Tag Archives: promesses

Santé : Du Gueusseum au cas où les promesses ne seraient pas honorées

Santé - Mballo Dia Thiam menace de faire du Gueusseum au cas où les promesses ne seront pas honorées

Face aux multiples promesses de l’Etat et aux engagements pris pour mettre les syndicats de la santé dans de bonnes conditions, le personnel de la santé dit vouloir patienter, du moins jusqu’au 28 février, pour voir ce qu’il en sera.

A l’issue de la réunion d’hier lundi avec le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, le secrétaire général du Sutsas Mballo Dia Thiam menace de faire du ‘Guesseum’’, au cas où les promesses ne seraient pas honorés. « C’est une rencontre décisive. Nous sommes sereins et attendons la rencontre du 28 février prochain. Si on met entre nos mains les actes qui ont été promis, il n’y aura pas de problème », a-t-il dit.

Sur certains points concernant « Ande Guesseum », « on a eu des éléments de réponses mais aucun acte n’est encore sorti. On attend de voir les actes et rien que les actes, après on va décider. Sinon on va faire du « Geusseum » », menace M. Thiam.

Rencontre entre le Pm et les enseignants: des promesses, encore des promesses, les syndicalistes déçus

Rencontre entre le Pm et les enseignants: des promesses, encore des promesses, les syndicalistes déçus
Apres dix tours d’horloge de discussions avec le gouvernement hier, à la Primature, les syndicats de l’enseignement les plus représentatifs sont sortis déçus. La raison? Les multiples promesses faites par l’équipe de Boun Abdalah Dionne. Les deux parties ont décidé de se retrouver au mois d’avril, pour évaluer les nouveaux engagements pris par le gouvernement.

Pour calmer le secteur éducatif, le gouvernement a rencontré ce vendredi, les syndicalistes dudit secteur pour discuter de leurs revendications. De cette rencontre, rien de concluant n’est sorti, ont déploré les syndicalistes.

Les Echos

Macky Sall promet ’’une prime spéciale’’ de 20 millions CFA à chaque Lion

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a promis lundi d’octroyer 20 millions de francs CFA à chacun des joueurs de l’équipe nationale de football et aux membres de l’encadrement des Lions, en guise de ’’prime spéciale’’, suite à leur qualification au Mondial 2018.
« Après votre succès éclatant contre l’équipe de football d’Afrique du sud’’, à la faveur duquel le Sénégal a obtenu son ticket pour la prochaine Coupe du monde en Russie, « cette somme vous permettra de vous concentrer sur vos objectifs », a-t-il déclaré.
« Ces objectifs ne sont pas seulement de participer à la Coupe du monde 2018 en Russie, mais pourquoi pas d’accéder à la finale », a indiqué Macky Sall, recevant le même jour l’équipe nationale de football au palais de la République.
Il a exhorté les joueurs à faire leur possible pour gagner le dernier match des éliminatoires contre l’Afrique du Sud, mardi, au stade Léopold Sédar Senghor, à Dakar.
« Il vous reste le match de demain. Il y a encore des contestations sur vos performances. Il faut gagner ce match et ainsi clore le débat », a souligné le chef de l’Etat sénégalais, disant ne point douter du « mental fort des Lions » du football.
Il les a invités les pensionnaires de la Tanière à la discipline et au travail, pour qu’ils ne soient pas distraits par « des éléments perturbateurs », assurant être déjà « satisfait » de l’engagement et des performances de l’équipe nationale.
« Avec une telle équipe, un tel ministère, un tel encadrement, tout est permis », a estimé Macky Sall, avant de faire part de « la reconnaissance de la nation » envers les Lions du football.
Il a réitéré son engagement à poursuivre « inlassablement les efforts d’amélioration des conditions de la Tanière’’ et promis de rencontrer à nouveau toute l’équipe nationale, au cours d’une audience, au moment de la remise traditionnelle du drapeau.
Selon le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Augustin Senghor, Macky Sall peut être crédité du « plus grand palmarès » su sport sénégalais, toutes disciplines confondues.
« Plus de 15 ans après (leur première participation à un Mondial), les Lions du football vont rejouer la Coupe du Monde’’, alors que les lions du beach soccer « ont remporté le trophée continental et disputé les quarts de finale de la Coupe du monde », a-t-il signalé.
Il en est de même pour les Lionnes du basket, qui ont gagné la Coupe d’Afrique en 2015, a-t-il ajouté, citant les médailles obtenues par le hand-ball, le judo ou l’athlétisme.

