Inscriptions électorales en France : Une fraude massive redoutée par « Diaspora plurielle »

http://www.senenews.com/wp-content/uploads/2016/10/carte-didentite-biometriuque-696x391.jpg

Consulat de Lyon : après les dysfonctionnements récurrents, les basses manœuvres persistent

Le 5 janvier 2017, les partis politiques et organisations de la société civile ont été signataires d’un communiqué dénonçant, de la manière la plus ferme, la façon dont la confection des cartes nationales d’identité biométriques et des cartes d’électeur s’organisait dans la circonscription du Consulat Général du Sénégal de Lyon.

Plusieurs manquements ont été notifiés concernant, entre autres, le manque d’information et de communication sur la campagne d’enrôlement et la mise en place de la commission administrative en charge de l’exécution de cette révision et sensée être composée de représentants de la CENA, des représentants des partis politiques et de la société civile.

Suite à ce communiqué, le Consulat général du Sénégal à Lyon a convoqué une rencontre le lundi 9 janvier 2017 à la suite de laquelle plusieurs constats ont été faits et des décisions ont été prises et collectivement validées :

1-Une commission administrative a été mise en place le mercredi 4 janvier 2017 avec les représentants du Consulat et de la CENA, mais en l’absence des représentants des partis politiques et de la société civile parties prenantes des élections.

2-A partir de ce lundi 9 janvier 2017, les partis politiques légalement représentés par accréditation, ainsi que toutes les parties prenantes aux élections législatives de 2017 dûment accréditées, intègrent la commission installée, en application des dispositions du code électoral.

3-Une communication élargie sera mise en œuvre afin de toucher le plus grand nombre de sénégalais, notamment par voie de courrier postal, particulièrement lors de la restitution des CNI biométriques.

4-Des rencontres de mise à niveau et de partage d’informations entre le Consulat Général et les différentes entités, se tiendront régulièrement afin de tirer tout enseignement de ces campagnes et au besoin, en référer aux autorités désignées afin d’améliorer le processus.

5-La commission administrative établira un bilan évaluatif à la fin des campagnes de confection des CNI et des cartes d’électeurs, à la fois quantitatif et qualitatif, afin d’informer les sénégalais et les autorités sur le processus et l’ensemble du dispositif.

Pour aller au bout de la démarche, il est de bon sens de penser que la commission doit avoir des séances de travail de façon régulière, d’autant plus qu’au bout d’une semaine de fonctionnement dans l’improvisation, la cacophonie, la bousculade, et l’absence de bilan d’étape partagé pour y remédier, les plaintes des sénégalais s’accumulent.

Au lieu de se mettre au travail au sein de la commission et de chercher ensemble les solutions pour permettre à tout un chacun de pouvoir s’inscrire dans les meilleures conditions, le Consul, Président de la commission administrative, tergiverse sur des questions de « hiérarchie », de délégation d’organisation à son Vice-consul, de finalisation d’un simple compte-rendu de réunion deux pages, ce qui entrave l’animation et le fonctionnement de la commission.

Ce week-end du 14-15 janvier 2017, les basses manœuvres et le passe-droit étaient de rigueur à Grenoble : une convocation des sénégalais à 9 heures et les organisateurs qui se pointent avec une heure de retard, des passages prioritaires accordés aux parents et amis des responsables APR et à leurs militants, provocant ainsi la grogne des honnêtes citoyens qui ont sacrifié leurs journée pour prochainement avoir la possibilité de s’exprimer. Malgré tout ceci, autocongratulation sur les réseaux sociaux, aucune remise en cause de la part des organisateurs qui certainement se préparent à réitérer l’opération à Valence, à Annemasse, Annecy, à Saint-Etienne…

Nous, représentants des partis politiques et des organisations de la société civile, signataires du présent communiqué, dénonçons :

1-l’irresponsabilité récurrente des autorités consulaires de Lyon et leur difficulté à travailler avec les partis politiques légalement constitués et les organisations de la société civile parties prenantes dans le processus.

2-le comportement politicien, discriminatoire, au service d’intérêts partisans et personnels des membres APR des services du Consulat du Sénégal à Lyon.

Nous voulons vous informer que face à cette situation, et face à l’incompétence des autorités consulaires à Lyon, nous prenons notre entière responsabilité pour mettre à votre connaissance et des autorités les problèmes que le sénégalais rencontrent pendant cette campagne.

Pendant cette semaine d’enrôlement, la commission technique a enregistré en moyenne entre 100 et 130 dossiers par jour. Sur la base du nombre d’inscrits sur les listes électorales et de son évolution, le nombre de personnes à enrôler dans la circonscription de Lyon va tourner autour de 2500 sénégalais. Par conséquents, vu le calendrier annoncé, le nombre de jours prévus ne sera visiblement pas suffisant pour que toutes les personnes concernées soient inscrites et reçoivent leur carte.

Pour toutes ces raisons, nous exigeons de la part des autorités qu’une prolongation de la commission technique soit accordée prioritairement dans la circonscription du Consulat Général du Sénégal à Lyon.

Nous voudrions à nouveau rappeler que la confection des cartes nationales d’identité et l’inscription sur les listes électorales concernent l’ensemble des sénégalais. Nous appelons toutes les organisations de la société civile, tous les partis politiques et tous les sénégalais établis dans la circonscription de Lyon à faire valoir leur droit de renouvellement de leur carte d’identité et d’inscription sur les listes électorales, quelque soit leur lieu de résidence et leur appartenance politique, syndicale ou ethnique.

Fait à Lyon, le 16 janvier 2017

Les signataires : Diaspora Plurielle, ACT Lyon, Grand Parti, Book Guiss Guiss, UCS, REWMI, Pastef Lyon, PDS

Confection des cartes nationales d’identité biométriques

Le 17 décembre dernier, s’est tenue au consulat de Paris la première réunion d’information sur l’arrivée des valises informatiques pour les inscriptions sur les listes électorales.

Le Consul Amadou Diallo a présidé la dite rencontre à laquelle avaient pris part, les partis de l’opposition, les membres de la société civile et les mouvements citoyens pour définir les contours de la mise en place de la commission administrative et le démarrage des travaux d’enrôlement.

Le 19 décembre 2016, les inscriptions ont débuté sans la mise en place de la commission administrative.
Le Consul a imposé aux représentants de partis et de la société civile son agenda, à savoir :
– la prise de rendez-vous obligatoire sur le site internet du consulat,
– la limitation du nombre d’inscription par jour à 150 personnes,
– le refus catégorique d’ouvrir les portes du consulat pour les inscriptions les samedis
– aucune campagne d’information auprès de la communauté, justifiant que c’est le travail des partis et de la société civile. A ce jour aucune communication en termes de sensibilisation n’est effectuée par l’autorité consulaire via la presse

Lors de la dernière rencontre consacrée à la mise en place du programme de déplacements (déjà acté) de la commission administrative pour inscrire les Sénégalais de la circonscription de Paris île de France. Monsieur Mbaye Ndoye, agent consulaire du service état civil, modifie de façon unilatérale plusieurs zones de déplacements.

Les choix des nouvelles zones proposées ainsi que leurs référents sur place (tous membres de l’APR !) sont favorables à la majorité actuelle au pouvoir.

Pour exemple,
-Le tableau montre une présence de 13 jours de mobilité dans la Picardie (connue de tous comme la zone d’influence de l’actuel Consul Amadou Diallo membre de l’APR et de la DSE).
-Les choix de zones comme Grigny dans l’Essonne et Trappes dans les Yvelines où se trouve toute la base du parti de Mr Mamadou Déme en France – actuel haut conseiller des collectivités territoriales fraîchement nommé par le Président de la république –

Ces exemples, parmi tant d’autres, démontrent le parti pris des agents au niveau des structures consulaires censés faire preuve d’équité et de neutralité dans l’exercice de leur fonction.

Actuellement, le déroulement des inscriptions dénote un calibrage ciblé sur l’enrôlement des électeurs potentiellement favorable à l’APR.

Une sous-commission a été créée spécialement au Havre (qui dépend pourtant de Paris) pour faire le plein d’électeurs qui leur sont favorables en leur facilitant l’accès à l’inscription.

L’agence consulaire fraîchement créée à Mantes la jolie entre dans la même stratégie politique.
Nous attirons l’attention de l’opinion, des leaders politiques et de la société civile sur la gravité avec laquelle le processus d’inscription est mené en France notamment à Paris, de façon partisane, avec le Consul Mr Amadou Diallo et ses agents du consulat cagoulés (à l’image de Monsieur Mbaye Ndoye) agissent en totale violation de la loi et du code électoral.

Une fraude massive est en train de s’opérer, dès maintenant à Paris et ce malgré notre opposition.

Nous, mouvement citoyen (Diaspora Plurielle) dénonçons avec la plus grande fermeté ces dérives scandaleuses et exigeons sans délai un arrêt immédiat du forcing pour établir un cadre de dialogue transparent avec toutes les parties prenantes du processus des inscriptions, faute de quoi nous prendrons les dispositions adéquates pour arrêter immédiatement ce simulacre.

Nous exigeons une transparence et une neutralité qui doivent prévaloir dans ce processus.
Une campagne d’information et de sensibilisation sera déployée dès cette semaine.

Nous saisirons la CENA et qui de droit dans ce sens.

Mr Bengelloun Boubker
Président du mouvement citoyen Diaspora Plurielle
contact@diaspora-plurielle.org
www.diaspora-plurielle.org

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *