Tag Archives: tombe

«Garçons retrouvés le sexe coupé» : Le deuxième suspect tombe

content_image

La police a mis la main sur le deuxième suspect de l’affaire des deux enfants retrouvés le sexe coupé. M. C., âgé de 17 ans, a été arrêté avant-hier à Thiaroye Kao Sam sur dénonciation d’I. K., le premier suspect arrêté.

Mais contrairement à I. K., qui a reconnu les faits en avançant cependant qu’il jouait à circoncire les victimes, M. C. a tout nié devant les enquêteurs. Il jure qu’il était absent des lieux le jour du  drame et qu’I. K. cherche à le mouiller pour ne pas tomber seul.

Les deux suspects seront présentés au procureur, ce mercredi. Ils sont poursuivis pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une mutilation ou amputation de parties génitales.

Auteur: Seneweb

Un associé de Massata Diack tombe à Singapour

Les juges du pôle financier du parquet de Paris avaient ouvert une enquête sur le paiement de 2 millions de dollars durant la campagne du Comité olympique japonais pour l’organisation des JO-2020 à Tokyo.

Ce paiement destiné à une société dénommée ‘’Black Tidings’’, liée à Papa Massata Diack, le fils de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) mis en examen et cloué en France, avait suscité des inquiétudes. Le Comité olympique japonais avait désigné trois juristes chargés de faire la lumière sur ce versement suspect.

L’enquête, bâclée, avait vite conclu que le versement était légal et qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat. Ainsi, Massata Diack et son plus qu’associé dans ‘’Black tidings’’, Tan Tong Han, qui a lui donné le nom de son fils unique, étaient blanchis.

Sauf qu’un rebondissement spectaculaire s’est produit il y a de cela 48h : Tan Tong Han, qui dirige aussi Sportage à Dakar, a été intercepté par l’office anti-fraude de Singapour, placé en garde-à-vue puis inculpé avant d’être libéré sous caution.

Les enquêteurs ont découvert que ce dernier avait livré un faux témoignage dont le but était de ‘’couvrir’’ Papa Massata Diack, qui fait désormais face à trois fronts.

Visé par un mandat d’arrêt délivré par les juges français, mis en examen par défaut à Rio, il est désormais dans le collimateur de la justice à Singapour. Qui plus est, son associé, sera jugé le 15 mars prochain.

Que lui reproche-t-on au juste ? Selon l’acte d’accusation, Tan a menti sur une somme de 547 891 dollars transférée du compte bancaire de Pamodzi Consulting Sarl, détenue exclusivement par Massata Diack, vers celui de ‘’Black Tidings’’ le 27 mars 2014. Il avait juré qu’il s’agissait du paiement d’une prestation, ajoutant que quelqu’un du nom de ‘’John Pierre Bonor’’ avait usurpé l’identité de Papa Massata Diack, en transférant 5424 064$ du compte bancaire de ‘’Black Tidings’’ vers celui de l’athlète Liliya Shobukhova.

Des vérifications ont formellement établi qu’il s’agissait de deux gros mensonges et qu’effectivement, ‘’Black Tidings’’, dont l’adresse sociale correspond à un bâtiment abandonné, n’était qu’une société écran.

En fait, les juges français ont des éléments attestant que lorsque l’athlète Liliya a menacé de tout déballer. Apres avoir versé une forte somme pour étouffer son dossier de dopage, elle a été remboursée via ‘’Black Tidings’’.

Les mêmes sources renseignent que plusieurs mouvements financiers ont été effectués entre Massata et ‘’Black Tidings’’ qui servait de ‘’caisse noire’’.

Le 5 aout 2013, 5 jours avant le début des Mondiaux d’athlétisme à Moscou, la societe a effectué trois transferts pour un montant total de 750 000 dollars, dont un virement de 100 000 dollars vers un compte de Tan Tong Han, et un autre de 350 000 dollars vers Sporting Age suarl, à Dakar.

