Tag Archives: Tanor

Tanor voit loin : Un candidat de Benno en 2024

Ousmane Tanor Dieng est droit dans ses bottes. Selon le Secrétaire général du Parti socialiste (PS), soutenir le Président Macky Sall pour la présidentielle de 2019, c’est une question de logique, de cohérence et surtout de respect d’un engagement du parti envers le candidat Macky Sall au second tour de la présidentielle de 2012. 
Cet engagement des alliés de « Benno Bokk Yaakar » (BBY) qui se résume au « gagner ensemble, gouverner ensemble », ne saurait être trahi par le PS à six mois de l’élection présidentielle de 2019. Mieux, Ousmane Tanor Dieng souhaite plus de longévité à BBY. En effet, le Secrétaire général du PS rêve que la coalition présidentielle ait un candidat en 2024, pour poursuivre l’engagement de la coalition envers les Sénégalais.
(Source : an-news.com)

Ps – Vente des cartes par les pro-Khalifa : Tanor crie à l’usurpation

PS – Vente des cartes par les pro-Khalifa : Tanor crie à l’usurpation

Ousmane Tanor Dieng a lancé hier la vente des cartes du Parti socialiste. Le Secrétaire général du Ps en a profité pour évoquer les activités similaires de la part des pro-Khalifa Sall qu’il qualifie d’«usurpateurs».

Les deux mains portées triomphalement en haut par Aminata Mbengue Ndiaye et Aïda Sow Diawara, Ousmane Tanor Dieng a savouré hier un festin aux allures de congrès. A la Maison du parti, l’Assemblée générale du Mouve­ment national des femmes socialistes (Mnfs) a mobilisé des milliers de militants pour marquer sa fidélité au Secrétaire général du Parti socialiste.

La salle du congrès a été trop exiguë pour contenir cette marée humaine venu des 138 coordinations socialistes du Sénégal. Une démonstration de force en présence de El Hadji Mansour Mbaye, Nguirane Ndoye, président des Sages, et des 14 présidentes de l’Union régionale des femmes du Ps.

«Dans leurs cartes, ils ont mis la photo de Senghor et de leur leader»Galvanisé par la forte mobilisation, Ousmane Tanor Dieng n’a pas manqué de jeter des pierres dans le jardin de ses ex-camarades.

Après avoir acheté sa carte des mains de Serigne Mbaye Thiam, président de la commission nationale de contrôle et de suivi de la vente des cartes, le Secrétaire général du Ps a fait savoir que le camp de Khalifa Sall vend des cartes différentes de celles du Ps.

«Ne vous laissez pas berner par des usurpateurs ! La carte du Ps, c’est celle-ci (il la brandit) avec la photo de Senghor, suivie de celle de Abdou Diouf et de la mienne. Nos ex-camarades commencent à vendre des cartes sur lesquelles sont rayés le nom de Abdou Diouf et le mien.

A la place, ils ont mis l’effigie de Senghor et celle de leur leader (Khalifa Sall)», a-t-il déclaré, non sans esquisser un sourire ironique. Selon lui, «il n’y a pas de pro-Massamba ou pro-Mademba parce que le parti est un et indivisible».

Les femmes investissent Tanor pour le congrès
Aux yeux de Tanor, la décision d’exclure Khalifa Sall et Cie «protège le parti contre la destruction, préserve son image et ses intérêts majeurs en mettant fermement un terme à toutes les tentatives de nuisance orchestrées quotidiennement de l’intérieur par des camarades animés par des objectifs inavoués».

En écho, le Mnfs a exprimé son «approbation totale» à la décision du 30 décembre dernier. «Le Bureau politique a mis fin à une situation d’indiscipline caractérisée inacceptable, longtemps entretenue par d’ex-camarades, souvent de connivence avec l’adversaire, dans le seul but de semer le désordre et l’anarchie à des fins inavouées», soutient Aminata Mbengue Ndiaye, présidente du Mnfs.

Par ailleurs, les femmes du Ps ont renouvelé leur confiance à Ousmane Tanor Dieng pour un autre mandat lors du congrès de juin 2018. A travers une motion, Aminata Mbengue Ndiaye et Cie «engagent toutes les instances de base au terme des renouvellements, à le porter à nouveau à la tête du parti…»

El Hadji Mansour Mbaye, membre des Sages du Ps : «Le parti n’a pas vendu son âme»
Présent à l’Assemblée générale des femmes du Ps, El Hadji Mansour Mbaye a, sans les citer, répondu aux pro-Khalifa Sall. «Notre ancrage dans Benno Bokk Yakaar n’est pas synonyme d’inféodation.

Le Ps n’a pas vendu son âme et il n’a pas de prix. Nous sommes dans cette coalition parce que cela rencontre l’adhésion du Bureau politique, des coordinations, des unions régionales (…). Nos principes d’hier restent intacts», assure-t-il. D’après lui, la forte mobilisation montre que «le Ps, dans sa solidité et sa force, reste un très grand parti derrière son Secrétaire général».

Procès Khalifa Sall: le juge Lamotte exclut Niasse, Tanor, Idrissa Seck de la liste des témoins

Procès Khalifa Sall: le juge Lamotte exclut Niasse, Tanor, Idrissa Seck de la liste des témoins
Le procès de Khalifa Sall et de ses co-inculpés entre dans une nouvelle phase, avec le fond du dossier qui doit désormais être examiné. Mais déjà, le président du Tribunal juge Malick Lamotte a décidé de réduire la liste des témoins de la défense. 

En effet, rapporte Pressafrik.com le président du tribunal correctionnel a jugé que Moustapha Niasse, Idrissa Seck, Abdoul Mbaye, Aminata Tall, Mamadou Lamine Loum, Habib Sy, Lamine Diack, Amadou Ba, Me Abdoulaye Wade, Soham Wardini, Birima Mangara, ne vont finalement pas témoigner.

A noter que depuis ce matin, Khalifa Sall et ses co-inculpés défilent devant la barre pour répondre des accusations de détournement de deniers publics, faux et usage de faux, association de malfaiteurs, entre autres.

 

Aïssata Tall Sall juge son exclusion nulle et déclare la guerre à Tanor Dieng

Après avoir observé le silence pour dit-elle ne pas perturber les Sénégalais qui fêtaient la fin d’année, Aïssata Tall Sall s’est enfin prononcée sur son exclusion du Parti socialiste (Ps). 

Et selon elle, cette « décision est inique, nulle et non avenue ». «Elle est inique dans la mesure où cette direction du Parti socialiste dans une fuite en avant, a organisé et orchestré une décision que rien ne justifie. Je ne sais de quoi elle a peur venant de nous. Elle n’a jamais voulu nous convoquer.

Et de façon inique et unilatérale, elle a pris cette décision. Cette décision est non avenue et unilatérale, parce que jamais nous n’avons été entendus. Les textes du parti organisent la prise de sanctions quelle que puisse être cette sanction (…) », déclare la députée-maire de Podor, interrogée par la Rfm.
Déterminée à en découdre avec Ousmane Tanor Dieng et Cie, la présidente du mouvement « Oser l’avenir », dit attendre d’être notifiée, pour annoncer la conduite à tenir. « Jusqu’au moment où je parle, personne ne m’a notifié que je suis exclue du Parti socialiste.
Pour l’instant, je n’accorde aucun crédit à ce qu’ils ont annoncé au bureau politique. Quand la décision d’exclusion me sera notifiée, en ce moment la direction du Parti socialiste en sera pour ses frais », a-t-elle averti.

Leral.net

Podor: Les socialistes font feu sur Tanor et sa bande

Podor: Les socialistes font feu sur Tanor et sa bande
S’il y a des socialistes qui n’ont accordé aucune importance à l’exclusion de leur mentor, ce sont bien ceux d’Aïssata Tall, maire de Podor. Selon ces derniers, la décision d’exclure l’ex-porte-parole du Parti socialiste, aujourd’hui secrétaire générale de l’Union régionale de Saint-Louis, n’est pas fondée. 

Les partisans et sympathisants d’Aïssata Tall Sall rappellent que la mairesse de Podor a toujours gagné toutes les élections organisées dans sa commune face à des hommes tels que Racine Sy, Président du conseil d’administration de l’Ipres, Me Moussa Diop, Directeur général de Dakar Dem Dikk.

Et Bouya Wone, responsable Ps au niveau de la commune de Podor, de révèler que lors la défaite du Ps en 2000, tous les responsables étaient complètement découragés sauf Aïssata Tall Sall, qui avait pris l’initiative d’organiser une tournée politique dans les départements de Podor et celui de Matam.

Cette tournée, selon l’un des plus proches collaborateurs de la mairesse de Podor, était sanctionnée par un grand meeting organisé en face de la mairie. Une tournée à laquelle avaient participé Aminata Mbengue Ndiaye, l’actuel ministre de l’Elevage, Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Education nationale.

Et c’est après avoir été relancé dans cette tournée par la mairesse de Podor, que Tanor et toute sa bande avaient fini par organiser à leur tour, des tournées au plan national, pour faire revivre le parti qui était presque mort. Et les socialistes de rappeler qu’en ce temps, personne ne connaissait le jeune Abdoulaye Wilane, qui fut pendant longtemps le vrai talibé de Aïssata Tall Sall. Tout comme Moussa Bocar Thiam qui est venu dans le Ps, grâce à la responsable socialiste de Podor.

Les socialistes de Podor de se demander comment on peut exclure la coordinatrice Ps dans l’arrondissement de Gamadji Saré, et responsable de l’Union régionale Ps de Saint-Louis. Les socialistes du département, témoins des relations qu’entretenaient Aïssata Tall Sall et Ousmane Tanor Dieng, de laisser entendre que les responsables du Ps n’avaient jamais été dans les dispositions de soutenir Macky Sall au 2e tour. Contrairement à Aïssata Tall Sall qui, disent-ils, avait été la première à déclarer son soutien au candidat Macky Sall pour le 2e tour.

En ce temps, renseignent nos interlocuteurs, Tanor et sa bande voulaient soutenir Wade, pensant qu’avec l’âge, il ne ferait pas plus de deux ans au pouvoir. Poursuivant, ces derniers d’informer que Aïssata.T Sall et Mansour Sall, l’actuel maire adjoint, étaient les seuls à avoir géré avec leurs propres moyens financiers et matériels, pour permettre aux responsables de l’Apr de battre campagne pour ce 2e tour.

Walf Fadjri

Vagues de départs au sein de la coalition Benno Ak Tanor: Tanor Dieng « saigné »

Vagues de départs au sein de la coalition Benno Ak Tanor: Tanor Dieng "saigné"

La coalition Benno Ak Tanor dirigée par le président du Haut conseil des collectivités territoriales Ousmane Tanor Dieng, fait l’objet de départs en cascade des formations politiques qui la composent.
En effet, 23 des 35 partis de cette coalition lancée à la veille de l’élection présidentielle de 2012, ont claqué la porte pour la bonne et simple raison qu’ils sont laissés à l’écart des retombées de ce compagnonnage entre Tanor Dieng et le Président Macky Sall
Pris en otage entre le marteau de l’implosion du Parti socialiste (Ps) suite à la mise à sac de la Maison du Parti le 5 mars 2016 et la procédure enclenchée contre le maire de Dakar, Khalifa Sall dans le cadre de la caisse d’avance de la Ville de Dakar et l’enclume de la levée de boucliers de certains hauts conseillers qui réclamaient leur dotation en carburant, le président du Haut Conseil des collectivités territoriales (Hcct) et secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng, fait face, aujourd’hui, à un autre front. Celui-ci est ouvert cette fois-ci par ses alliés de la coalition Benno Ak Tanor.
Cette large coalition composée de 35 formations politiques lancée à la veille de la présidentielle de 2012 est en eaux troubles, traversée par une crise à l’origine d’une cascade de départs. Au total, 23 partis politiques et mouvements sur 35 ont claqué la porte de la coalition Benno Ak Tanor qui ne compte plus que 11 souteneurs en plus du Ps.

A l’origine de cette crise, une vague d’indignation des responsables politiques de Benno Ak Tanor contre le patron de ladite coalition, en l’occurrence Ousmane Tanor Dieng qui, à les en croire, a relégué en seconde zone, les activités de la coalition. Ainsi l’absence de réunions ou de cadre de discussion a fini de plonger la coalition dans la léthargie.

Par conséquent, certains collaborateurs de Tanor Dieng, frustrés par ce manque de considération, ont tout décidé de claquer la porte. Autre grief fait au patron des socialistes, c’est sa gestion clanique des retombées finnacières du compagnonnage avec le pouvoir qui ne profite pas aux partis de Benno Ak Tanor.

Ce sont toujours des proches du secrétaire général du Ps qui sont promus au détriment des alliés. Un constat qui a été fait lors de la nomination de Tanor à la tête du Hcct et lors des dernières élections législatives, où les socialistes se sont taillés la part du lion. Même s’il y a toujours 12 partis et mouvements restés fidèles au patron du Ps.

En effet, la dizaine des souteneurs qui reste, a prévu une rencontre au mois de décembre prochain pour réfléchir sur l’avenir de cette coalition afin de savoir sur quel pied danser. Cette rencontre retardée par la situation politique du pays verra, sans doute, de nouveaux départs à moins que le patron du Ps ne parvienne à désamorcer la bombe qui menace d’éclater au sein du reste de la coalition .

L’As

Tanor Dieng exclut Khalifa Sall, Barthélémy Dias, Aissata Tall Sall du PS

C’est le quotidien Walf qui file l’info! Khalifa Sall, Barthélémy Dias, Aissata Tall Sall et tous les autres frondeurs socialistes ne sont plus, de manière officielle, considérés comme des militants du Parti socialiste.

Une nouvelle qui peut surprendre, surtout lorsqu’on s’aperçoit que la décision a été visiblement prise bien avant que leur cas soit soumis par le Secrétariat exécutif au Bureau politique du parti.

La direction du Ps, par l’intermédiaire de Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général dudit parti, a bel et bien envoyé une lettre au ministère de l’Intérieur le 7 août dernier pour l’informer que ces responsables ont été tout bonnement exclus du Ps et que, par conséquent, ils ne sont plus habilités à parler et à agir au nom du parti.

Le journal fait savoir que le motif invoqué par Ousmane Tanor Dieng est que les Socialistes en question ne suivaient plus la ligne du parti.

Kani Béye :  » C’est Tanor et sa suite qui méritent d’être exclus du Ps…

KANI BÈYE (Maire Socialiste) : "  C'est Tanor et sa suite qui méritent d'être exclus du PS... Tanor ne jouit d'aucune  légitimité! '

 »La décision d’exclure Khalifa Sall et ses souteneurs du Parti Socialiste est une hérésie.  » Tel est l’avis de Mamadou Kani Bèye, maire socialiste de Ndoulo, lui-même victime de la fatwa.
Câblant Dakaractu, le leader politique crie au scandale et estime que c’est Tanor et  » ses collaborateurs  » qui devraient être exclus et  » qui le seront très bientôt et plus précisément dès que leur décision d’exclusion de Khalifa Sall et les autres entrera en vigueur.  »

Visiblement très remonté contre Ousmane Tanor Dieng, Kani Bèye assure que ce dernier est à l’origine de tous les maux du parti avec son  » GDT  » ou  »Groupe des Doungourous de Tanor ».

Pour lui, Tanor n’a aucune légitimité pour  exclure des responsables  » étant entendu que lui-même ne jouit d’aucun mandat officiel et légal ‘. Ainsi peste-t-il,  » Il n’y a aucune instance légale dans ce parti.  Commençons par le commencement. Tanor n’a jamais été élu, nommé ou choisi.
Depuis 1996, il n’y a jamais eu d’élections démocratiques. Aucune instance ne fonctionne. Le SEN n’a aucune crédibilité. C’est un groupe qui taille sur mesure ses décisions pour favoriser Tanor Dieng. C’est eux mêmes qui seront exclus, parce que l’adhésion à la coalition Benno Bokk Yakaar est un engagement qui a été pris sans consultation du comité central. « 

Tanor Dieng : Il faut avoir le courage et l’honnêteté d’écouter les frustrations

Les ’’frustrations’’ nées des investitures aux prochaines législatives doivent être écoutées en vue de leur apporter des ’’réponses appropriées’’, a préconisé le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng, selon qui cette situation ne pourrait pas conduite à un éclatement de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY) regroupant les partis de la majorité.
« Il faut avoir le courage et l’honnêteté d’écouter les frustrations, les contestations et les commentaires des uns et des autres et puis donner les réponses appropriées, en leur expliquant les raisons pour lesquelles telle ou telle investiture a été faite », a-t-il expliqué, jugement « tout à fait normal qu’il y ait un ressenti, des frustrations ».
« Il n’y a pas lieu de dramatiser, d’exagérer et de penser que la coalition BBY va éclater », a relevé M. Dieng, en s’adressant à des journalistes, dimanche, en marge de visites de proximité qu’il faisait dans la commune de Mbour où il est allé à la rencontre de chefs religieux locaux.
Il a échangé avec ces derniers, recueilli leurs recommandations et solliciter leurs prières « pour que les prochaines élections se passent dans des conditions apaisées comme c’est toujours le cas au Sénégal ».
« Année après année, on nous dit que BBY ne survivra pas, mais année après année, scrutin après scrutin, on en sort relativement renforcé », a estimé le SG du PS, par ailleurs président du Haut conseil des collectivités territoriales.
« Faire un travail de cette nature, à l’intérieur d’un parti, c’est déjà difficile. Le faire à l’intérieur d’une coalition l’est encore plus et d’une coalition de coalitions, c’est quasiment impossible », a-t-il fait observer en parlant des investitures au sein de BBY.
 Selon le SG du PS, les choses doivent être ramenées « à leur juste mesure, en prenant le temps de l’explication », la discussion et l’échange devant à ses yeux amener les personnes se disant frustrées « à comprendre que le plus difficile c’était de faire mieux que ce qui a été fait ».
« Il est tout à fait normal qu’il y ait des remous après les investitures. Dans ce pays-là, nous (le PS) avons été, à un moment, presque un parti hégémonique. Malgré cela, les investitures ont toujours été très difficiles, controversées et contestées », a-t-il fait remarquer.
Il a ajouté : « Mais ce n’est pas ça le problème, parce que c’est des espoirs qui ont été déçus, les gens pensent légitiment qu’ils devraient être investis et ne l’ont pas été ».
Ousmane Tanor Dieng s’est dit persuadé qu’en ce qui concerne son parti, le PS, « une fois que les gens auront fait leurs commentaires et manifesté leur mécontentement ou leur découragement et leurs frustrations’’, ils « feront ce qu’on leur a demandé de faire ».

Benno dans la tourmente : Djibo, Niasse et Tanor se rebellent contre Macky

Au lendemain des investitures de la coalition présidentielle, le Parti socialiste (Ps) d’Ousmane Tanor Dieng, l’Urd de Djibo Kâ et l’Alliance des forces de progrès de Moustapha Niasse (Afp) contestent la répartition des sièges par l’Alliance de la République (Apr) de Macky Sall.


Selon le journal Enquête, chez Niasse, le comité électoral national de l’Afp dénonce le non respect des engagements par la coalition présidentielle. « Après examen de ces listes, le comité électoral national de l’AFP relève et déplore la rupture de la chaîne de concertation, au moment de la phase finale.

Nous regrettons avec la plus fermeté le procédé utilisé lors du dépôt  des listes avec une omerta organisée pour hypothéquer les intérêts d’un allié  constant et crédible, qui  dès le 10 mars 2014 a décidé souverainement de soutenir le président Macky Sall si les données restaient en l’état», ont fulminé les camarades de Niasse en conférence de presse samedi 10 juin.

Le comité électoral national qui a exprimé sa désapprobation par rapport aux résultats de ces investitures, qui selon lui  ne répond pas aux principes d’équité et de transparence, « condamne avec la plus grande énergie, la décision inique qui a entouré cette procédure qui s’est effectuée sans concertation au moment du dépôt des listes ».

L’AFP estime que « le Président Moustapha Niasse, ne saurait se satisfaire d’un traitement dont il ne bénéficierait, si celui-ci n’est pas applicable à son parti ». Et rappelle à leurs alliés de BBY et à l’Apr  que « rien ni personne  ne peut faire perdre à l’AFP son identité ».

Chez Tanor, également, certains de ses camarades sont laissés en rade. A Saint-Louis, le feu couve entre « apéristes » et socialistes, qui menacent de quitter BBY. Sur les 5 postes de députés impartis à la ville, les 4 reviennent au parti de Macky Sall. Latyr Fall, secrétaire  communal du Ps à Saint-Louis, a dénoncé un « coup tordu » des alliés. Qui précise, qu’en réunion de consultation des plénipotentiaires des partis au niveau local, il était retenu que le second poste revienne automatiquement  au Ps après la désignation de Mansour Faye comme tête de liste nationale de la coalition BBY.

L’Urd de Djibo Ka, n’est pas en reste. Selon le porte-parole adjoint, Macky Sall est responsable de la non-investiture de l’Urd dans aucune liste. Une grande première depuis plus d’une décennie.

Macky : Ces attaques contre Niasse et Tanor sont lâches

Macky défend ses "lieutenants" Niasse et Tanor : « Ces attaques contre eux sont lâches »

C’est un Macky Sall dans tous ses états qui a présidé hier la réunion du Secrétariat national de l’Alliance pour la République. Le Président a dénoncé les attaques contre Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng, avant de décréter qu’aucun ministre ne sera tête de liste lors des Législatives.

C’est sans doute une des plus courtes réunions du Secrétariat national de l’APR. La rencontre qui a duré moins d’une heure, n’a enregistré que l’intervention de Macky Sall qui a dit ses quatre vérités avant que la séance ne soit levée. Selon les informations de Libération, le patron des « apéristes » a fusillé les gens qui, dans son parti, s’en prennent à Moustapha Niasse et à Ousmane Tanor Dieng.

«Ces attaques sont lâches et ignobles. J’ai gagné le Pouvoir avec eux et je vais gouverner avec eux.
Ces attaques sont injustifiées et infondées », a lancé Macky Sall qui a aussi pris une décision majeure. En effet, il a informé que les ministres en service dans le Gouvernement, ne seront pas, «sauf exception», sur une liste lors des Législatives. « Ils doivent donner la chance à d’autres personnes. Sauf exception, les ministres ne dirigeront pas de listes », a décrété le Président qui a aussi abordé le « cas » des responsables APR de Dakar.

Macky Sall a dénoncé l’insolence dont font preuve certains d’entre eux non sans asséner : « Je sais que toutes les sorties de jeunes, toutes les attaques sont commanditées », a-t-il dit. A la fin du discours présidentiel, l’ambiance était tellement tendue qu’il a fallu que Farba Ngom demande aux responsables d’applaudir pour qu’ils daignent le faire.


 

DakarFlash3

Me El Hadji Diouf : « Ousmane Tanor Dieng est devenu fou »

content_image

Venu assister à la rencontre des partisans du maire de Dakar, Khalifa Sall, qui se tenait à Grand-Yoff, Me El Hadji Diouf a encore envoyé des piques au secrétaire général du parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng.

«Il faut arrêter Ousmane Tanor Dieng. Il est dangereux pour la Nation, il est dangereux pour la jeunesse socialiste. Il a trahi la jeunesse Sénégalaise pour avoir envoyé Bamba Fall et compagnie en prison. Il est grand temps qu’il soit démasqué», plaide l’avocat du maire de Dakar sur les ondes de Zikfm.

Le tonitruant avocat de renchérir : «il a dit que Bamba Fall voulait l’assassiner, il n’a même pas honte. Assassiner avec quelle arme ? Tanor est devenu fou et le régime Sénégalais est devenu fou comme lui. C’est pourquoi il est grand temps d’envoyer les fous à l’hôpital Fann» a-t-il dit confié à nos confrères.

Tanor-Khalifa : L’opération réconciliation.

content_image

Les Sages du Ps sont montés au créneau pour réconcilier le secrétaire général de leur parti, Ousmane Tanor Dieng, et le maire de Dakar, Khalifa Sall. Premier acte : ce mardi.

«Le Comité des sages du Parti socialiste va rencontrer Ousmane Tanor Dieng mardi à 16 heures pour l’écouter. Après, nous allons recevoir Khalifa Sall dans les plus brefs délais, informe un des membres de l’organe regroupant d’anciennes figures de premier plan des Verts. C’est à la suite de cela que nous allons tirer les conclusions. Ce sont tous les sages du parti qui sont impliqués dans la recherche d’une solution à la crise grave que vit le parti aujourd’hui.»

Les auditions de Tanor et de Khalifa seront conduites par Guirane Ndoye, père d’Alioune Ndoye, maire socialiste de Dakar-Plateau.

(Source : L’Observateur)

PS : Tanor envoie Khalifa devant le Conseil de discipline

content_image

Le maire de Dakar, Khalifa Sall, déjà éclaboussé par l’enquête sur la gestion de la Caisse d’avance de la Ville, risque de faire face à un nouveau front. Le secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng, entend le traduire devant la Commission de discipline de leur parti.

Ce dernier l’a prévenu ce weekend, en marge d’une visite à Thiès : «Même si des gens s’investissent pour des retrouvailles au sein du Parti socialiste, ce qui est impossible et qui ne peut pas continuer, c’est que des gens soient dans le parti où ils ont des responsabilités au plus haut niveau et qu’ils organisent des manifestations au nom d’une autre entité politique.»

L’«entité politique» en question est sans doute Taxawu Dakar, le regroupement autour de Khalifa Sall, vainqueur des Locales dans la capitale en 2014 et en pôle pour constituer une liste pour les prochaines législatives. «Il faut avoir un esprit de dépassement pour la stabilité du pays, s’oppose Tanor Dieng. S’il est déstabilisé au niveau des partis, des instances partisanes, cela peut avoir une répercussion sur le pays. Nous avons consacré une partie importante de notre vie pour la stabilité, la sécurité et le développement du pays et nous ne voulons pas que ce travail fait pendant si longtemps se désagrège et s’abîme, pour des ambitions personnelles.»

La surprenante révélation sur Ousmane Tanor Dieng


La surprenante révélation sur Ousmane Tanor Dieng
La légitimité d’Ousmane Tanor Dieng pour occuper la tête du Ps était fortement contestée au moment de son adoubement par Abdou Diouf en 1996. Ça, c’était connu. Cette décision de l’ex-chef de l’État avait d’ailleurs provoqué les départs de Djibo Kâ et, plus tard, de Moustapha Niasse du parti de Senghor. Ce qui était moins connu, c’est que l’actuel secrétaire général du Ps n’avait pas à l’époque membre de droit du parti.

C’est le responsable de l’Urd Seydina Oumar Touré, directeur de campagne de Djibo Kâ lors de la Présidentielle de 2000, qui balance : «Ousmane Tanor Dieng ne connaissait rien à la politique. On lui apprenait la politique et le fonctionnement du Ps.

Il m’appelait dans son bureau pour me demander ce qu’est un Comité central, un Bureau politique… Et pendant que nous allions en rénovation, les socialistes bureaucrates se sont emparés du parti. Ousmane Tanor Dieng a pris le Ps sans avoir la carte du parti.»

Seydina Oumar Touré, qui a milité au Ps de 1978 à 1996, est convaincu que le choix porté sur Tanor pour diriger le Ps, lors du «Congrès sans débat», est une erreur. «Abdou Diouf s’est trompé, croit-il savoir.

C’est dommage qu’il ait cassé l’élan d’un aussi grand parti que le Ps. La conséquence aujourd’hui, c’est que le Ps a créé des monstres, des insulteurs (sic).» En référence à la crise qui mine en ce moment les socialistes. Avec d’un côté les pro-Tanor et de l’autre les soutiens du maire de Dakar, Khalifa Sall.

Crise au PS : Tanor Dieng dément la médiation d’Abdou Diouf et bande les muscles

Ousmane Tanor Dieng a servi un cinglant démenti par rapport l’information selon laquelle Abdou Diouf aurait tenté de faire une médiation pour régler le différend Khalifa Sall au sein du PS. Le secrétaire général du PS a aussi déclaré qu’il était assez carapacé pour faire aux actuelles turbulences du parti.

Ousmane Tanor Dieng a démenti formellement la prétendue médiation d’Abdou Diouf sur la crise du Parti Socialiste
« J’ai lu cette information dans la presse Je l’ai entendue aussi, mais, les gens qui la distillent parlent au conditionnel. Et comme on dit avec des si, on peut mettre Paris dans une bouteille », a coupé net Ousmane Tanor Dieng au micro de la RFM, lors d’une réunion départementale de mobilisation du Parti socialiste.

Revenant sur le saccage de la Maison du Parti et l’arrestation de Bamba Fall et Cie, Tanor Dieng estime plutôt qu’il s’agissait « une fois de plus, d’une instance qui se réunissait et on a voulu interrompre la réunion, car, on savait que les décisions n’arrangeaient pas ceux qui l’ont interrompue. Il ne s’agit pas d’anéantir une personne, mais de faire la lumière sur quelque chose qui s’est produit à la Maison du Parti. Quand même, il y a eu des personnes qui ont été agressées et blessées et des armes ont aussi été brandies et il n’y a pas de responsables. Ce ne sont pas des anges qui ont fait ça», a rappelé le SG du PS.

Toutefois, Ousmane Tanor Dieng brandit qu’il est zen et qu’il ne va pas rompre face aux assauts répétés de ces détracteurs. «J’ai subi tellement d’actes, de remarques et de comportements de ce genre qu’aujourd’hui je suis suffisamment carapacé pour faire face. ». 9a risque de chauffer au Parti Socialiste.

PS – Guerre entre Tanor et Khalifa : Abdou Diouf, médiateur de l’ombre!

En séjour au Sénégal (il loge à Poponguine), l’ancien Président de la République, Abdou Diouf, fait tout pour qu’il n’y ait pas de scission au sein du Parti socialiste (Ps). Ce qui serait dommageable à leur formation politique et ne sera pas de nature à préserver l’héritage « senghorien ».

Selon “La Tribune”, même s’il ne se prononce pas publiquement et ne veut imposer aucune feuille de route à Ousmane Tanor Dieng et Khalifa Sall, l’ancien Secrétaire général de la francophonie milite dans l’ombre en faveur de la vivification de l’héritage « senghorien ». Et cela passe par une unité au sein du Parti socialiste. En tout cas, tout faire pour qu’il n’y ait pas de scission.

Tanor montre aux Sénégalais son vrai visage»

content_image
La Convergence socialiste est loin d’apprécier l’emprisonnement du maire de la Médina, Bamba Fall et ses coaccusés suite à une plainte des hautes instances du parti.
Lors d’une rencontre de ses militants, samedi à Saint-Louis, Abba Mbaye, secrétaire général de cette structure ne passe pas par quatre chemin pour désigner ceux qu’il considère comme les commanditaires de cet emprisonnement.
«Ces fils du parti sont envoyés en prison par le parti», dénonce-t-il d’emblée dans les colonnes de Lobservateur de ce lundi.

Il indexe Ousmane Tanor Dieng qui selon lui, «montre aux Sénégalais son vrai visage. C’est ça la méthode Tanor. Après les évènements du 5 mars, il y a eu le référendum, il pensé que Khalifa Sall a perdu Dakar et s’est dit que c’est une occasion de l’écraser définitivement et de l’enterrer» suspecte Abba Mbaye, convaincu, qu’ «à force de vouloir détruire une personne, tu finis par te détruire toi-même.

Ousmane Tanor Dieng s’est détruit et il ne restera plus rien de lui après ce procès», prédit le leader de la Convegence socialiste.

Barthelémy Dias : Le comportement de Tanor est irresponsable et méchant

Si son procès futur est une épée de Damoclès qui pend au-dessus de sa tête pour l’obliger à se taire, les tenants du pouvoir peuvent déchanter. Barthélemy Dias a une nouvelle fois, tiré sur le Président Macky Sall, le Sg du Parti socialiste Ousmane Tanor, qu’il traite d’irresponsable et méchant, mais aussi le procureur de la République, qu’il a invité à revoir sa copie.

 


Barth flingue à tout-va : «Le comportement de Tanor est irresponsable et méchant (…) le Procureur ne peut pas m’intimider»
Ousmane Tanor Dieng, Serigne Mbaye Thiam et Serigne Bassirou Guèye, tout le monde en a pris pour son grade. Invité à l’émission «Toute la vérité» de Pape Cheikh Sylla, le maire de Mermoz Sacré-Cœur a dit à qui veut l’entendre que si le Procureur fait normalement son job, Ousmane Tanor Dieng et Serigne Mbaye Thiam seront condamnés pour faux et usage de faux. «Les textes du parti ont été violés.

Si notre plainte est traitée sur la base des textes du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng et Serigne Mbaye Thiam seront condamnés pour faux et usage de faux en écriture privée. On veut faire croire au Président Macky Sall qu’il peut compter sur le soutien du Parti socialiste pour un compagnonnage pour les élections législatives de 2017 et l’élection présidentielle de 2019.

Or, les textes et statuts qui ont été validés par le 15ème congrès du Parti socialiste ne donnent qu’au Comité central le pouvoir, entre deux congrès, d’engager le Parti socialiste. Et non à un homme ou à une commission. Ousmane Tanor Dieng s’est autorisé à engager le Parti socialiste bien avant la fameuse réunion du 5 mars 2016.

Et il n’y a aucun texte du parti qui donne le droit à M. Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Parti socialiste, de se permettre de dire qu’il engage le Ps dans un quelconque soutien ou dans un quelconque appel ou consigne de vote envers un ‘’Oui’’ ou un ‘’Non’’ au référendum. Mais tout cela a été fait à dessein pour donner une caution au président de la République, dans le cadre la mise en place du Haut Conseil des collectivités territoriales», a cogné le maire de Mermoz Sacré-Cœur, qui ajoute que Léopold Sédar Senghor, Lamine Guèye, Mamadou Dia et autres n’avaient pas créé un mouvement de soutien, mais plutôt un parti politique.

IRRESPONSABLE ET MECHANT

Très en verve, le député-maire socialiste ajoute que c’est irresponsable et méchant de la part du secrétaire général du Ps de dire que comme il n’a plus d’ambitions, personne d’autre ne devrait en avoir. «Ousmane Tanor Dieng a eu à dire que le poste de vice-président qu’avait voulu créer le Président Abdoulaye Wade lui était destiné.

Mais pourquoi il n’avait pas accepté à l’époque, si c’était un parti qui a été créé pour les intérêts ? Je suis très bien placé pour vous dire qu’à plusieurs reprises, un ancien haut responsable du Ps a fait de son mieux pour que Ousmane Tanor Dieng accepte de participer à un gouvernement d’union nationale sous le régime du Président Wade et Ousmane Tanor Dieng, à l’époque, n’avait jamais accepté de répondre à cette demande. Parce qu’il avait des ambitions pour être Président du Sénégal.

À ce que je sache, le poste de vice-président est beaucoup plus important que celui de Président du Hcct. Mais s’il en est ainsi, c’est qu’il ne pense plus à être candidat à la présidentielle. Alors, c’est anormal, c’est irresponsable, à la limite même, c’est méchant de dire que comme vous n’avez plus d’ambitions, personne d’autre ne devrait en avoir.

On veut nous imposer un soutien inconditionnel au Président Macky Sall et à défaut de ce soutien, on va nous mettre en prison. C’est parce qu’ils savent qu’ils sont incapables de gagner le département de Dakar. Leur stratégie, c’est d’éliminer Barthélemy Dias, Bamba Fall, Khalifa Sall, entre autres en les envoyant en prison», a ajouté Barthélemy Dias.

Finissant de dégainer sur son camarade de parti, Barthélemy Dias a sorti ses griffes pour pilonner le procureur de la République Serigne Bassirou Guèye. Lançant un appel au parquetier en chef, Barth a presque fait dans la menace, en lui demandant de se ressaisir, parce qu’il a de la famille et qu’eux ne sont pas des enfants de chœur. «Je lui demanderai de faire un effort pour pouvoir au moins honorer la justice sénégalaise, qui est un pouvoir. Dans cette justice, il y a des hommes et des femmes de refus. C’est une nouvelle génération qui prend le relais dans cette justice».

LE PROCUREUR NE PEUT PAS M’INTIMIDER

Très en colère, Barthélémy Toye Dias de poursuivre : «Je lance un appel à M. Serigne Bassirou Guèye, pour lui dire qu’il a de la famille, il a des voisins, il représente quelque chose dans ce pays et il incarne un pouvoir qui est la justice. Je lui demande de bien vouloir entendre ce qu’on dit, parce que nous ne sommes pas des enfants de chœur. Il est libre de placer qui il veut sous mandat de dépôt, mais que personne ne vienne se plaindre demain pour quoi que ce soit. Parce que je vous l’ai dit, nous ne sommes ni disposés, ni disponibles à nous aplatir. Et vous verrez vous-mêmes ce qui va se passer», a averti Barthélemy Dias.

Avant de conclure sur ce sujet : «J’ai connu trois ou quatre procureurs avant lui ; le procureur de la République ne peut pas m’intimider. Moi, je suis Barthélemy Dias. Je ne fais pas partie des gens qu’on intimide, parce que moi je suis appelé demain à diriger ce pays et personne n’y peut rien du tout, y compris Serigne Bassirou Guèye», a-t-il martelé.

Barthélémy Dias porte plainte contre Tanor et Serigne Mbaye Thiam

content_image
La bataille au sein du Parti socialiste se poursuit de plus belle. En effet, après l’arrestation de Bamba Fall et Cie qui ont été mis aux arrêts, Barthélémy Dias, un des principaux lieutenants de Khalifa Sall a porté plainte contre Ousmane Tanor Dieng et Serigne Mbaye Thiam pour «faux et usage de faux en écriture privée», ajoutant ainsi du piment à une cohabitation sur le point de voler en éclats.

Une reponse du berger à la bergère. C’est ce qu’on peut qualifier le geste de Barthélémy Dias qui a déposé une plainte contre Ousmane Tanor Dieng et Serigne Mbaye Thiam pour «faux et usage de faux en écriture privée».
En effet, après l’arrestation de Bamba Fall et 9 autres de ses camarades de parti, tous réputés proches de Khalifa Sall, le maire de Mermoz/Sacré-Cœur a trouvé la réplique à la mesure de l’affront car considérant que la situation des partisans de Khalifa Sall est l’œuvre du socialiste en chef, Ousmane Tanor Dieng.

A l’en croire, le secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng, et Serigne Mbaye Thiam, le Secrétaire national chargé des élections, ont engagé leur parti en lieu et place du Comité central «le seul habilité à prendre une décision qui peut engager le Ps ».

Et cette plainte, ajoute-t-il, a été déposée «au nom du Secrétariat national de la vie politique qui est chargé de vider les contentieux au sein du Ps» Et cet organe est justement sous la tutelle de l’édile de la capitale sénégalaise, Khalifa Ababacar Sall.

pressafrik.com

Une plainte contre Ousmane Tanor Dieng et Serigne Mbaye Thiam pour faux et usage de faux


La crise qui secoue le Parti socialiste est en train d’atteindre son niveau le plus culminant. Après la convocation des pro Khalifa au tribunal régional de Dakar, le Maire de Mermoz Sacré Cœur a annoncé qu’une plainte contre les nommés Ousmane Tanor Dieng, Serigne Mbaye Thiam et autres  pour faux et usage de faux est présentement sur la table du procureur de la République.

Ce mercredi le maire de la Médina et certains jeune militants socialiste pro khalifa cités dans l’affaire de la casse à la maison du Parti Socialiste le 5 mars dernier 2016, ont été déféré au tribunal régional de Dakar.

Une situation que les camarades de Kalifa Sall considèrent comme de la provocation. Sitôt dans l’après-midi, le maire de Mermoz Sacré Cœur, Barthélémy Toy Dias et ses camarades ont tenu une conférence de presse pour apporter la réplique.

Le maire de mermoz Sacré Cœur a soutenu qu’ils ne comptent pas rester les bras croisés. Mieux, ils ont commis l’avocat Me Mbaye Sène, avocat à la cour pour porter plainte contre Ousmane Tanor Dieng, Serigne Mbaye Thiam et autres pour faux et usage de faux.

En effet, monsieur Serigne Mbaye Thiam a publié un procès-verbal faisant état de résultats de votes qui auraient été organisés par les coordinations du parti socialiste.

« A la lecture de ce Pv de résultats et après vérification, il s’est avéré que certains PV avaient été falsifiés afin d’obtenir ce faux résulta », a fait savoir le maire de Mermoz Sacré Cœur.

Gambie : Tanor pas d’accord avec le discours de la Cedeao

content_image

 

Ousmane Tanor Dieng n’est pas d’accord avec la tonalité du discours de la Cedeao et de la communauté internationale sur la Gambie.

Même s’il dit que la Cedeao est en train de tout mettre en oeuvre pour l’installation du nouveau président élu, Adama Barrow, le président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) invité la communauté internationale à revoir son discours tenu au président de la Gambie, Yaya Jammeh, informe “Sud Quotidien”.

Selon lui, il faut tenir une langage plus diplomatique pour trouver une solution pacifique et pousser Yaya Jammeh à respecter le verdict des urnes et céder le pouvoir à son successeur élu. Tanor Dieng estime, selon “Sud Quotidien”, que les menaces sont de nature à compliquer la situation.

Tanor Dieng : Je suis convaincu que la Cedeao prendra les mesures qu’il faut pour faire savoir à Yaya Jammeh que c’est fini


« Mon souhait le plus absolu est de voir la république islamique de Gambie ne pas tomber dans le chaos, et de recouvrer sa stabilité  » . Un vœu pieux formulé depuis la capitale de la Khadriya  par le président du Hcct à la tête d’une forte délégation de hauts conseillers. En visite à Ndiassane, ce Vendredi 16 Décembre 2016, dans le cadre de la célébration du baptême du Prophète Mohamed Psl, Ousmane Tanor Dieng n’a pas manqué de se prononcer sur la tenue, ce Samedi, à Abudja du sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO.
Il invite ainsi, le président sortant au respect des décisions qui émaneront de cette rencontre afin de préserver la stabilité dans le pays mais aussi, éviter de tomber sous le coup des sanctions que prévoit une réunion du genre. Le président du Hcct se dit convaincu que les différents chefs d’Etat prendront les mesures qu’il faut, pour ne pas dire mises en garde,  pour faire savoir à Yaya Jammeh « que c’est terminé ». « C’est fini pour lui et il faut qu’il le comprenne ».

« Nous pensons que tout ce qui a été dit et entrepris par les uns et les autres va être conforté ce samedi à Abuja. Car c’est ce qui donnera au Conseil de sécurité les moyens de pouvoir indiquer au président sortant, Yaya Jammeh la date limite du 19 Janvier pour quitter le pouvoir. Mais aussi que la meilleure façon de le faire est la passation pacifique de pouvoir avec le vainqueur déclaré de la présidentielle du 1er décembre dernier ».

L’ancien président Abdou Diouf demande à Ousmane Tanor Dieng de soutenir le chef de l’Etat Macky Sall».

L’ancien président Abdou Diouf demande à Ousmane Tanor Dieng de soutenir le chef de l’Etat Macky Sall».
« Je me perds souvent en conjecture lorsque, pour citer le chef de l’Etat Macky Sall, je dis Abdou Diouf. C’est parce que ma relation avec Abdou Diouf date de très longtemps et nous avons toujours d’excellents rapports.
Il m’a confié d’ailleurs, que le président Macky Sall est un grand travailleur, qu’il souhaiterait que nous entretenions des relations très huilées ».

C’est en ces termes que s’est adressé le président du Hcct Ousmane Tanor Dieng à Serigne Mbaye Sy Abdou dit « Ndiol Fouta » à son domicile ; avant dernière étape de la visite du Président et des hauts conseillers auprès des membres de la famille religieuse de Tivaouane, ce mercredi 07 Décembre 2016 en prélude à la célébration du Maouloud Al Nabi.

Chez le marabout, Ousmane Tanor Dieng a été accueilli avec tous les honneurs dus à son rang, mais aussi à celui d’un fils qui continue de perpétuer une vieille tradition, celle de s’enquérir du bien être de l’illustre famille religieuse.

Ainsi, « Ndiol Fouta » de préciser à son endroit que les bonnes personnes ne se perdent jamais de vue, même dans leurs pensées elles se retrouvent.

Serigne Mbaye Sy Abdou formulera des prières pour une bonne marche de cette nouvelle institution dirigée par Ousmane Tanor Dieng avant que la délégation ne prenne congé du marabout.

Au préalable, chez Serigne Mbaye Sy Mansour, le patron du Hcct a eu droit à quelques conseils de la part du religieux l’invitant à ne point prêter oreille à la polémique qui fait rage dans le pays ; du fait, dira t-il « de certains individus qui aiment critiquer et parler pour ne rien dire ; même le chef de l’Etat Macky Sall n’est pas exempt de leurs dénigrements. Je vous recommande d’être au dessus de tout cela et de mener à bien cette mission qui vous est confiée ».

Au pas de charge, la délégation a terminé sa visite à la résidence de Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine, porte parole de la famille religieuse. Ousmane Tanor Dieng de revenir sur la vision du chef de l’Etat qui, dira t-il, les a instruit à recueillir toutes les propositions émanant des collectivités territoriales pour leurs développements.

Le patron du Hcct, qui s’est réjouit du programme du chef de l’Etat de moderniser les cités religieuses n’a pas manqué d’expliquer que ce dernier avait fait la promesse, s’il passait au second tour de la présidentielle de 2012, de tenir compte du programme de chaque candidat et de matérialiser certains dont l’impact serait avéré positif pour le pays.

« C’est ce qui se passe actuellement dans les cités religieuses, et c’est avec un réel sentiment de satisfaction et de fierté de voir que le programme qui avait été initié par le Président Abdou Diouf est en train de se concrétiser.
Je m’en réjouis, tout autant de la présence des familles religieuses au sein du Hcct. Car, nul n’ignore que le Sénégal doit sa stabilité, en grande partie à ses hommes religieux» termine le Président du Hcct.

dakarposte

Audience : Tanor, Niasse, Me Diouf, Robert Sagna au Palais

Audience : Tanor, Niasse, Me Diouf, Robert Sagna au Palais
 Hier, on a assisté à un ballet de leaders politiques de la mouvance présidentielle au Palais. Après avoir présidé la réunion du Conseil des ministres, Macky Sall a reçu dans la soirée le Secrétariat permanent de Benno Bokk Yakaar (Bby) piloté par Mor Ngom, élargi aux leaders de la coalition de la majorité.
Les radars de « l’As » ont aperçu arpenter les marches menant au bureau de Macky Sall, le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, le président du Hcct Ousmane Tanor Dieng, Robert Sagna, Me El hadj Diouf pour ne citer que ceux-là.
D’après le journal, le chef de l’Etat se concerte avec ses alliés sur plusieurs points dont le processus électoral un peu confus par le rythme de caméléon noté au niveau des commissions administratives, sur la confection des cartes nationales d’identité biométriques qui suscitent beaucoup d’inquiétudes.
Pourtant, le ministre de l’Intérieur a donné des assurances en Conseil des ministres. Abdoulaye Daouda Diallo a rappelé que l’ancien fichier est utilisable en cas de pépin et qu’il n’y a pas péril en la demeure.

Gestion transparente : Birahime Seck rappelle à Tanor sa déclaration d’août 2013

Nouvellement installé à la tête de la nouvelle institution de la République qu’est le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) avec un budget de 6 milliards FCFA, Ousmane Tanor Dieng est dans le collimateur des lanceurs d’alerte à l’image de Birahime Seck du Forum Civil. Ce dernier, dans une note, a voulu rappeler au patron du parti socialiste, sa déclaration faite il y a 3 ans.

‘’En août 2013, le bureau politique du Parti socialiste avait sorti un communiqué dans lequel nous pouvions lire : « la transparence, érigée en norme d’une gouvernance vertueuse incline à respecter la réglementation sur la commande publique et à ne recourir au marché par entente directe que dans les cas prévus par la réglementation », a M. Seck.

Aujourd’hui, s’interroge-t-il, ‘’en assurant la présidence du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), monsieur Ousmane Tanor Dieng, va-t-il suivre le mauvais exemple de l’Assemblée nationale et du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) ? Le HCCT refusera-t-il d’appliquer le Code des marchés publics en conformité avec sa déclaration d’Août 2013?’’

Ousmane Tanor Dieng déterminé à réussir sa mission à la tête du HCCT

 

content_image

Le président du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), Ousmane Tanor Dieng, qui s’est entretenu mardi avec le chef de l’Etat, a fait part de sa détermination à réussir sa mission.

« C’était un échange utile et j’ai pu lui dire comment je voyais les taches qui m’attendaient et lui montrer la détermination que nous avons pour assumer notre tâche », a-t-il notamment déclaré.

M. Dieng, également secrétaire général du Parti socialiste (PS, mouvance présidentielle) s’exprimait à sa sortie d’audience avec le président de la République, Macky Sall.

Il a assuré que le HCCT permettra de « relayer, mais aussi de recueillir les échos des collectivités territoriales ».

Le HCCT compte 150 membres dont 80 élus le 4 septembre dernier à l’issue d’un scrutin indirect à un tour. Les 70 membres ont été nommés par le président de la République, Macky Sall.

Le HCCT a été créé par la loi constitutionnelle n°2016-10 portant révision de la constitution et adoptée par référendum le 20 mars 2016.

Ses membres sont désignés pour un mandat de cinq ans.

Le Haut conseil reçoit et examine les rapports sur le contrôle de légalité des collectivités territoriales et élabore un rapport annuel destiné au président de la République.

Aps

Tanor et son Hcct à Touba

Tanor et son Hcct à Touba
 Pour son premier périple, deux semaines après son installation  » par le Président Abdou Diouf, hop!  » par le Président Macky Sall ( pour éviter de faire le même lapsus qu’Ousmane Tanor Dieng ), le Haut conseil des collectivités locales s’est rendu à Touba pour rencontrer le Khalife Général des Mourides et son porte-parole Serigne Bass Abdou Khadre.
Il s’est ensuite rendu chez Sokhna Bali Mbacké où il a eu droit à un véritable festin.

Interpellé sur les ambitions qu’il nourrit pour Touba, Ousmane Tanor signifie que la cité aura une place centrale dans sa feuille de route.

Il rappelle que dans son .programme de société en tant que candidat à la dernière présidentielle, il avait une rubrique dénommée  » Equipements et  modernisation des cités religieuses  ». Il bouclera son entretien avec la presse par  » si je vois Macky Sall le réaliser, je ne peux que m’en féliciter…  »

Khalifa Sall : Pourquoi j’ai salué Tanor Dieng à Touba…


Khalifa Sall vient d’expliquer il est allé vers Ousmane Tanor Dieng pour le saluer et lui servir une accolade dès qu’il l’a vu devant le portail de la maison du Khalife Général des Mourides.
« Ce geste est le plus normal que je pouvais faire. C’est un socialiste et puis chef d’institution. C’est le dépasser sans le saluer qui aurait été bizarre. Je l’aurais fait, vous parleriez de scandale ».
Khalifa Sall de confier que son geste ne saurait avoir de connotation quelconque, expliquant que les divergences  politiques qui existent au sen du parti sont dues au caractère démocratique du parti.

Après Niasse et Tanor, Youssou Ndour fait allégeance à Macky


L’annonce a été faite dans l’émission d’Amobé Mévégué sur France 24; alors qu’il était venu pour la promotion de son nouvel album  »Africa Rek ».

Le roi du Mabalax qui avait vu sa candidature rejetée par le Conseil constitutionnel en 2012, sous le régime d’Abdoulaye Wade. Et Youssou Ndour avait, par la suite, rejoint l’opposition qui avait fini par se retrouver avec Macky Sall lors du deuxième tour. Ainsi, certains observateurs s’attendaient à ce que l’artiste se présente à la prochaine élection présidentielle 2019.

Seulement, ceux qui attendait du leader du mouvement de ‘Fékémaci bolé’’ être candidaat, peuvent déchanter, car Youssou Ndour ne sera pas candidat. Le roi du Mbalax déclare à qui veut l’entendre : ‘’ je ne serai pas candidat en 2019, je vais accompagner la candidature du Président Macky Sall’’ et je souhaite qu’il ait un second mandat ».

Mise en place du Hcct : Tanor et le Ps ressuscités, Macky roulé dans la farine

Comme prévu et annoncé depuis belle lurette le secrétaire général du Parti socialiste a été porté par le Président de la République à la tête du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Ainsi, selon plusieurs analystes politiques, Tanor Dieng aurait roulé Macky Sall à travers cette nomination. Une nomination qui, au-delà de ses effets revigorants sur le Parti socialiste et son Chef Tanor Dieng, va remettre totalement en cause la recomposition du champ politique et l’évolution du parti présidentiel surtout dans les zones que l’Apr avait réussi à chiper au Ps.

 

Une analyse fine de la situation politique nationale, après la mise en place du Hcct permet de découvrir le malaise ambiant qui cerne la nomination de Tanor Dieng à la tête de cette nouvelle institution. Les relations entre le président de la République et le secrétaire général du parti socialiste ont certes toujours été empreintes de cordialité et de loyauté mais nul n’osait parier avec certitude que le locataire du palais irait jusqu’à confier au premier des verts cette nouvelle institution qui selon certains observateurs « en plus d’être budgétivore ne sert qu’à caser une clientèle politique ». C’est oublier la confiance aveugle affichée par le président de la république depuis le début de son compagnonnage avec Ousmane Tanor Dieng qui plus que ses propres militants de la première heure est un confident mais aussi et surtout un homme politique au carnet d’adresse très fourni et en qui il a une entière confiance.

 

Le Ps derrière l’Apr dans le département de Mbour

 

A la sortie des élections locales de 2009, le parti socialiste malgré un état moribond continuait toujours de régner en maitre sur le département de Mbour où il contrôlait la quasi-totalité des seize communes. Cette hégémonie sera mise à rude épreuve en 2014 par l’Apr qui au gré des transhumances le supplante sur la petite cote. Somone, Nguékokh, Thiadiaye, Ndiaganiao, Fissel, Malicounda, Sesséne et Sandiara sont allées dans l’escarcelle du parti présidentiel. Diass et Joal Fadiouth se sont rangées dans les valises de l’Afp.

 

La station balnéaire de Saly est gagnée par un transfuge du Ps qui a déposé ses baluchons au parti de Moustapha Sy Djamil à savoir Bes du Niakk. Le parti socialiste se retrouve avec le communes de Mbour, Sindia, Nguéniene, Ngaparou et celle de Popenguine Ndayane. Soit cinq sur les seize que compte le département. Plus qu’une perte de terrain c’est le crépuscule des verts malmenés de tous les côtés par les marrons qui ne leur cèdent plus la plus petite parcelle de terrain. A l’Assemblée nationale, le parti socialiste ne compte qu’un seul représentant en l’occurrence Maguette Dioh de Joal. Pareil au Conseil économique social et environnemental ou seule madame Yacine Ndao siège. A l’échelle politique nationale les fissures, contestations et rébellions sont devenues monnaie courante.

 

Sentant le vent tourner dans le mauvais sens, l’étalon de Nguéniene change de fusil d’épaule et affiche ouvertement son allégeance au président de la république. Il facilite l’accès de Macky Sall auprès du président français François Hollande. Il use de son entregent et de son influence pour pacifier les relations entre les militants de la coalition Bby et se soumet pieds et poings liés à Macky Sall à qui il fait obligation de créer le Hcct, à défaut de ressusciter le Sénat. Ce qui serait un reniement certain et moyen pour l’opposition de tirer à boulets rouges sur le chef de l’état.

 

Les calculs politiques de Macky Sall

 

En acceptant de mettre sur pied le Haut conseil le président de la république fait de son coté d’une pierre trois coups. D’abord mettre au même pied d’égalité Ousmane Tanor Dieng et Moustapha Niasse, les deux plus grands rivaux de la scène politique sénégalaise dont l’antagonisme ne date pas d’aujourd’hui. La rivalité entre eux est, on peut dire, le déclencheur de la descente aux enfers du Ps qui prit, en 1996, un sacré coup avec le départ de Niasse. Un affaiblissement entre autres facteurs qui eut raison du candidat Diouf à l’élection présidentielle de 2000. Plus récemment encore, cette rivalité entre Niasse et Tanor avait fait capoter toutes les chances de regroupement de l’opposition en 2012.

 

Le second coup de poker de Macky est caser les déçus de son parti qui commencent à être nombreux et qui réclament davantage de postes tout en criant leur inquiétude de voir les alliés mieux servis que les compagnons de la première heure. Et enfin, le troisième coup du Président de l’Alliance Pour la République Macky Sall est la mise sous son contrôle total du Parti socialiste comme ce fut le cas avec Moustapha Niasse qui a juré publiquement fidélité, loyauté et allégeance à Macky Sall jusqu’après 2019 tout en déshéritant violemment et à fort renfort d’insultes tous ceux qui dans son parti l’Afp auraient des ambitions présidentielles.

C’est chose faite aujourd’hui, car au lendemain de la signature du décret portant Ousmane Tanor Dieng à la tête du Hcct, le patron du Ps a déclaré solennellement et officiellement que son parti ira aux prochaines élections législatives avec la coalition de la mouvance présidentielle Benno Bok Yaakar.

 

 

Mais le revers de la médaille se trouve encore à Mbour où, en dotant Ousmane Tanor Dieng d’une institution au coût avoisinant les huit milliards, il permet au sphinx de renaitre de redynamiser et de faire revire son parti en plus de jouir lui-même d’une seconde jeunesse. Par cette nomination le président de la république met le premier des socialistes au-dessus de tous ses propres poulains qui désormais comme une reconnaissance tacite sont obligés de se soumettre au désidérata du maire de Nguéniene.

Puisque comme nul ne l’ignore, le département de Mbour est aussi le fief du directeur de cabinet de Macky Sall qui pourtant ne dispose pas d’une telle manne financière. Son homologue ministre conseiller du chef de l’état en agriculture et par ailleurs maire de Sandiara est logé à la même enseigne. Ainsi commencent à naitre les frustrations qui même si elles restent encore sous le couvert de l’anonymat ne tarderont pas à exploser au grand jour. Une situation qui avec certitude ne fera encore que fissurer les rangs d’un parti ou la guéguerre est quotidienne

 

 

Tanor Dieng et le Ps ressuscités

 

A Mbour d’ailleurs les verts semblent l’avoir tellement compris que même ceux qui s’étaient terrés commencent à reparaitre au grand jour à l’image de Moustapha Ndiaré Faye cet ancien des jeunesses socialistes qui était porté disparu depuis belle lurette et qui pourtant est revenu expressément de Dakar pour tirer à boulets rouges, lors d’une conférence de presse tenue à la mairie, sur Barthelemy Diaz et ses frères de parti de la Jds. Un fait qui irrite encore plus les apéristes qui ne trouvent d’ailleurs d’autres solutions que d’ironiser sur le secrétaire général du parti socialiste qui selon eux de « maigrichon aux joues creuses risque de passer obèse, parce que nous lui avons donné les moyens de s’engraisser et de nous commander alors que nous l’avions emmené avec son linceul jusqu’au bord de sa tombe ».

 

Une phrase qui résume à elle seule toute l’étendue de la frustration des militants du parti au pouvoir qui se sentent »humiliés et flagellés par leur propre mentor ».

 

Face à ce dilemme cornélien une seule alternative s’offre au président de la république : « promouvoir le directeur de cabinet et lui offrir un poste juteux à la dimension de celui donné à Ousmane Tanor Dieng et pourquoi pas le ministère de l’intérieur », une façon selon notre interlocuteur de rééquilibrer les forces avec le leader du parti socialiste. Outre cette alternative point d’autre solution ne saurait éviter la renaissance du Ps qui du coup « entrainerait à nouveau la décadence de l’Apr ».

 

 

Reste à savoir ce que décidera le président de la République qui, c’est certain, ne restera pas insensible à la colère de ses proches surtout que le département de Mbour compte un poids électoral plus important que des régions telles que Kédougou, Louga ou sa propre localité Fatick. Donc une localité à ne surtout pas perdre. Mais il va falloir faire vite puisque les législatives c’est demain mais elles se préparent et se gagnent ou se perdent aujourd’hui et … sur des frustrations.

Patrimoine du Ps, licences de pêche, passeports chinois : Bamba Fall ressort les cafards de Tanor.

content_image

 

Le fossé se creuse de plus en plus entre la direction du Ps et les partisans de Khalifa Sall dont l’un des plus en vue, Bamba Fall, le maire de la Médina.

Ce dernier promet de porter plainte contre le secrétaire général du Ps, Ousmabne Tanor Dieng. Il entend lui demander de s’expliquer sur la gestion du patrimoine du Ps légué par Abdou Diouf, les licences de pêche et les passeports chinois.

Cette sortie de Bamba Fall, invité de Sen Jotaay, sur la Sen Tv, fait suite à sa convocation à la Dic dan le cadre de l’enquête sur les violences qui ont émaillé une réunion du Ps au mois de mars dernier. (Source : La Tribune)

Faux et usage de Faux : Me Aïssata Tall Sall mandatée pour attaquer Tanor et Cie

content_image
Barthélémy Dias avait annoncé une plainte pour “faux et usage de faux” contre les responsables du Parti socialiste (Ps), après la publication des résultats issus de la consultation des coordinations, rendus publics par Serigne Mbaye Thiam.
Lesquels résultats donnent mandat à la Direction du Ps de participer aux prochaines législatives sous la bannière de la coalition “Benno Bokk Yaakaar”.

L’on apprend que Me Aïssata Tall Sall, avocate à la Cour, a été mandatée par ses camarades contestataires pour déposer la plainte. “Le Ps n’ira pas aux élections législatives sous la bannière de Bennoo Bokk Yaakaar qui est une escroquerie politique.

Ce n’est pas le Comité central qui a validé les résultats des consultations mais plutôt le Bureau politique qui n’est pas habilité à le faire”, avait pesté, hier, aux Parcelles Assainies, Barthélémy Dias, annonçant le dépôt d’une plainte, ce mardi.

