Tag Archives: Réaction

Abdoul Mbaye : « Respectez ceux qui ont perdu ! Le déshonneur n’est pas leur »

Vingt mandats ne procurent guère que cent ans de pouvoir au Sénégal. Celui de Pharaon dura des milliers d’années. Il a suffi d’un ordre de Dieu (SWT) aux eaux ; Pharaon périt et Moussa fut sauvé, avec lui ceux qui croyaient.

« Koun fa yakoun ». Tout ce qui est, est œuvre du Tout Puissant (SWT), en satisfactions comme en douleurs pour l’humanité. Lui seul sait pourquoi, quand et comment. Gardons-nous donc de prendre à notre compte les futurs qui se réalisent lorsque leurs issues pourraient nous surprendre. Car Dieu (SWT) est incertitude.

Par contre soignons nos relations avec nos contemporains. Laissons au moins leur honneur à ceux qui perdent, en particulier lorsque le combat a été inégal par l’usage de la force, par le non respect des règles, l’absence d’éthique et la corruption massive.

La paix n’est pas à mettre au crédit de ceux qui ont créé les conditions d’une explosion qu’ils auraient préférée à une non réélection. Elle est largement due à ceux qui ont préféré subir une « violence électorale » dans la durée plutôt que la remettre en cause. Fort heureusement de nombreux Sénégalais le reconnaissent ; certaines grandes figures ont magnifié cette attitude comme la plus illustre des victoires.

Évitons aussi de chanter trop tôt victoire, surtout lorsque sans gloire. Souvenons nous également que celle politique ne vient pas avec l’élection. Elle s’apprécie à la fin de mandat par son exécution conforme et l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens.

Prions plutôt pour le mieux être des Sénégalais à bâtir sur les cinq prochaines années. Amen.

Abdoul Mbaye
Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail »

Décès de Bruno Diatta : La réaction de Wade

Abdoulaye Wade a réagi au décès de Bruno Diatta, survenu ce vendredi. « Bruno Diatta, le chef de protocole du président de la République, Macky Sall, vient d’être rappelé à Dieu. Une grande perte pour le Sénégal, a déclaré l’ancien chef de l’État. Bruno Diatta a servi de Senghor à Macky Sall, en passant par Abdou Diouf et Abdoulaye Wade… Paix à son âme. »

La réaction de Me Mame Adama Guèye

content_image

Ancien coordonnateur de l’organisation, Me Mame Adama Guèye affirme avoir vu venir les remous au Forum civil autour de la succession de son défunt patron, Mouhamadou Mbodj.

« J’avoue que ce qui se passe ne me surprend pas du tout, avance l’avocat dans Source A. Le Forum civil a perdu, depuis quelques années, son ADN de contre-pouvoir dynamique face au pouvoir en place. »

Une preuve : « Le Forum civil a refusé, en 2011, d’intégrer le M23 face à la dévolution monarchique du régime libéral, rappel son ancienne tête de file. Donc, cette situation ne me surprend guerre. C’est regrettable et cela me touche au plus profond de moi, puisque cette organisation est un patrimoine national. »

Pour Me Mame Adama Guèye, « si on en est arrivé à ce stade, c’est qu’il y a des enjeux liés au contrôle des ressources financières, cat cette organisation de la Société civile s’est professionnalisée et institutionnalisée, alors que ce n’était pas cela sa vraie nature. Il faut que l’on sauve le Forum civil ».

Réaction d’Aliou Cissé après le nul : C’est malheureux…

La qualification va se jouer face à la Colombie. C’est malheureux que tu mènes au score dans un match comme ça… En première période tu mènes 1-0, en deuxième période tu reviens encore et que tu as du mal à maintenir le résultat. Maintenant, on va continuer à travailler. Nous savons que le résultat sera contre la Colombie. Donc, il va falloir se préparer pour ce match. »?

Mort de l’étudiant Fallou sous les balles des gendarmes : Sonko réagit

Le leader de Pasteef Ousmane Sonko a réagi à l’annonce de la mort de Fallou Sène tombé sous les balles des gendarmes au cours d’affrontements à l’université Gaston Barger de Saint Louis. Il s’est prononcé à travers sa page facebook

En 1983, J’ai étudié dans un abri provisoire en crintin, à Ziguinchor. En 2018, 36 ans après, il y’a encore plus de 6000 abris provisoires au Sénégal.

En 1997, étudiant en année de licence à l’université Gaston Berger de Saint Louis, j’ai assisté à une confrontation entre étudiants réclamant entre autres le paiement de leurs bourses, et gendarmes; il y eut des blessés graves dont deux furent évacués en France.

En 2018, les mêmes causes produisent, entre les mêmes acteurs et sur le même cadre, des effets plus dramatiques: mort d’un jeune à la fleur de l’âge et espoir d’une famille et d’une nation.

On ne gouverne pas un pays dans la démagogie, la roublardise, l’erreur sur les priorités et la violence d’État.
Dans le concert des nations, tout pays qui n’avance pas recule.

Paix à l’âme de Fallou Sène et nos condoléances attristées et sincères à sa famille éplorée.

Crash d’un hélico de l’Armée : La réaction du gouvernement

Un hélicoptère de transport de l’Armée de type Mi-17, immatriculé 6WHTA, ralliant Ziguinchor -Dakar, s’est écrasé près de Missirah (dans la zone des Mangroves), région de Fatick, lors d’une mission de service social.

Dès réception du message de détresse lancé par un aéronef, toutes les équipes techniques des services aéronautiques sénégalais se sont rendues au Centre régional de navigation aérienne de l’ASECNA, pour suivre la situation en relation avec l’État-major de l’Armée de l’Air, tout en rendant compte en continu au Chef de l’État, Chef suprême des Armées.

Le Chef de l’État a aussitôt instruit le Gouvernement et le Chef d’État-major Général des Armées, de mettre en place une commission d’enquête afin de déterminer les circonstances de l’accident.

Selon les dernières informations fournies par les secours dépêchés immédiatement sur place, six (6) personnes ont perdu la vie lors de l’accident. Les autres passagers qui ont été blessés sont au nombre de 14 dont trois (3) grièvement. Les personnes blessées sont actuellement prises en charge par le Groupement national des Sapeurs Pompiers et sont en cours de transfert vers l’Hôpital régional de Kaolack.

Le Chef de l’État, Chef suprême des Armées présente ses condoléances ainsi que celles de la Nation aux familles des victimes, en souhaitant un prompt rétablissement aux blessés.

 

Fait à Dakar, le 14 mars  2018

 Le Secrétaire général du Gouvernement,

Porte-parole,

Seydou GUEYE

Réaction du Gouvernement suite à l’attaque barbare de Borofaye

Aujourd’hui, 6 janvier 2018, vers 16h30, de paisibles populations de l’Arrondissement de Niaguis, Département de Ziguinchor, parties dans la forêt de Borofaye, ont fait l’objet d’une attaque armée d’une rare barbarie. Cette attaque a malheureusement occasionné la mort de treize (13) jeunes hommes dont dix par balles, deux par armes blanches et un brûlé. L’attaque a également eu pour conséquence sept (7) blessés par balles, dont un blessé grave.


Ce acte délibéré contre des civils sans défense, intervenant une semaine à peine après l’appel solennel du Président de la République pour une paix définitive en Casamance, sans vainqueur ni vaincu, ne saurait être interprété autrement qu’un acte désespéré de forces sans ambition autre que la violence gratuite, au moment où la paix se consolide chaque jour davantage dans la partie sud du pays.


Informé, le Chef de l’Etat, Chef suprême des armées, a immédiatement convoqué le Conseil national de sécurité qui se réunit en ce moment-même au Palais de la République. Le Chef de l’Etat a déjà instruit les forces de défense et de sécurité, activement engagées dans cette partie de la Basse Casamance, pour que force reste à la Loi. Il a également ordonné que les auteurs de cet acte criminel soient recherchés et traduits en justice.


Le Président de la République a par ailleurs dépêché une délégation ministérielle qui se rendra sur place dès demain, Dimanche 7 janvier 2018, pour évaluer la situation sécuritaire et présenter en même temps les condoléances de la Nation aux familles éprouvées.
Le Gouvernement demande aux populations de la Région de ne point céder à la peur et réitère son engagement à faire régner l’ordre et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Série de braquages : La réaction du Dg de la Police

Surprenant et glaçant. Interpellé sur la série de braquages qui sape la quiétude des populations, le directeur général de la police nationale, Oumar Mal, a indirectement pointé la responsabilité des Sénégalais. Les jugeant «passifs» devant le danger.

Ça commence par un cours de droit. «En matière de flagrant délit, rappelle Oumar Mal, n’importe quel citoyen, fût-il un étranger, peut agir, au moment de la commission de l’action ou de l’infraction.»

Ensuite, le patron de la police charge. Il ose : «Aujourd’hui au Sénégal, on se rend compte que les gens sont passifs quand un citoyen est agressé dans la rue. Personne ne prend son courage à deux mains pour interférer, intercéder entre le citoyen et l’agresseur.»

Comme si cela ne suffisait pas, Oumar Mal rajoute une couche en tentant de dédouaner ses services : «Il faut que les gens aient le courage de se dresser contre les agresseurs en attendant que les forces de la police interviennent. C’est le moment de demander aux populations de changer de comportement. Nous ne pouvons pas être partout. Nous n’avons pas ce don d’ubiquité ; seul Dieu détient ce pouvoir.»

 

(Source : Les Échos)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Images nues de Mbathio Ndiaye : La réaction de Ndèye Guèye

Exclusif Senego- Ndèye Guèye sur les images nues de  Mbathio Ndiaye : « Depuis ce matin je n’arrive pas à manger »

Les photos et vidéos de Mbathio Ndiaye qui circulent sur les réseaux sociaux ne laissent pas son acolyte Ndèye Guèye sans réaction.

Photographiée et filmée nue, Mbathio Ndiaye qu’on pourrait qualifier de récidiviste en matière de scandale à caractère sexuel choque encore.

Joint par la rédaction de Senego, Ndèye Guèye affirme toute sa solidarité à sa copine danseuse devenue chanteuse. « Mbathio ne le voulait pas comme ça, ni l’imaginer de la sorte. C’est sa vie privée et personne ne devait partager ces photos « . « Depuis ce matin je n’arrive pas à manger. Je ne prends que du café depuis que je suis mise au parfum de cette affaire« , explique-t-elle.

Condamnant avec la dernière énergie la diffusion des images de Mbathio à caractère pornographique, Ndèye Guèye exprime ses regrets et présente ses excuses au peuple sénégalais, avant de d’interpeller la justice qui selon elle doit s’autosaisir débusquer celui ou celle qui a partagé ces photos et vidéos sur whatsapp. « Je demande pardon au nom de tous les danseuses au sénégalais. Nous sommes de tout coeur avec Mbathio. La vie est ainsi faite, il y’a des hauts et des bas dans ce bas monde« .

Avant de conclure, la danseuse de demander aux sénégalais de faire attention avec les réseaux sociaux.

Réactions de Papa Massata Diack suite aux révélations du journal Le Monde

Réactions de M. Papa Massata Diack suite aux révélations du journal Le Monde
 Après 10 jours de campagne médiatique orchestrée par le journal français Le Monde (Yann Bouchez – qui semble avoir un accès illimité du dossier d’instruction du Juge Van Ryumbeke)  et ARD (Hans Joachim « Hajo » Seppelt qui poursuit dans sa logique de dénigrement de l’Athlétisme engagée depuis décembre 2014), il me semble nécessaire d’apporter les clarifications qui s’imposent.
Je déplore la violation constante du secret de l’instruction, qui semble être érigée en méthode normale d’enquête sans que cela n’émeuve personne. Je rappelle, en particulier, les fuites du rapport de la Commission d’Enquête de la WADA sur les sites français Médiapart et Lyoncapital.fr entre le 3 et le 9 novembre 2015.

La même méthode a été employée à nouveau, avec des fuites orchestrées à travers, cette fois, le journal Le Monde, le 18 décembre 2015, ce qui avait, en son temps, créé un séisme politique au Sénégal.

Entre janvier et octobre 2016, ces médias français (Le Monde et l’Équipe) n’ont fait que s’évertuer à blanchir les mis en cause français de cette affaire IAAF.

Le 15 Novembre, Yann Bouchez du journal Le Monde m’a contacté pour me faire réagir à ses articles,  en pleine audience devant le TAS. Le 23 novembre, Hajo Seppelt (ARD) m’a également contacté avec d’autres questions pour son documentaire du 27 novembre 2016 (Sportschau). Je n’ai pas souhaité y répondre car cela aurait été répondre à des éléments de l’enquête pénale française par voie de presse.

Depuis que j’ai eu connaissance des propos qui auraient été tenus par Me Habib Cissé à mon égard, et après avoir visionné le documentaire de la chaine ARD ce dimanche 27 novembre, il m’apparaît clairement que je fais l’objet d’une véritable campagne de dénigrement.

Aussi, et sans violer le secret de l’instruction, il me parait juste d’apporter ces quelques points de clarification.

1. Les juges français ne m’ont jamais auditionné sur les faits ou allégations portées contre ma personne. Depuis un an, ils me faire auditionner en application de la convention d’entraide judiciaire signée en 1974 entre le Sénégal et la France. Je n’ai de ce fait aucun accès au dossier de l’enquête pénale française.

2. Aucune des informations publiées ces derniers jours et qui proviendraient du dossier de la procédure pénale française ne constitue un fait nouveau. Je rappelle que le domicile et le bureau de Me Habib Cissé ont été perquisitionnés en novembre 2015.

3. Cette cabale médiatique est orchestrée depuis décembre 2014 par les mêmes journaux et télévisions (Angleterre : The Guardian, Daily Mail – France : Le Monde et L’Équipe – Allemagne : ARD Hajo Seppelt). Durant cette période, l’objectif était d’influer sur la décision attendue du Tribunal Arbitral du Sport et de faire un buzz médiatique avant la tenue du Congrès Extraordinaire de l’IAAF prévu à Monaco.

Ils ont joué un rôle important dans la campagne de déstabilisation contre le Président Lamine Diack entre décembre 2014 et août 2015, afin de faciliter l’avènement de Sebastian Coe à la tête de l’IAAF. Ces journaux, tentent de faire le jeu de l’Agence Mondiale Antidopage et de l’IAAF pour conforter les révélations du rapport Pound et accréditer l’idée que l’enquête pénale française est justifiée.

En conclusion, mon sentiment est que cette enquête est aujourd’hui bloquée. Faute d’avoir pu accéder aux protagonistes russes et d’avoir utilisé les moyens de coopération judiciaire avec le Sénégal pour enquêter sereinement et officiellement sur moi.

Je reste constant dans mes positions : je n’avais aucune prérogative pour retarder ou dissimuler des sanctions de dopage. Je n’ai jamais rencontré un officiel ou athlète russe pour solliciter quelque avantage financier que ce soit. Je n’ai jamais échangé, par quelque moyen que ce soit, avec Me Habib Cissé.

Mes déclarations à la TFM le 22 décembre 2015 et à L’Équipe du 21 Février 2016 restent d’actualité, et je souhaite laisser le temps aux juges du TAS de statuer sur mon contentieux avec l’IAAF. Pour le reste, la procédure est en cours d’instruction et je souhaiterais me conformer au secret qui y est attaché.

Une instruction étant ouverte au Sénégal, je coopérerai pleinement à la manifestation de la vérité avec le soutien de mes avocats et de ma famille.

