Tag Archives: Mystères

Covid-19 : Une maladie, mille mystères (par Bayaliou)

Avec la pandémie du nouveau coronavirus, jamais l’humanité n’a été autant bouleversé par une crise sanitaire qui aura secoué tous ses fondements socio-économiques.Le monde s’est en effet retrouvé du jour au lendemain, dans une guerre totale contre un ennemi aussi vicieux que mystérieux, le Sars-Cov-2 responsable de la Covid-19. Une maladie que la communauté scientifique n’arrive toujours pas à cerner et qui continue d’étaler ses mystères sur son origine, son mode de transmission, ses symptômes,sa progression géographique, son taux de mortalité ou encore son immunité.

Si les prochaines découvertes bousculent nos perceptions, ne soyez pas étonnés…” Ces propos tenus par Dr Li Lanjuan, experte chinoise de la Covid-19, le 19 avril, après la présentation des résultats d’une étude sur les mutations du “mystérieux virus, mutant, résistant, fatal pour certains, invisible chez d’autres » montre combien l’évolution de la pandémie préoccupe la communauté scientifique.  En vérité, quatre mois après son émergence, médecins, virologues, infectiologues, chercheurs et experts en santé publiques réalisent qu’ils ne savent que peu de choses  du Sars-Cov-2.

Les informations constantes jusque là avancées disent que c’est une ‎maladie infectieuse due à un coronavirus découvert ‎récemment. ‎La majorité des personnes atteintes ‎ne ressentiront que des symptômes bénins ou ‎modérés et guérissent sans traitement particulier. ‎Le virus qui entraîne la maladie se transmet ‎principalement par des gouttelettes produites ‎lorsqu’une personne infectée tousse, éternue, ou ‎lors d’une expiration.

Entre son apparition à Wuhan en Chine au mois de décembre et aujourd’hui, la Covid-19 affiche à son compteur macabre plus de 252.000 victimes pour un total de 3.600 000 de personnes infectées. Et, ce qui était parti pour être une grippe saisonnière est devenue une pandémie touchant toute la planète exceptés  quelques no man’s land. 

Toutefois, un grand voile de mystères entoure toujours cette maladie et le virus qui la cause. Les inconnus s’accumulent et le monde scientifique semble avancer à tâtons. Si les Américains pensent que le virus s’est échappé d’un laboratoire chinois, la thèse la plus partagée reste la transmission animale. Les symptômes de la maladies, aussi divers que variés, ont constitué les premières preuves de la tergiversation des scientifiques. 

De l’atteinte des voies respiratoires pour les premiers patients, la maladie s’est présentée par la suite sous des tableaux différents pour d’autres patients (diarrhées, dysfonctionnements rénaux, difficultés cardiovasculaires problèmes cutanés) et des études toujours en cours remettraient en causes les premières certitudes, selon des chercheurs Suisses, Chinois et Allemands.

La progression géographique de la maladie va également au delà de toutes les hypothèses scientifiques. Les conditions climatiques, le niveau de développement économique, l’état de délabrement des infrastructures sanitaires des pays pauvres, rien ne semble expliquer pourquoi certains pays sont terrassés et d’autres épargnés. 

Dans cet ordre d’idée, l’Afrique est venue déjouer toutes les prédictions des sommités sanitaires qui voyaient déjà des millions de morts joncher les principales villes du continent mère. Pourquoi, Sars-Cov-2 a-t-il juste 

effleuré jusque là Mère Afrique? Là encore, Mystère et boule de gomme !

Autre réalité pour le moins bluffante, quand l’Iran croule sous le nombre de cas ( environ 100.000) avec 6340 morts, l’Irak voisin est à 2300 cas pour moins de 100 morts. Idem pour la République dominicaine très touchée et sa voisine Haïti épargnée. De grandes métropoles comme Paris, New York, Londres, Milan très touchées avec des dizaines de milliers de morts donnent à voir le même paradoxe comparées à d’autres métropoles aussi densément habitées mais relativement épargnées comme Lagos, Bruxelles, Dakar…

D’autre part, les enfants qui d’habitude sont très vulnérables aux différentes formes de grippe, sont comme par extraordinaire les plus résistants à la Covid-19; alors que les scientifiques, redoutant un hécatombe avaient, dès les premières semaines de l’apparition de la maladie, demandé l’isolement total des enfants à travers la fermeture des établissements d’enseignements, des crèches et garderies. 

L’établissement et le respect strict de mesures barrières  que sont le lavage régulier des mains, la distanciation sociale, le port de masque, encore que ce dernier point a suscité la controverse dans le gotha médical, semblent être la seule éclaircie dans l’océan de mystères de la Covid-19. 

Mystères autour de l’attaque sur les Champs-Elysées à Paris

Un assaillant connu pour son intention de tuer les forces de l’ordre, une revendication du groupe djihadiste Etat islamique (EI) qui pose question: ce que l’on sait de l’attaque de jeudi soir sur la prestigieuse avenue des Champs-Elysées à Paris où un policier a été tué à trois jours de l’élection présidentielle. Une nouvelle vidéo de l’attaque a fait son apparition.


Profil connu et revendication intrigante : ce que l'on sait sur l'attaque à Paris
 L’attaque 

A 20h47 jeudi, une voiture s’arrête à la hauteur d’un car de police garé dans le haut de l’avenue des Champs-Elysées, au coeur de Paris. Le conducteur sort et tire à l’arme automatique contre le véhicule des forces de l’ordre, tuant de deux balles dans la tête un policier de 37 ans. Puis il tire à nouveau vers les policiers qui ripostent et l’abattent.

Deux autres policiers sont blessés, dont l’un grièvement d’une balle au bassin, ainsi qu’une touriste allemande touchée au talon.

Dans la voiture les enquêteurs ont retrouvé un fusil à pompe, deux gros couteaux, un sécateur et un Coran.

« Un message manuscrit défendant la cause de Daech », acronyme arabe du groupe Etat islamique (EI) est retrouvé sur un papier près de son corps, a indiqué vendredi le procureur de Paris, François Molins. – L’assaillant identifié

L’agresseur abattu est un Français de 39 ans, Karim Cheurfi, résidant à Chelles, une banlieue à 18 km à l’est de Paris.

Il a passé 14 ans en prison

Bien connu de la police et de la justice, il avait passé 14 ans en prison, période durant laquelle il n’avait « pas présenté de signes de radicalisation », a relevé François Molins.

L’homme semble avoir agi seul, mais les investigations sont en cours pour établir comment il s’est procuré des armes et ses « éventuelles complicités ».

Son lourd passé judiciaire interroge.

Cheurfi a en effet été condamné en 2005 à quinze ans de réclusion pour tentatives de meurtres pour avoir quatre ans plus tôt blessé grièvement par balles un élève gardien de la paix et son frère. Pendant sa garde à vue, il avait de nouveau blessé un policier.

En 2008 et 2009 il est de nouveau condamné, pour des violences en prison.

Enfin, en juillet 2014, il écope de quatre ans de prison, dont deux ans avec sursis, pour vol aggravé.

Libéré en octobre 2015, il refait parler de lui en janvier 2017: les renseignements apprennent qu’il a cherché à se procurer des armes et voudrait s’en prendre à des policiers.

Il est placé en garde vue le 23 février et son domicile est perquisitionné. Les policiers y trouvent des couteaux de chasse, des masques et une « caméra GoPro », mais aucune trace de consultation de sites djihadistes. Les éléments « n’étaient pas suffisants » et sa garde à vue avait été levée, a relevé le procureur.

Toutefois, au vu de ses lourds antécédents judiciaires, la section antiterroriste du parquet de Paris ouvre le 9 mars une enquête.

Trois membres de son entourage étaient toujours en garde à vue vendredi soir.

La revendication djihadiste 

L’attaque a été aussitôt revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), à l’origine de la plupart des attentats, parfois de masse, qui ont fait 238 autres morts depuis 2015 en France. « L’auteur de l’attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’Etat islamique », selon un communiqué publié par son organe de propagande Amaq.

Mais cette revendication pose question puisque l’identité semble différer de celle du Français abattu sur les Champs-Elysées.

Correspond-elle à celle d’un homme signalé jeudi à la France par les services belges ? L’homme faisant l’objet d’un avis de recherche diffusé par les autorités belges s’est présenté dans un commissariat d’Anvers, dans le nord de la Belgique. – Les policiers visés

Les policiers et les militaires sont des cibles privilégiées pour les radicalisés agissant au nom du djihad qui ont multiplié les actions violentes à leur encontre en France ces dernières années, conformément aux consignes explicites du groupe EI.

Le 13 juin 2016, un policier et sa compagne ont ainsi été tués à leur domicile à Magnanville, à l’ouest de Paris, par un homme qui s’était réclamé du groupe EI.