez ?

Je suis à l’écoute de mon staff. Je n’ai pas de mot à dire. Pour tout ce qui concerne mes adversaires, je suis à l’écoute de mon staff. Le dernier mot lui revient.

Ama Baldé nous a confié qu’il était prêt à vous croiser en cas de victoire sur Sa Thiès. Pourquoi avez-vous envie de l’affronter ?

Je ne défie personne. Si, par contre, un combat intéresse les amateurs, qu’un promoteur s’y intéresse et fait la proposition à mon staff avec un bon cachet, je ne le refuserai pas. De toutes les façons, je n’ai reçu aucun ndiguel de mon encadrement pour en découdre avec un quelconque lutteur. La lutte est mon métier. Donc je n’ai de fixation sur qui que ce soit.

Préférez-vous un adversaire plus prenable ou moins prenable ?

Je veux un adversaire de taille. Qu’il soit un lutteur avec qui on produira un combat à la fois agréable et choc.

Pourquoi choisissez-vous des adversaires très dangereux à l’image de Zarco et Sa Thiès ?

Je ne suis pas un poltron. Je suis armé de courage. Nék goor Yalla. En plus, je suis né dans un quartier (Diamagueune) où il n’y a pas de poltrons. Il y a aussi le fait que je suis un Talibé de Serigne Bamba. Si je n’étais pas courageux, j’aurais surpris beaucoup de personnes.

Que signifie Payang ? 

Payang est une forêt qui se trouve dans le Walo. Un de mes amis du nom de Mbaye disait qu’il est le seul à y avoir été. Moi, je lui ai dit que je m’y rendrai. Par la suite, le nom est devenu fréquent dans nos discours. Jusqu’à ce que tout le monde parle de Payang.

Pouvez-vous nous parler de votre préparation mystique ? 

J’ai investi tout mon argent dans le mystique. Cela, dans le but de me protéger et me blinder. Je me suis rendu partout pour ma préparation mystique.

Vos marabouts ne vous avaient-ils pas assuré la victoire sur Sa Thiès ?

Si, si. Depuis le montage du combat jusqu’au jour-J, j’avais la victoire. Il y a eu quelque chose d’imprévu (dafa am louci lakhassou). Moi, je ne suis pas prêt à faire certains sacrifices pour gagner un combat.

Voulez-vous insinuer que votre adversaire a fait des sacrifices humains pour vous battre ?

Non, je ne sais pas. Cela le concerne. Tout ce qu’un être humain fait, il en assumera les conséquences. Vous avez remarqué certaines choses après. De mon côté, aucun être humain n’a perdu la vie. J’en rends grâce à Dieu.

Serez-vous prêt à continuer la collaboration avec Luc Nicolaï ?

Si vous cherchez une personne généreuse qui n’a aucun problème, il faut aller voir Luc Nicolaï. C’est un promoteur qui te paie un bon cachet. Après, il t’offre de l’argent à part. Luc Nicolaï est d’une grande générosité. Il faut tout de même préciser que je suis là pour tous les promoteurs. Je ne suis pas là pour le seul Luc Nicolaï. Pour terminer, je remercie tous mes parents Sérère, où qu’ils soient. Je remercie aussi mes proches, mon staff, mes amis et parents qui sont aux états- Unis.

Avez-vous un conseil pour Yékini ?

Yékini est mon oncle. Il sait ce qu’il veut. Je lui souhaite une bonne santé.

SENEPLUS

 

Ama Baldé: “Je suis prêt à attendre 20 ans pour affronter Modou Lô”

ama-balde

Ama Baldé veut affronter Modou Lô. Il veut prendre sa revanche. En effet, le lutteur de Pikine raconte, dans une interview accordée au journal Sunu Lamb, que le tombeur de Gris Bordeaux l’avait battu en “mbappat”. “Modou Lo ne m’avait pas battu parce qu’étant physiquement ou techniquement plus fort que moi. Il m’avait battu par expérience. Depuis ce combat, plus personne ne m’a terrassé en “mbappat”, a soutenu le fils de feu Falaye Baldé.

Toutefois, Ama Baldé ne se prend pas la tête. “Je suis jeune. Je ne me précipite pas aussi. Je suis prêt à attendre 20 ans pour l’affronter. Je prends mon mal en patience. S’il faut attendre pour en découdre avec Modou Lô, je vais le faire”, a-t-il confié.

Il est convaincu que Modou Lô ne pourra pas le battre s’il glane assez d’expériences et s’il augmente sa force. “Je suis sûr qu’il ne peut pas me créer des problèmes dans l’arène. Il ne peut pas m’inquiéter. Modou Lô n’a rien de plus que moi aujourd’hui. Sur le plan de la force, des qualités techniques et autres, il n’a rien de plus que moi. J’ai les mêmes arguments sportifs que lui.