Coronavirus et philanthropie au Sénégal (Par Alassane Kitane)

Qui a défini la philanthropie comme une générosité désintéressée à l’égard de ses semblables ? Dans notre pays en tout cas, cette définition n’est plus fonctionnelle. L’État, le personnel politique, les people, bref tout le monde profite de la pandémie pour polir ou vendre son image. C’est le comble de la société de spectacle et de l’égoïsme devenu pathologique. Mais ce qui est paradoxal dans cette affaire, c’est moins le comportement des individus que les choix du gouvernement : une remise fiscale est promise aux donateurs !

Pourquoi ne pas l’appeler une avance sur fiscalité ? Tout porte à croire que c’est un gouvernement qui a des problèmes de trésorerie, et qui cherche de façon informelle ou perfide à anticiper sur ses recettes budgétaires pour se donner une bouffée d’oxygène dans cette situation de crise. Ces entreprises qui donnent de l’argent à la télé sont donc doublement gagnantes : elles ont la publicité et la remise fiscale. Promettre une remise fiscale à ce stade de la lutte nous semble impertinent et même dangereux, car on ne sait pas combien de temps elle va durer. On ne sait pas non plus quelles sont les entreprises qui vont en pâtir le plus. Il y a apparemment un parfum de précipitation dans la communication du gouvernement (car beaucoup de décisions prises dans ce sens relèvent de la communication politique). Le corona a donc le mérite de nous révéler la vraie situation de notre pays. Y a-t-il dans ce pays un fonds de gestion des calamités comme c’est le cas dans beaucoup de pays ? A-t-on les structures de santé que mérite notre peuple ? Combien d’hôpitaux on aurait pu construire avec l’argent qui a financé le TER ?

Ce qui est plus choquant, c’est qu’un ministre a osé dire que la qualité de notre système de santé a permis de faire face à la pandémie ! Il a même insinué que c’est grâce à la vision du Président que la pandémie n’a pas fait de ravage chez nous. J’imagine que les autres pays africains ont dû nous emprunter nuitamment notre président pour, eux aussi, éviter le chaos qui sévit dans les pays du nord ! Voilà comment on construit des mythes pour dissoudre la réalité. On ne mesure pas la performance d’un système de santé par une pandémie dont l’impact dans notre pays est forcément affaibli par des paramètres autres que ceux définis par la médecine moderne. Notre système de santé n’est pas plus performant que celui de l’Italie, il faut arrêter de baratiner le peuple pour faire une récupération politique de cette affaire. Tout le monde a rangé les armes pour vous laisser travailler dans la quiétude, alors ayez la décence de ne pas exploiter nos peurs et angoisses pour redorer votre blason !

La santé et la performance d’un système sanitaire sont évaluées par la satisfaction qu’il procure aux citoyens. Un système de santé doit être évalué par la qualité de sa gestion des maladies normales ; or sur ce point, il suffit de faire un détour dans n’importe quel hôpital public de l’intérieur du pays pour se rendre compte que notre État a failli à ses obligations. Par la grâce de Dieu ne nous parlez plus de CMU et autre pacotille de politique publique. Notre peuple, en ce moment, n’a pas besoin de charognards politiques, il a plutôt a besoin d’actes qui parlent d’eux-mêmes.

Alassane K. KITANE

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *