Conseil des ministres décentralisé : Guédiawaye va demander l’érection d’un Temple de la culture

Conseil des ministres décentralisé : Guédiawaye va demander l’érection d’un Temple de la culture (maire)
L’érection d’un Temple de la culture de plus de 1000 places est une « demande urgente et pressante » que la banlieue riche d’une grande diversité culturelle va déposer sur la table du prochain Conseil des ministres décentralisé de la région de Dakar, a annoncé ce vendredi, Aliou Sall, le maire de Guédiawaye dans un entretien exclusif avec l’APS.
« Il y a une contradiction entre la richesse culturelle de la banlieue où on retrouve toutes les groupements ethniques du pays et la pauvreté en termes d’infrastructure culturelle », a relevé le maire de Guédiawaye, indiquant que sa ville va demander l’érection de ce temple de la culture à l’image du Grand théâtre.

D’ailleurs, a-t-il poursuivi, le Grand théâtre de Dakar qui est aujourd’hui saturé est souvent occupé par des artistes en provenance de cette banlieue.

« Face à cet atout culturel, il urge de construire ce temple en accord avec l’Etat et ce conseil des ministres qui se trouve être un moment de plaidoyer. Ce sera l’endroit idéal pour demander cette infrastructure pour les artistes de la banlieue », a dit Aliou Sall.

Le maire de Guédiawaye se dit « très heureux » de cette décision d’organiser un Conseil des ministres pour la région de Dakar « où la banlieue qui présente des spécificités certaines va occuper une grande place ».

Selon lui, « il ne faut surtout pas rater ce moment de communication territoriale ». « Au-delà de cette symbolique, cette rencontre doit être une opportunité de promouvoir nos atouts en termes de culture, d’économie et de besoins en infrastructures sociales », a dit le maire de Guédiawaye qui dit n’être pas opposé à la tenue du Conseil à Pikine.

« Nous serons très fiers de recevoir le chef de l’Etat et le Conseil des ministres. Mais nous pensons que Pikine qui est une des plus grandes villes du pays a des atouts et des besoins pour abriter la rencontre », a-t-il par ailleurs ajouté.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *