Tout ça pour ça ! (Par Momar Mbaye)

content_image

Du suspense, il y en n’avait cure. De la déception, énormément. Une déception à la hauteur de l’espoir fondé sur ce jeune président que l’on pensait différent des autres, mais qui n’était pas mieux loti que ses prédécesseurs. En fin de compte, ils s’avèrent tous être les mêmes. Leurs promesses n’engagent que ceux qui y croient. Wade avait averti les Sénégalais. Et Macky Sall confirme Abdoulaye Wade.

Bien sûr que Macky Sall savait. Que le conseil savait. Que les Sénégalais aussi, savaient que le l’instance suprême n’allait pas ramer à contre-courant de la loi. Inimaginable. Le résultat était donc connu d’avance. Après avoir renié sa parole sur la formation d’un gouvernement promis à 25 membres, ensuite sur la réduction drastique du train de vie de l’État, ou encore sur la transhumance que lui-même avait bannie, le voilà qui fait chanceler le dernier pilier sur lequel reposait ce qui reste de son pouvoir : la confiance, la parole donnée. Macky Sall vient de briser ainsi, l’espoir de toute une génération de jeunes Africains qui croyaient, malgré le sombre tableau dépeint du continent noir, que l’Afrique décelait en son sein des dirigeants capables de réduire leur mandat, de ne pas perdre le nord devant l’ivresse du pouvoir. Macky Sall n’en fera pas partie, hélas. Il ne vaudra pas mieux que Abdoulaye Wade dont lui et ses proches n’ont cessé de critiquer le parjure. Parure dans lequel ils sont finalement tombés, à leur tour. Devant une telle déception, à quoi bon aller à un référendum?? En décidant de marcher sur les traces de son prédécesseur, Macky Sall confirme les dires selon lesquelles les hommes politiques, quel que soit leur semblant de sincérité, une fois à l’épreuve du pouvoir, se métamorphosent, érigent le mensonge en mode de gouvernance, travestissent leurs propos et renient les valeurs qu’ils défendaient, jadis.

En d’autres termes, ils sont tous capables de mentir dans le seul but d’arriver à leur fin. Une fin qui risque d’être tragique pour celui, dont la parole, dorénavant, ne vaut plus un cheveu de femme.

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *