Benno Bokk Yakkar gagne le département de Dakar

 

L’attente fut longue. Mais le résultat final reste le même. Il confirme les premières tendances qui donnaient, déjà, à la Mouvance présidentielle, “Benno Bokk Yakaar”, une avance d’environ 3000 voix devant la Coalition “Mankoo Taxawu Senegaal”.

In fine, ce sont les militants de la Coalition présidentielle, qui vont chantonner dans les heures qui suivront le célèbre refrain, “Mankoo dééénaaa, Mankoo dééénaaa, Soule lèeen kooo”. Cri de victoire souvent entonné dans les stades par les supporters, aux fins de tourner en dérision, dans le fair-play, leurs adversaires d’un jour.

Les Pro-Amadou Bâ, tête de liste départementale de “Benno Bokk Yakaar”, pourront d’autant plus scander ce fameux refrain que Bamba Fall, tête de liste départementale de “Mankoo Taxawu Senegaal” avaient initié une parade pour manifester leur victoire, qui s’est muée, finalement, en abattement collectif. Bref, aucun camp n’aura, finalement, perdu. Seul le Sénégal a gagné, enfin de compte.

Toutefois, la délivrance n’a pas été un long fleuve tranquille. Car prévus dans la soirée du mercredi, vers 18 heures, puis à 23 heures, ce n’est qu’au petit matin du jeudi, précisément à 4 heures 54 minutes que les résultats provisoires des élections Législatives à Dakar, ont été proclamés par la Cour d’Appel de Dakar.

Ainsi, après compilation des résultats, “BBY” remporte la bataille de Dakar avec 114 603 voix contre 111 849 soit une différence de 2754 voix entre les deux Coalitions politiques qui réclamaient chacun depuis le 30 juillet, jour du scrutin, la victoire à Dakar.

En effet, si au sortir de cette longue et pénible rencontre avec les juges de la Cour d’appel, le plénipotentiaire de “BBY”, Alioune Badara Diouf, est d’avis que Dakar a basculé dans le camp du pouvoir, son homologue, Moussa Sow de “Mankoo Taxawu Senegaal”, condamne quant à lui, la manière dont ces élections ont été déroulées.

A l’en croire, plus de 7000 Ordres de mission ont voté à Dakar et les résultats auraient été préfabriqués par les autorités compétentes. Car, dit-il, les listes des électeurs affichées ne sont pas les “vraies” fournies par la Commission nationale électorale autonome (Cena). Ce qui a fait, de son avis, que des électeurs n’ont pas retrouvé leurs noms sur les listes “affichées”.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *