Trump accuse le « New York Times » d’avoir fait échouer la liquidation du chef de Daech

FILE – In this March 10, 2017, file photo, President Donald Trump speaks in the Roosevelt Room of the White House in Washington, during a meeting on healthcare. Washington policymakers have a time-tested method for rolling out new ideas: float a trial balloon. Spread rumors of a policy change or selectively leak it to the press, then see how it plays and proceed only if it looks doable. Trump has flipped that script. Big and startling ideas fly out of his mouth or from his Twitter feed. Then the rest of his administration scrambles to catch up _ and to figure out when his statements signal new presidential policies and when they’re offhand remarks that mean little.(AP Photo/Evan Vucci, File)/WX204/17123053731134/A MARCH 10, 2017, FILE PHOTO/1705030734

Le président américain prétend que le « New York Times » a fait échouer une tentative d’abattre le leader du groupe Etat islamique.

Eternellement en guerre contre les médias, pendant sa campagne comme avant et après son entrée en fonctions, Donald Trump vient de lancer une accusation inédite : il a affirmé ce samedi que le « New York Times » avait fait échouer une tentative des Etats-Unis de tuer le chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi.

« Le défaillant ‘New York Times’ a déjoué la tentative des États-Unis pour tuer le terroriste le plus recherché, Al-Baghdadi », a tweeté le président américain, y voyant un exemple de « leur agenda malsain en matière de sécurité nationale », sans donner plus d’explication.

Donald Trump semble faire référence à des propos du général américain Tony Thomas, hier, lors d’une conférence à Aspen (Colorado) au cours de laquelle il a affirmé que les forces spéciales américaines étaient « particulièrement proches » du chef de Daech en 2015, mais ont perdu sa trace après des fuites dans la presse.

« C’était une très bonne piste. Malheureusement, cela a été divulgué dans un grand journal national environ une semaine plus tard et cette piste est morte « , a déclaré le général Thomas lors du Aspen Security Forum, rapporte Fox News.

« Il est nécessaire d’informer le public américain de ce que nous faisons. Il est également essentiel de reconnaître ce qui entrave grandement notre capacité à faire notre travail », a t-il ajouté.

Demande de clarification à Trump

Le « New York Times » avait publié en juin 2015 un article selon lequel les forces américaines avaient mis la main sur d’importantes quantités de données, détaillant la façon dont le chef de l’EI parvenait à rester invisible. L’article évoquait notamment l’utilisation par les chefs djihadistes de leurs femmes pour échanger des messages entre eux. Le quotidien a demandé ce samedi à la Maison-Blanche de « clarifier le tweet ».

« Si le président fait référence à cet article de 2015, le Pentagone n’a soulevé aucune objection avec le ‘Times’ avant de publier cet article en 2015 et aucun responsable américain ne s’en est plaint publiquement jusqu’à maintenant », a indiqué le « New York Times » au site Politico.

Le « défaillant » « New York Times » fait partie des cibles favorites du président américain, tout comme « Fake News » CNN et le « Washington Post ». Donald Trump a toutefois accordé cette semaine une longue interview exclusive au « New York Times » (avec des passages étranges sur Macron et son voyage à Paris).

Le ministre américain de la Défense, James Mattis, avait estimé hier que Abou Bakr al-Baghdadi, était toujours « en vie », en dépit de nombreuses rumeurs sur sa mort récente.

En février, moins d’un mois après son arrivée à la Maison-Blanche, Donald Trump avait traité les médias qu’il déteste d' »ennemis du peuple américain ».

Source : L’OBS

Quelque chose à dire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *