Gambie : 205 militaires ghanéens et du matériel militaire en Gambie pour appuyer le Nigeria et le Sénégal

"Le président de la République et chef des forces armées ghanéennes, M. Nana Akufo-Addo, a autorisé l'envoi de troupes de combat de 205 hommes, appuyées par du matériel militaire, en Gambie, dans le cadre de l'accord de la Cédéao".

« Le président de la République et chef des forces armées ghanéennes, M. Nana Akufo-Addo, a autorisé l’envoi de troupes de combat de 205 hommes, appuyées par du matériel militaire, en Gambie, dans le cadre de l’accord de la Cédéao ».
Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a donné son accord pour un éventuel déploiement de 205 militaires en Gambie dans le cadre d’un mandat régional ouest-africain, en appui du Nigéria et du Sénégal, pour imposer le président Adama Barrow, élu face au sortant Yahya Jammeh.

« Le président de la République et chef des forces armées ghanéennes, M. Nana Akufo-Addo, a autorisé l’envoi de troupes de combat de 205 hommes, appuyées par du matériel militaire, en Gambie, dans le cadre de l’accord de la Cédéao » (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), a annoncé mercredi soir le porte-parole de la présidence, Eugène Arhin, dans un communiqué.

Dans le même temps, le Nigeria avait également annoncé avoir envoyé 200 militaires de l’armée de l’air, ainsi que des avions « pour déjouer toutes les hostilités, ou les manquements à la loi, qui pourraient survenir alors que la Gambie est actuellement dans une impasse politique. »

Le mandat du président sortant Yahya Jammeh a pris fin dans la nuit, mais il refuse toujours de céder sa place au président démocratiquement élu, Adama Barrow, à l’issue du scrutin du 1er décembre.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao, 15 pays), qui presse M. Jammeh de quitter le pouvoir, a prévenu à plusieurs reprises qu’elle pourrait avoir recours à la force en dernier ressort.

Yahya Jammeh dirige sans partage depuis 1994 ce petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest de moins de deux millions d’habitants, enclavé dans le Sénégal à l’exception de sa façade atlantique.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *