Tag Archives: vacances

Le gouvernement en vacances, El Capo, Cobra… à l’intérim

Le président SALL est donc reparti en vacances. Très loin, il s’en allé, laissant le pays dans le marasme le plus total après une fête de Tabaski catastrophiquement célébrée dans ce contexte de dèche nationale. 

Quatre mois après avoir été au Maroc, où il se vautrait pour, disait-on, préparer un nouvel attelage gouvernemental, Macky SALL est donc reparti, comme pour ne point entendre les sanglots des Sénégalais à qui il n’a laissé qu’un film de mafia où les El Capo, Cobra et autres dinosaures font feu de tout bois.

« Il nous a été donné de constater que la situation pluviométrique est déficitaire dans le pays sauf au sud-est ; les jeunes plants ont connu un stress, ce qui a valu aux paysans des resemis sans succès ; l’état d’embonpoint des animaux se dégrade, entraînant une perte jamais imaginée depuis plusieurs décennies (…) Les agriculteurs et éleveurs du Sénégal traversent en ce moment une période grave qui mérite l’attention du gouvernement, en vue de trouver des voies et moyens de leur venir en aide ».

C’est le cri de cœur lancé, ce dimanche, par le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (CONGAD). Une situation catastrophique dans un monde rural où s’installe la psychose d’une sécheresse exacerbant la famine qui pointe déjà.

Seulement, cette alerte du CONGAD, il n’y a personne pour l’entendre du côté du gouvernement. Macky SALL et ses ministres sont partis en vacances depuis bien avant la « Takascrise ». Pourtant les paysans ne sont pas les seuls à plaindre.

Dans une précédente chronique, nous vous parlions de l’énorme dette intérieure qui a fini de paralyser de nombreuses entreprises qui ont répercuté la crise sur leurs travailleurs. Ceux de la Société de Génie Civil (SOGEC) ont assiégé non pas leur lieu de travail mais le domicile de leur directeur à qui ils réclament neuf mois d’arriérés de salaire.

« Le boss nous avait convoqués à midi, il nous a dit d’attendre. Et jusqu’à 18h, il ne s’est pas présenté. Et c’est la raison pour laquelle, nous sommes venus à son domicile. Et si on ne perçoit pas nos salaires, nous allons y passer la nuit. Les gens sont fatigués, bientôt neuf mois sans salaire et la Tabaski pointe à l’horizon».

Malgré ce cri de cœur de Gaby DIAW, délégué du personnel, les travailleurs n’ont rien obtenu. A la place des salaires, ce sont les forces de l’ordre qu’ils ont vues. A l’instar de nombreuses entreprises des Bâtiments Et Travaux Publics à qui l’Etat doit des milliards, la SOGEC est à bout de souffle.

Pendant ce temps, du côté du gouvernent, on prend son pied pour un repos bien immérité. Si le leader de l’APR a attendu la célébration de l’Eid el-Kebir, contraint par la traditionnelle prière à la grande mosquée, ses ministres, quant à eux, ont disposé de leurs congés dès le début de ce mois. La dernière réunion du Conseil des ministres, prévue mercredi 7 août 2019, a été purement et simplement annulée.

Le seul membre du gouvernement qui s’activait réellement, c’est le ministre Samba Diobène KA qui se pavanait de marché en marché pour, en définitive, un résultat catastrophique. Une fête de Tabaski comme celle de 2019, rares sont les Sénégalais qui s’en rappellent. Casser sa tirelire pour en fin de compte rentrer avec un petit ruminant, a été le lot de nombreux Sénégalais qui ont vainement attendu les Maliens et autres Mauritaniens qui approvisionnaient le marché local.

« Pour la Tabaski, ce n’est pas une production sénégalaise. Il faut que les gens sachent cela. C’est la production de l’Afrique de l’Ouest. On importe du Niger, du Mali, de la Mauritanie, du Burkina Faso, etc. Donc, c’est un marché régional… Cette année, la plupart des acteurs du secteur de l’élevage n’ont pas été impliqués dans l’opération Tabaski ».

C’est ainsi que Mamadou FALL, président de l’Association nationale des professionnels de la viande et du bétail, explique la pénurie de mouton. Pour un département ministériel qui, depuis des décennies, s’assigne comme seule mission l’approvisionner du marché sénégalais en moutons, Samba Diobène KA a étalé son incompétence. Comme s’il suffisait de se nommer KA ou encore de porter le prénom Samba pour être un bon ministre de l’Elevage.

Aussitôt après avoir effectué la prière de l’Eid el-Kebir, Macky SALL s’en est allé contempler les lumières de la tour Eiffel. Son retour serait prévu pour le 2 septembre prochain. Près de quinze jours de vadrouille qui vont couter cher au contribuable. Au même moment, les Sénégalais qu’il laisse derrière, malgré le marasme, sont moins préoccupés par Aliou SALL et Frank Timis. El Capo, Cobra et autres sont passés par là…

Mame Birame WATHIE

Vacances Citoyennes 2018:Ziguinchor abrite la cérémonie officielle de lancement

 

C’est un Mame Gorgui Ndong très en forme qui a fait face à la presse ce vendredi matin pour décliner les grandes lignes qui vont articuler les vacances citoyennes édition 2018.Entouré de ses proches collaborateurs dont madame Aissatou Traoré directrice du CNID,le Ministre de la jeunesse a d’emblée annoncé que le budget prévu pour cette année s’élève à 300 millions frcfa validé en conseil des Ministres.Le Ministre de dire que d’autres appuis sont attendus des autres acteurs non étatiques(messènes,entreprises,Ong).

L’édition 2018 sera marquée par des innovations qui seront apportées à la mise en œuvre des activités de portée citoyenne déroulées dans toutes les régions du Sénégal et coordonnées par les gouverneurs de région.Certaines activités seront portées par des acteurs du secteur tandis que  d’autres seront déroulées par des partenaires.

Monsieur Mame Gorgui Ndong  a  dans son speech annoncé  l’implication de tous les jeunes du Sénégal sans discrimination aucune.Tout le monde est invité à prendre part à ces moments de réflexion,de partage et de sensibilisation.

L’édition 2018 sera clôturée à Dakar le 30 septembre 2018.

Nous y reviendrons.

Vacances citoyennes 2018:coup d’envoi donné ce 1er Aout

 

Les vacances citoyennes, instituées par le Chef de l’Etat et mise en œuvre par le Gouvernement à travers le Ministère de la Jeunesse, de la Construction citoyenne et de la promotion du Volontariat, constituent un cadre d’éducation par l’action et offrent en même temps des opportunités de mettre en exergue les valeurs fondamentales qui donnent à la citoyenneté tout son sens, principalement la solidarité et le volontariat.

L’édition 2018, placée sous le thème « Engagement citoyen et volontaire pour un Sénégal de Tous » et qui va se dérouler du 1er août au 30 septembre sur l’étendue du territoire national, prévoit l’implication du plus grand nombre d’acteurs possible, étatiques et non étatiques, pour en particulier venir en aide aux populations les plus vulnérables directement ou par le biais de politiques publiques.

Toutes les forces vives du pays sans exception, mouvements de jeunesse, partis politiques, acteurs culturels, organisations syndicales, mouvements de la Société civile, etc., sont conviées à participer, à leur guise, à la réalisation de cette œuvre nationale de haute portée citoyenne.

senelux.com

Vacances gouvernementales : comment les ministres de Macky se la coulent…douce

  1.  

 

«Les ministres paient leurs quartiers d’été», titre L’Observateur. C’est ainsi que le quotidien de la Médina définit le temps de vacances du Gouvernement sénégalais.

Après presqu’une année au service de la Nation, les «Commandos» de Macky Sall se paient un petit temps de repos. Un moment pour certains de profiter de ce qui leur manquait. En tout cas, les sensations sont diverses. Ce, pour 10 jours ou une semaine.

Pour madame la Ministre de la Promotion des Investissements, des Partenariats et du Développement des Téléservices de l’Etat, Khoudia Mbaye, c’est un temps de «rattrapage des retards de sommeil et de lecture».