Sidy Ardo Sow, responsable de l’Apr Podor: « Le Président Sall n’ a respecté aucune de ses promesses

Responsable de l’Alliance pour la République (Apr) dans le département de Podor, Sidy Ardo Sow est très remonté contre le Président Macky Sall, à l’instar de la grande majorité des militants apéristes dans le département de Podor.

Cet énarque, qui a roulé sa bosse dans plusieurs ministères avant de rejoindre le Haut commissariat aux réfugiés, reproche au Président Sall de choisir toujours les mêmes personnes impopulaires dans le département de Podor, qui regorge de cadres. Sidy Ardo Sow accuse le Président Sall n’avoir respecté aucune promesse.

Raison pour laquelle, lui et ses camarades ont décidé de se faire entendre. Et si Macky Sall et son parti ne réagissent pas, ils menacent de prendre leurs responsabilités.

« Déroulement des investitures pour les législatives »

« Nous n’avons jamais été associés aux activités du parti. Après la présidentielle de 2012 qui a porté Macky Sall au pouvoir, nous avons décidé de l’observer pour voir comment il va réagir. Parce que nous avons participé à la campagne présidentielle de 2012 avec nos propres moyens. Nous nous sommes investis physiquement et matériellement.
Il a formé son gouvernement. Lors des investitures des législatives de 2011, il prend un responsable de Pété et une femme. On n’a jamais associé la base dans les investitures des député. Ils se sont réunis à Dakar dans un hôtel avec Harouna Dia, pour concocter les listes des investitures. On s’est dit que peut être c’est un parti qui vient de naître, c’est pourquoi il y a eu ces dysfonctionnements.

« Le maire de Ndiayene Pendaw et ses 5 postes »

« Par la suite, il y a eu les élections locales de 2014. ils ont investi encore la même femme, Yéta Sow, qui a pourtant perdu dans les trois bureaux de vote de son village. Si Bby a gagné la commune de Ndiayène Pendaw, c’est grâce à nous. Moi j’étais sur la liste du Parti socialiste. Ils ont truqué les élections pour gagner. Mais cela ne m’avait pas fait trop mal comme j’étais militant de l’Apr.

Elle est devenue maire. Ainsi Yéta Sow cumule 5 fonctions de maire, député, de vice-président du Conseil départemental de Podor, adjointe au chargé de l’organisation de l’Association des maires du Sénégal (Ams), etc. Nous estimons que trop, c’est trop. On ne peut pas donner tous les postes à une seule personne, alors qu’il y a des cadres dans le département.

A Ndiayène Pendaw, le parti tient ses réunions dans une maison parce qu’ils ne veulent pas qu’on y assiste. Nous avons été patients jusqu’aux dernières législatives (2017), en espérant qu’on va choisir un responsable représentatif du département. On nous dit encore que c’est le président qui va décider. Il a reconduit les même personnes (Ndlr: maires de Pété et Ndiyène Pendaw) qui ont été battus dans leurs villages. Trop, c’est trop. En militant disciplinés, nous avons voté pour Macky Sall et non pour ces responsables.

Les maires de Ndioum Cheikh Oumar Hann, de Golléré Mamadou Dème et le président de l’Association des éleveurs Harouna Gallo Dia, sont venus nous voir. Parce que tout le monde était partant pour sanctionner la liste de Benno Bokk Yakaar (BBY). On allait voter pour la liste de Me Aissata Tall Sall. Après les rencontres, on a laissé tomber en attendant de poser le débat au sein des structures du parti après les législatives. Mais depuis lors, rien n’a bougé. »

L’As

Rufisque : 10 mois après le Conseil des ministres délocalisé, le canal toujours à ciel ouvert.


RUFISQUE : 10 mois après le Conseil des ministres délocalisé, le canal,  toujours à ciel ouvert.
Partager
Le 14ème Conseil des ministres délocalisé avait eu lieu à Dakar. Le président de la République, Macky Sall, avait validé un programme d’investissement de 1800 milliards de FCfa. Ces fonds devaient être  utilisés entre 2016 et 2018 et les 1674 milliards étaient  déjà mobilisés, du moins si l’on s’en tient au communiqué issu de ce conseil.  Le président de la République Macky Sall avait rappelé que  le Premier ministre avait déjà validé 1225 milliards lors du Conseil interministériel. Selon lui, 565 milliards ont été ajoutés à ce montant. La majeure partie de cette manne financière a été déjà mobilisée, seuls 126 milliards sont à rechercher. Une partie de cet argent était destinée à la ville de Rufisque et devait satisfaire l’une des plus veilles doléances des populations de Rufisque, avaient rêvé certains.
Selon le président de la République lui-même, « Le canal à ciel ouvert qui traverse la vieille ville sera reconstruit par le gouvernement, cette infrastructure d’assainissement sera refaite sous un format approprié. Les études seront engagées sans délais pour que Rufisque puisse vivre dans un environnement beaucoup plus sain pour éviter la prolifération de moustiques et de tout désagrément », avait ainsi promis le chef de l’Etat. Seulement voilà, 10 mois après, le canal attend toujours d’être reconstruit ».
Pour des études qui devaient « être engagées sans délai », il y a lieu de se demander si le conseil délocalisé n’était pas qu’une campagne déguisée. 10 mois, après le canal est toujours à ciel ouvert et la souffrance des populations, surtout riveraines, ne fait qu’empirer. Elles attendent toujours que le chef de l’Etat tienne cette promesse, d’ autant que le président avait apporté des assurances sur la réalisation des projets annoncés. « Je pense que ceux qui disent qu’ils ne voient pas les milliards annoncés ne se déplacent pas dans le pays. Si je prends des engagements, je les respecte. Tout ce que nous avons promis sera réalisé. » Et d’ajouter « Nous ne faisons pas de l’autoglorification, mais nous faisons des efforts qui sont visibles… »

Malheureusement, le canal est toujours à ciel ouvert et il est bien visible.


RUFISQUE : 10 mois après le Conseil des ministres délocalisé, le canal,  toujours à ciel ouvert.


RUFISQUE : 10 mois après le Conseil des ministres délocalisé, le canal,  toujours à ciel ouvert.


RUFISQUE : 10 mois après le Conseil des ministres délocalisé, le canal,  toujours à ciel ouvert.


RUFISQUE : 10 mois après le Conseil des ministres délocalisé, le canal,  toujours à ciel ouvert.


RUFISQUE : 10 mois après le Conseil des ministres délocalisé, le canal,  toujours à ciel ouvert.

Ndindy : Le khalife des mourides bénit une marche pour rappeler à Macky une promesse

content_image

C’est avec la bénédiction du khalife général des mourides, Serigne Cheikh Sidy Mactar Mbacké, que les populations de Ndindy vont battre le macadam demain mercredi pour exiger le goudronnage de la route Diourbel-Ndindy-Darou Mousty.

Selon Same Diop, le coordonnateur de la marche, cette manifestation autorisée également par l’autorité administrative est uniquement motivée par cette seule doléance. Aussi a-t-il précisé à Seneweb qu’aucune motivation politique ne se cache derrière cette activité.

Il dit : « Le goudronnage de ce tronçon est une véritable demande sociale. De surcroît, c’est le Président Macky Sall qui en avait fait la promesse lors de sa campagne électorale. Il faut aussi souligner que les communes de Touré-Mbonde et de Taïba Moutoupha viendront se joindre à celle e Ndindy, a indiqué Same Diop.

Le nombre de décès s’accroît d’année en année à cause du mauvais état de cette route, nonobstant son désenclavement. Et sa construction serait profitable à tout le pays tenant compte de la position géographique avec la Mauritanie et les localités environnantes. »

Seneweb

Message à la nation : Macky Sall a-t-il tenu ses promesses du 3 avril 2015 ? (Par Birame Faye)

Dans son message à la nation, le 3 avril 2015, le chef de l’Etat sénégalais avait annoncé trois promesses destinées à relancer le tourisme. Où en est-il dans la réalisation?


Message à la nation : Macky Sall a-t-il tenu ses promesses du 3  avril 2015 ? (Par Birame Faye)

Dans son discours  tenu le 3 avril 2015, la veille de la célébration du 55e anniversaire de l’indépendance du Sénégal, le Président Macky Sall avait proposé des solutions aux  difficultés  du tourisme dans son pays.

« J’ai décidé de mesures incitatives pour la relance du secteur touristique et l’allègement des frais de voyage de nos compatriotes de la diaspora. Ainsi, le visa payant pour l’entrée au Sénégal sera supprimé à compter du 1er mai 2015. La parafiscalité sur le billet d’avion sera réduite de 50%, pour baisser le prix du billet. Seront concernées la redevance passager et la taxe de sûreté, dont le cumul s’élève à 8,4 milliards [de francs CFA] par an », avait-il déclaré.