Pour les seules journées des 6 et 12 novembre 2013, 197 000 dollars ont été virés de ‘’Black Tidings’’ vers Pamodzi consulting, et 20 000 dollars de la société singapourienne vers un compte personnel de Papa Massata Diack. Curieusement, ‘’Black Tidings’’ a été dissoute en 2014.

Libération

Espagne : Un Sénégalais tombe avec 290 Kgs de cocaïne

ESPAGNE : Un Sénégalais tombe avec 290 Kgs de cocaïne
Selon les radars sensibles de Libération, un Sénégalais dont l’identité n’a pas été communiquée a été arrêté après la saisie de 290 kilogrammes de cocaïne au Port d’Algésiras en Espagne. Il est tombé en même temps que sept ressortissants espagnols.
La quantité de drogue, répartie sur 250 paquets, était dissimulée dans deux conteneurs transportant une cargaison d’agrumes en provenance du Brésil.
L’inspection des deux conteneurs a permis de découvrir le motif réel de cette opération, à savoir la quantité de drogue cachée acheminée pour être introduite en Espagne.

Scandale à la Cour d’Appel : Une aide-soignante tombe à Tambacounda

SCANDALE DES « AUDIENCES FICTIVES » À LA COUR D’APPEL : Une aide-soignante tombe à Tambacounda

L’affaire des « audiences fictives » a fait des dégâts jusqu’à Tambacounda où une aide-soignante a été interceptée par les enquêteurs. Révélations exclusives…
Libération révèle que l’enquête des gendarmes sur l’affaire dite des audiences fictives qui ont permis à Amadou Lamine Diagne de faire libérer ou d’alléger les peines de plusieurs détenus, a fait des dégâts jusqu’à… Tambacounda.
Comme nous le révélions, les enquêteurs ont procédé et mis à la disposition des juges six parentes de détenus qui ont monnayé la promesse de libération de leurs proches. Dans le lot figure Aissata D. K. Cette aide-soignante au district sanitaire, mère de trois enfants, a été cueillie par les gendarmes à Tambacounda grâce à l’intervention de la brigade de la même localité.
Ce qui est assez incroyable est que cette dernière a été joint au téléphone par son oncle Babacar T. qui est en… prison pour remettre 100.000 FCFA à un intermédiaire devant assurer sa libération. Un montant que Aissata D.K a versé même si, pour ce coup, la mafia n’a pas pu faire de miracle puisque l’oncle en question est toujours en prison.
Un cas similaire à celui de Lalla B.D, agent commercial, écrouée dans le cadre de la même affaire. Cette dernière a payé 100.000 FCFA, mais son mari Pa M. n’a pas été libéré.
D’après toujours nos sources, Diarra S., agent municipal à la ville de Dakar, est tombée dans la nasse des gendarmes.
Prise en charge par les enquêteurs avant d’être discrètement embarquée, elle a été mise en cause pour avoir tenté de faire libérer son fils écroué pour coups et blessures. Diarra S. jure que son fils a été libéré par voie judiciaire après une maladie, mais les enquêteurs disposent d’informations prouvant le contraire.
A noter que le jour même de son interpellation, Amadou Lamine Diagne a reçu à son bureau des « clients » de Saint-Louis venus négocier la libération de leur proche. Les deux parties étaient tombées d’accord sur la somme de 150.000 FCFA.
Amadou Lamine Diagne a failli tomber à la renverse lorsque les gendarmes lui ont balancé cette information lors de sa garde à vue lui qui soutenait n’avoir jamais reçu de « client » dans son bureau.

Colombey-les-Deux-Eglises : la tombe du général de Gaulle vandalisée

La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises.

La croix qui surmontait la tombe de Charles de Gaulle a été renversée et brisée par un homme d’une trentaine d’année qui était recherché.

«C’est notre symbole… Un grand homme du 20ème siècle», se désole une habitante. La tombe du général de Gaulle a été vandalisée ce samedi après-midi à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne), révèle France 3 Grand-Est. Le général, qui possédait une propriété dans la commune, y repose depuis son décès en 1970, aux côtés de son épouse Yvonne et de sa fille Anne.

Selon nos informations, un homme a été vu en milieu d’après-midi par des passants dans le cimetière de Colombey. Il était monté sur la tombe et a poussé la croix qui s’est effondrée sur la stèle. La tombe n’a été ni taguée ni gravée mais, selon les gendarmes, la croix d’environ 1,50 mètre a été brisée.

«La tombe, filmée en permanence, a été dégradée à 17h14 par un individu seul qui est monté dessus et a donné deux grands coups de pied sur le socle de la croix de la tombe, provoquant la chute de celle-ci. Mais le socle de la tombe est resté intact», a déclaré à le procureur de Chaumont, Frédéric Nahon.

L’individu, âgé d’une trentaine d’année, a ensuite quitté les lieux, tandis que les témoins prévenaient les gendarmes. Il n’avait pas le visage dissimulé et certains l’ont vu cracher sur la tombe. Il n’était pas prouvé, dans un premier temps, que son acte était intentionnel. La tombe de l’auteur de l’Appel du 18 juin, récemment rénovée par sablage, peut passer inaperçue.

 

«Le dimanche, beaucoup de monde vient se recueillir»

Jointe par Le Parisien, une restauratrice évoque l’«animation» inhabituelle dans ce village de quelques centaines d’habitants. «J’ai dû voir une dizaine de gendarmes, la police scientifique, et puis aussi les pompes funèbres», énumère-t-elle.

L’accès au cimetière a depuis été «sécurisé», ajoute-t-elle. Et de se poser la question de la durée de cette mesure. Elle souffle : «Le dimanche, on accueille beaucoup de monde qui vient se recueillir…».

«Pas contente», elle qualifie l’acte d’«inadmissible», de «honteux», ou encore d’«anormal». «On n’aurait jamais imaginé ça. Déjà, le faire sur n’importe quelle tombe, mais là… Non, on ne peut pas faire ça», tranche-t-elle.

 

«L’émotion» de Macron, «un acte contre la France» pour Philippe

L’Elysée a assuré samedi soir que «toutes les actions requises en réponse» à la dégradation de la tombe du général de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne) seront«conduites dans les meilleurs délais». «La mémoire et la figure du général de Gaulle sont chères à tous les Français», souligne la présidence qui précise qu’Emmanuel Macron «s’est assuré (…) de la prompte réparation de la sépulture». Le président Macron a appris«avec émotion (…) l’acte de vandalisme perpétré contre la tombe du général de Gaulle» et a adressé à sa famille «ses sincères pensées», toujours selon l’Elysée. «Un acte de vandalisme commis sur la tombe du général De Gaulle, c’est un acte contre la France», a tweeté pour sa part le Premier ministre Edouard Philippe, exprimant sa «tristesse» et sa «consternation».

 

«Honte et mépris à eux !»

Du côté des politiques, l’heure est à l’indignation alors que beaucoup ont invoqué le général de Gaulle durant la campagne présidentielle. Certains signalent que cette profanation intervient en pleine journée nationale de la Résistance. Joint par Le Parisien, l’ancien président du Conseil s’emporte : «Faut-il être à ce point détraqué pour oser commettre un tel acte qui déshonore son ou ses auteurs… Honte et mépris à ceux qui sont les auteurs de cet acte abjecte !».

«La dégradation de la tombe du Géneral de Gaulle à Colombey nous indigne et nous choque tous en ce jour de commémoration de la Résistance», se désole de son côté François Baroin (LR) sur Twitter. Même constat pour le président du Sénat, Gérard Larcher (LR) qui lance sur Twitter : «Honte aux profanateurs qui salissent notre histoire».

Gilbert Collard, député affilié FN du Gard, considère qu’«en France maintenant, on assassine aussi les symboles». Le député de Seine-et-Marne, Yves Jégo (UDI) condamne également les dégradations et appelle à ne pas laisser «sans suites cet acte tant il est intolérable au regard du respect dû à sa personne».

  leparisien.fr

Macky tombe en 2019… selon les Saltigués

Macky tombe en 2019, un célèbre opposant en taule presque mort, un ministre périt dans un accident… silence, les Saltigués parlent
A l’occasion de la 2e édition du Festival des Arts, des Rites et des musiques sérères « Festin’Siin » tenu ce week-end à Fatick, les saltigués ont fait une séance de « xoy », (un terme de la langue sérère signifiant l’appel à une séance divinatoire).

Dites-vous que les nouvelles qu’ils ont livrées au public ne sont pas rassurantes, notamment pour le régime en place. En pour cause, en plus du sang qui sera versé, les Saltigués sérères ont prédit la fin de l’actuel locataire du Palais présidentiel. « Macky Sall risque de céder son fauteuil présidentiel.

Je suis convaincu de sa chute, même si le doute persiste chez certains. Il ne sera pas réélu. Un ministre du gouvernement fera un accident meurtrier. Et je dis qu’un célèbre opposant, actuellement en prison, est à un pas de la mort« , prophétise le saltigué, Moussa Sarr.
Cette séance de divination a été approuvée par ses collègues, qui exhortent les populations à formuler des prières pour apporter des réponses aux fléaux que sont entre autres, les maladies, les accidents et les risques d’affrontements aux prochaines élections.
Cette 2e édition du Festi’Siin a été présidée par le ministre de la Culture, Mbagnick Ndiaye, par ailleurs président de l’Ong Ndef Leng.

(Source: Vox Populi)

Italie : Un sénégalais tombe du sixième étage d’un immeuble

Italie : Un sénégalais tombe du sixième étage d’un immeuble
 A Montesilvano, ville italienne de la province de Pescara, un sénégalais a trouvé la mort de façon atroce hier dimanche dans la matinée. Lhomme de 52 ans, identifié sous le nom de Ndiaga Diallo est mort en tombant  d’un immeuble.
Il a été contraint après qu’un incendie s’est déclaré dans l’appartement qu’il partageait avec AAS, un de ses compatriotes, un de ses compagnons. Il a tenté de s’agripper au rebord de son balcon mais a glissé après que le feu se soit déclaré.

Gambie: Encore un homme de Jammeh qui tombe, arrestation d’Yankuba Badjie

Gambie: arrestation d’Yankuba Badjie, ex-patron des services de renseignement

Il était l’un des hommes les plus craints de Gambie, Yankuba Badjie a été arrêté lundi soir 20 février par la police gambienne. Une information confirmée mardi à RFI par le porte-parole de la police. Badjie a dirigé durant de longues années la NIA, la National Intelligence Agency, autrement dit les services secrets gambiens. La NIA a très mauvaise réputation. Elle est accusée d’assassinats, de torture et de disparitions.

Pour certains opposants, Yankuba Badjie dirigeait rien moins que la chambre de torture de Yahya Jammeh. La National Intelligence Agency, à la fois agence de renseignement et police politique, est accusée par les défenseurs des droits de l’homme et les opposants d’avoir fait assassiner, disparaître ou torturé nombre de personnes.

La NIA est synonyme de terreur en Gambie. Et une partie de l’ancienne opposition soupçonne d’ailleurs Yankuba Badjie d’être personnellement impliqué dans la mort en avril dernier de l’opposant Solo Sandeng, l’un des responsables de l’UDP.

Depuis l’accession au pouvoir d’Adama Barrow, plusieurs voix s’étaient d’ailleurs interrogées dans la presse sur le fait que Yankuba Badjie puisse continuer ainsi à jouir de sa liberté.

C’est désormais terminé, il a été interpellé lundi en compagnie de Sheikh Omar Jeng, chargé des opérations à la NIA. Ce sont les deux premiers hauts responsables du système répressif de Yahya Jammeh à être ainsi arrêtés.

On ne pas sait encore de quoi ils seront inculpés mais le porte-parole de la police a laissé entendre que les charges seront rendues publiques rapidement. Peu après sa prise de fonction, le président Barrow avait limogé Yankuba Badjie et rebaptisé la NIA en « Service de renseignement d’Etat ».

Saisie de 350 Kg de drogue à Pikine : Le dealer A. B. Ndiaye tombe après 8 ans de cavale


 Les limiers de Pikine ont mis fin à 8 ans de cavale du baron du trafic de drogue en banlieue. Selon l’Observateur, A. B. Ndiaye, le caïd qui s’était réfugié au Mali, d’où il avait convoyé 350kg de chanvre vers le Sénégal, a été cueilli aux environs de la Seras où il s’était terré après un retour discret au Sénégal…

Trafic de migrants vers l’Arabie Saoudite : Un réseau tombe, les langues se délient

content_image
La Dic a arrêté un groupe de personnes soupçonnées d’entretenir un trafic de migrants sénégalais, surtout des domestiques, vers l’Arabie Saoudite. Il s’agit d’une dame nommée D. Guèye, plus connue sous « Mère Dior » (ou « Tata Dior »), de son fils, B. Guèye, professeur d’éducation physique, et de C. O. Diop, un Sénégalais établi avec sa famille en Arabie Saoudite.
Ils ont été appréhendés la semaine dernière et déférés au parquet pour les délits d’association de malfaiteurs et de traite de personnes.

« Mère Dior » et son fils ont été arrêtés en même temps à Rufisque, où la première tient une agence de voyage. Ce, à la suite de plusieurs plaintes de candidats à l’immigration déçus.

Les perquisitions effectuées au domicile de la dame et dans son agence ont permis aux enquêteurs de mettre la main sur une dizaine de passeports. « Mère Dior » aurait avoué gagner 400 mille francs CFA dans chaque opération.

Face aux limiers de la Dic, C. O. Diop aurait reconnu percevoir, pour sa part, 150 mille dans chaque opération. Il a était perdu par celle concernant l’une des quinze domestiques qu’il a réussi à envoyer en Arabie Saoudite.

Cette dernière est originaire de Kaolack. Elle a pris les airs, des rêves de réussite pleins la tête, après avoir déboursé 125 mille francs CFA de frais de dossiers et signé un contrat d’engagement.

Arrivée en Arabie Saoudite, son rêve se transforme vite en cauchemar.  Pour son premier emploi, on lui confie un immeuble de trois étages à nettoyer, seule. Elle voulut jeter l’éponge. Son employeur s’y oppose, arguant avoir déboursé 2 millions 500 mille francs CFA pour pouvoir « disposer » d’elle. Pour « s’affranchir » elle devra rembourser cette somme. Elle trouve un autre boulot tout aussi pénible, finit en prison avant d’être rapatriée au Sénégal.

À son retour au bercail, elle porte plainte contre C. O. Diop. Qui a été arrêté à l’aéroport Léopold Senghor alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour l’Arabie Saoudite. Il a reconnu qu’il « collabore avec des partenaires saoudiens » qui lui cède 150 mille francs CFA pour chaque candidat embarqué dans l’aventure.

(Source : L’Observateur)

Wade réagit aux rumeurs de sa mort : Je me pencherai sur la tombe de ceux là qui…

wade-600x338

« J’étais mort ce matin. J’étais mort sur Internet », c’est par ces termes que l’ancien président de la République a balayé les rumeurs qui circulaient en ligne, hier, le donnant mort. « Ceux qui souhaitent ma mort qu’ils se rassurent, je me pencherai sur leur tombe. Je suis bien portant », a jouté Me Wade à Paris samedi lors d’un rassemblement avec ses militants? avant de déclarer qu’il est un « mortel »

Trafic de devises à Paris : Une Sénégalaise tombe avec 400 000 euros

Trafic de devises à Paris : Une Sénégalaise tombe avec 400 000 euros
 Une Sénégalaise du nom de Marième Tall a été interpellée par la police française, jeudi dernier, pour transit illégal de devises dont le montant est estimé à 400 000 euros, soit près de 260 millions de F Cfa.
La dame se trouve être un GP (Gros porteur dans le jargon des immigrés) autrement dit des femmes d’affaires sénégalaises qui s’activent dans le convoyage de bagages entre différentes localités d’émigration sénégalaises (dont Paris) et Dakar et vice versa.
La dame a été alpaguée à l’aéroport de Roissy Charles De Gaulle. En partance pour la capitale sénégalaise, la dame qui est arrivée avec ses bagages est tombée alors qu’elle passait les formalités de sécurité sous un portique à laser.
En effet, le scanner a détecté qu’elle dissimulait beaucoup d’argent par devers elle, notamment autour de ses fesses et parties intimes. Cuisinée pendant quelques minutes par les limiers de la police de l’aéroport, elle a balancé le nom du propriétaire des 400 000 euros.
Il s’agit, selon « le Populaire », d’un célèbre homme d’affaires sénégalais du nom de Dramé dont le quartier général se trouve au 18eme arrondissement de Paris sur la rue Doudeville. Le sieur Dramé un ressortissant de la ville de Tambacounda est un convoyeur très connu des Sénégalais de France.
Il transfère des fonds via un réseau clandestin vers Dakar et d’autres capitales de l’Uemoa sans déclarer parfois les montants exacts des transferts à la douane et au fisc français. Aussitôt que M. Tall est passée à table que les limiers partent interpeller le sieur Dramé.
En ce moment nos deux compatriotes sont en détention provisoire dans un commissariat d’arrondissement de Paris. Ils sont poursuivis pour trafic international de devises non déclarés aux services fiscaux et seront présentés à un procureur ce lundi. Affaire à suivre…

Adama Gaye : «Macky dit à ton frère de tout rembourser… Si Je parle, tu tombes… »

Le journaliste Adama Gaye s’est invité au débat sur le pétrole qui ne finit pas de faire jaser dans le pays. Notre confrère consultant y est allé même avec un ton menaçant. « Si Je parle, tu tombes, un point, un trait », a-t-il tonné sur sa page facebook.

« MACKY SALL, dis à ton petit frère de rembourser TOUT. Je vous ai connu TOUS les 2 PAUVRES. Souviens TOI du jour où tu es venu me voir au Novotel Dakar ou du premier Contrat de pétrole que je t’ai fait obtenir (pour le Sénégal) grâce à mon ami, Dr. Rilwanu Lukman, ex. Président-directeur Général de l’Opep. Ou de notre virée à Rotterdam.
J’ai aussi le dossier Frank Timis.
Et le reste.
Les gens qui parlent ne savent pas. Si Je parle, tu tombes, un point, un trait. »

Adama Gaye..

 

Touba : Un passager tombe d’un car et se fait écraser

Touba : Un passager tombe d'un car et se fait écraser
Un accident survenu sur les deux voies à l’entrée de Touba mardi 13 septembre a entraîné une réaction insolite des chauffeurs qui sont à l’origine du choc : tous les deux ont pris la poudre d’escampette.
Ils n’ont pas tardé à être alpagués par les hommes du commissaire El Hadji Bécaye Diarra, chef du commissariat spécial de Touba. Avec les flaques d’eau après la pluie, certains automobilistes ont été obligés de se rabattre sur l’autre voie.
La circulation était dans les deux sens. C’est ainsi qu’il y a eu un choc entre une L 200 qui fait la liaison Mbacké-Touba, immatriculée DL 1668C et une autre voiture, DL 7031B qui transportait des clients sur le haut.
Un des passagers, Maka Ndiaye, 48 ans, est tombé et a été écrasé par l’automobiliste de la L 200. Juste après le choc, les chauffeurs ont pris la fuite : l’un a laissé le véhicule sur place, emportant la clé, l’autre est parti à bord de son véhicule.
 Ce genre de comportement, selon la police, commence à être fréquent dans la ville sainte, surtout chez les chauffeurs des véhicules dits «clando», qui conduisent souvent sans pièces ou avec de faux documents. Il y a deux semaines, deux chauffeurs ont eu une réaction similaire après un choc à Touba Mosquée.

« The falling man », l’une des seules photos montrant quelqu’un mourir le 11 sept 2001

Quinze ans après les attentats du 11-Septembre, on ignore toujours l’identité d’un homme qui s’est jeté depuis la tour nord du World Trade Center.


11-Septembre : le mystère de "l'homme qui tombe" demeure
C’est un des mystères qui entourent les attentats du 11-Septembre. Il y a 15 ans, près de 3000 personnes perdaient la vie dans la pire attaque terroriste jamais commise sur le sol américain. Parmi ces victimes, certaines demeurent inconnues. On ignore toujours qui est l’homme qui tombe, celui qui se trouve au cœur d’une image très célèbre du photographe Richard Drew, qui s’est précipité sur les lieux depuis le défilé de mode sur lequel il avait été envoyé par l’agence AP.

Quinze ans après avoir pris ce cliché, l’Américain se souvient de chaque instant : «La première chose que j’ai vu, c’étaient les tours, toutes les deux, dont sortaient de la fumée et des flammes», a-t-il raconté au magazine «Time». «Je photographiais le bâtiment en flammes et d’un coup, un ambulancier a dit : « Oh mon Dieu, regardez ». Et on a vu les gens sauter de l’immeuble.» Selon les décomptes, environ 8% des victimes de l’attentat ont sauté d’une des tours frappées.

Il voyait là les victimes de cette attaque, qui reste particulière à ses yeux : «Ce n’est pas comme les photos prises lors d’autres catastrophes : il n’y a pas de sang, pas de boyaux, pas de personnes se faisant tirer dessus. Mais les gens pensent pouvoir s’identifier à cette image. Ils pourraient se retrouver dans la même situation et faire le même choix que cet homme a fait.»

L’une des seules images qui montrent quelqu’un mourir ce jour-là

Cette image a fait le tour du monde, a été publiée dans le «New York Times» dès le lendemain. Elle est connue sous le nom de «The Falling Man» («L’homme qui tombe»), retenu grâce au titre de l’article écrit par Tom Junod dans le magazine «Esquire». En 2003, le reporter n’a pu identifier l’homme. Après un examen minutieux de l’image, il a pu en déduire qu’«il n’était probablement pas Noir mais avait le teint foncé, probablement un Latino. Il portait un bouc. Et la chemise blanche sortant de son pantalon noir semblait plutôt être une sorte de tunique.» Il pense donc qu’il était un employé du Windows of the World, le luxueux restaurant situé aux 106ème et 107ème étages de la tour Nord. En tout, 79 employés de l’établissement sont morts dans l’attentat.

De son côté, Richard Drew n’a «jamais regretté d’avoir pris cette photo» : «C’est probablement l’une des seules images qui montrent quelqu’un qui meurt ce jour-là». «En tant que journaliste, on ne fuit pas un immeuble en pleine chute ou en flammes. On fonce droit devant car c’est notre métier d’enregistrer l’histoire».

Youssou Ndour : “Papa Wemba est tombé comme un soldat…”

youssou1

Youssou Ndour a réagi au décès du chanteur congolais Papa Wemba. Youssou déplore la perte d’un géant de la musique africaine. Sur les ondes de RFI, le roi du Mbalax a déploré la perte d’un autre roi, celui de la Rumba. “C’est vraiment une grande perte pour l’Afrique, pour la culture d’une manière générale et pour la musique particulièrement”, regrette Youssou Ndour qui se rappelle de quelqu’un qui était très engagé pour la cause humanitaire et pour les bonnes conditions de vie des Africains. Pour lui, Papa Wemba est tombé comme un soldat, les armes à la main. “Je souhaite que Dieu l’accueille dans son paradis. C’est quelqu’un qui nous a laissé énormément de choses et je suis sûr que la jeune génération va beaucoup en profiter. Il a joué son rôle”, conclut le chanteur Sénégalais. Papa Wemba est décédé samedi dernier après un malaise au Festival des Musiques d’Anoumabo, à Abidjan. L’artiste Congolais avait 66 ans

Moussa Cissé