Seneweb

L’analyste politique Yoro Dia décrypte le choix de Tanor à la tête du Hcct

content_image

 

Le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) sera dirigé par le secrétaire général du Parti socialiste (PS), Ousmane Tanor Dieng. Un choix stratégique du chef de l’État en vue de la prochaine présidentielle ? Oui, selon le journaliste et politologue Yoro Dia.

« Le génie politique de Macky Sall s’est de pouvoir maintenir sa coalition Benno book Yakaar (Bby) avec Moustapha Niasse et Ousmane Tanor Dieng aussi longtemps que possible, décrypte-t-il sur le plateau du Grand Jury de la Rfm dont il était l’invité ce dimanche. Abdoulaye Wade était premier au premier tour en 2012, Macky deuxième, Niasse était troisième et Tanor quatrième. Ce qui veut dire que, en maintenant Niasse et Tanor dans sa coalition, Macky Sall a un bloc hégémonique. C’est comme cela qu’il faut comprendre le Hcct. En mettant Tanor à la tête du Hcct, Macky a la garantie qu’il a le soutien des socialistes ainsi que pour Moustapha Niasse à l’Assemblée nationale. »

Rien ne va entre Macky et Tanor Dieng

content_image

Ousmane Tanor Dieng du Parti Socialiste

Le patron du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng, serait très fâché contre l’Alliance pour la République (Apr) de Macky Sall. Selon “L’As”, les accords qu’il a passés avec Macky ont été complètement remis en cause. Il était convenu que dans les localités où le Ps est représentatif que les deux partis se partagent les postes. Or, c’est le cas à Tivaouane et Tambacaounda par exemple, le Ps a constaté que l’Apr a pris tous les sièges en jeu.

Ce qui étonne davantage Tanor, c’est que c’est Macky Sall, lui-même, qui les a validés, note “L’As”. D’ailleurs, dans le communiqué de son Secrétariat exécutif national, le Parti socialiste déplore “l’attitude boulimique de l’Apr dans beaucoup de localités”. Certains conseillers socialistes avaient même plaidé pour que le Ps sorte de la coalition “Benno Bokk Yaakaar”, mais Tanor a finalement joué aux sapeurs-pompiers…

Source Seneweb

Le plan de Khalifa pour doubler Tanor

content_image

Le maire de Dakar, Khalifa Sall, et ses partisans miseraient sur la prochaine réunion du Comité central du Ps pour s’emparer des commandes du parti aux dépens de l’actuel secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng. La date de la rencontre n’est pas encore connue. Le Bureau politique, qui doit la fixer, ne s’est pas encore prononcé.

D’ici là, souligne Wal fadjri dans son édition de ce lundi, les socialistes pro-Khalifa Sall vont tenter de convaincre les différents responsables Ps de l’intérieur du pays du bien fondé de leur combat pour une alternance au sommet du parti. C’est, selon le journal, le sens des tournées dans les autres régions du Sénégal entreprises par Barthélémy Dias et d’autres proches du maire de Dakar.

« Tanor contrôle le secrétariat exécutif national et le Bureau politique, mais le Comité central échappe à son contrôle », signale un pro-Khalifa Sall dans les colonnes de Walf.

Réunion du PS : Barthélémy Dias attaque Tanor qui se réfugie derrière les Pangols

Secrétariat exécutif du PS : Barthélémy Dias s'en prend à Tanor

La réunion du secrétariat exécutif du PS, hier, mercredi 22 juin, était très animée. Elle a été  l’occasion pour Barthélémy Dias de tancer Tanor Dieng, à qui il reproche d’avoir déposé une plainte contre des militants socialistes. Tanor de répondre que la haine visible pour sa personne ne ‘ébranle pas car il est protégé par Pangols de sa ville natale.

S’adressant directement et à haute voix à Tanor, Dias a dénoncé selon le journal « cette tendance pernicieuse de régler un problème politique par la justice ».

S’interposant, le porte-parole du PS, Abdoulaye Wilane, demande : « C’est comme cela que tu parles au Sg ? » Le maire de Mermoz-Sacré Cœur de marquer une pause : « Vous voulez me couper la parole ? C’est maintenant que vous pouvez le faire, parce que je fustige ce que vous êtes en train de faire. »

C’est ainsi qu’intervient Tanor pour demander à Wilane de laisser son camarade s’exprimer. Avant d’ajouter : « De toutes les façons, les camarades apprécieront. Je sais qu’il y a des gens qui ne veulent même pas me voir en peinture. Heureusement que les pangols de Nguéniène vont me protéger. »

Source : L’As

Tanor à la tête du Haut conseil des collectivités : Macky nourrit l’ogre qui va le dévorer demain

content_image

25 des 150 sièges du futur Haut conseil des collectivités locales iront au Ps dont le secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng aura la charge de piloter. Cette information si elle est avérée, conforte la position des faucons de l’Alliance pour la République qui pensent que Macky Sall est en train de nourrir l’ogre qui le dévorera demain.

Pour ces caciques de la formation des Républicains, le Président de l’Apr joue à un jeu dangereux avec des alliés qui ne sont pas dignes de confiance. « Le Parti socialiste a clairement déclaré qu’il veut conquérir le pouvoir et n’a encore donné aucun gage de soutien à Macky Sall pour la Présidentielle de 2019. Maintenant si Macky Sall continue dans sa logique d’engraisser d’éventuels adversaires, le réveil peut être brutal pour lui et son parti », confie Pape Mbaye, un analyste politique de la place.

Barthélémy Dias se rebelle contre Tanor Dieng

content_image

Le maire socialiste de Mermoz-Sacré Cœur, Barthélémy Dias, demande au secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng, de retirer la plainte qui vaut des convocations à la police à des jeunes soupçonnés d’avoir participé au saccage du siège du parti au mois de mars dernier.

« Des socialistes n’ont pas le droit de porter plainte contre des socialistes, seulement pour les beaux yeux du Président Macky Sall », a déclaré Dias hier, vendredi 17 juin, aux abords des locaux de la Brigade des affaires générales où étaient entendues les personnes mises en cause.

Ces derniers, estime l’édile de Mermoz-Sacré Cœur dans L’AS de ce samedi, « ne sont pas des nervis ».  Ce sont « des socialistes qui détiennent des cartes de membres du Ps. Des nervis ne peuvent pas détenir des cartes de membre du Ps. Je lance un appel pour l’unité et la cohésion au sein de notre parti ». Tanor appréciera.

Tournée du Ps en France : Tanor sur les pas de Aissata Tall Sall

 

Tanor

Ousmane Tanor Dieng fera une tournée en France avec  Vision Socialiste France pour rencontrer les sénégalais de la diaspora. Cette tournée, selon certains experts en politique, serait un moyen d’effacer les pas de Aissata Tall Sall dans l’Hexagone.

La première étape de cette tournée se déroule dans le Grand Sud et sous la présidence effective du Secrétaire général du Parti Socialiste Sénégalais, monsieur Ousmane Tanor DIENG. Il sera accompagné d’une délégation composée notamment du porte-parole adjoint du Parti Socialiste Sénégalais, Me Moussa Bocar THIAM.
La tournée débutera le Samedi 21 Mai sous la responsabilité de Mody Gaye BA, coordinateur VSF de la cellule régionale Sud-est.

Les activités se poursuivront à Marseille par des rencontres avec les sénégalais et discussions autour de la situation politique et économique du Sénégal et des Sénégalais de la diaspora et des rencontres avec les autorités locales sont prévues.

Tanor et ses camarades de parti demandent à Macky de mater les enseignants grévistes

Tanor

Hier, jeudi, la crise dans le secteur de l’éducation était au menu du Secrétariat exécutif national du Parti socialiste (Ps). A en croire nos confrères du « Populaire », Ousmane Tanor Dieng et ses camarades ont appelé le Président Macky Sall et son gouvernement à faire preuve de fermeté à l’endroit des enseignants grévistes afin de trouver une solution définitive.

Babacar Diop, président de And dollel Khalifa Sall : « La position de Tanor est une honte! »


Babacar Diop, président de And dollel Khalifa Sall : « La position de Tanor est une honte! »
Babacar Diop, président de And dollel Khalifa Sall, sur la position de Ousmane Tanor Dieng, Secrétaire général du Parti Socialiste, déclare : «And dollel Khalifa Sall appelle au boycott parce qu’aller aux urnes, c’est cautionner le référendum. Il faut montrer à la face du monde que le Président Macky Sall n’a pas respecté son engagement de réduire son mandat de sept à cinq ans. En réalité, il n’a pas de bilan à présenter aux Sénégalais. J’estime que la meilleure façon, c’est de s’abstenir. Les milliards qu’il compte investir dans ce référendum pouvaient régler les problèmes des travailleurs des collectivités locales qui sont restés des mois sans salaire, des enseignants, des agents de la santé. Il n’a qu’à aller à l’Assemblée nationale pour valider son projet. Maintenant, sur la plupart des plateaux de télévision, des Socialistes ont été plus remarqués que les responsables de l’Apr. La position du Secrétaire général Ousmane Tanor Dieng est une honte. Le Comité central avait décidé d’investir un candidat qui sera issu de la famille socialiste.»