Dakar, le 29 Novembre 2016

Pape Massata Diack

La presse de ce mercredi commente la réaction de Macky sur la marche de Wattu Sénégal

macky
Les quotidiens dakarois commentent, dans leur écrasante majorité, la réaction du chef de l’Etat, Macky Sall, après la marche du Front Wattu Senegaal de vendredi dernier
Le Témoin précise que c’est depuis la région de Tambacounda, l’une des étapes de sa tournée économique entamée lundi, que le président Sall a brisé le silence. Le journal souligne qu’il a ‘’été ferme dans sa position en voulant rassurer les Sénégalais ainsi que la communauté internationale que le Sénégal reste un pays de démocratie et de droits de l’homme’’. ‘’Macky Sall recadre l’opposition’’, résume ainsi le journal en manchette.
A l’instar du Témoin, La Tribune fait lui aussi sa principale Une sur la déclaration du président Macky Sall qui prévient ainsi : ‘’Nous n’allons pas laisser le désordre s’installer.’’
Cette mise en garde est également mise en exergue par le quotidien Enquête. ‘’La démocratie et la liberté ne sauront souffrir sous mon magistère’’, relève notamment le journal.
Le quotidien L’As y voit une ‘’réplique aux responsables de la coalition Mankoo Wattu Senegaal suite à la répression de la marche de vendredi dernier’’. Face aux critiques notées après la dispersion de cette marche, le chef de l’Etat a assuré que ‘’les libertés ne sont pas menacées’’. Selon lui, ‘’elles sont exercées dans les conditions que prévoit la loi’’.
Commentant cette sortie du chef de l’Etat, WalfQuotidien titre : ‘’Macky bande les muscles et menaces’’. ‘’Oui pour les manifestations mais dans le respect des lois’’. Ainsi se résume selon le journal l’avertissement du chef de l’Etat aux leaders de l’opposition qui ‘’ont décidé de braver les décisions administratives’’.
Le Soleil se fait aussi l’écho des propos du chef de l’Etat qui déclare notamment, entre autres, que ’’les libertés publiques doivent s’exercer dans le respect des lois’’.
Et selon le Populaire, le chef de l’Etat a affiché sa volonté de se poser en garant de la démocratie. ‘’Je ne suis pas un Président qui entachera la démocratie. C’est dans la démocratie que j’ai accédé à la magistrature suprême. En cela, je fais en sorte que cette démocratie ne souffre d’aucune ambiguïté’’, a-t-il notamment dit.
Décryptant les précisions du président de la République, Le Quotidien écrit qu’elles ‘’visaient aussi à rassurer la communauté internationale qui a sans doute visionné les images de la répression policière’’.
Par ailleurs, Le Soleil signale le lancement, à Dialacoto, dans la région de Tambacounda, du volet électrification du Programme d’urgence communautaire (PUDC), à l’occasion de la tournée économique du chef de l’Etat.
 L’As donne lui des détails sur la répartition du projet de budget 2017. Le journal annonce une masse salariale de 586 milliards de francs, contre 538, 2 milliards dans la Loi de finance initiative 2016, ‘’soit une progression de 8, 9 %’’. Il indique que ‘’c’est le ministère de l’Education nationale qui se taille la part du lion’’.
Selon le journal, le budget 2017 fait une large place aux investissements avec 1.225, 2 milliards de francs CFA prévus. Il signale dans le même temps que ‘’les autorités cherchent des solutions pour sortir du gouffre’’ le CICES, l’APS, la RTS, Le Soleil, Dakar Dem Dikk, Cosama, le Petit Train de Banlieue, ‘’des sociétés publiques confrontées à des tensions budgétaires’’.
L’Observateur signale par ailleurs que le président Macky Sall ‘’compte relooker la loi de finances 2017 à travers trois nouvelles taxes’’. Le journal indique que sont ainsi visés le ciment, l’arachide et les télécoms, avec un objectif de 250, 1 milliards de FCFA de recettes budgétaires.

Karim Wade gagne contre l’Etat à Paris : Ses avocats jubilent


paris-tribunal

La justice française vient de rejeter les demandes présentées par l’Etat du Sénégal pour obtenir la confiscation des biens appartenant à Karim Wade. L’Etat du Sénégal se prévalait de l’arrêt tant décrié de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), juridiction d’exception ressuscitée par le President Macky Sall en violation de la Constitution et des conventions internationales signées par le Sénégal.

 Ce jugement, solidement argumenté écarte l’une après l’autre les accusations portées contre Karim Wade en constatant qu’aucun des faits invoqués contre lui ne constituait une infraction.

 Ce revers s’ajoute à une longue série  de déconvenues judiciaires infligées à l’Etat du Sénégal, par la Cour de Justice de la CEDEAO, par le  Procureur de Paris qui a classé sans suite la plainte déposée contre Karim Wade et par le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire. Ce nouveau désaveu cinglant confirme que les arrêts de la CREI et de la Cour Suprême du Sénégal visant M. Karim WADE sont dépourvus de toute valeur.

Ces arrêts, rendus dans des conditions gravement attentatoires aux droits et libertés fondamentales de M. Karim WADE, sous la houlette des magistrats Henry Grégoire DIOP, Mamadou Badio CAMARA et Abdourahmane DIOUF, ne sauraient désormais recevoir -comme vient de le prouver la décision de la justice française – aucun effet dans un Etat où la justice est rendue par des magistrats libres et indépendants du pouvoir exécutif, dans des procès justes et équitables comme le prévoit les Traités internationaux que tous les régimes démocratiques s’attellent à respecter.

M. Karim WADE, est la victime d’un complot politico-judiciaire, ses droits ont été piétinés par des fonctionnaires exclusivement mus par leur souci de plaire à Macky Sall.  Il poursuivra sans relâche, son combat pour le respect de ses droits et libertés fondamentales notamment en saisissant les juridictions internationales en vue d’obtenir la réparation du préjudice politique, matériel et personnel qu’il a injustement subis.

Fait à Dakar, le 26 septembre 2016

Le Collectif des Avocats de M. Karim WADE

Mimi Touré surprise par la radiation d’Ousmane Sonko

L’ancien ministre de la justice est revenu sur plusieurs sujets d’actualité notamment l’affaire Sonko. Pour ce qui est de la radiation du président du Pastef de la fonction publique, l’ancien ministre se veut clair, dans une administration, il y a des règles et des normes, même si elle reconnait que le fonctionnaire est libre d’opinion. Mais elle se dit également assez surprise de la décision de la Commission disciplinaire.

 


Comment appréciez-vous la révocation de l’inspecteur des impôts et domaines, Ousmane Sonko ?

J’ai été fonctionnaire international. L’ONU a quand même des normes d’administration assez élevées. J’aurais dit le centième de ce que j’ai entendu, je n’aurai pas passé la journée à mon poste. Dans une administration il y a des règles et des normes. Cela ne veut pas dire que les fonctionnaires sont bâillonnés. Ils sont des citoyens qui ont une opinion qu’ils font prévaloir. Mais ils ont également dans leurs contrats, un devoir de réserve mais surtout un devoir de véracité. Ce n’est pas sous prétexte politique qu’on invente des faits. La commission de discipline a pris sa décision, je n’ai pas de commentaires particuliers à y faire. Mais je dois dire que j’étais assez surprise parce que c’est la première fois que cela arrive.

Ne trouvez-vous pas la décision trop sévère ?

J’aurais dit le centième de ce qui a été dit, contre Ban Ki Moon mon patron, je n’aurais pas passé ma journée à mon poste des Nations-Unies. Dans toute administration, il y a des normes. Si vous n’êtes pas d’accord avec le fonctionnement d’une administration qui vous emploie, vous avez la latitude de démissionner.

Est-ce que ce n’est pas parce que Sonko est leader d’un parti politique d’opposition, qu’il a été sanctionné ?

Voilà la confusion de genre. Vous ne pouvez pas utiliser votre position de fonctionnaire pour des visées politiciennes. Vous venez vous-même de toucher du doigt le fond du problème. C’est peut-être là une réflexion doit se faire. Etre politicien dans l’opposition ou dans la majorité est une option personnelle. Mais on ne peut pas profiter d’une position stratégique d’une Administration pour faire dans la politique politicienne. Le code des impôts et domaines est très clair sur le droit de réserve. Quand il y a eu violation, la commission disciplinaire a décidé ce qu’elle a décidé. On prend acte.

Modou Xaragne Lô a réagit après sa victoire sur Gris

La réaction de Modou Lô après sa victoire sur Gris Bordeaux

« Je rends grâce à Deu et remercie tout Parcelles Assainies et tous ceux qui m’ont aidé sur ce combat » a déclaré le lutteur après la victoire.

« Sur la 1ère action, je ne sais pas s’il a fait 4 appuis ou 3, mais tant que l’arbitre n’a pas sifflé le combat n’est pas terminé ».

« Je savais qu’il voulait m’attaquer et n’était pas forcément venu pour de la bagarre, c’est pourquoi j’ai adopté cette stratégie de lutte » poursuit Modou Lô.  » J’ai lutté bas pour le déstabiliser car il n’avait pas prévu ce scénario et ça l’a gêné ».

En savoir plus sur http://www.dakarflash.com/La-reaction-de-Modou-Lo-apres-sa-victoire-sur-Gris-Bordeaux_a23955.html#UjSxAhkJkpa7ls14.99

la réaction de Karim benzema après la défaite française

benzema

la réaction de Karim benzema après la défaite française

Karim Benzema a publié un message adressé aux Bleus, après la défaite en finale de l’Euro 2016 de l’équipe de France, dimanche soir.

Fidèle au poste. « Déçu pour nos bleus… Vous avez tout donné !!! Merci #AllezLesBleus ». C’est le message posté dimanche soir, sur Twitter, par Karim Benzema, après la défaite en finale de l’Euro 2016 de l’équipe de France.
Il y en a pour tout le monde. « Parabéns [Félicitations en VF] à la Selecçao, Parabéns [félicitations, toujours] à mes amis Cristiano Ronaldo et Pepe », a-t-il aussi écrit en portugais, à propos de ses coéquipiers portugais du Real Madrid.

Avant cette finale Portugal-France, Benzema, mis en examen dans l’affaire du chantage à la sex-tape à l’encontre de Mathieu Valbuena, avait encouragé les Bleus dans un message sur Twitter : »Tous avec les bleus ce soir!!! Allez les gars!!! #AllezLesBleus ».

 

 

Idy réagit à la libération de Karim : C’est un deal international ignoble …

TOUBA - IDY DÉNONCE UN "DEAL INTERNATIONAL IGNOBLE" : « Macky a reçu des ordres…Ils me combattent pour que je n’accède pas au pouvoir… L’avenir du Sénégal est sombre! »

Idrissa Seck était à Touba ce vendredi pour présenter ses condoléances au Khalife Général des Mourides. Il en a profité pour évoquer la libération de Karim Wade qu’il voit comme un deal international ignoble perpétré par des donneurs d’ordre et exécuté par Macky Sall.

« La libération de Karim Wade est le résultat d’un deal international ignoble. Karim Wade a été libéré au milieu de la nuit. Un avion international l’attendait à l’aéroport. Il est monté dans cet avion en catimini. Vous ne l’avez pas vu venir à Touba remercier le Khalife Général des Mourides, lui présenter ses respects et solliciter des prières. Vous ne l’avez pas vu s’adresser aux Karimistes qui l’ont soutenu. Il n’en avait pas le temps et il n’avait pas l’esprit à cela.  Ce sont les donneurs d’ordre qui ont imposé au régime de Macky Sall la libération de Karim…Ce sont ceux-là qui ont écrit le scénario de cette libération. Et Macky Sall n’a fait que tenter de couvrir au moyen d’un soi-disant, d’un prétendu dialogue national ce deal ignoble et honteux et contraire aux intérêts du Sénégal. C’est ce que j’ai dénoncé « 

Abdoulaye Wade réagit : « Mossou maa guiss lii dans toute ma carrière politique ! »

http://www.leral.net/photo/art/grande/8409929-13196306.jpg?v=1445330780

De Paris, où il a voté, le Président Wade, mis au courant de l’assaut que la police avait commencé à donner sur les locaux de Walfadjri, a appelé nos confrères pour leur manifester son soutien et sa solidarité. Par la même occasion, l’ancien président de la République a appelé les militants du Pds et tous les combattants de la liberté à venir, devant les locaux de Walfadjri pour manifester leur solidarité aux travailleurs de ce groupe de presse.