« Enfin, nous mettrons en place un crédit de 5 milliards de francs, en soutien au secteur hôtelier », avait ajouté le Président Macky Sall.

Le Président Sall a-t-il tenu parole ? Ou alors où est-ce qu’il en est dans la réalisation des trois promesses contenues de ce discours ?

 Le touriste a-t-il toujours besoin d’un visa ?

Avant la fin du mois d’avril 2015, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur avait  envoyé une lettre circulaire  à tous les services impliqués dans la délivrance du visa payant, pour l’application de la directive présidentielle à partir du 1er  mai.

L’acte du patron de la diplomatie sénégalaise a été confirmé  en août 2015 par le ministre des Transports aériens et du tourisme d’alors, Abdoulaye Diouf Sarr, cité dans une dépêche de l’Agence de Presse Sénégalaise  (APS). 

Pour les ressortissants de 63 pays  répertoriés, il  faut disposer d’un visa. Mais celui-ci est gratuit et la demande  doit être adressée au ministère de l’Intérieur. Ceci, explique le ministre Abdoulaye Diouf Sarr, pour des raisons de sécurité.

Quid de la baisse du prix des billets d’avion ?

Par ailleurs, dans le but d’attirer plus de touristes dans son pays, le Président a rendu effective la baisse de 50% de la parafiscalité sur les billets d’avion, soit 10 000 francs  en valeur absolue. En d’autres termes, la taxe sûreté est passée de 4 000 à 2 000 francs pendant que la redevance passager est fixée à 8 000 francs contre 16 000 francs avant mai 2015.

La mesure  n’a concerné ni la taxe carburant qui fait 40% du prix du billet d’avion, ni la Redevance de développement des infrastructures aéroportuaires (54 euros, soit un peu plus de 35 000 francs).

Le 4 juillet 2015, lors d’une cérémonie, le directeur des Aéroports du Sénégal, Pape Maél Diop, avait assuré que l’Etat allait combler le manque à gagner de 8 milliards de francs  en allouant une subvention d’égale valeur.

Qu’en est-il des  5 milliards de francs promis aux hôteliers ?

Annoncé pour le 1er mai 2015, ce fonds de 5 milliards de francs tarde  à être disponible  pour les opérateurs hôteliers. Un retard qui a poussé le président de la Fédération des organisations patronales de l’industrie du tourisme, Mamadou Racine Sy, à souligner, dès le 27 mai 2015, queles hôteliers n’ont pas encore vu cet argent.

Ils l’ont attendu durant tout le reste de l’année en vain. Il leur a fallu patienter jusqu’au 3 mars 2016 pour  que le ministre du Tourisme et des Transports aériens annonce le début d’effectivité de la mise en place de ce fonds  dénommé « Crédit hôtelier », comme l’a révélé le journal Le Quotidien.

Le ministère du Tourisme et des Transports aériens contacté par Africa Check indique « qu’on en est encore aux engagements des banques comme la Banque de l’Habitat du Sénégal pour 4 milliards de francs ».

« Aucun projet venant d’un hôtelier n’a encore bénéficié de ce fonds pour le moment. Le processus de mise en place de ce fonds suit son cours », précise-t-il.

La Banque de l’habitat du Sénégal (BHS) va ainsi décaisser 4 milliards de francs. Le Fonds de garantie des investissements prioritaires  (FONGIP) sera chargé de bonifier les projets proposés avec une enveloppe de 400 millions de francs, alors que et le Fonds souverain d’investissements stratégiques  (FONSIS) va gérer les  500 millions de francs qui restent.

Conclusion : les promesses ont été tenues pour le visa et les billets d’avion, pas encore pour le crédit hôtelier

Les  5 milliards de francs CFA promis aux hôteliers ne sont pas  encore effectifs. Cependant,  le billet d’avion a connu une faible baisse de 10 000 francs, en raison de la réduction de 50% de la redevance passager et de la taxe sûreté.

De même, la promesse de suppression du visa d’entrée au Sénégal pour les étrangers a été tenue quelques semaines plus tard.

Il faut cependant noter qu’il y a un retard au sujet de la mise en place du Crédit hôtelier, un fonds de soutien aux hôteliers.

www.fr.africacheck.org