D’autres, par contre, profitent de la saison hivernale pour aller cultiver la terre. C’est le cas de Mbagnick Ndiaye, Ministre de la Culture et de la Communication. A l’en croire, ce moment est une occasion pour «labourer son champ et bouffer du «thiéré».

Aussi, constate L’Observateur, le Ministre des Postes et Télécommunications, Abdoul Yaya Kane, semble, également, être un adepte de la terre et de la culture. Si bien qu’il effectue, à son tour, «un retour à la terre» pendant ce temps de latence du Gouvernement.

En effet, L’Observateur, qui a consacré un dossier aux vacances des hommes et femmes du Gouvernement de Macky Sall, constate, par ailleurs, que la Ministre de la Fonction publique Viviane Bampassy, en profite pour «devenir maman à temps plein, lire et faire du sport».

Le Ministre a posté quelques en début de semaine en annonçant des matchs de footballauxquels il devait prendre à Linguère dans le Djilof.

 

Le Président de la République, Macky Sall, quant à lui, est à la Mecque. Une occasion pour lui de sacrifier au rituel du pèlerinage de la Oumra.

Senelux.com

Air de vacances et aire de jeux à l’ère du buzz ! Par Ballé Préra

Après plusieurs mois d’études et de dur labeur, quoi de plus normal que de s’octroyer des jours, voire quelques semaines de farniente ? Une occasion pour se distraire, s’occuper d’autres choses et changer d’air et d’atmosphère en vue de recharger les batteries et de préparer de manière apaisée la rentrée, notamment pour les élèves et les étudiants.

En réalité, il est même fortement recommandé, pour la santé de l’esprit et du corps, d’observer des pauses dans toute activité humaine pour accroître son efficacité.

Mais la distraction dont il s’agit ici est un divertissement sain et utile. Or, nous remarquons depuis plusieurs années et de manière plus accentuée une orientation particulière de notre frange juvénile et vulnérable vers des « activités de vacances » et programmes télévisuels puissamment sponsorisés et qui privilégient à outrance la musique, le football et le théâtre avec, derrière, un vrai business pour certains.

Pour ces programmes dits de vacances, l’espace temporel de l’hivernage ne constitue souvent qu’un prétexte commode pour rentabiliser leurs affaires car se poursuivant jusqu’au mois de décembre ou janvier, bien après la rentrée des classes. Les violences, tiraillements et querelles de leadership notés depuis plusieurs années autour des « navétanes » doivent faire réfléchir sur les véritables motivations de leurs promoteurs et pousser les pouvoirs publics et populations à exiger leur assainissement afin de ne pas transformer ces aires de jeux en espaces dévoyés et peu civilisés, au grand dam du plus grand nombre, au profit d’une poignée d’acteurs.

Les moments de vacances peuvent notamment être l’occasion de déplacements des enfants pour un meilleur brassage des familles, l’apprentissage des écritures saintes ou l’initiation aux métiers et autres activités champêtres permettant aux jeunes de mieux connaître les valeurs qui structurent leurs sociétés durant ces mois de break.

En suivant ces programmes, qui débordent largement le cadre des vacances, on demeure convaincus que le projet est de faire du Sénégalais, un citoyen absolument festif et distrait qui place la distraction, souvent futile, devant les vertus du travail utile. Alors que c’est l’inverse qui devrait être de mise, si on ne veut pas mettre la charrue devant les bœufs. Le jeune citoyen sénégalais a besoin d’être préparé à une meilleure prise en charge de ses futures et lourdes responsabilités. Nos défis sont un vaste champ que nous devons labourer avec abnégation et discernement !

Comprenons-nous bien, il n’y a aucun mal à se distraire, par le sport et la culture, bien au contraire, cela est même indispensable pour chasser l’ennui, mais faudrait-il le faire sainement. Toutefois, il convient de donner la priorité aux priorités et de ne pas confondre les moyens et la finalité. Le développement intégral et harmonieux de notre pays en dépend.

Ne nous trompons pas de but !

La violence aveugle et meurtrière avec l’effondrement d’un mur du stade Demba Diop, lors de la finale de la Ligue de football entre le Stade de Mbour et l’Union sportive de Ouakam (USO), renseigne à souhait sur le processus d’effondrement et de fuite (pourquoi pensez-vous aux fuites du BAC 2017 ?) de nos valeurs faites de fraternité, d’honnêteté, de paix et de sens des responsabilités. Un esprit morbide et « hors-jeu » escorte de plus en plus les compétitions sportives alors qu’il devrait s’agir d’une émulation saine faite de fair-play et de sportivité. L’altérité ou la considération d’autrui est une des exigences du commun vouloir vivre ensemble.

Réseaux sociaux ou caniveaux sociaux ?

Ce projet sociétal est aujourd’hui sous la menace de l’explosion des réseaux sociaux qui ont fini de nous transformer tous en producteurs et consommateurs excessifs d’informations des plus utiles aux plus saugrenues. Les filtres tombent sous les coups de boutoir des diffusions et partages sans vérification aucune mais aux dégâts multiples. Pourvu que ça assure le buzz ! Cette « buzzocratie » est en train de tuer à grand feu tous les avantages réels liés à la digitalisation ou numérisation des activités censées nous apporter de la vitesse, du rapprochement, de nouvelles commodités et de la simplicité.

Si l’on y prend garde, les réseaux sociaux risquent de se muer en caniveaux sociaux diffusant fléaux et maux à grande vitesse. Il nous faut donc des modules et programmes d’éducation au bon usage de ces technologies pour qu’elles jouent un vrai rôle social au lieu de nous servir à flatter nos bas instincts où chacun tente d’humilier l’autre, de ternir son image ou de le détruire. C’est un jeu à somme nulle dont personne ne sort gagnant. On y perd à tous les coups. Nos sociétés fragiles ont besoin de se construire la main dans la main.

Martelons-le bien, la liberté d’expression est un fondement de la citoyenneté mais elle n’a véritablement de sens que si elle repose sur la responsabilité.
Bonnes vacances !

Ballé Preira

Vacances citoyennes: la leçon de Youssou Ndour aux jeunes de linguère

vacances-youssou

A l’occasion des vacances Citoyennes 2016, le lead du Super Etoile et son groupe se sont produits, ce mercredi 10 août à Lingère.
Le roi du Mbalax a tenu un discours clair et précis. Youssou Ndour a félicité le ministre, Mame Mbaye Niang, avant de conseiller aux jeunes d’avoir d’abord leurs métiers, puis des projets d’avenir pour pouvoir bénéficier des financements mis à leur disposition.
Il a confirmé que des jeunes porteurs de projets ont eu le financement de leur ministre à hauteur de 80 millions de nos francs. Selon toujours Youssou Ndour : «il faut faire des choix et savoir ce que l’on veut». Pour le lead du Super Etoile, «le ministre, Mame Mbaye Niang est sur la bonne voie, il ne suffit que de l’encourager».
Le ministre emboîte le pas à Youssou Ndour
«On est conscient qu’il y a un soucis d’emploi chez les jeunes. On ne peut plus compter seulement sur l’enseignement. c’est pourquoi, nous avons décidé d’ouvrir deux Universités agricoles et technologiques, sans oublier 17 lycées, afin de permettre aux jeunes d’apprendre des métiers. Déjà, l’Anpj a financé plus de 4 milliards F Cfa aux jeunes porteurs de projets dans les domaines de l’agriculture», a déclaré le ministre.
Dans l’ambiance de la soirée, le petit fils de Mame Marie Sène a apporté une innovation. Il a réalisé un film montrant aux jeunes qu’il est possible de réussir dans notre cher Sénégal et qu’il faut juste croire en soi».
La soirée fut belle et elle a pris fin vers 3 heures du matin. Le roi du Mbalax a donné rendez-vous à tous les mélomanes à Matam, ce vendredi 12 août 2016.

IGFM