Me El Hadji Diouf : « Si Adama Barrow est courageux, il n’a qu’à rentrer en Gambie »

Me El Hadji Diouf : « Si Adama Barrow est courageux, il n’a qu’à rentrer en Gambie »

 Avec sa verve légendaire, Me El Hadji s’est attaqué au modus operandi va-t-en guerre de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et du Sénégal dans le dossier gambien en estimant que le pays de la Téranga s’est fourvoyé  en acceptant d’accueillir Adama Barrow sur son sol, d’autant que ce dernier, s’il est le président élu, doit rentrer en Gambie s’il est courageux.

Me El hadji Diouf n’a pas raté le président du Libéria, Mme Ellen Johnson Sileaf. « C’est pour installer le bordel dans notre pays. Le Libéria a connu la guerre. Cette femme est dangereuse», a déclaré « l’avocat du Peuple » dans un entretien accordé à Vox Populi ce mardi. « Le Sénégal ne devrait pas accepter d’accueillir Adama Barrow. Parce que le Sénégal est déjà accusé d’avoir soutenu Barrow, tout comme la CEDEAO. Le Sénégal aurait dû garder ses distances pour qu’on ne le mette pas dans le lot des comploteurs. », a aussi regretté Me El Hadji Diouf.

Reprenant de plus belle sa diatribe contre la CEDEAO et Adama Barrow, le président de la Coalition contre la guerre contre la Gambie assène que « des résultats provisoires n’ont jamais élu quelqu’un dans le monde. Et puis Adama Barrow et les ministres qui ont démissionné vont nous coûter cher. Ils sèment la confusion en venant au Sénégal. Si Adama Barrow est courageux, il n’a qu’à rentrer chez lui. C’est trop facile d’aller dans un pays  qui vous déroule le tapis rouge pour bomber le torse. Tant que la Cour suprême ne se sera pas prononcée sur les recours de Yahya Jammeh, personne n’est vainqueur, car c’est l’institution qui doit proclamer les résultats définitifs ».

Rappelons que Yahya Jammeh a décrété mardi l’état d’urgence pour 90 jours. L’état d’urgence durera trois mois, selon le décret du président gambien sortant. Dans une déclaration télévisée, l’homme fort de Banjul a aussi fustigé dénoncé « un niveau d’ingérence étrangère exceptionnel et sans précédent » dans le processus électoral et les affaires de le Gambie, ainsi que « l’atmosphère hostile injustifiée qui menace la souveraineté, la paix et la stabilité du pays ».  Bref, Yahya Jammeh est sur la même longueur d’’ondes que Me El Hadji Diouf.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *