Ousmane Sonko : Donner une majorité à Macky, c’est cautionner les scandales

content_image

Le président de Pastef et tête de liste nationale de la coalition Ndawi Askanwi, était l’hôte de la capitale du rail, lundi. La caravane de l’ancien inspecteur des Impôts a sillonné plusieurs quartiers de Thiès dans la commune ece st, à Diamaguène et Cité Lamy, après un détour chez les cheminots de Dbf.

Face à la presse, Ousmane Sonko est revenu sur les temps forts de ce périple qui l’a mené à la rencontre des citoyens.

«Les thiessois nous attendaient, ils nous ont écoutés, et nous ont parlé de leurs préoccupations», dira-t-il d’emblée, avant de rappeler les enjeux de ces élections législatives du 30 juillet prochain, dont l’objectif est de «renouveler la chambre la plus importante qui est l’Assemblée nationale».

Constatant une faillite de cette 12e législature sortante, le président de Pastef compte sur une large mobilisation des Sénégalais pour changer le visage et les pratiques en cours au parlement, lesquelles ne servent pas la démocratie, selon lui. «Il faut mettre à l’Assemblée des députés au vrai sens du terme, qui comprennent le rôle d’un député. Mettre à l’assemblée des députés conscients des enjeux, bien formés, compétents, compatriotes et surtout intègres», insiste-t-il, soulignant l’urgence de «sortir du système politique classique».

A l’endroit des électeurs, met-il en garde: «Si vous donnez au régime de Macky Sall la majorité, c’est comme si vous cautionnez la mal gouvernance, la gestion calamiteuse, les scandales qui se sont succédé».

La preuve selon Ousmane Sonko, «A Thiès, le président Macky Sall qui s’est enfermé dans son palais pour dresser une liste, a investi quelqu’un qui a été épinglé pour une gestion catastrophique du service public de la Poste». Une pierre dans le jardin de Siré Dia, tête de liste départementale de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *