Adiouza craque : « Je ressens un vide que ni papa, ni maman ne peuvent combler… »

http://www.lateranga.info/photo/art/default/8148032-12714735.jpg?v=1439805338

Dans un entretien avec le journal l’Observateur, Adiouza a, on peut dire craqué et lâché qu’elle souffre de toujours rester dans le célibat….

« Pour être honnête, je vis des moments de solitude, malgré toute l’affection de ma famille. Je ressens un vide que ni papa ni maman ne peuvent combler. Là, je ne vis que pour la musique, et me demande si tout devait s’arrêter brusquement, j’aurai quoi autour de moi ? Hé bien, rien ! Rien qu’à y penser, j’ai des pincements au cœur. La beauté d’une femme est éphémère et je rêve de me marier, de fonder un foyer. Ma mère et mes tantes sont malheureuses. Elles n’arrêtent pas de me mettre la pression, pour que je me fasse passer la bague au doigt. Mais, je n’en suis pas responsable.

Les hommes que je rencontre ne sont pas sérieux

J’ai vraiment peur de la vieillesse. À chaque fois que je vois des rides sur mon visage ou que je grossis un peu, je pique des crises. Mais la vieillesse est le prix à payer pour ne pas mourir jeune. Très sérieusement, je suis consciente de prendre de l’âge. La plupart de mes amis sont dans les liens du mariage et ont des enfants. Parfois, cela me pousse à réfléchir et à me remettre en question. Je suis là à courir derrière une carrière comme un homme au point de sacrifier ma vie sociale. C’est dangereux pour une femme et contrairement aux apparences, c’est une situation qui s’est imposée à moi et même aux artistes femmes ».

One thought on “Adiouza craque : « Je ressens un vide que ni papa, ni maman ne peuvent combler… »

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *